Alain Bruneel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bruneel.

Alain Bruneel
Illustration.
Alain Bruneel en 2018.
Fonctions
Député de la 16e circonscription du Nord
En fonction depuis le
(1 an, 2 mois et 29 jours)
Élection 18 juin 2017
Législature XVe
Groupe politique Gauche démocrate et républicaine
Prédécesseur Jean-Jacques Candelier
Maire de Lewarde

(18 ans et 5 mois)
Prédécesseur Irénée Nottez (PCF)
Successeur Denis Michalak (PCF)
Conseiller général du canton de Douai-Sud
Prédécesseur Laurent Houllier (PS)
Conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais
Successeur Christophe Di Pompeo
Biographie
Date de naissance (66 ans)
Lieu de naissance Tourcoing
Nationalité Française
Parti politique PCF
Site web https://alainbruneel.fr/

Alain Bruneel, né le 7 mars 1952 à Tourcoing, est un homme politique. Membre du Parti communiste français, il est député du Nord.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alain Bruneel commence à travailler dans une usine textile dès l'âge de 14 ans, après le certificat d'études. Les conditions de travail sont dures et il s'engage dans l'action syndicale en 1968 au sein de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), dont il devient permanent régional. Puis c'est au Parti communiste qu'il continue son activité militante[1].

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Alain Bruneel devient maire de Lewarde en 1999 et est réélu sans interruption.

Il démissionne de son mandat de maire le à la suite de son élection à l'Assemblée nationale, cédant la place à son 2e adjoint Denis Michalak. Il continue toutefois à siéger au conseil municipal[2].

En 2004, il est élu conseiller régional et préside le groupe des communistes. Il remporte un second mandat en 2010, lors des élections régionales.

En 2011, il est élu au conseil général du nord dans l'ancien canton de Douai-Sud et démissionne du conseil régional pour ne pas cumuler de mandats. Il est remplacé par Christophe Di Pompeo, suivant sur la liste[3],[4].

Mandat national[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives de 2017, Alain Bruneel est élu député dans la 16e circonscription du Nord en obtenant 55,86 % des voix face à Hortense de Méreüil (FN)[5],[6],[7].

Il est inscrit dans le groupe de la Gauche démocrate et républicaine et fait partie de la commission des Affaires économiques à l'Assemblée nationale[8].

Combats politiques[modifier | modifier le code]

Engagement pour l'hôpital public[modifier | modifier le code]

Élu député, Alain Bruneel se fixe comme priorité la défense de la santé et de l'hôpital public. Il lance en janvier 2018 un tour de France des hôpitaux qui sera mené pendant plusieurs mois par les parlementaires communistes du Sénat et de l'Assemblée nationale.

Le 7 avril 2018, à l'occasion de la journée mondiale de la santé il réunit près de 700 personnes autour de l'hôpital de Douai dans une chaine humaine dont le but est de mettre l'établissement sous surveillance citoyenne[9].

Le 10 septembre 2018, il lance le clip de slam État d'urgence[10] dont il est le producteur. Écrit et interprété par Ugo Dess, un jeune artiste de la circonscription, ce morceau diffusé plusieurs centaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux met en musique la souffrance du personnel hospitaliers, dénonce le manque d'investissement dans la santé et appelle à une mobilisation citoyenne pour la défense de l'hôpital public.

Militant de la gratuité des transports[modifier | modifier le code]

Fervent défenseur de la gratuité des transports scolaires, Alain Bruneel est à l'origine d'une proposition de loi[11] déposée le 24 janvier 2018. Cette proposition, dont il est également le rapporteur, sera débattue dans l'hémicycle le 8 mars 2018 puis rejetée par l'Assemblée nationale.

Ancien vice-président du Syndicat Mixte des Transports du Douaisis, Alain Bruneel reste mobilisé localement pour que le SMTD prenne en charge la gratuité des transports scolaires. Il avait perdu son poste de troisième vice-président en mars 2016, avec 23 voix pour, 17 voix contre et deux votes nuls, parce qu'il s'opposait à la fin de la gratuité pour les lycéens[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :