Raimbeaucourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Raimbeaucourt
La mairie.
La mairie.
Blason de Raimbeaucourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Douai
Canton Orchies
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Douaisis
Maire
Mandat
Alain Mension
2014-2020
Code postal 59283
Code commune 59489
Démographie
Population
municipale
4 068 hab. (2014)
Densité 367 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 26′ 25″ nord, 3° 06′ 12″ est
Altitude Min. 19 m – Max. 57 m
Superficie 11,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Raimbeaucourt

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Raimbeaucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Raimbeaucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Raimbeaucourt

Raimbeaucourt est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Raimbeaucourt
Moncheaux Faumont
Leforest Raimbeaucourt
Roost-Warendin Râches

Histoire[modifier | modifier le code]

Raimbeaucourt est compose de trois seigneuries qui dépendaient tous de la paroisse de ce nom citée en 1079 dans le cartulaire de l'abbaye d'Auchy-les-Moines qui possédait l'autel de la paroisse sous le nom d'Erambaucourt. Ces seigneuries sont :
Ribeaucourt, fut élevé au rang de comté,
Le Hamel du Bray ou Le Bray, fief en justice vicomtale et dont l'histoire à presque toujours été liée à la terre de Ribeaucourt,
Le Liez qui fut marquisat.

Le toponyme Raimbeaucourt est la déformation de Erembauldocurtis (qui vient de Eremboldus = chef victorieux ou habile et de curtis qui désigne une maison fortifiée), tout comme il en est pour les communes de Ribeaucourt dans la Somme et Ribeaucourt dans la Meuse, ainsi que du lieu dit Ribeaucourt à Mazinghien aussi dans le département du Nord.
Liez désigne un lieu enchanteur.
Bray un lieu marécageux.

Les seigneurs de Ribeaucourt[modifier | modifier le code]

On ignore qui furent les premiers seigneur de Ribeaucourt, la tradition locale, les historiens veulent que les premiers seigneurs furent les mêmes que ceux de Ribeaucourt dans la Somme, mais aucune preuve écrite ne le confirme. La seigneurie dépendait de l'abbaye Sainte-Gertrude de Marchienne, dont Agnès de Ribeaucourt fut abbesse en 874. Dans les actes Ribeaucourt était toujours dénommé Raimbeaucourt même si ses seigneurs se disaient seigneurs de Ribeaucourt et si l'on trouve le village de Raimbeaucourt désigné sur les cartes anciennes sous le nom de Ribeaucourt-lès-Raches ou Ribeaucourt-en-Pévèle.

  • 1216 Hellin de Wavrin, dit l'oncle, seigneur de Hendecourt, de Raimbeaucourt et de Wazières. Cité comme témoin dans une charte du 28 décembre 1216 émanant de Raoul, évêque d'Arras, approuvant la vente d'une terre au Chapitre Sainte-Croix de Cambrais, (A. Mathias, Histoire des Wavrins, Lille, 1904).
  • 1242 Robert de Wavrin-Wazières, seigneur de Raimbeaucourt, fonda la chapelle castrale, avec autorisation de Jacques, évêque d'Arras.
  • 1296 Hugues d'Ailly, seigneur de Rumes, Raimbeaucourt et Hornaing, (G. Demay, Inventaire des sceaux de Flandre, Paris 1873).
  • Avant 1377 Mathieu de Lannoy.
  • 1377, Engelbert d'Enghein, seigneur de Raimbeaucourt par achat au précédent. La seigneurie est saisie à la suite du meurtre commis par Engelbert sur la personne de son neveu Ghauthier d'Enghein, en 1381.
  • 1388 Henri d'Antoing, seigneur de Raimbeaucourt par achat au précédent, sa fille Marie est l'épouse Engelbert !
  • 1441 Robert Le Josne, seigneur de Contay, et son fils cadet Guillaume achètent Raimbeaucourt aux Enghein.
  • 1461 Louis Le Josne de Contay, fils de Guillaume, seigneur de Raimbeaucourt par donation de son père.
  • Vers 1470 Gaucher de Rouvroy de Saint-Simon devient seigneur de Raimbeaucourt, il donne la seigneurie à son fils Antoine, seigneur de Rache, du Bray, Bersé et Orchies, celui-ci vend l'ensemble de ses seigneuries à son oncle Gilles de Rouvroy de Saint-Simon, bailli et capitaine de Senlis, qui finit sa vie aux cordeliers de Besançon
  • 1501 Philippe Le Josne de Contay, seigneur de Forest et de Raimbeaucourt, par achat à Gilles de Rouvroy.
  • 1504 Charles Le Josne de Contay, seigneur de Contay, de Forest et de Raimbeaucourt.
  • 1511 Françoise Le Josne de Contay, dame de Raimbeaucourt, épouse de Jehan de Humières, chevalier, seigneur de Humieres, Raimbeaucourt et de Saulchy, celui-ci vend Raimbeaucourt au suivant.
  • 1527 Nicolas (dit Colar) d'Aubermont, chevalier, seigneur de l'Planque, de La Deffière, du Laibray et de Raimbeaucourt par achat au précédent, bourgeois de Tournais, grand-maître des Eaux et Forets de Saint-Amand-les-Eaux en 1534, gentilhomme de la Maison de Charles Quint en 1541, premier maître d'hôtel de René comte de Nassau et prince d'Orange, époux de Marie Hanneron, puis de Jehenne de Grave, dame de Masnuy-Saint-Pierre.
  • 1562 Jehan d'Aubermont, seigneur de Raimbeaucourt, fils du premier lit du précédent, époux de : 1e Marie Le Preud'Homme, 2e Jehenne de Briarde dite de La Coye, 3e Marguerite de Waudripont.
  • Avant 1580 Jehan d'Aubermont, écuyer, seigneur de Raimbeaucourt, lieutenant de la compagnie d'ordonnance du comte de Lalaing, fils du second lit du précédent, sans alliance.
  • Avant 1583 Charles d'Aubermont, chevalier en 1596, grand bailli de Termonde en 1580, frère du précédent, époux de Malsen, décédé sans postérité en 1624.
  • 1624 Jean-Conrade d'Aubermont, chevalier, seigneur de Raimbeaucourt, fils aîné du précédent, maître de camp et conseiller au Conseil de Guerre du Roi d'Espagne, gouverneur de Gueldre et de Zutphen, époux d'Anne de Malsen, sans postérité.
  • 1652 Gaspard-Antoine d'Aubermont, chevalier, seigneur de Grembergen et de Raimbeaucourt, grand bailli de Termonde, maître de camp et conseiller au Conseil de Guerre, frère du précédent, époux de Lambertine d'Enghien-Kestergat.
  • 1657 Charles-Ignace d'Aubermont, chevalier, seigneur de Grembergen et de Raimbeaucourt, grand bailli de Termonde, fils du précédent, époux de Jacqueline Gysselleers, sans postérité. Il voit sa terre de Raimbeaucourt érigée en comté en 1659. En 1668 par le traité d'Aix-la-Chapelle Raimbeaucourt devient français.
  • 1693 Marguerite d'Aubermont, comtesse de Raimbeaucourt, dame de Grembergen, sœur du précédent, épouse de Diego Gomez d'Espinosa, lieutenant-général, gouverneur des places fortes de Termonde, La Bassée, Nieuport, Ostende et Anvers, qui veuf se remarie avec Barbe van der Linden.
  • 1694 Gaspard-Antoine Gomez d'Espinosa, comte de Raimbeaucourt, seigneur de Grembergen, lieutenant-général, fils aîné des précédents, époux d'Isabel Bouwens, sans postérité.
  • 1725 Jacques Gomez d'Espinosa, comte de Raimbeaucourt, seigneur de Grembergen, chanoine de Sainte-Gudule à Bruxelles, prévôt de Harlebveke, frère du précédent.
  • 1748 Liebert-François Christin, comte de Raimbeaucourt, baron de Meerbeek, vicomte de Duysbourg et de Tervueren, seigneur de Grembergen et de Bautersem, (1703-1785), neveu du précédent, marié le 31 janvier 1747 à Marie-Thérèse-Geneviève de Vilsteren, baronne de Laerne, d'Almelroy, de Well et de Wordragen. Il dut rendre l'aveu au roi Louis XV le 28 juillet 1759 sous le titre de « comte de Raimbeaucourt », mais sa descendance est encore aujourd'hui connue sous le nom de Christyn de Ribaucourt.
  • 1758 Philippe-Alexandre Christin, comte de Raimbeaucourt, baron de Meerbeek, de Laerne et d'Almelroy, vicomte de Duysbourg et de Tervueren, seigneur de Grembergen etc.

La famille Christyn de Ribaucourt, de noblesse belge, posséda le château de Ribeaucourt jusqu’au début du XXe siècle, c’est elle qui fit raser le logis féodal pour le remplacer par le bâtiment actuel avant la Révolution.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Archives de la Maison de Ribeaucourt
  • Bernard Coussée : Raimbeaucourt au temps jadis
  • Hervé Douxchamps et Joseph Lefèvre : La Famille Christyn de Ribaucourt tome II

Les seigneurs du Liez[modifier | modifier le code]

1218 Anselme d'Aigremont, seigneur du Liez, cède à l'abbaye d'Anchin 12 partie de la dîme de Raimbeaucourt.
1256 Jean du Liez, fait construire la chapelle castrale.
1296 Cholart du Liez vend des terres à l'abbaye de Saint-Amant.
1349 Marguerite de Liez épouse Waultier, chevalier, seigneur de La Petite-Vacquerie à Moncheaux, il était fort âgé et n'avait pas d'enfant.
1385 Péronne du Liez épouse de Jean de Roisin dit d'Avelui, seigneur d'Antaing, elle se remarie en 1406 avec le sire de Saint-Simon, veuf de la sœur de Pierre van Haveskerque dit de Wisques, seigneur de Raches, lequel Saint-Simon mourut à Azincourt. Elle décéda à Douais en 1432, sans postérité. La seigneurie passe au seigneur de Vertaing, il laisse la seigneurie à sa petite-fille qui suit
1420 Péronne de Wingles, dame du Liez petite fille du seigneur de Vertaing, épouse de Nicolas de Blacquehem.
1473 Robert de Blacquehem, écuyer, seigneur du Liez, fils des précédents.
1486 Toussaint de Blacquehem, écuyer, seigneur du Liez, frère du précédents, époux de Jacqueline de Baillon, veuve en 1514, tutrice de son fils mineur qui suit.
1514 Philippe de Blacquehem, écuyer, seigneur du Liez, fils des précédents, époux de Jeanne Grignard, veuve en 1537, tutrice de son fils mineur qui suit.
1537 Antoine de Blacquehem, écuyer, seigneur du Liez, fils des précédents, époux de Géraldine Carette, remariée à Charles de Willem, écuyer, seigneur de Langlet, qui releva le fief en 1562 au nom des enfants de son épouse : Ollivier de Blacquehem, âgé de trois ans, et Jacques, nouveau né.
1589 Ollivier écuyer, seigneur du Liez, fils des précédents, guidon de la compagnie du comte de Rœux, militaire au service du Roi d'Espagne, puis magistrat à Douais, marié à Lille le 21 octobre 1589 à Catherine de Beaufremezt, inhumé en l'église de Raimbeaucourt en 1622.
1623 Jean de Blacquehem, écuyer, seigneur du Liez, de La Haye et de La Vallée, décédé le 6 avril 1671, fils des précédents, marié le 12 octobre 1636 à Marie Le Vasseur.
1671 Jean-François de Blacquehem, écuyer, seigneur du Liez, de La Haye, de La Vallée et de Douvrin (près Béthune), (1637-1685), fils des précédents, fait ses preuves pour l'admission aux États d'Artois en 1747, (cf Laine, Archives de la noblesse de France, tome 9) et entre dans les rang de la noblesse française, époux de Jeanne de Nédonchel, sœur du maréchal d'Humières, tutrice de son fils qui suit.
1685 Jean-Philippe de Blacquehem, écuyer, seigneur du Liez, de La Haye, de La Vallée, de Douvrin et de Pont-à-Beuvry, fils des précédents, officier au régiment royale Wallon, époux de N. Dubois de Hove, dame de La Mowarderie et du Houdicq.
1732 Antoine-Philippe de Blacquehem, écuyer, seigneur du Liez, de La Haye, de La Vallée, de Douvrin, de Pont-à-Beuvry, de La Mowarderie et du Houdicq, mort en 1748, fils des précédents, officier, marié le 10 octobre 1733 à Charlotte-Lucrèce Le Ricquet.
1748 Charles-Alexandre de Blacquehem, écuyer, seigneur du Liez, de La Haye, de La Vallée, de Douvrin, de Pont-à-Beuvry, de La Mowarderie et du Houdicq, (1736-1792), marié le 28 février 1767 à Marie-Philippines-Colette de Thiennes, comtesse de Rumbeke (près de Montreuil-sur-Mer), (1747-1771). Leurs fils Christian et Xavier émigrèrent en Autriche, leur lignage s'éteignit dans ce pays en 1917 à la mort d'Olivier, ministre du Commerce.


Le Château du Liez était une vaste maison de campagne constitué d'un logis simple à hauts pignons sur sa motte féodale entourée d'eau. Remaniée au XIXe siècle, elle fut finalement rasée au début du XXIe.

Sources : Bernard Coussée : Raimbeaucourt au temps jadis.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Raimbeaucourt

Les armes de la commune de Raimbeaucourt se blasonnent ainsi :
De sable à une fleur de lis épanouie d'argent. (D'après les armes de la famille d'Aubermont qui portait : De sable au lys épanoui d'argent, les boutons d'or.)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Raimbeaucourt dans son canton et son arrondissement
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 septembre 2000 Stéphane Coppik    
septembre 2000 mars 2008 Érick Charton PS Conseiller général du Canton de Douai-Nord-Est
mars 2008 en cours Alain Mension DVD Réélu pour le mandat 2014-2020[1]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 4 068 habitants, en diminution de -2,54 % par rapport à 2009 (Nord : 1,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 060 1 675 1 817 1 899 1 935 1 970 1 973 1 996 2 058
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 109 2 185 2 289 2 287 2 363 2 357 2 414 2 461 2 599
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 787 2 936 3 015 2 777 2 870 3 003 3 001 3 063 3 015
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
4 215 4 224 4 410 4 494 4 277 4 335 4 309 4 126 4 068
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Raimbeaucourt en 2007 en pourcentage[6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
1,8 
5,0 
75 à 89 ans
8,8 
11,5 
60 à 74 ans
14,0 
25,4 
45 à 59 ans
22,2 
21,2 
30 à 44 ans
19,8 
17,2 
15 à 29 ans
15,2 
19,0 
0 à 14 ans
18,3 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[7].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Géry, XVIe siècle ;
  • Château de Ribeaucourt, XVIIe et XVIIIe siècle, sur double motte féodale ;
  • Château du Liez (Centre Hélène Borel), reste le parc, les écuries et leur tour, la motte de l'ancien château.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

- le géant Zalumet

- le géant Tiot'Eustache de l'école Jules Ferry

-André Doye (1924-1981) international français de football

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Coussée, Raimbeaucourt au temps jadis: des origines à mai 1940, Éditions Plein nord, 1981
  • Denis Chausson, Les Églises de Raimbeaucourt : essai archéo-symbolique, ART éd., 2008

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rémi Siniarski, « Pour faire des économies, 23 salariés perdent 2h de travail : Lors des deux derniers conseils municipaux, le maire Alain Mension a fait voter la diminution du temps de travail de 23 salariés. Seconde solution pour faire des économies : l’annualisation du temps de travail », L'Observateur du Douaisis, no 599,‎ , p. 14
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Évolution et structure de la population à Raimbeaucourt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  7. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)