Dechy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dechy
Dechy
L'église Saint-Amand, au cœur de la commune, en septembre 2018.
Blason de Dechy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Douai
Intercommunalité Douaisis Agglo
Maire
Mandat
Jean-Michel Szatny
2020-2026
Code postal 59187
Code commune 59170
Démographie
Gentilé Dechynois
Population
municipale
5 360 hab. (2019 en augmentation de 2,94 % par rapport à 2013)
Densité 578 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 21′ 11″ nord, 3° 07′ 45″ est
Altitude Min. 18 m
Max. 46 m
Superficie 9,27 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Douai-Lens
(banlieue)
Aire d'attraction Douai
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton d'Aniche
Législatives Seizième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Dechy
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Dechy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dechy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dechy

Dechy est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Hauts-de-France.

La Compagnie des mines d'Aniche y a ouvert la fosse Dechy.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située en périphérie sud-est de Douai.

Elle est desservie par la gare de Sin-le-Noble, située à faible distance.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,5 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,7 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 673 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Douai », sur la commune de Douai, mise en service en 1962[7] et qui se trouve à 4 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,6 °C et la hauteur de précipitations de 716,8 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Cambrai-Épinoy », sur la commune d'Épinoy, dans le département du Pas-de-Calais, mise en service en 1954 et à 14 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,5 °C pour 1981-2010[12], puis à 10,9 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Dechy est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Douai-Lens, une agglomération inter-départementale regroupant 67 communes[17] et 503 966 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Douai-Lens est la dixième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française), Toulouse, Bordeaux, Nice, Nantes et Toulon[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Douai, dont elle est une commune du pôle principal[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 61 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (66,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (72,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (53,2 %), zones urbanisées (15,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (9,1 %), zones agricoles hétérogènes (8,8 %), forêts (7,6 %), prairies (4,6 %), eaux continentales[Note 8] (0,8 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Diptiacum en 899, (Cartulaire de Saint-Amand, Miroeus), Diptiacum en 906, Diciacum en 1097, Diptiacum en 1107, Dichisen 1181 (Chronique Gislebert), Dici en 1205[24]

Il s'agit probablement d'un ancien *Deppiacum, basé sur le nom de personne gaulois Deppios[25] suivi du suffixe -acum[26] (du gaulois -acon) de localisation et de propriété, d'où le sens global de « propriété, ferme de Deppios ». Le suffixe -(i)acum a généralement abouti à la finale -y dans le Nord (-ecque dans l'ancienne zone néerlandophone et -eke en flamand), la forme pluriel plus tardive -iacas à -ies.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fouilles archéologiques en 2011.

La statistique archéologique du département du Nord de 1867 indique[27] :

En 1831, le suffrage était censitaire, et seulement 120 citoyens élisaient le conseil municipal et 7 participaient à l'élection du député[29].

Dans les années 1840, la commune comptait 724 hectares de terres labourables et 104 en pâturages ou marais[30]. À cette époque, l'activité traditionnelle du tissage du lin était concurrencée par le textile anglais et belge, et une sucrerie avait été édifiée par MM. Jacquart dans le village, qui fonctionna de 1835 à 1842[31].

La tourbe était exploitée sur la commune pour les besoins de chauffage puis pour alimenter les séchoirs de la fonderie de canons de Douai qui en consommait 150 000 tourbes (le tourbe était une unité de vente de la tourbe. 1 m3 de tourbe en contenait 386 et pesait 690 kg) dans les années 1850, achetés au prix de 4,50 fr pour mille tourbes[32].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Douai du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la dix-septième circonscription du Nord.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Douai-Sud[33]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune intègre le canton d'Aniche.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération du Douaisis, créée fin 2001.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du premier tour des élections municipales le , vingt-neuf sièges sont à pourvoir ; on dénombre 3 556 inscrits, dont 1 575 votants (44,29 %), 15 votes blancs (0,95 %) et 1 525 suffrages exprimés (96,83 %). La liste socialiste Pour Dechy, continuons ensemble avec l'équipe de Jean-Michel Szatny menée par le maire sortant Jean-Michel Szatny recueille 775 voix (50,82 %) et remporte ainsi vingt-deux sièges au conseil municipal contre sept pour la liste étiquetée divers gauche Une équipe à votre écoute menée par Charles Vaillant avec 750 voix (49,18 %). L'écart n'est que de vingt-cinq voix[34],[35].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste de mayeurs et maires d'Ancien Régime[29]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1590   Jean Masy    
1957   Robert Masy    
1580   Jacques Debroux    
1680   Charles Caudron    
1682   Paul Sellier    
1701   Fabie Sturcq    
1709   Jean Widiez    
1731   Alexandre Widiez    
1750   Paul Limal    
1761   Antoine-Joseph Jacquart    
1774   Joseph Lemaire    
Jean-Michel Szatny lors de la manifestation contre la suppression des dessertes TGV en gare de Douai du 2 mars 2019.
Liste des maires successifs depuis la Révolution française[29],[36]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790   Jacques Lasne   Premier maire nommé après la Révolution, par délibération du 10 février 1790
1792 an IV Philippe Tassart    
an IV an VI Pierre-Antoine Jacquart   Agent municipal
an VI 5 floréal an VII      
an VIII 8 ventôse an XII Jacques Lasne   Agent municipal
4 germinal an XII avril 1815 Louis Payen.    
avril 1815 décembre 1815 Jean-Baptiste Lasne   Maire par intérim
janvier 1816 octobre 1821 Eustache Dupont    
octobre 1821 février 1826 Hubert Tassart    
février 1826 octobre 1830 Jean-Baptiste Lasne    
octobre 1830   Antoine Jacquart   Exploitant d'une sucrerie
         
1944 1945 Joseph Duhin    
1945 1958 Henri Semail PCF  
1959 mars 1971 Victor Foveau PCF  
mars 1971 juin 1995 Henri Lamour PCF Mineur
juin 1995 mai 2009 [37] Jacques Capelle[38] PS Démissionnaire
mai 2009 En cours
(au 22 janvier 2018)
Jean-Michel Szatny[39] PS Régulateur SNCF
Vice-président de la CA du Douaisis (2014 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[37],[40]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Jumelages et partenariats de Dechy.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Dechy.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
Wappen Weißensee (Thüringen).jpgWeißenseeFlag of Germany.svgAllemagnedepuis

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[41]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[42].

En 2019, la commune comptait 5 360 habitants[Note 9], en augmentation de 2,94 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8408079341 1581 2791 3211 3801 4671 392
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4781 6201 8491 8881 9252 0282 0522 2442 394
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 7222 9662 9292 8484 7444 7904 9145 0815 052
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
6 3486 1566 6305 7205 4645 2835 0315 0185 135
2015 2019 - - - - - - -
5 2995 360-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[33] puis Insee à partir de 2006[43].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 38,1 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 25,7 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 2 495 hommes pour 2 867 femmes, soit un taux de 53,47 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[44]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ou +
3,1 
6,5 
75-89 ans
11,9 
13,5 
60-74 ans
15,2 
19,7 
45-59 ans
16,7 
19,0 
30-44 ans
17,3 
18,3 
15-29 ans
16,6 
22,3 
0-14 ans
19,3 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[45]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Culture[modifier | modifier le code]

La ville est dotée d'une école de musique agréée, d'une chorale « Choralyre » et d'une harmonie municipale.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Au niveau sportif, le basketball et le football sont les deux sports principaux de la commune, l'Union Avenir Basket représente Dechy au plus haut niveau dans certaines catégories.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La fête communale (Fête de la pomme de terre) a lieu le 2e dimanche de septembre avec une grande braderie.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La croix de pierre.
  • L'église Saint-Amand, construite à partir de 1817 sur les plans de M. Boulé, architecte à Douai[46]
  • La croix de pierre croix en grès de 4,16 m de haut avec des inscriptions et la date de 1593[27].
  • La longue borne, signalant l'emplacement d'une ancienne léproserie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Dechy

Les armes de la commune de Dechy se blasonnent ainsi :
Parti : au 1, d'or à une demi-aigle de sable mouvante du parti ; au 2, d'azur semé de fleurs de lis d'or.


Folklore[modifier | modifier le code]

Dechy a pour géant Caquette[47]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Statistique archéologique du département du Nord, vol. 2, Quarré et Leleu, libraires à Lille, A. Durand, libraire à Paris, , 1039 p. (lire en ligne), p. 612-614 sur Gallica.
  • L. Brassard, secrétaire des Hospices, Notice historique et statistique sur Dechy. : Village du canton Sud de Douai, département du Nord, Douai, Imprimerie Adam d'Aubers, , 40 p. (lire en ligne) sur Gallica.
  • Fabrice Dechy, La famille Dechy au Moyen Age, Lille, Stemmatis, coll. « Généalogie & histoire des familles », , 80 p. (ISBN 978-2-9549211-0-5, présentation en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station Météo-France Douai - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Dechy et Douai », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Douai - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Dechy et Épinoy », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Cambrai-Épinoy - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Cambrai-Épinoy - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Cambrai-Épinoy - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Douai-Lens », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Douai », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. Statistique archéologique du département du Nord, op. cit. en bibliographie, p. 612-613.
  25. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud Paris VIe, réédition 1979, p. 241b.
  26. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  27. a et b Statistique archéologique du département du Nord, op. cit. en bibliographie, p. 613.
  28. Pierre-Antoine-Samuel-Joseph Plouvain, Éphémérides historiques de la ville de Douai : Biographie douaisienne, Douai, impr. de Deregnaucourt, , 2e éd., 218 p. (lire en ligne), p. 40, sur Gallica.
  29. a b et c L. Brassard, op. cit. en bibliographie, p. 37.
  30. L. Brassard, op. cit. en bibliographie, p. 32.
  31. L. Brassard,op. cit. en bibliographie, p. 36.
  32. M. Meugy, membre résident, « Essai de géologie pratique sur la Flandre française (suite) », Mémoires de la Société royale des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille, imprimerie L. Danel à Lille,‎ année 1852, p. 79 (lire en ligne, consulté le ) sur Gallica.
  33. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  34. « Élections municipales, Dechy », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24165,‎ , p. 32.
  35. « Élections municipales 2020 - 1er tour, Dechy », L'Observateur du Douaisis, no 897,‎ , p. 8.
  36. « Les maires de Déchy », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  37. a et b Françoise Tourbe, « À Dechy, Jean-Michel Szatny, maire sortant, repart avec une liste renouvelée pour moitié : Jean-Michel Szatny a pris le relais de l’ancien maire de Dechy, Jacques Capelle, en cours de mandat, en 2009 », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. « Dechy: après 31 ans de mandat, il devient maire honoraire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. « L’élu de la semaine : Jean-Michel Szatny », FNESR - La maison des élus, (consulté le ).
  40. « Irèna et Jean Godula célèbrent 60 ans de mariage », L'Observateur du Douaisis, no 599,‎ , p. 25.
  41. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  42. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  43. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  44. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Dechy (59170) », (consulté le ).
  45. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  46. L. Brassard, op. cit. en bibliographie, p. 21.
  47. Benjamin Dubrulle, « Le SOS de passionnés pour sauver des géants abandonnés », La Voix du Nord, no 24596,‎ , p. 14-15