Opéra de Lille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Opéra de Lille
Description de cette image, également commentée ci-après
Façade de style néo-classique de l'opéra
Type Opéra
Lieu Lille Drapeau de la France France
Coordonnées 50° 38′ 15″ nord, 3° 03′ 55″ est
Architecte(s) Louis Marie Cordonnier
Inauguration 1923
Fermeture 1918 - 1923
1998 - 2003
Capacité 1 134 places
Anciens noms Grand Théâtre
Statut juridique EPCC
Direction Caroline Sonrier
Protection  Inscrit MH (1999)
Site web opera-lille.fr

Géolocalisation sur la carte : Lille

(Voir situation sur carte : Lille)
Opéra de Lille

L’Opéra de Lille est un théâtre d'inspiration néo classique. Construit de 1907 à 1913 il est inauguré officiellement en 1923. Fermé pour rénovation en 1998, il a rouvert fin 2003 pour Lille 2004. L'Opéra de Lille est membre de la ROF (Réunion des opéras de France), de RESEO (Réseau européen pour la sensibilisation à l'opéra et à la danse) et d'Opera Europa. Le bâtiment a été inscrit à l'inventaire des monuments historiques en 1999[1].

Ce site est desservi par les stations de métro Gare Lille-Flandres et Rihour.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1668, la ville de Lille devient française par le traité d'Aix-la-Chapelle. L'activité lyrique se développe rapidement. Des spectacles sont organisés dans la salle de l'hôtel de ville par le compositeur Pascal Collasse. En 1700, la salle est détruite après une représentation de Médée de Charpentier. Elle est reconstruite grâce à un don de 90 000 florins de Louis XIV.

A la fin du XVIII° siècle, une salle plus vaste est construite par l'architecte Lequeux, inaugurée en 1788. Ce théâtre voit notamment les créations françaises du Vaisseau Fantôme de Wagner (1893) ou de Zaza de Leoncavallo (1903)[2].

L'Opéra en 1916, relativement épargné par les obus

En 1903, un incendie ravage le précédent opéra construit au même endroit par Michel-Joseph Lequeux en 1785. La municipalité décide alors de lancer un concours pour la construction du nouvel édifice. Le lauréat du concours est l'architecte Louis Marie Cordonnier, dont l'inspiration puise du côté de Victor Louis et de Charles Garnier et des théâtres à l'italienne[3]. Les travaux sont engagés en 1907 sur un sol difficile. 1050 pieux en béton sont plantés sur près de 5 mètres de profondeur pour assurer les fondations de l'édifice. Le béton armé selon le procédé Hennebique, habillé de pierres de Soignies et de Savonnières, forme également le corps de l’édifice.

En 1914, alors qu'il n'est pas encore tout à fait terminé, les Allemands l'occupent et réquisitionnent une partie des meubles et du matériel de l'autre opéra lillois, le théâtre Sébastopol. C’est la raison pour laquelle les sièges sont actuellement rouges alors que le projet initial prévoyait des sièges bleus (couleur dominante du projet de Cordonnier, seule la rosace du plafond garde la trace de cette volonté). Les Allemands achèvent les travaux et inscrivent sur son fronton « Théâtre allemand ». La première représentation a lieu à Noël 1915, sous la présidence du Kronprinz Rupprecht de Bavière et du gouverneur von Heinrich, commandant des forces d’occupation de la place de Lille. Des artistes berlinois interprètent Iphigénie de Goethe, un Prélude symphonique et Festklange de Liszt. Par la suite, on y joue les Niebelungen et des opérettes ; la population civile est invitée à assister à ces représentations qu’elle boude. Les artistes allemands ne quittent l’Opéra que fin septembre 1918, non sans avoir détruit tous les décors et machineries de scène[4].En quatre années d'occupation, une centaine de représentations auront eu lieu. La fin de la guerre permet une restauration de l'Opéra, qui ouvre ses portes de nouveau en 1923, pour sa « première française ».

Une renaissance difficile[modifier | modifier le code]

Après la seconde guerre mondiale, l'opéra connaît une renaissance difficile. le dernier opéra joué avant la guerre fut Maroûf de Rabaud le 23 mars 1939. Des travaux furent effectuées pour rendre la scène de nouveau opérationnelle. La réouverture officielle eut lieu le 27 novembre 1946 avec le Faust de Gounod. De 1946 à 1953, les différents directeurs successifs (Paul Frady, Louis Guénot, Alban Derrpja) sont confrontés au problème du financement, les déficits s'accumulent. Cependant, quelques évènements marquants sortirent la scène lilloise de la morosité: la présence du tout jeune Georges Prêtre à la direction de la musique en 1948, la représentation du Werther de Massenet le 2 juin 1947 avec le ténor José Luccioni dans le rôle titre (il bissa les airs du 1er et 2ème actes, trissa l'air du 3ème "Pourquoi me réveiller? '). Le 27 août 1950, le ténor Georges Thill donnait son dernier récital lillois.

Une période florissante[modifier | modifier le code]

De 1953 à 1978, 2 directeurs se succèdent à la tête de l'opéra de Lille: Maurice Cottinet (1953-1960) et Alexandre Vanderdonckt (1960-1978). Sous leur direction, l'opéra de Lille connaît une stabilité et un rayonnement plus important, malgré la persistance de difficultés financières.

En 1955, l'état lance la décentralisation artistique en dotant les opéras de province d'un budget conséquent pour monter des œuvres nouvelles et des productions de grande qualité qui doivent être proposées dans plusieurs théâtres.. Lille accueille ainsi dès la saison 1955-1956 2 spectacles en provenance de l'opéra de Nancy: l'opérette Casanova de Wal-Berg et le Fou de Landowski., 2 mois après sa création mondiale. En 1957, Idoménée de Mozart venant de l'opéra de Bordeaux.En 1958, l'opérette le Corsaire Noir de Maurice Yvain, production de l'opéra de Marseille.En 1959, Platée de Rameau production de l'opéra de Lyon sous la direction de Louis de Froment.

Le spectacle lyrique majeur est la production de la Forêt Bleue d'Aubert donnée le 12 mars 1959. Ce spectacle fut repris ensuite à Mulhouse,Colmar, Reims, Nantes, Bordeaux, Toulouse ou Avignon.

De 1946 à 1978, Carmen fut jouée lors des 32 saisons consécutives, Faust 31 saisons, Tosca et le Barbier de Séville 27 saisons. Les grands titres du répertoire français et italien avaient les préférences du public.

Jusqu'à la fin des années 1970, les opéras étaient traditionnellement chantés en français. Parfois, certaines représentations se déroulaient de manière cocasse: en 1955, Le Trouvère fut chanté en français, mais le ténor italien, Achille Braschi chanta en italien, se permettant de trisser "di quelle pira". En 1956, la Juive d'Halévy fut chantée en français, mais le titulaire du rôle d'Eléazar, le ténor Achille Braschi, chanta son rôle en italien, mais bissa "Rachel, quand du seigneur" en français. La m^me année, La Favorite de Donizetti fut chantée dans l' original français mais Achille Braschi chanta la partition italienne ! Rarement, les opéras étaient chanté en langue originale (Andrea Chenier en 1966 avec Paul Finel). En 1959, un ballo in Maschera de Verdi fut interprété par des artistes italiens, chantant en italien, les chœurs chantant en français.

Dans les années 1960, Alexandre Vanderdonckt manifeste de mettre à l'affiche des œuvres nouvelles. Des opéras radiophoniques (créés à la radio avant d'être créé à la scène) ont vu leur création scénique se dérouler à Lille: La Vénus d'Ille et Diafoirus 60 d'Henri Busser en 1963, Goya de Tony Aubin en 1974.

Le ténor Alain Vanzo crée au théâtre Sébastopol sa comédie musicale Pêcheurs d'étoiles en 1972 et il interprète lui-même le rôle principal. Vanzo se produit régulièrement sur la scène de l'opéra (La Traviata, La Boheme, Madame Butterfly, Manon Lescaut, Tosca, L'Opéra d'Aran, Werther) ..

Parmi les artistes invités, les figures les plus marquantes du chant français se produisent à Lille: les sopranos Monique De Pondeau, Françoise Garner, Michàle Le Bris, Andrée Esposito, Mady Mesplé; les mezzo-sopranos Michèle Vilma, Lyne Dourian; les ténors Georges Liccioni, Jean Brazzi; Tony Poncet; les barytons Robert Massard, Michel Dens, Alain Fondary, Matteo Manuguerra, les basses Gérard Serkoyan, Adrien Legros. En 1968, la soprano américaine Astrid Varnay chante dans la Walkyrie de Wagner.

Le déclin[modifier | modifier le code]

A la fin des années 1970, l'activité lyrique s'essouffle. Pour la relancer, sur le modèle de l'Opéra du Rhin, l'idée d'un syndicat intercommunal regroupant les villes de Lille, Roubaix et Tourcoing est lancée.

L'Opéra du Nord[modifier | modifier le code]

En 1979, l'opéra de Lille est associé au ballet du nord de Roubaix et à l'atelier lyrique de Tourcoing (dont la direction sera confiée à Jean-Claude Malgoire en 1980) pour former l'Opéra du Nord. La direction est confiée à Elie Delfosse. De nombreux spectacles sont joués: Il Trovatore de Verdi marque l'ouverture de la saison 1979-1980. De grands artistes se produisent, le baryton Rolando Panerai dans Falstaff de Verdi, le baryton-basse belge José Van Dam dans le rôle de Don Giovanni en 1982 aux côtés d'Adriana Maliponte.. Mariella Devia se produit dans l'un de ses rôles fétiches, Lucia di Lammermoor en 1983. En 1981, Tosca réunit Eva Marton et Beniaminio Prior. En 1982, fut jouée la version originale de Boris Godounov de Moussorgsky. La volonté est d'afficher 60% d'artistes lyriques français: Alain Vanzo revient dans Faust, Gilbert Py et Robert Massard sont affichés dans Samson et Dalila.

L'opéra du nord rencontre un écho favorable auprès du public, le nombre d'abonnés passant de 700 à 3000 en 3 ans. Mais dès le début, les problèmes financiers mettent en péril son existence. En 1984, un plan de restructuration est appliqué, entraînant le licenciement d'une partie du personnel. Les villes de Lille, Roubaix, Tourcoing se déchirent sut les questions budgétaires et n'arrivent pas à transformer le syndicat intercommunal en syndicat mixte.

Projet ambitieux,l'opéra du nord est dissous en 1985, car des problèmes financiers et les rivalités politiques ont raison de son existence..

La disparition de l'opéra[modifier | modifier le code]

Après la disparition de l'opéra du Nord, chaque structure reprend son indépendance.L'opéra de Lille lui succède sous la direction d'Humbert Camerlo, arrivé à la direction en 1984. . Il met en place une programmation ambitieuse: en 1984, Cosi van Tutte de Mozart, en 1985 les Mamelles de Tirésias de Poulenc, "un des spectacles les plus innatendus de la saison lyrique française"[5]. Lors de la saison 1985-1986 The rake's progress de Stravinsky mis en scène par Robert Altman. Pour des raisons budgétaires, la saison 1986-1987 n'a pas lieu, l'opéra est fermé, les membres du choeur et de l'orchestre licenciés.

Renaissance éphémère[modifier | modifier le code]

En 1989, après 3 ans de fermeture, une nouvelle saison lyrique voit le jour avec un seul opéra (Madame Butterfly de Puccini), quelques concerts et récitals de grandes voix.

Au début des années 1990, sous la direction de Riccardo Swarzcer, de nouvelles saisons sont proposées au public lillois: une ou deux productions lyriques, plusieurs récitals de grandes voix. En 1991, est monté Don Giovanni pour le bicentenaire Mozart. En 1992, Il Turco in Italia pour le bicentenaire Rossini. De grands artistes lyriques se produisent en récital: Cecilia Bartoli, Lucia Popp, Marilyn Horne, Christa Ludwig, Kiri Te Kanawa, Martine Dupuy, Lucia Aliberti, Rockwell Blake, José Van Dam, Roberto Alagna, Ruggero Raimondi ou Samuel Ramey. En 1994, le baryton Leo Nucci, malade, ne chante que quelques minutes mais propose de revenir quelques semaines plus tard où il obtient un triomphe dans un programme consacré au lied italien...Quelques productions sont saluées par la critique: Werther de Massenet avec Laurence Dale qui bénéficie d'une captation TV de dernière minute ou les Contes d'Hoffmann d'Offenbach sous la direction de Jean-Claude Casadesus, Celle d'un ballo in maschera de Verdi en 1994 est plus contestée: mal accueillie par le public, le ténor Vincenzo La Scola est victime d'un affreux couac lors de l'avant-dernière représentation.

Des chefs et orchestres prestigieux sont invités: Lorin Maazel dans un concert Wagner, Sir Georg Solti pour diriger une version concertante du Chateau de Barbe-Bleue de Bartok.L'orchestre du Marinsky de Saint-Petesbourg donne le Requiem de Verdi en 1992.

En 1998, l'inspection des conditions de sécurité du bâtiment oblige la municipalité à fermer l'Opéra dans l'urgence, alors que la saison est en cours[6]. La remise en conformité s'accompagnera d'un projet plus ambitieux d'amélioration des conditions d'accueil du public et des hôtes artistiques. Le projet est alors confié aux architectes Patrice Neirinck et Pierre-Louis Carlier, avec l'aide du cabinet Peutz pour les études acoustiques et dUCKS scéno pour les conseils scénographiques.

Le renouveau des années 2000[modifier | modifier le code]

Fin 2003, la réouverture anticipe de quelques mois l'événement Lille 2004 (capitale européenne de la culture). Le premier spectacle lyrique est Don Giovanni de Mozart en janvier 2004 suivi quelques mois plus tard de Madame Butterfly.

Sous la direction de Caroline Sonrier, l'opéra connaît une renaissance durable et originale. L'ambition du projet est l'ouverture: ouverture à tous les répertoires, ouverture aux esthétiques actuelles de la création et aux artistes émergents, ouverture à tous les publics, ouverture à l’ensemble des territoires de la région et d’au-delà, etc. De saison en saison, le projet rassemble un public large autour d’une programmation originale et exigeante, ancrant l’opéra, la danse et les messages qu’il porte dans l’imaginaire d’un public toujours plus attentif.[7]

Les spectacles présentés allient répertoire traditionnel et créations contemporaines. Les saisons successives présentent productions lyriques, danse, concerts ou récitals.

l’Opéra de Lille a initié plusieurs collaborations durables avec des ensembles et orchestres reconnus qui prennent part à au moins une production par saison : le Concert d’Astrée, dirigé par Emmanuelle Haïm, l’Ensemble Ictus, basé à Bruxelles sont en résidence; l’Orchestre National de Lillel’Orchestre de Picardie et le Balcon sont des partenaires privilégiés et sont invités régulièrement[8].

Créé avec la réouverture de l’Opéra en 2003, le Chœur de l’Opéra de Lille, dirigé par Yves Parmentier est composé selon les productions de 26 à 36 chanteurs professionnels, non permanents, dont une large part vit dans la région. Le Chœur de l’Opéra de Lille a pour mission de participer aux productions lyriques de l’Opéra, mais aussi de donner des concerts en tournée et à l’Opéra dans le cadre des Concerts du Mercredi à 18h [9]

En 2010, la production de Carmen attire de nombreux éloges avec Stéphanie d'Oustrac dans le rôle titre. Le journal Le Monde salue la production en titrant "Une Carmen est née à Lille" [10]

Le 28 octobre 2017, la ministre de la culture, Françoise Nyssen, attribue à l’Opéra de Lille la nouvelle appellation de Théâtre lyrique d’intérêt national[11].

Description[modifier | modifier le code]

la façade[modifier | modifier le code]

D'un goût Louis XVI très orné , la façade de l'opéra de Lille correspond aux canons architecturaux de la belle époque en vogue depuis l'exposition universelle de 1900, le regain d’intérêt pour l'architecture française néoclassique à cette époque étant représenté entre autres par les façades du Grand et du Petit Palais. En pierre calcaire, très lumineuse, cette façade comporte trois travées, le premier étage étant percé de trois larges baies cintrées qui éclairent le grand foyer. Son décor a été entièrement conçu et dessiné par Louis Marie Cordonnier. L’attique reçoit un groupe sculpté d'une rare ampleur; réalisé par Hippolyte Lefèbvre, qui illustre la Glorification des Arts. Autour d'Apollon, Dieu des Arts, neuf muses représentent la poésie, la musique, la comédie, la tragédie et d'autres arts lyriques ou scientifiques. De part et d'autre des baies, deux reliefs représentent, à gauche, une allégorie de la musique, sous les traits d'une jeune femme tenant une lyre, sculptée par Alphonse-Amédée Cordonnier, à droite, la tragédie, figure féminine brandissant une épée, sculptée par Hector Lemaire.

Les escaliers.

Le vestibule[modifier | modifier le code]

Le vestibule donne directement sur l'escalier d'honneur encadré de deux autres escaliers qui mènent au parterre et aux galeries des étages. Décoré de deux statues, à droite, L'Idylle, réalisée par Jules Déchin, et à gauche, La Poésie, réalisée par Charles Caby, il conduit à un palier qui dessert la grande salle et deux volées de marches, perpendiculaires à l’axe central, qui dirigent vers le niveau des premières galeries et du grand foyer.

Sous la direction d'Alexandre Vanderdonckt (1960-1978), le principe de la double entrée fut supprimée.Il y avait 2 entrées la première, la principale, donnait sur la place devant l'Opéra et permettait l'accès au parterre et au 1er balcon; la seconde, située sur le côté du bâtiment ne donnait accès qu'aux autres balcons. :

Le grand foyer[modifier | modifier le code]

Le grand foyer.

Le grand foyer, qui occupe toute la longueur de la façade, comprend cinq baies vitrées, trois donnant sur la place du Théâtre et une à chaque extrémité. Il est orné d'un plafond peint par Georges_Picard_(peintre), de deux tableaux ovales du même auteur représentant la Musique et la Danse, de quatre grands groupes sculptés réalisés par Georges Armand Vérez et de deux sculptures, l'allégorie de la Paix, d'Edgar Boutry, et les Trois Grâces, de Gustave Crauk.

La salle[modifier | modifier le code]

La salle à l'italienne, couverte d'une coupole, comprend six loges d'avant scène, une fosse à orchestre, un parterre et quatre galeries, pour un total de 1 138 places. Rouge et or, elle est abondamment décorée de sculptures réalisées par Edgar Boutry. Quatre groupes sculptés représentent la Danse, la Musique, la Tragédie et la Comédie. Des cariatides représentant les saisons encadrent les loges d'avant scène et la scène est coiffée d'une allégorie à la Glorification des Arts, surmontée de sa devise en latin : Ad alta per artes. La coupole est entourée de huit médaillons peints par Georges Dilly et Victor Lhomme.

Au cours de son histoire, le salle fut plusieurs fois réaménagée. A l'été 1973, la fosse d'orchestre, trop étroite, fut agrandie pour accueillir une centaine de musiciens, les 1ers rangs du parterre se trouvèrent plus près de la scène.L'accès au parterre fut modifié:l'allée centrale étant supprimée, remplacée par 2 allées latérales.

Le plateau[modifier | modifier le code]

D’environ 450 m2 de superficie, le plateau désigne l’espace scénique. Entièrement refait lors de la rénovation (2001) réalisée par les architectes Pierre-Louis Carlier et Patrice Neirinck, c’est aujourd’hui un outil de travail perfectionné au service des artistes.

La scène, de 18,40 mètres de long sur 28 mètres de large, précède les loges, les foyers des interprètes et les bureaux de l’administration. Au-dessous, l'opéra possède également un foyer de 200 places.

La rotonde[modifier | modifier le code]

L’ancien bar-fumoir de l’Opéra est situé sous la salle de spectacle. Cet espace adopte une forme circulaire entourée de colonnes qui en délimitent les contours. À l’entrée de la Rotonde se trouve la Petite Danseuse sculptée par Hippolyte Lefebvre

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA59000043, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Mancini et Rouveroux, Guide de l'opéra, Fayard, , p.454-455
  3. « L'Opéra de Lille », Nord Mag (consulté le 15 avril 2012)
  4. Claudine Wallart, Lille à l’heure allemande sur le site Chemins de mémoire
  5. Brigitte Masson, « Les Mamelles de Tirésias », Opéra International, n°81,‎
  6. [PDF] « Réponse au rapport d'observations définitives de la chambre régionale des comptes »
  7. « opera de Lille », sur www.opera-lille.fr
  8. « http://www.opera-lille.fr/fr/decouvrir-l-opera/Orchestres/ »
  9. « http://www.opera-lille.fr/fr/decouvrir-l-opera/choeur/ »
  10. « Stéphanie d'Oustrac, une Carmen est née à Lille », Le Monde,‎
  11. « Le ministère de la Culture consacre l’Opéra de Lille d’intérêt national », La Voix du Nord,‎

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]