Jean-Jacques Candelier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Candelier.
Jean-Jacques Candelier
Jean-Jacques Candelier au Centre historique minier de Lewarde, peu avant le départ de la deuxième étape de l'édition 2013 des Quatre jours de Dunkerque, le 2 mai 2013.
Jean-Jacques Candelier au Centre historique minier de Lewarde, peu avant le départ de la deuxième étape de l'édition 2013 des Quatre jours de Dunkerque, le 2 mai 2013.
Fonctions
Député de la 16e circonscription du Nord
En fonction depuis le
Élection
Réélection
Prédécesseur Georges Hage (PCF)
Maire de Bruille-lez-Marchiennes
En fonction depuis le
Conseiller général du canton de Marchiennes
Prédécesseur Pierre Gérard (PCF)
Successeur Jean-Claude Quennesson (PCF)
Biographie
Date de naissance (71 ans)
Lieu de naissance Bugnicourt (Nord)
Parti politique GDR
Parti : PCF

Jean-Jacques Candelier est un homme politique français, né le 7 mars 1945 à Bugnicourt (Nord), membre du Parti communiste français (PCF).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Candelier a été élu député le 17 juin 2007, pour la XIIIe législature (2007-2012), dans la 16e circonscription du Nord en battant, au deuxième tour, Michelle Derain (UMP) avec 66,09 % des suffrages. Il succède ainsi à Georges Hage (PCF) qui ne se représentait pas. Il devient vice-président de la commission de la défense nationale.

Il est réélu le 17 juin 2012 lors du deuxième tour des élections législatives françaises de 2012 en obtenant 100 % des suffrages exprimés[1] ; le candidat socialiste arrivé en deuxième position au premier tour s'étant désisté en sa faveur.

Mandats[modifier | modifier le code]

Mandats actuels[modifier | modifier le code]

Il se distingue par le nombre de questions adressées au gouvernement - plus de 3 000 entre 2012 et 2015 - et par la grande variété de celles-ci, selon les requêtes qu'il reçoit[2].

En juillet 2015, il propose de bloquer « par défaut » l’accès aux sites pornographiques pour en éloigner les mineurs[2].

Suite à la commémoration par le Parlement européen, lors d'une session plénière le mercredi 2 février 2011 à Bruxelles, du génocide des Roms pendant la Seconde Guerre mondiale, Jean-Jacques Candelier a, notamment, déposé avec plusieurs de ses collègues le 10 octobre 2012 une proposition de loi[3] tendant à reconnaître ce génocide (appelé porajmos) qui reste très peu enseigné en France, malgré l'abondante documentation disponible.

Il se fait remarquer en 2014 en interpellant le gouvernement socialiste sur l'existence de la Ligue de défense juive et en réclamant sa dissolution[4].

Il est également l'auteur d'une "proposition de loi organique", enregistrée à la Présidence de l’Assemblée nationale le 18 novembre 2014, tendant à modifier le calendrier électoral afin que les élections législatives interviennent avant l'élection présidentielle. "En replaçant l’élection des députés au cœur du débat politique national, nous contribuerons incontestablement à la revalorisation du rôle du Parlement", explique-t-il en conclusion de son "exposé des motifs".

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

  • Conseiller général :
    • 10/03/1985 - 01/10/1988 : conseiller général du Nord
    • 02/10/1988 - 26/03/1994 : conseiller général du Nord
    • 27/03/1994 - 17/03/2001 : conseiller général du Nord
    • 18/03/2001 - 16/03/2008 : conseiller général du Nord
  • Maire ou conseiller municipal :
    • 06/03/1983 - 11/03/1989 : maire de Bruille-lez-Marchiennes
    • 12/03/1989 - 10/06/1995 : maire de Bruille-lez-Marchiennes
    • 11/06/1995 - 18/03/2001 : maire de Bruille-lez-Marchiennes

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]