Nomain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nomain
Nomain
Blason de Nomain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Douai
Intercommunalité Communauté de communes Pévèle-Carembault
Maire
Mandat
Pascal Delplanque
2020-2026
Code postal 59310
Code commune 59435
Démographie
Population
municipale
2 549 hab. (2019 en augmentation de 3,07 % par rapport à 2013)
Densité 133 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 29′ 58″ nord, 3° 15′ 04″ est
Altitude Min. 28 m
Max. 58 m
Superficie 19,11 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Nomain
(ville isolée)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Orchies
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nomain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nomain
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Nomain
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Nomain

Nomain est une commune française, située dans la Pévèle, dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cartographies de la commune
Maki2-town-12.svg La commune dans le département
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
  • 1Carte dynamique
  • 2Carte Openstreetmap
  • 3Carte topographique
  • 4Carte avec les communes environnantes

Nomain est une petite ville qui se situe entre Lille et Valenciennes. Nomain est intégrée à l'aire urbaine de Lille.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Nomain le courant du Pont du Nid

La commune est traversée par les ruisseaux du Pont du Nid, du Bailliet celui de l’Hôpital qui sépare Orchies et Nomain[1]. Le Courant du Pont-du-Nid, est un affluent de l'Elnon qui se jette dans la Scarpe[2].

Transports[modifier | modifier le code]

Le réseau départemental de bus réseau Arc-en-Ciel dessert Nomain dans certains lieux-dits de la commune.

Celle-ci est desservie par la ligne 225 (Orchies > Mouchin) aux arrêts Louis Guislain, Deffrenne et Saint-Martin (centre-ville). Des bus scolaires en provenance des communes environnantes et principalement à destination du Collège du Pévèle (Orchies), de l'Institut de Genech ou du lycée Charlotte Perriand (Genech) desservent aussi toute la commune.

La commune de Nomain dispose de deux gares SNCF :

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 10,5 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 701 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Cappelle-en-Pévèle », sur la commune de Cappelle-en-Pévèle, mise en service en 1962[9] et qui se trouve à 6 km à vol d'oiseau[10],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,7 °C et la hauteur de précipitations de 735,1 mm pour la période 1981-2010[11]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944 et à 14 km[12], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[13] à 10,8 °C pour 1981-2010[14], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[15].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Nomain est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[16],[17],[18]. Elle appartient à l'unité urbaine de Nomain, une unité urbaine monocommunale[19] de 2 521 habitants en 2017, constituant une ville isolée[20],[21].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[22],[23].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (95,3 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (95,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (76 %), zones agricoles hétérogènes (17,3 %), zones urbanisées (3,8 %), prairies (2 %), forêts (1 %)[24].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[25].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Nomaing est un nom venant du germanique Naminghem, signifiant demeure de Namo[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon l'archéologue Roger Félix, la découverte des vestiges d'une villa gallo-romaine, confirme que le village était habité pendant l'Antiquité. Néanmoins, le toponyme d'origine germanique et les lieux-dits post-romains indiquent que le site fut abandonné et que le village fut véritablement fondé au Moyen Âge, peu après les invasions normandes[réf. nécessaire].

Nomain est citée au XIIe siècle dans un titre de l'Abbaye de Saint-Amand. La terre, constituée de plusieurs fiefs et seigneuries dont la plus importante était celle de Roupy, relevait du château de Douai[réf. nécessaire].

Au milieu du XIIIe siècle, la terre du Pévèle comprend la seigneurie d'Orchies, celles des villages de Bouvignies, Auchy, Coutiches, Flines, l'hommage des sires de Landas et celui du Sire des Wastines dont la seigneurie s'étend sur Capelle, Bersée, mais aussi sur Nomain. À Nomain, le seigneur de Lannay doit verser un impôt à son suzerain, le seigneur d'Orchies[réf. nécessaire].

En 1415, Famille de Launay, seigneur de Lannais à Nomain, Gérard de Herbaumez dit "le Chevalier Rouge"[26] et Louis du Quesnoy sont tués à la bataille d'Azincourt.

En 1512, Jean de Montmorency édifie un château à Nomain, sur son domaine de Roupy (qui deviendra le "Roupion"), en face de la croix du Dieu de pierre actuelle (les derniers vestiges du château ont disparu lors de la construction de la ligne de chemin de fer Ascq-Orchies)[réf. nécessaire].

Pendant la période confuse de la Révolution française, le vicaire Louis Howell, un prêtre réfractaire, refusa de prêter serment à la Constitution civile du clergé. Après une fuite en Allemagne, il revient à Nomain en 1796 pour rester caché dans une ferme pendant deux ans. Dénoncé, puis arrêté il fut guillotiné à Douai, le [réf. nécessaire].

En 1820, la première église protestante baptiste est fondée à Nomain, rue de Lannay, malgré de violents conflits avec les fidèles de Bernard de Felice, pasteur de Lille. Va suivre alors une forte implantation de l'église, dans les bassins houillers en plein développement[27]

Durant la Première Guerre mondiale les habitants de Nomain organisèrent un réseau de résistance chargé de communiquer des informations aux alliés, avec des pigeons voyageurs. Ce réseau fut démantelé en 1917, si le maire, Léon Delsart, échappa à la mort, les résistants capturés, Henri Caignet, Flore Lafrance, Georgine Bossuyt et Georges Remy, furent fusillés à la citadelle de Tournai, le [28]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Douai du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la sixième circonscription du Nord.

Elle fait partie depuis 1793 du canton d'Orchies[29]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est toujours membre, est modifié, passant de 9 à 16 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la petite communauté de communes Espace en Pévèle (CCEP), créée fin 2001.

Conformément aux prescriptions de la loi de réforme des collectivités territoriales du , qui a prévu le renforcement et la simplification des intercommunalités et la constitution de structures intercommunales de grande taille, la CCEP fusionne avec ses voisines pour former, le , la communauté de communes Pévèle Carembault[30] (CCPC), dont la commune est désormais membre.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du premier tour des élections municipales le , vingt-trois sièges sont à pourvoir ; on dénombre 2 067 inscrits, dont 593 votants (28,69 %), 19 votes blancs (3,20 %) et 521 suffrages exprimés (87,86 %). La liste Poursuivons ensemble pour Nomain menée par Pascal Delplanque recueille l'intégralité des suffrages exprimés, étant la seule à se présenter, le maire sortant Yannick Lassalle ne souhaitait plus être maire, mais il demeure conseiller municipal[31],[32].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Maire en 1802-1803 : P. Josson[33].

Liste des maires successifs[34]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1900 1920 Louis Guislain Rad. Cultivateur
Député de la 2e circonscription de Douai (1906 → 1919)
1920 1922 Louis Duvinage    
1922 1944 Léon Delsart RG Agriculteur
Député de la 1re circonscription de Douai (1932 → 1936)
1945 1951 François Groux    
1951 1965 Placide Salingue    
mars 1965 mars 1983 Raymond Vandermesse    
mars 1983 mars 1989 Édouard Dubois    
mars 1989 mars 2008 Léon Delzenne    
mars 2008 mars 2014[35] Daniel Bonnet    
mars 2014[36],[37] 2020 Yannick Lassalle SE Directeur d’une société de gestion
mai 2020 En cours Pascal Delplanque SE  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[39].

En 2019, la commune comptait 2 549 habitants[Note 8], en augmentation de 3,07 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7451 8161 8501 9432 1262 3232 3242 3842 421
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3782 3882 5002 4212 3772 3852 3282 4052 364
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1802 2662 0391 9512 0152 0042 0011 9671 882
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 7511 7001 7601 9672 3172 3932 4402 4542 473
2018 2019 - - - - - - -
2 5442 549-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[40].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33,7 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 26,5 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 274 hommes pour 1 270 femmes, soit un taux de 50,08 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (48,23 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[41]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
0,8 
6,6 
75-89 ans
7,5 
18,1 
60-74 ans
19,4 
22,4 
45-59 ans
22,8 
17,3 
30-44 ans
17,2 
16,8 
15-29 ans
15,8 
18,3 
0-14 ans
16,5 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[42]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Principaux équipements[modifier | modifier le code]

Le bureau de poste a fermé en 2017 lors du départ en retraite de la guichetière, et a été remplacée par une agence postale communale[43].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Nomain, 11 rue du Quimberge. L'ancienne ferme seigneuriale de 1764
Église Saint Martin de Nomain
  • L'église Saint-Martin du XIe siècle à l'origine de style roman, fut construite avec les matériaux (tuiles et des carreaux) en provenance des ruines d'une villa gallo-romaine.
  • En 1820, la première église protestante baptiste de France fut fondée, rue de Lannay. Elle marquera le début d'une forte implantation dans les bassins houillers en plein développement[27].
  • Le « Dieu de Pierre », croix qui aurait choisi elle-même son emplacement vers 1820 selon la légende. Trouvée en bordure de chemin par un paysan, celui-ci la charge sur sa charrette tirée par des chevaux. Arrivée à l'emplacement où elle se trouve depuis, elle se fait si lourde que les chevaux n'arrivent plus à la tirer. Elle est alors installée sur place[44].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Nomain (59) Nord-France.svg

Les armes de Nomain se blasonnent ainsi :"De gueules à trois bustes de carnation ayant chacun un bandeau d'azur sur les yeux."

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire des lieux-dits de Nomain à travers la tradition orale populaire par Philippe Vandelannoitte édité par l'imprimerie monsoise, en 1987.- Index: 944.28
  • Sébastien Fath, « Les débuts de l'implantation baptiste dans le Nord (1810-1821) », La Revue du Nord, t. 91, no 330,‎ , p. 267-281 (ISSN 2271-7005, DOI https://doi.org/10.3406/rnord.1999.2916, lire en ligne, consulté le ).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[5].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Village du pays de Pévèle : Nomain », sur www.paysdepevele.co (consulté le )
  2. « Trois ruisseaux prennent leur source à Bachy », sur /bachy.free.fr (consulté le )
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  9. « Station Météo-France Cappelle-en-Pévèle - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Nomain et Cappelle-en-Pévèle », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France Cappelle-en-Pévèle - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  12. « Orthodromie entre Nomain et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Unité urbaine 2020 de Nomain », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  20. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  21. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lille (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  24. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  25. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  26. « Azincourt 1415 : d'où venaient les chevaliers français morts à la bataille ? ».
  27. a et b « En 1820, la première église protestante baptiste est fondée à Nomain, », sur http://mairie-nomain.fr (consulté le )
  28. « La France occupée 1914-1918 », sur books.google.fr.
  29. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. « La communauté de communes Pévèle-Carembault se précise : Fruit du mariage de trente-huit communes, représentant 90 000 habitants, la nouvelle intercommunalité au sud de Lille et à la frontière du Douaisis verra le jour le 1er janvier. Mais elle devait se trouver un nom avant le 31 août. Ce sera « communauté de communes Pévèle-Carembault » (CCPC), une proposition très largement approuvée par les conseils municipaux », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. « Élections municipales, Nomain », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24165,‎ , p. 34.
  32. « Élections municipales 2020 - 1er tour, Nomain », L'Observateur du Douaisis, no 897,‎ , p. 10.
  33. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 278, lire en ligne.
  34. « Les maires de Nomain », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  35. « Les derniers vœux de Daniel Bonnet », L'Observateur du Douaisis, no 587,‎ , p. 31 « Ce n’est plus un secret depuis qu’il l’avait confié en octobre à l’Observateur du Douaisis, Daniel Bonnet ne se présentera pas devant les électeurs en mars ».
  36. S.L., « Municipales à Nomain : Yannick Lassale se lance avec l'aval du maire sortant », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. Rémi Siniarski, « Y. Lassalle, un maire fan de vélo : Sorti victorieux des urnes le 23 mars, Y. Lassalle, adjoint sortant a pris la succession Daniel Bonnet. Le nouveau maire est un fan de vélo sur le mont Ventoux et aussi de la série Game of Thrones. », L'Observateur du Douaisis, no 586,‎ , p. 13.
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  41. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Nomain (59435) », (consulté le ).
  42. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  43. Arnaud Déthée, « La poste ferme ses portes ce vendredi et sera remplacée par une agence communale : Le départ à la retraite de Mme Ballet, au guichet de la poste depuis plus de trente ans, va coïncider avec la fermeture définitive du bureau. Ce service public de proximité va heureusement perdurer grâce à la municipalité », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. « V59435 - Nomain », sur fr.geneawiki.com (consulté le )