Roucourt (Nord)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roucourt.
Roucourt
La mairie.
La mairie.
Blason de Roucourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Douai
Canton Aniche
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Douaisis
Maire
Mandat
Pascal George
2014-2020
Code postal 59169
Code commune 59513
Démographie
Gentilé Roucourtois
Population
municipale
448 hab. (2014)
Densité 140 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 19′ 44″ nord, 3° 08′ 57″ est
Altitude Min. 32 m
Max. 67 m
Superficie 3,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Roucourt

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Roucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roucourt
Liens
Site web www.roucourt.fr

Roucourt est une commune française située dans le département du Nord (59), en région Hauts-de-France. La Compagnie des mines d'Aniche y a ouvert la fosse Roucourt, mais celle-ci étant tombée dans des terrains stériles, elle n'a servi qu'à l'aérage de la fosse Saint René.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé entre la ville de Lewarde à 2,5 km à l'est et celle de Cantin à 3 km à l'ouest, à celle d'Erchin au sud et celle de Guesnain au nord. Sur la route départementale 135.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Roucourt
Guesnain Lewarde
Dechy Roucourt
Cantin Erchin

Histoire[modifier | modifier le code]

De 1071 à 1191, l’Ostrevent est le lieu d'affrontement entre les comtés de Flandre et le Hainaut. La zone litigieuse correspond aux monts Saint-Rémi, sur lesquels sont campés des châteaux forts, comme celui de Roucourt parmi d'autres (Villers-au-Tertre, Cantin, ...). Finalement le château est détruit, puis la paix venue, comme celui de Cantin, il servira au cours du XVe siècle de matières premières pour la construction des remparts de Douai[1].

Après 1815, lors de la défaite de la Bataille de Waterloo, les troupes danoises qui occupaient Masny et Lewarde, construisirent pour honorer la venue du Prince Frédéric de Hesse Cassel un obélisque, qui se situe dans le bois à la limite entre Roucourt et Lewarde.

Lors de Grande Guerre durant la bataille d'Arras et à la fin d'Avril sanglant en 1917, le Baron rouge et son cirque volant a séjourné au château, dont l'allée boisée servait de piste d'atterrissage. Le village a rendu hommage à ses enfants morts pour la France en baptisant certaines rues d'un des noms figurant sur le monument aux morts qui est situé sur la place de la commune à côté de l'église.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Roucourt

Les armes de Roucourt se blasonnent ainsi : "Écartelé d'or et de gueules."

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 Guy Becquet de Megille SE  
mars 2014 Thérèse Scherpereel-Musial    
2014 en cours Pascal George    

Économie[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 448 habitants, en augmentation de 19,15 % par rapport à 2009 (Nord : 1,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
265 249 263 309 318 303 298 301 309
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
294 286 301 278 310 308 322 325 331
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
356 339 318 271 298 313 295 321 400
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
336 308 292 297 335 369 375 444 448
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Roucourt en 2007 en pourcentage[6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,0 
2,7 
75 à 89 ans
7,3 
13,7 
60 à 74 ans
10,4 
34,6 
45 à 59 ans
29,5 
18,7 
30 à 44 ans
17,6 
11,5 
15 à 29 ans
18,7 
18,1 
0 à 14 ans
15,5 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[7].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

  • Château de Roucourt.jpg
    Le Château de Roucourt, bâti en 1765 dans le style Louis XVI pour Jean François Bérenger, commissaire général des fontes de l’artillerie de France, remplace l'ancien château qui se trouvait plus au nord du village. Depuis 1790, le domaine appartient à la famille du Baron Becquet de Megille (alors maire de Douai) qui a continué à l'aménager : Le parc (inscrit sur la base Mérimée) qui l'entoure comprend un pavillon chinois, l'ancien pilori du village et le colombier. L'ensemble est désormais ouvert au public pour réceptions (mariage, séminaire, baptême...).
  • Quelques fermes du XVIIIe siècle et du XIXe siècle présentent un caractère intéressant.
  • L'église en brique date de 1883, elle est construite à l'emplacement de la précédente, mais son orientation diffère afin que l'entrée soit face à la place du village. Elle est dédiée à Saint Amand, bien que le saint patron du village soit Saint Druon auquel la confrérie de Saint Druon (présente avant 1750) rend hommage par une procession chaque lundi de Pentecôte.

Loisir[modifier | modifier le code]

  • La commune dispose d'une salle pour le jeu du billon, et d'un terrain de tennis.
  • Le sentier de grande randonnée 121 permet de découvrir à travers le domaine boisier rattaché au village l'obélisque danois, et la Tour du Comte d'Hespel située dans la forêt de Lewarde.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]