Bruille-lez-Marchiennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bruille-lez-Marchiennes
Bruille-lez-Marchiennes
Mairie et église.
Blason de Bruille-lez-Marchiennes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Douai
Intercommunalité Communauté de communes Cœur d'Ostrevent
Maire
Mandat
Jean-Jacques Candelier
2020-2026
Code postal 59490
Code commune 59113
Démographie
Population
municipale
1 345 hab. (2017 en augmentation de 1,36 % par rapport à 2012)
Densité 311 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 21′ 34″ nord, 3° 14′ 41″ est
Altitude Min. 20 m
Max. 34 m
Superficie 4,33 km2
Élections
Départementales Canton de Sin-le-Noble
Législatives Seizième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Bruille-lez-Marchiennes
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Bruille-lez-Marchiennes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bruille-lez-Marchiennes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bruille-lez-Marchiennes

Bruille-lez-Marchiennes est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bruille-lez-Marchiennes dans son canton et son arrondissement

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bruille-lez-Marchiennes
Pecquencourt Rieulay
Écaillon Bruille-lez-Marchiennes Somain
Auberchicourt Aniche

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bruille-lez-Marchiennes

Les armes de Bruille-lez-Marchiennes se blasonnent ainsi :« D’or à la croix engrêlée de gueules »[réf. nécessaire]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du premier tour des élections municipales le , quinze sièges sont à pourvoir ; on dénombre 878 inscrits, dont 817 votants (70,27 %), 11 votes blancs (1,78 %) et 591 suffrages exprimés (95,79 %). La liste d'union de la gauche et de progrès soutenue par le Parti communiste français menée par le maire sortant Jean-Jacques Candelier[1] recueille 430 voix (72,76 %), représentant ainsi treize sièges au conseil municipal contre deux pour la liste L'alternative bruilloise menée par Christophe Dejaigher et ses 161 voix (27,24 %)[2],[3].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Candelier au Centre historique minier de Lewarde lors des Quatre jours de Dunkerque 2013.

Le premier maire élu est M. Lesage, en 1790[4]. Jean-Jacques Candelier a notamment été président de la communauté de communes Cœur d'Ostrevent de 1983 à avril 2014, conseiller général du canton de Marchiennes de 1985 à 2008, et député de la seizième circonscription du Nord de 2007 à 2017.

Titulaires de la fonction de maire de Bruille-lez-MarchiennesVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Raymond Delporte (d)
( - )
32 ans Parti communiste français
Jean-Jacques Candelier[5],[6],[7],[8]
(né le )
En cours43 ans et 5 mois Parti communiste français

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2017, la commune comptait 1 345 habitants[Note 1], en augmentation de 1,36 % par rapport à 2012 (Nord : +0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
510503531606665679683720762
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8158519059731 0581 0511 0701 1201 144
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1941 3561 2561 1521 1971 2171 2431 1931 129
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 0671 0921 0341 0411 1291 2131 3021 3161 330
2013 2017 - - - - - - -
1 3221 345-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Bruille-lez-Marchiennes en 2007 en pourcentage[13].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,3 
3,4 
75 à 89 ans
7,2 
8,5 
60 à 74 ans
8,9 
18,1 
45 à 59 ans
18,7 
26,5 
30 à 44 ans
20,6 
18,8 
15 à 29 ans
19,4 
24,3 
0 à 14 ans
25,0 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[14].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Économie[modifier | modifier le code]

En 2017, la commune est très peu endettée et les impôts locaux n'y ont pas été augmentés depuis vingt ans[15].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Samson.
  • La motte féodale du XIIe siècle, situé chemin des Masures. À l'époque le monticule était entouré d'enceintes en bois, dans le bas une première enceinte renforcé de fossés constituait la basse cour ; puis une autre enceinte formait la haute cour ; au centre, une tour de guet, également en bois[16].
  • L'oratoire Saint-Roch, chemin Léo Ferré
  • La ferme du Muid à l'époque mérovingienne ; elle était la propriété de l'Abbaye Saint-Calixte de Cysoing et relevait du Prieuré Beaurepaire de Somain.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Folklore[modifier | modifier le code]

La commune a pour géant Gautier de Châtillon, également nommé Gauthier de Bruille. Le chevalier Gauthier de Châtillon est attesté en 1116, 1136 et 1162, et meurt en 1163. Le géant est créé en 2001 par les élèves de SEGPA du collège Jean-Zay de Lomme sous la direction de leur professeur Jacques Boulanger. Il s'agit d'un géant tracté en bois, haut de quatre mètres et lourd de cent-cinquante kilos. Il sort notamment à l’occasion de la fête des Boudaines ed'coin. Il devient le parrain de Pelotin le Marchiennois en mai 2010[4].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Louis Bécart, « Jean-Jacques Candelier veut jouer les prolongations », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24162,‎ , B
  2. « Élections municipales, Bruille-lez-Marchiennes », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24165,‎ , p. 30
  3. « Élections municipales 2020 - 1er tour, Bruille-lez-Marchiennes », L'Observateur du Douaisis, no 897,‎ , p. 8
  4. a et b « Gauthier de Bruille, géant, chevalier et grand seigneur de l’Ostrevent », La Voix du Nord,
  5. J.-F. Guybert, « Législatives - seizième circonscription du Nord : le député sortant dit adieu à l’Assemblée nationale », La Voix du Nord,  : « Maire de Bruille depuis 1977, il a aussi été conseiller général, de 1985 à 2008, avant de devenir député en 2007, en remplacement de Georges Hage, lui aussi communiste, et d’être réélu en 2012. »
  6. Annuaire des mairies du Nord (préf. Christian Poncelet et Jean-Louis Debré), Les Éditions Céline, , 282  p. (ISBN 2-35258-159-1), p. 59 :

    « Appartenance politique : COM »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  7. « Les municipales dans le Douais: premier mandat pour Raphaël Aix, huitième pour Jean-Jacques Candelier », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189, lire en ligne) :

    « Près de 30 ans les séparent. À 75 ans, Jean-Jacques Candelier est maire depuis 1977 et le restera. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  8. Benjamin Dubrulle, Julien Gilman et Stéphane Labdant (infographie), « Municipales : la nouvelle carte politique du Douaisis », La Voix du Nord, no 24270,‎ , p. 10 (ISSN 0999-2189) :

    « Bruille-lez-Marchiennes : Parti communiste »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. « Évolution et structure de la population à Bruille-lez-Marchiennes en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2010)
  14. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2010)
  15. « BRUILLE-LEZ-MARCHIENNES - Jean-Jacques Candelier ne sera pas candidat aux législatives », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)
  16. Cœur mag' d'Ostrevant numéro 34 - avril 2011- page 22