Nomain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nomain
Nomain
Blason de Nomain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Douai
Canton Orchies
Intercommunalité Communauté de communes Pévèle-Carembault
Maire
Mandat
Yannick Lassalle
2014-2020
Code postal 59310
Code commune 59435
Démographie
Population
municipale
2 474 hab. (2015 en augmentation de 0,41 % par rapport à 2010)
Densité 129 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 29′ 58″ nord, 3° 15′ 04″ est
Altitude Min. 28 m
Max. 58 m
Superficie 19,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Nomain

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Nomain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nomain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nomain

Nomain est une commune française, située dans la Pévèle, dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Nomain est une petite ville qui se situe entre Lille et Valenciennes. Nomain est intégrée à l'aire urbaine de Lille.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Nomain
Templeuve Genech Mouchin
Cappelle-en-Pévèle Nomain Aix
Auchy-lez-Orchies Orchies Landas

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Nomain le courant du Pont du Nid

La commune est traversée par les ruisseaux du Pont du Nid, du Bailliet celui de l’Hôpital qui sépare Orchies et Nomain[1]. Le Courant du Pont-du-Nid, est un affluent de l'Elnon qui se jette dans la Scarpe[2].

Transports[modifier | modifier le code]

Le réseau départemental de bus réseau Arc-en-Ciel dessert Nomain dans certains lieux-dits de la commune.

Celle-ci est desservie par la ligne 225 (Orchies > Mouchin) aux arrêts Louis Guislain, Deffrenne et Saint-Martin (centre-ville). Des bus scolaires en provenance des communes environnantes et principalement à destination du Collège du Pévèle (Orchies), de l'Institut de Genech ou du [ lycée Charlotte Perriand (Genech) desservent aussi toute la commune.

La commune de Nomain dispose de deux gares SNCF :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Nomaing est un nom venant du germanique Naminghem, signifiant demeure de Namo[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon l'archéologue Roger Félix, la découverte des vestiges d'une villa gallo-romaine, confirme que le village était habité pendant l'Antiquité. Néanmoins, le toponyme d'origine germanique et les lieux-dits post-romains indiquent que le site fut abandonné et que le village fut véritablement fondé au Moyen Âge, peu après les invasions normandes[réf. nécessaire].

Nomain est citée au XIIe siècle dans un titre de l'Abbaye de Saint-Amand. La terre, constituée de plusieurs fiefs et seigneuries dont la plus importante était celle de Roupy, relevait du château de Douai[réf. nécessaire].

Au milieu du XIIIe siècle, la terre du Pévèle comprend la seigneurie d'Orchies, celles des villages de Bouvignies, Auchy, Coutiches, Flines, l'hommage des sires de Landas et celui du Sire des Wastines dont la seigneurie s'étend sur Capelle, Bersée, mais aussi sur Nomain. À Nomain, le seigneur de Lannay doit verser un impôt à son suzerain, le seigneur d'Orchies[réf. nécessaire].

En 1415, Famille de Launay, seigneur de Lannais à Nomain, Gérard de Herbaumez dit "le Chevalier Rouge"[3] et Louis du Quesnoy sont tués à la bataille d'Azincourt.

En 1512, Jean de Montmorency édifie un château à Nomain, sur son domaine de Roupy (qui deviendra le "Roupion"), en face de la croix du Dieu de pierre actuelle (les derniers vestiges du château ont disparu lors de la construction de la ligne de chemin de fer Ascq-Orchies)[réf. nécessaire].

Pendant la période confuse de la Révolution française, le vicaire Louis Howell, un prêtre réfractaire, refusa de prêter serment à la Constitution civile du clergé. Après une fuite en Allemagne, il revient à Nomain en 1796 pour rester caché dans une ferme pendant deux ans. Dénoncé, puis arrêté il fut guillotiné à Douai, le [réf. nécessaire].

En 1820, la première église protestante baptiste est fondée à Nomain, rue de Lannay, malgré de violents conflits avec les fidèles de Bernard de Felice, pasteur de Lille. Va suivre alors une forte implantation de l'église, dans les bassins houillers en plein développement[4]

Durant la Première Guerre mondiale les habitants de Nomain organisèrent un réseau de résistance chargé de communiquer des informations aux alliés, avec des pigeons voyageurs. Ce réseau fut démantelé en 1917, si le maire, Léon Delsart, échappa à la mort, les résistants capturés, Henri Caignet, Flore Lafrance, Georgine Bossuyt et Georges Remy, furent fusillés à la citadelle de Tournai, le [5]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Douai du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la sixième circonscription du Nord.

Elle fait partie depuis 1793 du canton d'Orchies[6]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est toujours membre, est modifié, passant de 9 à 16 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la petite communauté de communes Espace en Pévèle (CCEP), créée fin 2001.

Conformément aux prescriptions de la loi de réforme des collectivités territoriales du 16 décembre 2010, qui a prévu le renforcement et la simplification des intercommunalités et la constitution de structures intercommunales de grande taille, la CCEP fusionne avec ses voisines pour former, le , la communauté de communes Pévèle Carembault[7] (CCPC), dont la commune est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[8]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1900 1920 Louis Guislain Rad. Cultivateur
Député de la 2e circonscription de Douai (1906 → 1919)
1920 1922 Louis Duvinage    
1922 1944 Léon Delsart RG Agriculteur
Député de la 1re circonscription de Douai (1932 → 1936)
1945 1951 François Groux    
1951 1965 Placide Salingue    
mars 1965 mars 1983 Raymond Vandermesse    
mars 1983 mars 1989 Édouard Dubois    
mars 1989 mars 2008 Léon Delzenne    
mars 2008 mars 2014[9] Daniel Bonnet    
mars 2014[10],[11] en cours
(au 29 janvier 2018)
Yannick Lassalle SE Directeur d’une société de gestion

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2015, la commune comptait 2 474 habitants[Note 1], en augmentation de 0,41 % par rapport à 2010 (Nord : +1,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7451 8161 8501 9432 1262 3232 3242 3842 421
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3782 3882 5002 4212 3772 3852 3282 4052 364
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1802 2662 0391 9512 0152 0042 0011 9671 882
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 7511 7001 7601 9672 3172 3932 4402 4472 454
2013 2015 - - - - - - -
2 4732 474-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007
Pyramide des âges à Nomain en 2007 en pourcentage[15].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ans ou +
0,2 
5,1 
75 à 89 ans
7,0 
13,4 
60 à 74 ans
14,2 
23,7 
45 à 59 ans
22,8 
21,5 
30 à 44 ans
22,1 
15,4 
15 à 29 ans
17,1 
20,9 
0 à 14 ans
16,5 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[16].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Principaux équipements[modifier | modifier le code]

Le bureau de poste a fermé en 2017 lors du départ en retraite de la guichetière, et a été remplacée par une agence postale communale[17].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Nomain, 11 rue du Quimberge. L'ancienne ferme seigneuriale de 1764
Église Saint Martin de Nomain
  • L'Église Saint-Martin du XIe siècle à l'origine de style roman, fut construite avec les matériaux (tuiles et des carreaux) en provenance des ruines d'une villa gallo-romaine.
  • En 1820, la première église protestante baptiste fut fondée, rue de Lannay. Elle marquera le début d'une forte implantation dans les bassins houillers en plein développement[19].
  • Le "Dieu de Pierre", croix qui aurait choisi elle-même son emplacement vers 1820 selon la légende. Trouvée en bordure de chemin par un paysan, celui-ci la charge sur sa charrette tirée par des chevaux. Arrivée à l'emplacement où elle se trouve depuis, elle se fait si lourde que les chevaux n'arrivent plus à la tirer. Elle est alors installée sur place[20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Nomain (59) Nord-France.svg

Les armes de Nomain se blasonnent ainsi :"De gueules à trois bustes de carnation ayant chacun un bandeau d'azur sur les yeux."

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire des lieux-dits de Nomain à travers la tradition orale populaire par Philippe Vandelannoitte édité par l'imprimerie monsoise, en 1987.- Index: 944.28
  • Sébastien Fath, « Les débuts de l'implantation baptiste dans le Nord (1810-1821) », La Revue du Nord, t. 91, no 330,‎ avril-juin 199, p. 267-281 (ISSN 2271-7005, DOI https://doi.org/10.3406/rnord.1999.2916, lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Village du pays de Pévèle : Nomain », sur www.paysdepevele.co (consulté le 8 décembre 2017)
  2. « Trois ruisseaux prennent leur source à Bachy », sur /bachy.free.fr (consulté le 8 décembre 2017)
  3. « Azincourt 1415 : d'où venaient les chevaliers français morts à la bataille ? »
  4. « En 1820, la première église protestante baptiste est fondée à Nomain, », sur http://mairie-nomain.fr (consulté le 8 décembre 2017)
  5. « La France occupée 1914-1918 », sur books.google.fr
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. « La communauté de communes Pévèle-Carembault se précise : Fruit du mariage de trente-huit communes, représentant 90 000 habitants, la nouvelle intercommunalité au sud de Lille et à la frontière du Douaisis verra le jour le 1er janvier. Mais elle devait se trouver un nom avant le 31 août. Ce sera « communauté de communes Pévèle-Carembault » (CCPC), une proposition très largement approuvée par les conseils municipaux », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  8. « Les maires de Nomain », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 10 novembre 2014)
  9. « Les derniers vœux de Daniel Bonnet », L'Observateur du Douaisis, no 587,‎ , p. 31 « Ce n’est plus un secret depuis qu’il l’avait confié en octobre à l’Observateur du Douaisis, Daniel Bonnet ne se présentera pas devant les électeurs en mars ».
  10. S.L., « Municipales à Nomain : Yannick Lassale se lance avec l'aval du maire sortant », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  11. Rémi Siniarski, « Y. Lassalle, un maire fan de vélo : Sorti victorieux des urnes le 23 mars, Y. Lassalle, adjoint sortant a pris la succession Daniel Bonnet. Le nouveau maire est un fan de vélo sur le mont Ventoux et aussi de la série Game of Thrones. », L'Observateur du Douaisis, no 586,‎ , p. 13
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  15. « Évolution et structure de la population à Nomain en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 30 juillet 2010)
  16. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 30 juillet 2010)
  17. Arnaud Déthée, « La poste ferme ses portes ce vendredi et sera remplacée par une agence communale : Le départ à la retraite de Mme Ballet, au guichet de la poste depuis plus de trente ans, va coïncider avec la fermeture définitive du bureau. Ce service public de proximité va heureusement perdurer grâce à la municipalité », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  18. « Village du pays de Pévèle : Nomain », sur www.paysdepevele.co (consulté le 8 décembre 2017)
  19. « En 1820, la première église protestante baptiste est fondée à Nomain, », sur http://mairie-nomain.fr (consulté le 8 décembre 2017)
  20. « V59435 - Nomain », sur fr.geneawiki.com (consulté le 9 décembre 2017)