Vred

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vred
Vred
Blason de Vred
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Douai
Intercommunalité Communauté de communes Cœur d'Ostrevent
Maire
Mandat
Marie-Françoise Falempe
2020-2026
Code postal 59870
Code commune 59629
Démographie
Population
municipale
1 338 hab. (2019 en diminution de 1,11 % par rapport à 2013)
Densité 391 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 23′ 41″ nord, 3° 13′ 56″ est
Altitude Min. 16 m
Max. 20 m
Superficie 3,42 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sin-le-Noble
Législatives Seizième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vred
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vred
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Vred
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Vred

Vred [vʁɛ] est une commune française située dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vred dans son canton et son arrondissement

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Vred
Marchiennes
Vred Rieulay
Pecquencourt

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Vred est traversée par la Scarpe[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,7 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 677 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Pecquencourt », sur la commune de Pecquencourt, mise en service en 1962[8] et qui se trouve à 2 km à vol d'oiseau[9],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,8 °C et la hauteur de précipitations de 743,8 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944 et à 23 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[12] à 10,8 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vred est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[15],[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (65,7 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (65,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (40,9 %), terres arables (24,8 %), zones urbanisées (17,8 %), zones humides intérieures (13,1 %), forêts (3,5 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

1046 : Villa Vereti ; 1079 : Vedretum ; 1200 : Wred ; 1246 : Verethum ; Verd, Vret ; Vredt ; Vred[22].

Histoire[modifier | modifier le code]

cartulaire de Vred par Adrien de Montigny (-1615) dans l'un des Albums de Croÿ

Site gaulois, le village fut donné par Anselme de Ribemont à l'Abbaye d'Anchin lors de sa fondation en 1079[23].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du premier tour des élections municipales le , quinze sièges sont à pourvoir ; on dénombre 1 038 inscrits, dont 647 votants (62,33 %), 14 votes blancs (2,16 %) et 614 suffrages exprimés (94,90 %). La liste Pour un Vred renouveau menée par Marie-Françoise Falempe[24] recueille 340 voix (55,37 %) et remporte ainsi douze sièges au conseil municipal contre trois pour la liste Agir ensemble pour Vred menée par la maire sortante Dany Hallant avec 274 voix (44,43 %)[25],[26]. Le confinement lié à la pandémie de Covid-19 retarde d'environ deux mois l'élection des maires par les nouveaux conseils municipaux[27]. Marie-Françoise Falempe est élue maire avec quatorze voix sur quinze le 23 mai[28].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Maire en 1802-1803 : Ad. Martin[29].

Robert Deneuvillers a été conseiller général du canton de Marchiennes de 1970 à 1976.

Titulaires de la fonction de maire de VredVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Robert Deneuvillers (d)[30]
( - )
Centre national des indépendants et paysans
Denis Gambiez (d)30 ans
François Tarka (d)[31]7 ans
Dany Hallant (d)[32],[33],[34]
(née le )
12 ans et 2 mois divers droite
Marie-Françoise Falempe (d)[35],[36]
(née le )
En cours2 ans, 4 mois et 13 jours indépendant

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[37]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[38].

En 2019, la commune comptait 1 338 habitants[Note 8], en diminution de 1,11 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6807137869371 0951 1411 1901 2661 345
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3751 4291 4951 6241 6841 7631 6771 5901 527
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6171 6301 5091 5051 4861 4321 4001 3311 297
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 3731 4201 3781 3881 4141 4431 4151 4131 348
2015 2019 - - - - - - -
1 3861 338-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[39] puis Insee à partir de 2006[40].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,9 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 26,6 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 667 hommes pour 690 femmes, soit un taux de 50,85 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[41]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ou +
1,2 
4,2 
75-89 ans
8,0 
18,8 
60-74 ans
20,9 
25,0 
45-59 ans
21,0 
20,0 
30-44 ans
17,0 
15,3 
15-29 ans
15,6 
16,6 
0-14 ans
16,2 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[42]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Vred

Les armes de Vred se blasonnent ainsi :
D'azur semé de fleurs de lis d'or, au cerf d'argent passant sur le tout[44].


Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Concession de la navigation de la Scarpe, depuis le fort de Scarpe jusqu'à l'Escaut, , 12 p. (lire en ligne), TROISIÈME ET QUATRIÈME BIEFS Uinondalion militaire correspondant à ces deux biefs doit être soutenue par l'écluse de Marchiennes. L'écluse de Vred qui ne joue aucun rôle par rapport à cette inondation aura conformément au projet son radier à 0 27 en contrebas de son niveau actuel 45 38 lequel sera établi à la cote 45 65. Les eaux de navigation entre Guesnocoin et Vred m _ _ se trouvant 1 07 plus élevées que les eaux d'inondation, la hauteur de la digue entre ces deux points sera réglée de concert entre les chefs de service.
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  8. « Station Météo-France Pecquencourt - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Vred et Pecquencourt », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Pecquencourt - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Vred et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lille (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. Eugène Mannier, Études étymologiques, historiques et comparatives sur les noms des villes, bourgs et villages du département du Nord, Paris, Auguste Aubry, , 395 p., VRED 1046 Villa Vereti titre de l Abbaye de Marchiennes. Mirœus 1079 Vedretum titre de fondation de l'Abbaye d'Anchin. 1200 Wrede titre de l'Abbaye d'Andres Mirœus 1246 Verethum titre de l'abbaye de Marchiennes Id Verd Vret Vred Vredt documents divers. Il est fait mention pour la première fois de ce village dans une charte de Bauduin de Lille comte de Flandre de l'année 1046 par laquelle celui-ci accorde entre autres privilèges à l'abbaye de Marchiennes le droit de pêche sur la Scarpe sous la réserve toutefois d'y laisser pêcher le seigneur de Vred. Dominus villx Vereti Vred est une contraction de Verethum pour Warectum signifiant terre inculte terra neglecta vel diu inculta Spelinan Waret en roman est une terre en friche Wa reschaix un pâturage entouré de fossés. Plusieurs localités en Hainaut sont appelées Wareschaix Waressaix Warissaix. M Chotin dit que les Waressaix ou Warchaix étaient de petits marais soumis à la vaine pâture. Le village de Vred est situé dans d'anciens marais desséchés sur les bords de la Scarpe et rappelle par son nom l'ancien état de son sol.
  23. Statistique archéologique du département du Nord, vol. 2, (lire en ligne), En 1079 le fameux Ansel de Ribemont qui tenait en bénéfice de Gérard II évêque de Cambrai donne ce village à l'abbaye d'Anchin. Vers 1415 le lieutenant de la Gouvernance de Douai ayant fait prendre sur le territoire de Vred une femme poursuivie comme empoisonneuse, le duc Jean comte de Flandre en ordonne la remise immédiate à la justice de l'abbaye. Ce prince fit aussi défense à ses officiers de lever aucun impôt sur les habitants de Vred parce que ce village appartenait à l'abbaye en libre alleu 1578 12 octobre de réconciliation du cimetière accomplie par le prieur de Bar ce lieu bénit ayant été souillé par le sang d'un 1712. Dans un fort existant près de la Planche ou de Vred les ennemis avaient mis une garnison et des canons. La déroute de Denain 24 juillet ces troupes s enfuirent la française passa la Scarpe en cet endroit pour commencer investissement de Marchiennes La cure de Vred était à la nomination de l abbé d Anchin qui y à son choix un moine d Anchin ou un prêtre séculier avec qualification de chapelain mais non de pasteur La cure fut à la fin du XVIIe siècle.
  24. Arnaud Déthée, « «  Pour un Vred renouveau » veut redonner du souffle et de l'élan au village », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24162,‎ , p. 23.
  25. « Élections municipales, Vred », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24165,‎ , p. 36.
  26. « Élections municipales 2020 - 1er tour, Vred », L'Observateur du Douaisis, no 897,‎ , p. 10.
  27. « Cinquante-quatre maires du Douaisis installés entre le 23 et le 28 mai », sur https://www.lavoixdunord.fr/, La Voix du Nord, .
  28. « Marie-Françoise Falempe devient maire », L'Observateur du Douaisis, no 907,‎ , p. 14.
  29. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 279, lire en ligne.
  30. Bernard Delmaire, Alain Derville, Louis Trénard, Recherches, travaux et publications en histoire régionale, 1969 à 1973, (publication), Université des sciences et technologies de Lille, , [lire en ligne], p.210Voir et modifier les données sur Wikidata
  31. « Montigny-en-Ostrevent : François Tarka met en ligne l’histoire de la mine », La Voix du Nord,  : « Ancien maire de Vred (2001-2008) et président fondateur de Vred Passion, François Tarka est un homme croyant et passionné par beaucoup de choses. »
  32. « Aux vœux, la maire de Vred, Dany Hallant fait durer le suspense quant à sa possible candidature », La Voix du Nord,  : « C’est au foyer rural que s’est déroulée vendredi la cérémonie des vœux du maire, Dany Hallant. La salle était bien remplie. Du moins plus que l’an dernier. »
  33. « À Vred, Dany Hallant entame un second mandat de maire », La Voix du Nord,  : « Dany Hallant a été réélue sans surprise par le nouveau conseil municipal. Elle entame un second mandat en tant que maire de la commune. »
  34. J. Descarpenteries, « Dany Hallant défend des réalisations aux effets bénéfiques sur le long terme », La Voix du Nord, no 24066,‎ , p. 14 (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428) :

    « Dany Hallant, âgée de 62 ans, achève son deuxième mandat en tant que maire de Vred. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  35. Julien Descarpentries, « Vred : Marie-Françoise Falempe « prête à mener à bien » ses nouvelles fonctions », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428, lire en ligne) :

    « Membre du conseil municipal depuis plus de dix-neuf ans, l’ancienne adjointe aux finances, Marie-Françoise Falempe, a été plébiscitée par les élus et devient officiellement maire de la commune. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  36. Benjamin Dubrulle, Julien Gilman et Stéphane Labdant (infographie), « Municipales : la nouvelle carte politique du Douaisis », La Voix du Nord, no 24270,‎ , p. 10 (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428) :

    « Vred : sans étiquette »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  37. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  38. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  39. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  40. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  41. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Vred (59629) », (consulté le ).
  42. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  43. Fossier 1977, p. 117.
  44. http://www.labanquedublason2.com/lecture_fiche_commune.php3?page=f59629