Villers-au-Tertre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villers.
Villers-au-Tertre
Une entrée de la commune.
Une entrée de la commune.
Blason de Villers-au-Tertre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Douai
Canton Aniche
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Douaisis
Maire
Mandat
Patrick Mercier
2014-2020
Code postal 59234
Code commune 59620
Démographie
Population
municipale
612 hab. (2014)
Densité 134 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 18′ 10″ nord, 3° 11′ 00″ est
Altitude Min. 48 m
Max. 86 m
Superficie 4,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Villers-au-Tertre

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Villers-au-Tertre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villers-au-Tertre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villers-au-Tertre

Villers-au-Tertre est une commune française, située dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Villers-au-Tertre dans son canton et son arrondissement

Situation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villers-au-Tertre
Erchin
Villers-au-Tertre Monchecourt
Bugnicourt Fressain

Histoire[modifier | modifier le code]

Il existe deux versions au sujet de La seigneurie de Villers-au-Tertre, la première dit qu'elle appartenait aux seigneurs du Rœulx, descendants des comtes de Hainaut. Lorsque Gossuin de Wavrin s'enfuit du comté de Flandre pour avoir tué un sergent du comte, il trouva refuge auprès de Baudouin V de Hainaut et il devint son conseiller. Baudouin le maria en 1185 à Ada du Rœulx sa parente et lui donna la seigneurie de Villers-au-Tetre. La seconde prend comme référence une charte du mois d'avril 1242 de l'abbaye d'Anchin qui dit "Jou Mahieux d'Aubi sire de Villers-au Tertre...." ce nom d'Aubi viendrait de la famille de St Aubin de Douai; le premier connu est Guy en 1161 puis Wauthier son fils, Barthélémy et enfin Alaume (chartes de 1231 et 1250) Ce qui est interpellant, c'est que cette famille portait les armes des Wavrin brisées d'une bande brochant sur le tout qui sont les armes des Wavrin-Wazier. Alaume n'eut qu'une fille nommée Marie qui se maria au seigneur de Manchicourt et c'est son frère Héllin dit du Saulchoy qui reprit la seigneurie de Villers-au-Tertre. Cet Hellin brisait les armes des Wavrin de 11 billettes d'argent mise en orle. Cette seigneurie restera dans la famille jusqu'à la fin de l'ancien régime car le dernier baron de Villers fut Charles-Louis de Wavrin-Villers baron de Villers-au-Tertre. c'est sa fille Françoise-Olympe-Julie baronne de Villers-au-Tertre qui par son mariage transmit cette baronnie à Louis-Charles-Auguste le Prévost comte de Gagemon capitaine d'E.M. du 3e corps de l'armée de Russie en 1812, officier de la Légion d'Honneur le 17.03.1814. À la mort de Françoise-Olympe, la baronnie passa à Alphonse-François de Wavrin Villers-au-Tertre, son cousin, premier pair du Cambraisis, comte de Villers-au-Tertre et du St Empire, qui en fut le dernier détenteur. Après la révolution, Alphonse-François de Wavrin Villers-au-Tertre s'installa à Houdeng-Aimeries, dans le Hainaut. Il est l'auteur de la branche belge des Wavrin.

Héraldique[modifier | modifier le code]

armes de Villers-au-Tertre

Les armes de Villers-au-Tertre se blasonnent ainsi : D'azur à un écusson d'argent, accompagné de onze billettes du même mises en orle.

D'après "les Souvenir de la Flandre Wallonne",p.141.t.1, Alaume serait le fils de Mathieu d'Aubi, seigneur de Villers-au-Tertre en 1242 et portait un écu en abîme accompagné de 11 billettes en orle placées 4,2,2,2,1. Demay dans son recueil des sceaux donne les mêmes armes (n°1715). Cette famille qui s'appelait "de Saulchoy" descendait de Gossuin de Wavrin et d'Ada du Rœulx. ce Gossuin avait dû fuir la Flandre parce qu'il avait tué un sergent du comte de Flandre et était venu se réfugier en Hainaut sous la protection de Baudouin V. Cette famille prit les armes des Aubi c'est-à-dire d'azur à l'écu d'argent accompagné de 11 billettes de même.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
octobre 1994 Jean-Baptiste Gay    
1994 2007 Daniel Collignon    
2007 en cours Patrick Mercier    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 612 habitants, en augmentation de 0,82 % par rapport à 2009 (Nord : 1,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
333 368 358 431 448 449 446 455 402
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
387 422 398 402 377 408 445 452 444
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
484 518 525 460 538 546 564 513 489
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
483 456 454 481 621 655 608 608 612
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Villers-au-Tertre en 2007 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,6 
6,4 
75 à 89 ans
6,8 
8,7 
60 à 74 ans
11,3 
28,5 
45 à 59 ans
23,2 
19,1 
30 à 44 ans
19,7 
19,5 
15 à 29 ans
20,6 
17,8 
0 à 14 ans
17,7 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les Villersois et Villersoises sont très attachés au Mont Tilleul, place centrale du village
  • Le 26 octobre 2012, la nouvelle Mairie s'est installée sur le Mont Tilleul, à côté de l'Église Saint Pierre-Saint Paul.
  • Chapelle Notre Dame de Bonne Espérance.
  • École maternelle.
  • École primaire.
  • Bibliothèque.
  • Plateau sportif.
  • La Ferme du Tertre, les produits fermiers du Tertre.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Fait divers[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Affaire Cottrez.

Fin juillet 2010, Villers-au-Tertre a été au cœur de l'actualité. Le propriétaire d'un pavillon a en effet découvert les ossements de deux nouveau-nés en voulant planter un arbre. Par la suite, six autres nouveau-nés ont été découverts au domicile des anciens propriétaires. Ces derniers ont été mis en garde à vue[7].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]