Cuincy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cuincy
Cuincy
L'église Saint-Martin en mars 2019.
Blason de Cuincy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Douai
Intercommunalité Douaisis Agglo
Maire
Mandat
Claude Hego
2020-2026
Code postal 59553
Code commune 59165
Démographie
Gentilé Cuincynois
Population
municipale
6 472 hab. (2021 en diminution de 0,08 % par rapport à 2015)
Densité 923 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 22′ 59″ nord, 3° 02′ 51″ est
Altitude Min. 23 m
Max. 44 m
Superficie 7,01 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Douai-Lens
(banlieue)
Aire d'attraction Douai
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Douai
Législatives Dix-septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Cuincy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Cuincy
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
Cuincy
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Cuincy

Cuincy [kwɛ̃si] est une commune française située dans le département du Nord et la région Hauts-de-France. Située à trois kilomètres de la Place d’armes de Douai et à 35 kilomètres de Lille, Cuincy s’étend sur 701 hectares dont 26 hectares d’espaces verts.

Les habitants de Cuincy sont appelés les Cuincynois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'Escrebieux, affluent de la Scarpe.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,4 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 719 mm, avec 12,1 jours de précipitations en janvier et 8,9 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Douai à 3 km à vol d'oiseau[3], est de 11,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 729,2 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].


Statistiques 1991-2020 et records CAPPELLE-EN-PEV (59) - alt : 51m, lat : 50°29'39"N, lon : 3°10'42"E
Records établis sur la période du 01-01-1962 au 31-12-2020
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,3 1,5 3,3 5,3 8,6 11,4 13,4 13,2 10,7 7,7 4,4 2 6,9
Température moyenne (°C) 3,8 4,5 7,3 10,4 13,8 16,7 18,8 18,7 15,6 11,6 7,3 4,4 11,1
Température maximale moyenne (°C) 6,4 7,5 11,3 15,5 18,9 22 24,3 24,3 20,6 15,5 10,1 6,8 15,3
Record de froid (°C)
date du record
−19,5
14.01.1982
−13,5
07.02.1991
−10,5
07.03.1971
−4,1
11.04.03
−1,3
05.05.1996
−3
02.06.1962
3,5
01.07.1984
5
28.08.1978
2
25.09.1979
−4,4
24.10.03
−8,3
26.11.1989
−13
18.12.10
−19,5
1982
Record de chaleur (°C)
date du record
15,4
18.01.07
18,8
26.02.19
23
29.03.1968
28,2
15.04.07
31,3
12.05.1998
35,8
27.06.11
41,9
25.07.19
37,4
10.08.03
34,8
15.09.20
29,2
01.10.11
20,7
12.11.1995
15,6
07.12.00
41,9
2019
Précipitations (mm) 59,5 49,9 52,6 41,4 57 65,7 70,2 71,6 57,6 63,3 72,5 75,3 736,6
Source : « Fiche 59129001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/12/2023 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cuincy est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9]. Elle appartient à l'unité urbaine de Douai-Lens, une agglomération inter-départementale regroupant 67 communes[10] et 503 966 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Douai-Lens est la dixième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française), Toulouse, Bordeaux, Nice, Nantes et Toulon[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Douai, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 61 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (51,3 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (44,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (32,5 %), zones urbanisées (30,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (20,5 %), forêts (14,4 %), prairies (1,6 %), zones agricoles hétérogènes (0,2 %)[15]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Cuincy est desservie par les lignes 2, 6, 15, 17 et 109 du réseau urbain Évéole ainsi que par la ligne 413 du réseau interurbain du Pas-de-Calais.

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'après Maurits Gysseling, Cuincy, comme Cuinchy (dans le département du Pas de Calais) proviendrait d'un anthroponyme gallo-romain, Quintius (> Quintiacum, appartenant à Quintius)[16].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle, deux seigneuries se partageaient Cuincy : Cuincy-Prévot ainsi nommée parce que le seigneur était prévôt de Douai et Cuincy-Baudouin du nom d’un seigneur de Haynin.

La terre de Cuincy-le-Prévôt devint une baronnie, par lettres du roi d'Espagne du 20 septembre 1585 en faveur d'Antoine Blondel, puis un marquisat en 1739 pour les d'Aoust de Jumelles[17]. En 1585, la terre de Cuincy-le-Prévôt est appelée Le Grand Cuincy. Elle contient château, forteresse, jardinages, prairies, basse-cour, arbres, édifices, 220 mesures de terre à labour (environ 100 hectares). Elle est tenue et mouvante en seigneurie vicomtière de la terre et seigneurie de Lambre, bailliage d'Oisy, au pays et comté d'Artois[18].

De cette noblesse cuincynoise, il ne reste plus rien aujourd’hui ou presque, sinon des vestiges de leurs descendances ou de leurs successeurs. Du château de Cuincy-Prévost, il ne subsiste que la ferme devenue, après l’achat par la Commune, le Centre de culture et de loisirs Louis Aragon en 1985.

La remise des carrosses surmontée d’un beau pigeonnier abrite la Bibliothèque municipale Albert Camus.

Le château des Baudouins, qui était situé au Petit Cuincy, a depuis longtemps disparu. Ce serait, semble-t-il, sur ces fondations qu’un château de style renaissance a été bâti à la fin du XIXe siècle. Il est resté intact alors que les deux autres châteaux ont été détruits en 1918 par les Allemands dans leur retraite.[réf. nécessaire]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Cuincy dans son canton et son arrondissement.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du premier tour des élections municipales le , vingt-neuf sièges sont à pourvoir ; on dénombre 4 866 inscrits, dont 2 018 votants (41,47 %), 38 votes blancs (1,88 %) et 1 921 suffrages exprimés (95,19 %). La liste étiquetée divers gauche Ensemble pour l'avenir de Cuincy menée par le maire sortant Claude Hégo recueille 1 303 voix (67,83 %) et remporte ainsi vingt-cinq sièges au conseil municipal contre quatre pour la liste étiquetée divers gauche Cuincy, pour vous et avec vous ! menée par Frédéric Duval avec 618 voix (32,17 %)[19],[20]. Sur la liste de ce dernier figure en 13e place l'ancien maire Bernard Wagon[21].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Maire de 1802 à 1807 : Bray[22],[23].

Le compositeur Jules d'Aoust a été conseiller général du canton d'Arleux de 1861 à 1870, tandis que Bernard Wagon a occupé la même fonction pour le canton de Douai-Sud-Ouest de 1994 à 2001.

Titulaires de la fonction de maire de CuincyVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Jules d'Aoust
( - )
29 ans divers gauche
Pierre D'Hour (d)
(mort le )
22 ans
Félix Robaut (d)22 ans
Désiré Morel (d)4 ans
Florent Saudemont (d)2 ans
François Cornu (d)11 ans et 5 mois
Adolphe Waymel (d)
( - )
12 ans
Marc Mercier (d)
( - )
années 1980
Jean Lenne (d)
( - )
années 1980années 1990
Roger Piétin (d)
( - )
années 1990
(mort en cours de mandat)
Parti socialiste
Bernard Wagon (d)[24],[25],[26]
( - )
15 ans Parti socialiste
Claude Hégo (d)[27],[28],[29]
(né le )
En cours10 ans, 1 mois et 24 jours divers gauche

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La maison d’arrêt de Douai, ouverte en 1907, est située sur le tertiaire de la commune. C’est dans la cour de cet établissement qu’a eu lieu la dernière exécution capitale d’un citoyen français, Jérôme Carrein, le 23 juin 1977 à l’aube.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune a été classée deux fleurs au concours des villes et villages fleuris[30].

Jumelage[modifier | modifier le code]

Carte
Jumelages et partenariats de Cuincy.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Cuincy.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
Twyford[31]Royaume-Unidepuis

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[33].

En 2021, la commune comptait 6 472 habitants[Note 3], en diminution de 0,08 % par rapport à 2015 (Nord : +0,23 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
580653685748792781794846883
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9561 0221 0201 0171 1351 2081 3031 3591 412
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4451 4961 5341 3371 4261 4421 4201 4691 478
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3 0083 8316 1756 4497 2046 8476 6616 6026 454
2021 - - - - - - - -
6 472--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 34,0 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 27,1 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 3 067 hommes pour 3 354 femmes, soit un taux de 52,23 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[36]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
0,7 
7,0 
75-89 ans
10,0 
17,4 
60-74 ans
18,6 
19,6 
45-59 ans
20,9 
18,9 
30-44 ans
18,3 
17,2 
15-29 ans
13,5 
19,5 
0-14 ans
18,0 
Pyramide des âges du département du Nord en 2020 en pourcentage[37]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,4 
5,1 
75-89 ans
14,6 
60-74 ans
16 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,5 
30-44 ans
18,7 
20,6 
15-29 ans
19,1 
20,5 
0-14 ans
18,2 

Santé[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Cuincy fait partie de l'académie de Lille.

Sports[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Des entreprises de renommée internationale, dont Renault et Lactalis, contribuent à entretenir des emplois sur la commune.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Certains monuments ont disparu, notamment détruits par les Allemands lors des Guerres mondiales.

  • Champ d'aviation de la Brayelle

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Seigneurs de Cuincy[modifier | modifier le code]

  • Jacques Blondel est seigneur de Cuinchy-le-Prévôt et Cuinchy-le-Baudouin au début du XVIe siècle. Il rend de grands et loyaux services sous l'empereur (Charles Quint), est commissaire des monstres (rassemblements militaires) de la gendarmerie à pied et à cheval, gouverneur de Tournai et du Tournaisis jusqu'à l'âge de 70 ans. Il s'estt oujours comporté fidèlement, de même que ses deux frères , tous ayant combattu lors des guerres d'Italie.
  • Antoine Blondel, fils de Jacques, bénéficie le de l'érection de la terre et seigneurie de Cuinchy-le-Prévôt en baronnie, par lettres données à Monçon en Aragon. Il est également seigneur de Monchecourt, Sanssoy, Verquineul (Verquigneul?). Il combat lors des guerres d'Italie et a participé au Grand siège de Malte[18].

Autres personnalités[modifier | modifier le code]

  • André Joseph Lemaire (1738-1802), général des armées de la République.
  • Eustache Jean-Marie D'Aoust (Marquis d'), baron de Cuincy et autres lieux.Député des états généraux de 1789 représentant la noblesse pour la gouvernance de Douai né le 23 mars 1741 à Douai décédé le 17 février 1808 à Cuincy.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armes de Cuincy se blasonnent ainsi : « De sable à la bande d'or. »

Folklore[modifier | modifier le code]

Cuincy a pour géants Mister Porky, Recyclator et Marguerite Luther, tandis que Tarbouli et Chouchou ont disparu[38].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Cuincy et Douai », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Douai » (commune de Douai) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Douai » (commune de Douai) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  7. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 de Douai-Lens », sur insee.fr (consulté le ).
  11. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Douai », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  16. « Maurits Gysseling: Toponymisch Woordenboek (1960) p. 252 », sur bouwstoffen.kantl.be (consulté le ).
  17. Le Boucq de Ternas, Recueil de la Noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois (1884), p 165 et 407.
  18. a et b Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 165, lire en ligne.
  19. « Élections municipales, Cuincy », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24165,‎ , p. 32.
  20. « Élections municipales 2020 - 1er tour, Cuincy », L'Observateur du Douaisis, no 897,‎ , p. 8.
  21. Benjamin Dubrulle, « Pour les municipales, Frédéric Duval a raccroché Wagon à sa liste », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24162,‎ , A.
  22. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 278, lire en ligne.
  23. « Annuaire statistique du département du Nord. Pour … (0000AnNord_0... », sur Mnesys (consulté le ), p. 126-127.
  24. « Le bilan de Bernard Wagon, maire de Cuincy : « On a refait La cuisine centrale, les ateliers municipaux, la rue Jean-Jaurès… » », La Voix du Nord,  : « Élu à Cuincy depuis vingt-cinq ans, Bernard Wagon achève son 4e mandat en tant que maire. Investi par le Parti socialiste, il sera candidat à sa propre succession en mars prochain. »
  25. « Grille de Cuincy : le maire cherche des solutions », Libération,  : « Le maire PS de Cuincy (Nord), Bernard Wagon, essaie «de trouver une nouvelle solution» à la place de la grille en fer fermant totalement, depuis début août, le passage entre un quartier HLM de la ville limitrophe de Douai (Libération d'hier) et un secteur pavillonnaire de sa commune. »
  26. Jean-Luc Rochat, « Bernard Wagon, ancien maire socialiste de Cuincy, est décédé », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428, lire en ligne) :

    « Maire de la commune de 1999 à 2014, M. Wagon est mort dans la nuit de samedi à dimanche, à l’âge de 74 ans. Il avait succédé à Roger Piétin, socialiste lui aussi, décédé au cours de son mandat, en 1999. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  27. « Douaisis : Claude Hégo, nouveau président du syndicat des transports », La Voix du Nord,  : « Quarante et une voix sur quarante-quatre : c’est par ce résultat que Claude Hégo, par ailleurs maire de Cuincy, a été désigné, à bulletin secret, président du SMTD. »
  28. J.-F. G., « À Cuincy : Claude Hégo, nouveau maire, recherche l’appaisement et ouvre des portes à l’opposition », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428, lire en ligne) :

    « Vainqueur dès le premier tour avec 51,49 % des suffrages, Claude Hégo a été élu maire. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  29. Benjamin Dubrulle, Julien Gilman et Stéphane Labdant (infographie), « Municipales : la nouvelle carte politique du Douaisis », La Voix du Nord, no 24270,‎ , p. 10 (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428, lire en ligne) :

    « Cuincy : divers gauche »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  30. Site des Villes et Villages Fleuris
  31. Dominique Morelle, « Cuincy : Twyford et Cuincy ont cosigné la charte de leur jumelage », La Voix du Nord,  : « Samedi 9 juin, le maire, Claude Hégo, était puissance invitante. Le week-end des 24 et 25 mars, une délégation Cuincynoise était allée à la rencontre, en Angleterre, des élus et associations de ce village, de taille semblable à Cuincy. »
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  36. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Cuincy (59165) », (consulté le ).
  37. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  38. Benjamin Dubrulle, « Le SOS de passionnés pour sauver des géants abandonnés », La Voix du Nord, no 24596,‎ , p. 14-15