Estrées (Nord)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Estrées.
Estrées
La rue de la mairie.
La rue de la mairie.
Blason de Estrées
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Douai
Canton Aniche
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Douaisis
Maire
Mandat
Lionel Blassel
2014-2020
Code postal 59151
Code commune 59214
Démographie
Gentilé Estrésiens, Estrésiennes[1]
Population
municipale
1 105 hab. (2014)
Densité 190 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 18′ 03″ nord, 3° 04′ 14″ est
Altitude Min. 33 m – Max. 63 m
Superficie 5,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Estrées

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Estrées

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Estrées

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Estrées

Estrées est une commune française, située dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Estrées est située dans une plaine, et est à proximité du canal de la Sensée, qui passe à environ 1 kilomètre. Une butte surplombant le village, est utilisée comme champ. Estrées et Gouy, le village à proximité, sont séparés par la frontière séparant le Nord du Pas-de-Calais.

Estrées dans son canton et son arrondissement

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Estrées
Gouy-sous-Bellonne Gœulzin
Bellonne Estrées Cantin
Tortequesne Hamel Arleux

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom Estrées est un terme d'ancien français, issu du latin strata (via), qui désignait une « voie couverte de pierres plates », par opposition à rupta (via) > route. Il s'est conservé dans la plupart des langues romanes (cf. l'italien et le roumain strada) et a été emprunté par le germanique (cf. l'anglais street, l'allemand Straße et le néerlandais straat[2]). Le mot estrée a disparu du français à la fin du Moyen Âge, mais il demeure dans un grand nombre de toponymes, particulièrement dans le nord de la France, signalant la proximité d'une voie romaine[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Estrées (59) Nord-France.svg

Les armes de Estrées[Note 1] se blasonnent ainsi :"De sinople à la fasce d'hermines" .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Daniel Laczny    
mars 2008 mars 2014 Clovis Pintiaux    
mars 2014[4],[5] en cours Lionel Blassel    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 1 105 habitants, en augmentation de 12,64 % par rapport à 2009 (Nord : 1,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 189 836 927 912 1 018 969 979 1 016 985
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 010 1 062 1 055 1 019 1 024 1 043 1 009 1 006 1 001
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
916 912 832 646 673 701 696 696 718
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
738 786 854 946 1 027 1 038 1 044 981 1 105
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Estrées en 2007 en pourcentage[10].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,8 
6,4 
75 à 89 ans
8,8 
14,4 
60 à 74 ans
12,2 
27,5 
45 à 59 ans
27,7 
19,7 
30 à 44 ans
17,7 
14,8 
15 à 29 ans
14,7 
17,2 
0 à 14 ans
18,1 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[11].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.
  • Église Saint Sarre reconstruite après 1918: beau clocher en grès.
  • À Estrées se trouvent plusieurs lieux commémoratifs : le monument située sur la place de la mairie, commémorant les anciens combattants du village de la guerre 1939-1945, le square Maurice Sauvage, à l'hommage d'un ancien maire, ainsi qu'une butte (relief qui surplombe estrées), où un château y figurait il y a plusieurs siècles.
  • Entre Estrées et Gœulzin se trouve une source, et sur les champs entre Estrées et Férin, on peut apercevoir les restes d'un ancien moulin en briques rouges, où, depuis son abandon, reposent de merveilleux oiseaux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les armes sont identiques à celles de Gruson et de Wicres.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.habitants.fr/habitants_estrees_59214.html
  2. John Ayto, Dictionary of Word Origins, Arcade Publishing, New York, 1990, 584 pages, pg 506
  3. Stéphane Gendron, La Toponymie des voies romaines et médiévales, éditions errance, Paris, 2006, 200 pages, pg 32
  4. « Estrées : Lionel Blassel succède à Clovis Pintiaux à l’élection du maire : Beaucoup d’Estrésiens étaient étonnés dimanche dernier de l’élection sans appel de la liste menée par Lionel Blassel face à celle d’Hervé Berdys », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  5. Alice Favier, « Estrées : un parking pour la salle des fêtes et un préau pour l’école : À 53 ans, Lionel Blassel a entamé son premier mandat. Son objectif est de conserver la bonne situation financière en ciblant les priorités de sa commune. Première cible, l’école qu’il qualifie de « poumon du village » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Évolution et structure de la population à Estrées en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  11. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)