Sin-le-Noble

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sin-le-Noble
L'hôtel de ville.
L'hôtel de ville.
Blason de Sin-le-Noble
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Douai
Canton Sin-le-Noble
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Douaisis
Maire
Mandat
Christophe Dumont
2014-2020
Code postal 59450
Code commune 59569
Démographie
Gentilé Sinois
Population
municipale
15 665 hab. (2014)
Densité 1 359 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 21′ 49″ nord, 3° 06′ 50″ est
Altitude Min. 16 m – Max. 44 m
Superficie 11,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Sin-le-Noble

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Sin-le-Noble

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sin-le-Noble

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sin-le-Noble
Liens
Site web www.sinlenoble.fr

Sin-le-Noble est une commune française, située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sin-le-Noble dans son canton et son arrondissement

Commune du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais située à l'est de Douai.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sin-le-Noble
Waziers Lallaing
Douai Sin-le-Noble Dechy
Lambres-lez-Douai Férin

Transports et communications[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'étymologie du nom de la commune aurait une double source :[réf. nécessaire]

  • sin viendrait de sinueuse (la ville se trouve sur un ancien méandre de la Scarpe et est traversée par un petit cours d'eau, le Godion) ;
  • noble, car sans seigneur : la ville était directement sous la férule du roi. (Les écoliers sinois apprenaient que la commune avait été anoblie pour avoir soutenu un roi de France).

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Sin-lès-Douai[1].

Ses habitants sont appelés les Sinois[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1891 trois tremblements de terre sont ressentis à Sin-le-Noble les 19 janvier, 15 avril où des cheminées de briques tombent et 25 septembre où des maisons sont lézardées[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 1948 Henri Martel PCF Conseiller général du Canton de Douai-Nord (1945-1970)
       
mai 1953 mars 1959 Oscar Benoit    
mars 1959 mars 1977 Henri Martel PCF
mars 1977 2000 Paulette Deblock PCF  
2000 mars 2001 Thérèse Pernot   Intérim après la démission de Paulette Deblock
mars 2001 mars 2008 Christiane Pezin UDF  
mars 2008 avril 2014 Christian Entem PS  
avril 2014[4] en cours
(au 10 avril 2014)
Christophe Dumont DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

La commune se dote, en 2014, d'un conseil municipal d'enfants[5].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

L'écoquartier du Raquet[modifier | modifier le code]

Dans le cadre du SCOT du Grand Douaisis et du PLH (Programme Local de l’Habitat), la Communauté d'agglomération du Douaisis prépare sur le territoire des communes de Sin-le-Noble et de Douai, un projet d'écoquartier. Ce dernier dit « écoquartier du Raquet » est prévu sur 166 hectares (dont 34 sur la commune de Douai) et il devrait accueillir 12 000 nouveaux habitants dans environ 3 500 logements intégrant les principes et critères de la haute qualité environnementale[6]. La construction de ce vaste quartier devrait être étalée sur la période 2008-2030. Les espaces verts qui y sont prévus devaient s'intégrer dans la trame verte communautaire[7] et une seconde ligne de tramway desservira les futurs logements, les nouvelles écoles, le centre culturel et cultuel musulman et le centre aquatique prévu dans le quartier. En termes de surface, ce devrait être le plus grand écoquartier de France. Après une série de concertations et une enquête d'utilité publique conduite de février à mars 2008 et conclue par un avis favorable du commissaire enquêteur, le principe a été définitivement validé, à l'unanimité par le conseil municipal de Douai[8].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 15 665 habitants, en diminution de -4,16 % par rapport à 2009 (Nord : 1,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 083 2 084 2 292 2 452 2 738 2 857 2 949 3 063 3 043
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 190 3 931 4 606 4 919 5 195 5 634 6 091 6 502 6 969
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8 112 9 305 9 975 9 301 11 269 12 133 12 424 12 744 13 664
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
14 794 16 065 18 664 18 122 16 472 16 972 16 729 16 027 15 665
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Sin-le-Noble en 2007 en pourcentage[11].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,9 
5,6 
75 à 89 ans
8,8 
10,0 
60 à 74 ans
12,7 
20,1 
45 à 59 ans
17,7 
20,1 
30 à 44 ans
19,8 
21,6 
15 à 29 ans
20,6 
22,5 
0 à 14 ans
19,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[12].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Sports[modifier | modifier le code]

  • AS Sin-le-Noble Football
  • Les Épis Foot
  • Tennis-club de Sin-le-Noble
  • Amicale des Sapeurs-pompiers de Sin-le-Noble
  • Ju-Jitsu Club de Sin-le-Noble
  • Tennis de table de Sin-le-Noble

Économie[modifier | modifier le code]

La Compagnie des mines d'Aniche y a ouvert, en 1901, la fosse Déjardin fermée en 1984, et le Groupe de Douai, en 1947, la fosse Puits du Midi fermée en 1972.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Sin-le-Noble (59) Nord-France.svg

Les armes de Sin-le-Noble se blasonnent ainsi :

De sable à trois gerbes d'or liées de gueules.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr.
  3. Stanislas Meunier, Nos terrains... par Gusman, Jacquemin, René-Victor Meunier et Bideault, A. Colin (Paris), (lire en ligne).
  4. « Christophe Dumont veut rassembler les Sinois », L'Observateur du Douaisis, no 587,‎ , p. 11
  5. « Sin-le-Noble : le conseil municipal des enfants est élu », L'Observateur du Douaisis, no 595,‎ , p. 16
  6. Le Raquet : un « écoquartier » de 12 000 habitants va naître à Douai, Le Douaisis.fr du 14 septembre 2006.
  7. Présentation de l'Eco-quartier sur le site de la communauté d'agglomération du Douaisis.
  8. Éco-quartier du Raquet : le conseil donne un avis favorable au projet d'utilité publique, La Voix du Nord, édition de Douai, du 9 novembre 2008.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Évolution et structure de la population à Sin-le-Noble en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)