Bouvignies (Nord)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bouvignies
Bouvignies (Nord)
La mairie.
Blason de Bouvignies
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Douai
Intercommunalité Communauté de communes Pévèle-Carembault
Maire
Mandat
Frédéric Pradalier
2020-2026
Code postal 59870
Code commune 59105
Démographie
Population
municipale
1 532 hab. (2019 en diminution de 0,71 % par rapport à 2013)
Densité 176 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 26′ 12″ nord, 3° 14′ 46″ est
Altitude Min. 16 m
Max. 30 m
Superficie 8,7 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Orchies
(banlieue)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Orchies
Législatives Seizième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouvignies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouvignies
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Bouvignies
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Bouvignies

Bouvignies est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Bouvignies dans son canton et son arrondissement.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue panoramique de Bouvignies

Localisation[modifier | modifier le code]

Entrée de Bouvignies dans le Nord région Nord-Pas-de-Calais France.

Bouvignies est commune limitrophe du nord d'Orchies. Elle est située à 21,4 Km à l'Est de Valenciennes[1] et à 25,7 Km de Lille[2] à vol d'oiseau.

Communes limitrophes de Bouvignies
Coutiches Orchies Beuvry-la-Forêt
Bouvignies
Flines-lez-Raches Marchiennes

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le courant de Coutiches à Bouvignies_(Nord).

Bouvignies est traversé par le courant de Coutiches Amont encore appelé ruisseau de Coutiches[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[4]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[5].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[4]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,7 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 710 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,8 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[8] complétée par des études régionales[9] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Pecquencourt », sur la commune de Pecquencourt, mise en service en 1962[10] et qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[11],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,8 °C et la hauteur de précipitations de 743,8 mm pour la période 1981-2010[12]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944 et à 20 km[13], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[14] à 10,8 °C pour 1981-2010[15], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[16].

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bouvignies est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[17],[18],[19]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Orchies, une agglomération intra-départementale regroupant 5 communes[20] et 17 041 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[21],[22].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[23],[24].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (73,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (76,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (37,3 %), zones agricoles hétérogènes (23,4 %), forêts (16,8 %), prairies (13,2 %), zones urbanisées (9,3 %)[25].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[26].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du latin bovis (« bovin »), à l'origine du nom d'homme germanique Bovo avec le suffixe familial –ing[27] ou du latin bovaria , « étable à bœufs » puis « petite ferme ».[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Des fouilles permirent de mettre au jour des médailles en argent de Postume d'époque gallo-romaine.
  • Jean Joseph l'Espagnol né à Bouvignies en 1638 et achète la bourgeoisie de Douai le 3 mars 1663 et devint procureur général de cette ville[28]. Son arrière-arrière-petit-fils Charles Hyacinthe Joseph Lespagnol de Grimbry sera maire de Wasquehal de 1800 à 1845.
  • Dès le XVIIe siècle, des membres de la famille de Nédonchel font du château de Bouvignies leur résidence familiale et ont leur caveau familial dans l'église. Il s'agit de riches seigneurs qui au fil du temps cumuleront les titres : marquis de Nédonchel et de Bouvignies, de Hennin, de Querenaing, d'Artres, de Warlaing, comte du souverain Bruay-en-Artois, vicomte de Nieuland, d'Ochtezeele et de Sainte-Croix, châtelain héréditaire de Cassel, baron de Ravensberghe (voir Seigneurs de Ravensberghe).
  • En 1723, lors de l'autorisation donnée à Octave Eugène de Nédonchel de porter le titre de marquis, la terre de Bouvignies est confirmée dans le titre de baronnie, elle consiste en bois, moulin, maison, brasserie, terres, rentes ayant toutes les justices (justice seigneuriale), 2000 livres de produit. La terre et baronnie de Bouvignies appartient depuis un siècle et demi à ses ancêtres. Jean de Nédonchel en a servi le dénombrement au roi d'Espagne le 15 février 1607[29].
  • Le 21 avril 1676 Louis XIV venant de Douai passe par Bouvignies pour aller assiéger Condé[30].
  • En 1710 lors du Siège de Douai le prince héréditaire de Hesse et autres généraux de cavalerie eurent leur quartier général à Bouvignies.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Résultat élection municipale & communautaire 2014: dix-neuf sièges sont à pourvoir; on dénombre 1276 inscrits, dont 978 votants (76.65%) et 298 abstentions (23.35%), 37 votes blancs ou nuls (2.90%), suffrages exprimés 941 soit 73.75%. Ont obtenu la liste "Bien vivre à Bouvignies" : 61.21% (16 sièges pour l'équipe F.Pradalier) Liste "Bouvignies Avec Vous" : 38.78% (3 sièges pour l'équipe M.Léopold)[31]

Lors du premier tour des élections municipales le , dix-neuf sièges sont à pourvoir ; on dénombre 1 251 inscrits, dont 751 votants (60,03 %) et 500 abstentions (39.97%), 6 votes blancs (0,8 %), suffrages exprimés 738 (58.99%). Ont obtenu la liste Bouvignies autrement menée par Gilles Février : 340 voix (46,07 %) soit 4 sièges au conseil municipal. Et la liste Bien vivre à Bouvignies menée par Frédéric Pradalier : 398 voix (53,93 %), ce qui lui permet de remporter 15 sièges sur 19[32],[33]. 58 voix séparent les deux listes.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Maire de 1802 à 1807 : Tréhout[34]'[35].

Tombe de Pierre-François Fontenier dans le cimetière de l'église Saint-Maurice
Titulaires de la fonction de maire de BouvigniesVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Achille Alphonse Valin (d)[36]années 1940années 1950
Antoine Wartelle (d)années 1950années 1950
Pierre Bisiaux (d)[37],[38]
( - )
années 1950
Francinet Rossignol (d)[37],[39]
( - )
6 ans
Ronald Valdix (d)[37]
( - )
8 ans
Jacques Delrue (d)[40],[37]17 ans Le Mouvement de la ruralité
Frédéric Pradalier (d)[41],[42]
(né le )
En cours8 ans et 9 mois divers droite
Pierre-François Fontenier (d)
(mort le )

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[43]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[44].

En 2019, la commune comptait 1 532 habitants[Note 8], en diminution de 0,71 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4251 4681 4551 7261 8361 9001 8731 8781 976
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9151 8641 8451 7231 6511 6181 5701 5161 440
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3511 3521 3211 2311 2441 1811 1601 1461 135
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 1251 1141 1281 2571 4261 5371 5161 5131 541
2017 2019 - - - - - - -
1 5351 532-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[45] puis Insee à partir de 2006[46].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33,7 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 24,4 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 780 hommes pour 757 femmes, soit un taux de 50,75 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,23 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[47]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ou +
1,3 
6,5 
75-89 ans
7,5 
15,5 
60-74 ans
17,4 
22,9 
45-59 ans
20,8 
18,4 
30-44 ans
21,5 
13,5 
15-29 ans
13,2 
22,5 
0-14 ans
18,1 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[48]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Santé[modifier | modifier le code]

La commune possède plusieurs services de santé dont une psychologue, un cabinet d'infirmer et de médecins.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bouvignies fait partie de l'académie de Lille.

Elle compte deux écoles une privée et une publique.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune de Bouvignies possède plusieurs clubs associatifs et deux infrastructures sportives (Terrain de football et cours de tennis).

Liste des associations sportives à Bouvignies
Association Sport Fondé en
À la croisée des chemins Marche 2012
Association Sportive Loisirs de Bouvignies Course à pied 1986
L’Entente Sportive de Bouvignies Football 1972
Tennis Club du Manoir de Bouvignies Tennis 1987

Média[modifier | modifier le code]

Le site d'information locale www.bouvigniens.org de l'association Le Printemps Bouvignien.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, Bouvignies comptait trois lieux de production de chaussures Rue Neuve, Rue de la Lombarderie et Rue de la Brasserie. Avec l'atelier Europeshoes s'éteindra en 1972 cette production[49].

Dette[modifier | modifier le code]

L'encours de dette correspond au volume d'emprunts et de dettes assimilées restant à rembourser en fin d'année.[50]

Recettes de fonctionnement[modifier | modifier le code]

Les recettes de fonctionnement correspondent aux impôts locaux, dotations versées par l'État, produits de l'exploitation de cantines, de salles des fêtes, etc.…[51]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Maurice.
Le château des Frenelles, 59870 Bouvignies

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bouvignies la maison d'Anthony Touret (2)

Près du château des Frenelles planent encore les âmes d’Antony Thouret et de Victor Hugo[54].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bouvignies

Les armes de Bouvignies se blasonnent ainsi :"D'azur à la bande d'argent."

Folklore[modifier | modifier le code]

Bouvignies a pour géants Georges IV de Nédonchel et Clément[55]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • BONVIN, Marcel. Ainsi ont vécu les Bouvigniens (1070-1988). Bouvignies : 1988.
  • MONNIER, Bernard. Circuit des chapelles de Bouvignies. Bouvignies : Association Bouvignies hier et aujourd'hui, mars 2003.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[6].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[7].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Orthodromie : Calcul de distance (à vol d'oiseau) entre deux villes : Bouvignies et Valenciennes », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  2. « Orthodromie : Calcul de distance (à vol d'oiseau) entre deux villes : Bouvignies et Lille », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  3. « Courant de Coutiches Amont ruisseau de coutiches », sur Gralon (consulté le ).
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  6. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  7. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  8. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  9. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  10. « Station Météo-France Pecquencourt - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Orthodromie entre Bouvignies et Pecquencourt », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station Météo-France Pecquencourt - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  13. « Orthodromie entre Bouvignies et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  14. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  19. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Unité urbaine 2020 d'Orchies », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  21. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  22. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  23. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lille (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  24. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  25. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  26. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  27. Marie Thérèse Morlet, Toponymie de la Thiérache - Page 35
  28. Recueil de généalogies lilloises. Tome 12 / par Paul Denis Du Péage, (gallica.bnf.fr)
  29. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 400, lire en ligne.
  30. Bulletin de la Commission Historique du Département du Nord, Volume 8, 1865, bibliothèque de Bavière
  31. « Bouvignies 59870 - Résultats des municipales 2014 de la ville », sur Le Figaro (consulté le ).
  32. « Élections municipales, Bouvignies », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24165,‎ , p. 30.
  33. « Élections municipales 2020 - 1er tour, Bouvignies », L'Observateur du Douaisis, no 897,‎ , p. 8.
  34. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 278, lire en ligne.
  35. « Annuaire statistique du département du Nord. Pour … (0000AnNord_0... », sur Mnesys (consulté le ), p. 124-125.
  36. « Bouvignies : la mairie, rue de la place », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428, lire en ligne) :

    « Achille Valin, dont la petite-fille Béatrice Valin réside encore à Bouvignies, en était le maire. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  37. a b c et d Jacques Ovart, « Bouvignies : André Loubert, honoré et médaillé pour 49 ans de présence au conseil municipal », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  38. « Bouvignies : Danièle et Joël Ovart, des noces d’or qui mettent en valeur une union entre voisins », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428, lire en ligne) :

    « C’est là qu’a débuté leur histoire d’amour qui s’est concrétisée par un mairage le 28 juillet 1969, à Bouvignies, union officialisée par Pierre Bisiaux, maire à l’époque. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  39. « Nos blasons : l’histoire de la famille Nedonchel à Bouvignies », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428, lire en ligne) :

    « Il existe cependant un autre blason que l’ancien maire de la commune, Francinet Rossignol, aujourd’hui décédé, affirmait être le bon. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  40. « Bouvignies : les vœux de Jacques Delrue signent la fin de ses mandats », La Voix du Nord,  : « Dans une salle des mariages comble, la population s’est rassemblée vendredi pour les derniers vœux de Jacques Delrue, maire de la commune depuis dix-sept ans. »
  41. « À Bouvignies, Frédéric Pradalier succède à Jacques Delrue dans le siège de maire », La Voix du Nord,  : « Sans grande surprise, c’est Frédéric Pradalier, seul candidat, qui a été élu, par seize voix contre trois votes blancs. »
  42. Marie-Caroline Debaene, « Orchésis : à un an des municipales, votre maire se représente-t-il ? », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428) :

    « Bouvignies. Frédéric Pradalier, 59 ans, maire depuis 2014 et élu depuis 1989, avoue « avoir encore la tête dans le guidon » sur les dossiers actuels, notamment sur le futur béguinage et « ne pas s’être encore penché sur la question  ». »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  43. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  44. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  45. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  46. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  47. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Bouvignies (59105) », (consulté le ).
  48. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  49. La Voix du Nord - édition de Douai du .
  50. « Grands équilibres - Communes — OFGL », sur data.ofgl.fr (consulté le ).
  51. « Recettes de Bouvignies (59870) », sur www.journaldunet.com (consulté le ).
  52. Plan 1791 Base Mistral
  53. La Voix du Nord édition du 27 novembre 2009
  54. La Voix du Nord édition du 13/07/2014 Douai et ses environs, Bouvignies "Lieux-dits: Les souvenirs du Château des Frenelles à Bouvignies"
  55. Benjamin Dubrulle, « Le SOS de passionnés pour sauver des géants abandonnés », La Voix du Nord, no 24596,‎ , p. 14-15