Loffre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Loffre
Image illustrative de l'article Loffre
Blason de Loffre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Douai
Canton Aniche
Intercommunalité Communauté de communes Cœur d'Ostrevent
Maire
Mandat
Éric Gouy
2014-2020
Code postal 59182
Code commune 59354
Démographie
Gentilé Loffriens
Population
municipale
747 hab. (2014 en diminution de 1,06 % par rapport à 2009)
Densité 287 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 21′ 25″ nord, 3° 10′ 12″ est
Altitude Min. 20 m
Max. 39 m
Superficie 2,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Loffre

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Loffre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Loffre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Loffre
Liens
Site web www.commune-loffre.fr

Loffre est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Loffre dans son canton et son arrondissement

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Loffre
Sin-le-Noble Montigny-en-Ostrevent
Guesnain Loffre Masny
Lewarde

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Dès 1186, la plus grande partie des terres appartenait à l’Abbaye d'Anchin de Pecquencourt qui y exerçait la juridiction[1] Loffre fut longtemps un hameau dépendant de Lewarde situé dans la châtellenie de Bouchain en Hainaut. C’est en 1790, après la Révolution que Loffre devient une commune indépendante[2]

Apparemment le village ne comportait pas d’église au début du XVIIe siècle.

1738 : sur le plan du 12 mai 1738 dessiné par Deforest, il apparaît, qu’à Loffre, il existait une très importante zone marécageuse. On dénombrait 17 habitations dans le hameau.[réf. nécessaire]

1820 : sur le plan cadastral de la commune, nous constatons que les marais ont été asséchés et que la zone de terres labourables est importante.
L’étude effectuée à partir de la matrice cadastrale nous montre que notre village possède 34 habitations, de nombreux jardins, près et vergers ainsi que des bois et de la lande.
À cette époque deux sablières étaient en exploitation : une au lieu-dit « La croisette » et l’autre au « Mont Quennelez ».
On dénombrait dans la commune : 16 fermiers, 4 cabaretiers, un sabotier, un tonnelier et quelques ouvriers (des piqueurs de grès qui travaillaient dans les sablières).
Le village possédait aussi un moulin situé au lieu-dit le Moulin qui était exploité par Nicolas Brabant de Montigny.[réf. nécessaire]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

1880 : le village comptait 48 habitations, quelques bâtiments ruraux, trois moulins à vent étaient en activité sur le territoire ainsi que huit sablières. 188 personnes habitaient Loffre à cette époque.

Dans la commune on dénombrait 21 agriculteurs, 4 cabaretiers, un chiffonnier, un forgeron, un meunier, un couvreur, un charron, un marchand de levure et quelques ouvriers dont des tailleurs de grès qui travaillaient dans les carrières.

1921 : à cette époque, 222 personnes habitaient le village.

Loffre comptait 12 agriculteurs, 10 estaminets, un cordonnier, un épicier, un tourneur en bois, un menuisier, un couvreur.
3 sablières étaient en exploitation sur le territoire.

1978 : D'après l'étude effectuée à l'époque par Peter Ritschel, étudiant allemand de Karlsruhe, Loffre était une commune de 620 habitants se répartissant en 150 familles environ. L'évolution de la commune a été extrêmement lente. En effet, toutes les communes qui l'entouraient se sont développées grâce à l'exploitation du charbon.
Aux environs de 1900, la population ouvrière du douaisis se déplaçait à proximité des mines et des usines.
Loffre restait épargnée par ces implantations, ce qui explique que pendant la première moitié du XXe siècle il n'y eut que quelques constructions nouvelles dans le village. Loffre conservait ainsi son aspect rural, le cadre y restait agréable. Malgré sa situation au sein du bassin minier le paysage très campagnard continuait à contraster avec les rudes paysages industriels des environs. C'est avec la modernisation des moyens de communication, après 1950, que les habitants des communes voisines plus industrialisées ont cherché à s'éloigner du cadre de leur lieu de travail, préférant les zones rurales aux paysages plus rieurs.
En vingt ans la population a doublé. Dix familles travaillaient dans la commune.

En 2009, dans la commune une sablière est en cours d’exploitation et deux agriculteurs éleveurs continuent leur activité. Au fil du temps, Loffre a changé, cette commune à vocation agricole s’est transformée en village pavillonnaire.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Loffre (59) Nord-France.svg

Les armes de Loffre se blasonnent ainsi :"D'azur semé de fleurs de lys d'or, au cerf d'argent passant sur le tout."

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 Yves Brillon    
en cours Eric Gouy    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2014, la commune comptait 747 habitants[Note 1], en diminution de 1,06 % par rapport à 2009 (Nord : +1,23 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
120 114 128 141 185 186 161 168 181
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
202 208 217 204 188 198 208 222 248
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
236 249 222 236 248 248 319 311 284
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
357 388 511 611 702 726 760 755 747
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Loffre en 2007 en pourcentage[7].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,3 
4,5 
75 à 89 ans
5,5 
16,3 
60 à 74 ans
17,3 
27,0 
45 à 59 ans
26,8 
19,5 
30 à 44 ans
21,0 
16,6 
15 à 29 ans
13,4 
16,0 
0 à 14 ans
15,7 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[8].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

l'église

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Marc Silvert : entraineur international de basket ball féminin

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Eugéne Mannier, Etudes etymologiques, historiques et comparatives sur les noms des villes, bourgs et villages de département du Nord, Auguste Aubry, , 395 p. (lire en ligne), p. 1186 LOFFE titre de l abbaye d Anchin 1195 LOFFES id 1254 LOFFRE id LAUFFE LOFFE documents divers Bullet fait venir Loffre du celtique le bord et auf rivière étymologie toute de fantaisie et peu satisfaisante Loffe Lauffc est plutôt un mot d'origine germanique c est le Lauffen ou Loffen des Allemands nom commun à plusieurs localités et rivières de ce pays Lauffen Loopen a signifié chez les anciens peuples du Nord couler courir fluere currere de fluviis aut fluviorum cataractis Lauffen cataracta Inde oppida dicta Laufen ubi Birsa Liufenberg ubi Rhenus prœceps mit Scherzius C'est un nom qui a été donné à certaines villes pour marquer un endroit où l'eau se précipitait ce qui peut s'entendre d'une cataracte pour les fleuves ou d'une cascade d'une chute d'eau pour les rivières et ruisseaux. Le nom de Loffre pourrait également venir de loof en hollandais feuillage verdure laube en teuton obumbra culum in forestis ombrage lieu ombragé. C'est en tous cas un nom d'origine germanique et la première étymologie que nous en avons donnée est la plus probable.
  2. Victor Derode, Histoire de Lille, Volume 1, (lire en ligne), À partir de 1783 les villages et territoires de Dechy Erchin Férin Fles quières Guesnain Lallaing Loffre Masny Roucourt qui faisaient partie de la châtellenie de Bouchain furent réunis à la Flandre wallonne ainsi que les terres qui en dépendent et qui sont enclavées dans les villages de Waziers Sin le Noble Montigny Lewarde et Gœulzin par contre Erre Abscon Marquette furent cédés à la châtellenie de Bouchain Ainsi réduite elle contenait 44,223 bon niers. Elle se divisait en deux parties l'une au Midi sèche marneuse produisant de bons grains l'autre au Nord plus grosse et fertile donnant toute sorte de récoltes.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  7. « Évolution et structure de la population à Loffre en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)