Beuvry-la-Forêt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Beuvry-la-Forêt
Beuvry-la-Forêt
Mairie de Beuvry-la-Forêt.
Blason de Beuvry-la-Forêt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Douai
Canton Orchies
Intercommunalité Communauté de communes Pévèle-Carembault
Maire
Mandat
Thierry Bridault
2018-2020
Code postal 59310
Code commune 59080
Démographie
Gentilé Beuvrygeois
Population
municipale
2 746 hab. (2015 en augmentation de 0,33 % par rapport à 2010)
Densité 219 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 27′ 36″ nord, 3° 17′ 16″ est
Altitude Min. 14 m
Max. 35 m
Superficie 12,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Beuvry-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Beuvry-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beuvry-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beuvry-la-Forêt

Beuvry-la-Forêt est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés les "Beuvrygeois". Beuvry-la-Forêt est à ne pas confondre avec Beuvry-les-Béthune, dans le Pas-de-Calais.

Géographie et environnement[modifier | modifier le code]

Entrée de Beuvry-la-Forêt.

Localisation[modifier | modifier le code]

Beuvry-la-forêt est une commune du pays de Pévèle située à proximité d'Orchies, située sur les restes de l'ancien arc forestier, considéré par certains comme une relique de l'antique forêt charbonnière. Comme son nom le rappelle, la commune est en partie encore enforestée.

La commune est coupée en deux par l'autoroute A23 qui relie Lille à Valenciennes, les deux parties sont : Beuvry-Bourg et Beuvry-Varlet.

Communes limitrophes de Beuvry-la-Forêt
Orchies Landas Landas
Orchies Beuvry-la-Forêt Sars-et-Rosières
Bouvignies Marchiennes Tilloy-lez-Marchiennes

Environnement : La commune bénéficie de la présence et proximité d'un massif forestier (au sud). Mais son environnement est affecté par le passage d'une autoroute très fréquentée.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le relief de la commune est généralement plat.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Courant de l'Hôpital traverse Beuvry dans ses deux parties.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Beuvry la Forêt fait partie d'un climat océanique c'est à dire doux et pluvieux en hiver et frois et humide en été.

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Beuvry-la-Forêt est desservie par le réseau départemental de bus Arc-en-Ciel 2. Les lignes 224 (Orchies > Saint-Amand-les-Eaux) et 234 (Orchies > Saméon) passent par Beuvry. Par ailleurs, des bus scolaires allant et revenant principalement du Collège du Pévèle (Orchies) ou du lycée Hélène Boucher (Somain) desservent aussi la commune.

Pour prendre le train, les beuvrygeois doivent se tourner vers la gare de Landas, cette halte ferroviaire SNCF considérée comme commune aux deux villages. Cependant, la gare de Landas ne possédant pas d'automates pour l'achat de titre de transport, il faut aller à la gare d'Orchies pour acheter des titres de transport. Située sur la ligne de Fives à Hirson, cette gare est desservie par des TER Hauts-de-France allant de et vers Lille-Flandres, Valenciennes, Aulnoye-Aymeries, Maubeuge et Jeumont.

Autrefois, Beuvry-la-Forêt possédait une gare dans le Varlet (partie sud de la commune), située sur la ligne de Somain à Halluin. Cependant, cette gare a fermée en même temps que la ligne, le 22 Février 1991. Aujourd'hui, ce tronçon de la ligne est la Voie verte de la Plaine de la Scarpe.

Routes et autoroutes[modifier | modifier le code]

Beuvry-la-Forêt se situe sur la D953 (Orchies > Hasnon > St-Amand) et à proximité immédiate avec la D957 (Orchies > Marchiennes > Somain). Pour prendre l'autoroute A23 depuis Beuvry, il faut se diriger vers l'échangeur de Marchiennes (sortie n°3).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette partie de la région est occupée depuis la préhistoire.

Un puits galloromain a été découvert dans la commune [1]

La ville était une dépendance de l'Abbaye de Marchiennes à partir du IXe siècle, et pour cette raison très liée à Marchiennes (bien qu'aujourd'hui dans deux cantons différents) [2]. Elle ne devint une paroisse à part entière qu'en 1227.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Douai du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la sixième circonscription du Nord.

Elle fait partie depuis 1793 du canton d'Orchies[3]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est toujours membre, est modifié, passant de 9 à 16 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune s'était associée avec Orchies en créant fin 2001 la petite communauté de communes Cœur de Pévèle, qui ne regroupait que ces deux collectivités.

Dans le cadre de la réforme des collectivités territoriales françaises (2008-2012), cette intercommunalité est contrainte de fusionner avec ses voisine pour créer le la communauté de communes Pévèle-Carembault, dont est désormais membre Beuvry-la-Forêt, malgré son souhait exprimé en 2015[4],[5],[6],[7] d'intégrer la communauté de communes Cœur d'Ostrevent[8].

Politique locale[modifier | modifier le code]

Le maire Thierry Bridault, élu depuis 2008 (qui rencontrait déjà des difficultés avec une partie du conseil municipal[8]) et l'ensemble de sa majorité ont annoncé début janvier 2018 leur démission pour protester contre la réforme territoriale et le rattachement de la commune à la communauté de communes Pévèle-Carembault (ce qui avait provoqué une scission au sein de la majorité municipale lors du conseil municipal du ). Cette démission entraine l'organisation de nouvelles élections municipales, auxquelles Thierry Bridault se représente avec une nouvelle liste[9],[10] qui remporte les élections avec 42,5 % des voix au second tour qui a lieu le [11],[12]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 2008 André Ricquier PS Agent commercial
mars 2008 janvier 2018[9] Thierry Bridault[13],[14] DVD Chef d'entreprise
janvier 2018 mai 2018 Philippe Ricq   Maire par intérim
mai 2018[12] en cours
(au 6 mai 2018)
Thierry Bridault DVD Chef d'entreprise

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Beuvry-la-Forêt est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16].

En 2015, la commune comptait 2 746 habitants[Note 1], en augmentation de 0,33 % par rapport à 2010 (Nord : +1,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6311 6801 7771 9462 0272 0381 9641 9901 972
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9371 9361 8771 8711 8791 8101 7381 7271 710
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7181 7431 7421 6751 6901 6561 6581 6471 704
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1 8141 8041 8692 1752 3372 7622 8182 7502 746
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Beuvry-la-Forêt en 2007 en pourcentage[18].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
3,4 
75 à 89 ans
7,3 
9,1 
60 à 74 ans
10,1 
22,4 
45 à 59 ans
21,2 
23,0 
30 à 44 ans
23,3 
18,4 
15 à 29 ans
17,1 
23,4 
0 à 14 ans
20,2 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage[19].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 

Santé[modifier | modifier le code]

  • Maison de retraite

Enseignement[modifier | modifier le code]

Beuvry-la-Forêt fait partie de l'académie de Lille.

Beuvry-la-Forêt a disposé d'une école maternelle Jack-Lang, première école en France à porter ce nom. Elle a été débaptisée en 2008 après décision du tribunal administratif pour « atteinte au principe de neutralité des services publics ».

Sports[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Sur le territoire de la commune de Beuvry-la-Forêt, hameau Jacques-Varlet, se trouve aussi une usine chimique classée Seveso (en raison de risques d'explosion, d'incendie et de nuage acide), appartenant à l'entreprise Minakem. Une association de riverains s'est opposée à l'extension de l'usine en 2008[20].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • André Ricquier, ancien maire de Beuvry-la-Forêt, mort en 2009, a été maire de la commune durant 31 ans. Membre du Parti socialiste, il a été le plus jeune maire de France en 1977. Il a exercé six mandats dans la commune, avant en mars 2008 de céder son fauteuil de maire. Son père Albert Riquier a également été maire et a laissé son nom à plusieurs rues et au complexe sportif.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Beuvry

Les armes de Beuvry-la-Forêt se blasonnent ainsi :"D'or à une escarboucle de sable, chargée en cœur d'un rubis de gueules."

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Schrevel, M., & Debersée, M. (1976). Le puits gallo-romain de Beuvry-la-Forêt. Revue du Nord, 58, 228.
  2. Gras, Daniel.- Marchiennes et Beuvry-La-Forêt.- Saint-Cyr-sur-Loire : Alan Sutton, 2010. - 127p. N° 13570.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. « Beuvry-la-Forêt : les élus votent en faveur d'un départ de la communauté de communes Pévèle-Carembault », Nord Éclair,‎ (lire en ligne).
  5. Arnaud Déthée, « Départ d’Orchies-Beuvry de Pévèle-Carembault : la CDCI se réunira le 23 octobre : Alors que les communes d’Orchies et de Beuvry-la-Forêt ont manifesté le désir de quitter Pévèle-Carembaut, la commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) va se pencher sur le sujet le 23 octobre », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  6. Jean-Luc Rochat, « Départ d’Orchies et Beuvry de Pévèle-Carembault : un non «consultatif» de la CDCI : La majorité de la commission départementale de la coopération intercommunale (CDCI) s’est opposée à un départ d’Orchies et de Beuvry de la Communauté de communes du Pévèle-Carembault. Un vote consultatif mais qui pèse », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  7. « Départ d'Orchies et Beuvry de Pévèle-Carembault : « L'avis de 33 élus ne nous empêchera pas d'unir nos destins », Nord Éclair,‎ (lire en ligne).
  8. a et b Arnaud Déthée, « T. Bridault, maire : « Beuvry s'est transformé sous notre impulsion, qui le niera » : Thierry Bridault en a gros sur la patate. Le maire de Beuvry, qui a peu gouté les banderilles que ses « mexicains » lio ont plantées dans le dos au lendemain de ses vœux , s'estime injustement pointé du doigt », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  9. a et b Marie-Caroline Debaene, « Coup de théâtre : le maire et sa majorité démissionnent : Le maire Thierry Bridault a créé la surprise ce samedi soir lors de sa cérémonie des vœux à la population, en annonçant sa démission et celle de sa majorité. Il présentera une nouvelle liste », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  10. Marie-Caroline Debaene, « Des opposants pactisent avec le maire pour les futures élections : Suite à la démission du maire de Beuvry-la-Forêt et de treize élus, le conseil se réunit ce samedi pour installer cinq nouveaux conseillers. Les habitants devront tout de même retourner aux urnes. les listes qui se préparent ne vont pas être piquées des vers », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  11. Jean-Luc Rochat, « Thierry Bridault retrouve son fauteuil de maire sans triompher : Crétait attendu, Jérôme Bourichon n'ayant pas souhaité faire liste commune avec Philippe Ricq, Thierry Bridault a été réélu maire, ce dimanche, après une interruption de trois mois, avec 42,5 % des voix. À peu de choses près le résultat du premier tour », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  12. a et b Jacques Ovart (Clp), « Thierry Bridault retrouve son siège de maire quatre mois après avoir démissionné : La campagne électorale beuvrygeoise a trouvé son épilogue ce dimanche matin au foyer Heyden avec l’élection du maire et de ses adjoints. Thierry Bridault a de nouveau endossé l’écharpe de maire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne) « La liste de Thierry Bridault l’a emporté avec 17 sièges, suivie par celle de Philippe Ricq (5 sièges) et celle de Jérôme Bourichon (2 sièges) ».
  13. « Thierry Bridault, maire de Beuvry-la-Forêt : le niveau de réalisations atteint à l'issue de ce mandat sera exceptionnel », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  14. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « À Beuvry-la-Forêt, Thierry Bridault a retrouvé son siège de maire pour six ans », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne) « Au terme d’une élection présidée par Georges Despres, doyen d’âge, Thierry Bridault a retrouvé son poste (à dix-neuf voix contre quatre) face à Delphine Bosacki ».
  15. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  18. « Évolution et structure de la population à Beuvry-la-Forêt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2010)
  19. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 mai 2014)
  20. À Beuvry, les riverains de Minakem ont manifesté contre son extension, article de la Voix du nor du Dimanche 29 juin 2008
  21. Église paroissiale Saint-Martin
  22. « Église paroissiale Saint-Martin », notice no IA59002051, base Mérimée, ministère français de la Culture