Fenain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fenain
Fenain
L'église Saint-André en août 2019.
Blason de Fenain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Douai
Intercommunalité Communauté de communes Cœur d'Ostrevent
Maire
Mandat
Arlette Dupilet
2020-2026
Code postal 59179
Code commune 59227
Démographie
Gentilé Fenainois
Population
municipale
5 516 hab. (2020 en augmentation de 2,99 % par rapport à 2014)
Densité 954 hab./km2
Population
agglomération
333 453 hab. (2020)
Géographie
Coordonnées 50° 21′ 59″ nord, 3° 18′ 05″ est
Altitude Min. 16 m
Max. 47 m
Superficie 5,78 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Valenciennes (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sin-le-Noble
Législatives Seizième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fenain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fenain
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Fenain
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Fenain
Liens
Site web http://www.ville-fenain.fr/

Fenain est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Fenain est une ville du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais située à 15 km à l'ouest de Valenciennes, à 15 km à l'est de Douai et à 35 km au nord-est de Lille.

Elle se trouve en limite du Parc naturel régional Scarpe-Escaut.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Fenain a un finage assez étiré du nord au sud.

Communes limitrophes de Fenain.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est drainée par de nombreux ruisseaux et fossés qui se jettent dans la Scarpe.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 692 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9,1 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Pecquencourt », sur la commune de Pecquencourt, mise en service en 1962[7] et qui se trouve à 6 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,8 °C et la hauteur de précipitations de 743,8 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944 et à 28 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,8 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fenain est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Valenciennes (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 56 communes[17] et 333 453 habitants en 2020, dont elle est une commune de la banlieue[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[20],[21].


Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (55 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (56,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (43,3 %), zones urbanisées (39,1 %), zones agricoles hétérogènes (11,7 %), forêts (5,9 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare de Fenain vers 1930.

La commune a été desservie par la gare de Fenain sur la ligne de Somain à Halluin, mise en service en 1874 par la Compagnie des chemins de fer du Nord-Est, et qui reliait la gare de Somain au réseau des chemins de fer belges à la gare de Menin en Belgique, via Orchies, Ascq, Roubaix - Wattrelos, Tourcoing et Halluin, dernière gare avant la frontière. Elle facilitait le déplacement des ouvriers vers les manufactures de faïences d'Orchies (Céramique d'Orchies). La gare ferme en 1950.

La commune est liée à l'histoire de l'exploitation houillère du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, avec l'ouverture en 1913 de la Fosse Agache par la Compagnie des mines d'Anzin. L'exploitation a cessé en 1976.

Le , on découvre à Fenain un dépeçage de bêtes crevées où venaient s'approvisionner des charcutiers[24].

Circonscriptions d'Ancien Régime

La paroisse Saint-André de Fenain dépendait de la province du Hainaut, du diocèse d'Arras et du décanat de Bouchain, ayant, pour collateur de la cure l'Abbaye Saint-Sauveur d'Anchin[25]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Douai du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la seizième circonscription du Nord.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Marchiennes[26]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au Canton de Sin-le-Noble.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes Cœur d'Ostrevent, créée par transformation du Syndicat Intercommunal de la région de Somain-Aniche (SIRSA), créée en 1962.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les élections municipales de 2014 de Fenain ont été annulées par le Conseil d'État, en raison de la diffusion d’un tract considéré comme injurieux vis-à-vis de l’ancienne équipe municipale et d’une affiche au contenu litigieux, ainsi que du faible écart qui séparait les candidates du second tour : il n’était que de 58 voix pour quelque 5 400 habitants. La délégation spéciale nommée par le sous-préfet de Douai a donc administré provisoirement la commune jusqu'à la réélection du maire après un nouveau scrutin municipal qui s'est tenu le 28 septembre 2014[27],[28],[29].

Lors du premier tour des élections municipales le , vingt-neuf sièges sont à pourvoir ; on dénombre 4 183 inscrits, dont 1 784 votants (42,65 %), 17 votes blancs (0,95 %) et 1 735 suffrages exprimés (97,25 %). La liste divers gauche La gauche fenainoise menée par la maire sortante Arlette Dupilet recueille 801 voix (46,17 %), la liste divers gauche Mieux vivre à Fenain menée par Olivier Bruniau recueille 576 voix (33,20 %) et la liste France Insoumise Agissons ensemble pour Fenain menée par Raphaël Brice[30] 358 voix (20,63). Aucun siège n'est pourvu à l'issue du premier tour[31],[32].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Maire en 1802-1803 : Marlier[33].

Maire en 1807 : Boulanger[34].

Grégoire Leleux, dirigeant communiste du Nord, a été conseiller général du canton de Marchiennes de 1951 à 1970.

Titulaires de la fonction de maire de FenainVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquetteFonction
DébutFin
Charles Joseph Dewalle (d)années 1850
Gustave Longelin (d)[35]années 1940
Grégoire Leleux[36]
( - )

(mort en cours de mandat)
23 ans et 7 mois Parti communiste français
Catherine Poteaux (d)
( - )
3 moisMaire par intérim (d)
Émile Broutin (d)
( - )

(mort en cours de mandat)
7 ans et 7 mois Parti communiste français
Gino Ferrari (d)[37]
( - )

(démission)
6 ans Parti communiste français
Francis Goguillon (d)[38],[39]
(né le )
17 ans Parti communiste français
Danielle Bray (d)[40]
(née le )
13 ans Parti communiste français
Arlette Dupilet (d)
(née le )

(élection annulée par le conseil constitutionnel (d))
4 mois divers gauche
Émile Mocq (d)[41]2 mois et 9 joursPrésident de la délégation spéciale (d)
Arlette Dupilet (d)[42],[43],[44],[45]
(née le )
En cours8 ans, 3 mois et 28 jours divers gauche

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[46]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[47].

En 2020, la commune comptait 5 516 habitants[Note 8], en augmentation de 2,99 % par rapport à 2014 (Nord : +0,16 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 7771 8621 8901 9141 9201 9421 9941 9901 973
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 9602 0672 2182 4982 4892 6352 5462 5162 522
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 6543 0433 3935 3195 4015 2795 2825 1445 253
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2014
5 4626 2705 7555 6395 3655 3425 3485 3535 356
2019 2020 - - - - - - -
5 5105 516-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[48].)
Histogramme de l'évolution démographique


160 habitants en plus à Fenain entre 2014 et 2020.[49]

La commune perdait des habitants depuis les années 1980 et 1990 (plus de 6 000 habitants alors), avec notamment la fin des industries minière et sidérurgique. Au début des années 2 000, tirant profit d’une situation géographique privilégiée entre Douai, Valenciennes et surtout Lille, les conseillers municipaux ont cherché à attirer et proposer des logements ou des terrains, de sorte de ne pas passer sous les 5 000 habitants et afin de regagner des résidents. L’économie de la ville était en jeu car le nombre d’habitants joue un rôle pour les commerces, les écoles, les infrastructures et les dotations (l’argent versé par l’Etat).

Durant les mandats 2002-2008 et 2008-2014, la municipalité de l’époque (la maire était alors Mme Bray), a travaillé à la mise en place de nouveaux quartiers, pour redynamiser la ville.

Ces quartiers sont sortis de terre au fur et à mesure, d’abord à la cité du Rond-Point (début des années 2010), avec l’adjonction d’un FAM, maison et foyer médical pour les personnes en situation de handicap. Les derniers terrains sont actuellement en train d’être construits (en 2022-2023). Puis, les constructions des Terrasses de la Voie Verte, entre la rue Marcel Cachin et la rue Barbusse, et des Jardins de la Ravie (enclave dans la rue Marcel Cachin) ont commencé en 2013-2014, alliant du logement social et de l’accession à la propriété.

Aujourd’hui, les chiffres montrent que ces programmes d’urbanisme ont permis d’éloigner la commune  du seuil problématique de 5 000 habitants et elle a même dépassé les 5 500 habitants.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 38,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 23,5 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 2 575 hommes pour 2 873 femmes, soit un taux de 52,73 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[50]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
1,1 
5,2 
75-89 ans
8,9 
14,5 
60-74 ans
16,5 
21,4 
45-59 ans
18,9 
18,8 
30-44 ans
17,9 
18,0 
15-29 ans
16,6 
21,8 
0-14 ans
20,1 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[51]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Fenain (59) Nord-France.svg

Les armes de Fenain se blasonnent ainsi :"D'or à une escarboucle de sable, chargée en cœur d'un rubis de gueules" .

Folklore[modifier | modifier le code]

Fenain a pour géants Tiot Jules et Casimir[55].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station Météo-France Pecquencourt - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Fenain et Pecquencourt », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Pecquencourt - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Fenain et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Valenciennes (partie française) », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lille (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. Cent ans de vie dans la région, Tome 1 : 1900-1914, éditions la Voix du Nord, 1998, page 53
  25. L. Guiot, « Fenain », La Semaine religieuse du diocèse de Cambrai, no 35,‎ , p. 440 (lire en ligne, consulté le ), sur Gallica.
  26. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. J-F. G. et G. L., « Fenain : le tribunal administratif de Lille annule les élections municipales », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. Carine Di Matteo, « Fenain : la commune, sans maire, est gérée par un président et une délégation spéciale », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. J.-F. Guybert, « Arlette Dupilet réélue vendredi maire de Fenain : Le résultat ne faisait aucun doute. Et pas une voix de son bord n’a manqué à la candidate maire. Vendredi soir, Arlette Dupilet, dont la liste avait gagné l’élection du dimanche 28 septembre, était la seule à briguer le poste. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. Jean-Luc Rochat, « Avec Raphaël Brice, ce sont les Fenainois qui décideront », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24162,‎ , p. 19.
  31. « Élections municipales, Fenain », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24165,‎ , p. 33.
  32. « Élections municipales 2020 - 1er tour, Fenain », L'Observateur du Douaisis, no 897,‎ , p. 9.
  33. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 278, lire en ligne.
  34. « Annuaire statistique département du nord année 1807 », p. 130-131.
  35. « Arrêté du 25 mars 1943 : conseil départemental du Nord », Journal officiel de la République française,‎ , p. 873-874 (ISSN 0242-6773, BNF 13320465, lire en ligne) :

    « Longelin (Gustave), maire de Fenain »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  36. Yves Le Maner, « Leleux Grégoire », Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social,  : « Né le 20 septembre 1910 à Erre (Nord), mort le 23 décembre 1970 à Fenain (Nord)  ; mineur  ; dirigeant communiste du Nord  ; maire de Fenain et conseiller général de Marchiennes. »
  37. « Fenain : Gino Ferrari, un résistant presque ordinaire, s’en est allé », La Voix du Nord,  : « Même s’il fut maire de Fenain de 1978 à 1984, Gino était toujours resté un homme simple. Pour lui la vie avait commencé comme beaucoup de ces enfants issus de l’immigration italienne, par une vie de mineur. »
  38. « Fenain : le second oui de l’ancien maire à sa femme », La Voix du Nord,  : « En 1977, Francis est nommé second adjoint au maire. En 1983, il devient le premier adjoint de Gino Ferrari. Ce dernier démissionnera pour des raisons de santé, et en 1984 Francis, devient le premier magistrat et le restera 17 ans, tout en enseignant à mi-temps »
  39. « Francis Goguillon quitte la société de pêche », L'Yonne républicaine,  : « Le secrétaire de l'association, qui fut l'un des fondateurs de la société en 2003-2004, a en effet décidé de quitter la région pour retourner dans le Nord, sa région d'origine.« Mes douze années passées entre Argenteuil et Ancy resteront un souvenir indélébile et très agréable. J'ai découvert le fonctionnement d'une société de pêche et surtout j'ai trouvé des gens chaleureux qui m'ont tout de suite intégré », a confié l'ancien maire de Fenain (59). »
  40. « Fenain : Un paysan se bat pour ne pas perdre ses terres », L'Observateur du Douaisis,  : « « On lui a attribué des terres dans l'attente d'un bassin de récupération des eaux. Il le savait pertinemment », se défend Danielle Bray, maire de Fenain. Et pour l'élue communiste Pierre Smith n'a pour l'instant « rien perdu du tout ! » »
  41. Carine Di Matteo, « Fenain : la commune, sans maire, est gérée par un président et une délégation spéciale », La Voix du Nord,
  42. J.-F. Guybert, « Arlette Dupilet réélue vendredi maire de Fenain », La Voix du Nord,  : « Le résultat ne faisait aucun doute. Et pas une voix de son bord n’a manqué à la candidate maire. Vendredi soir, Arlette Dupilet, dont la liste avait gagné l’élection du dimanche 28 septembre, était la seule à briguer le poste. »
  43. Jean-Luc Rochat, « Fenain : Arlette Dupilet met en avant un gros programme d’investissement et une bonne gestion », La Voix du Nord,
  44. Benjamin Dubrulle, Julien Gilman et Stéphane Labdant (infographie), « Municipales : la nouvelle carte politique du Douaisis », La Voix du Nord, no 24270,‎ , p. 10 (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428, lire en ligne) :

    « Fenain : divers gauche »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  45. Bruno Place, « Cœur d’Ostrevent : le président Frédéric Delannoy s’entoure de 14 vice-présidents », L'Observateur du Douaisis,‎ (ISSN 0183-8415 et 1639-2221, lire en ligne) :

    « 6e vice-président, Arlette Dupilet, maire de Fenain, déléguée à la culture et à la communication »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  46. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  47. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  48. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  49. « Comment a évolué la population du Douaisis ces dernières années » Accès payant, (consulté le )
  50. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Fenain (59227) », (consulté le ).
  51. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  52. Alexander Beaume, Eugene Dumont, Joseph Laurent Jay, Nicolas Augustin Guilbon, Charles Million, Louis Million, Eugène Plum, Maurice Plum, Gaston Bonnefoy, Henri Guérard, Bulletin spécial des décisions des juges de paix et tribunaux de simple police, vol. 15, (lire en ligne).
  53. « Voie Verte de la Plaine de la Scarpe ( Entre Fenain et Orchies) », sur http://www.pnr-scarpe-escaut.fr (consulté le ).
  54. « Espaces naturels du Nord / Aux portes de la métropole lilloise : La voie verte de la plaine de la Scarpe » [PDF], sur http://www.pnr-scarpe-escaut.fr/ (consulté le ).
  55. Benjamin Dubrulle, « Le SOS de passionnés pour sauver des géants abandonnés », La Voix du Nord, no 24596,‎ , p. 14-15