Datation par luminescence stimulée optiquement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La datation par luminescence stimulée optiquement (LSO ou OSL pour « Optical Stimulated Luminescence dating » pour les anglophones) désigne un groupe de techniques de datation mesurant le délai écoulé depuis le moment où certains minéraux ont pour la dernière fois été exposés au soleil ou à une chaleur importante. C’est l’une des techniques de datation par la thermoluminescence.
Elle permet aux géologues et archéologues et à des experts en Histoire de l'art de dater le moment ou ces minéraux ont été enfouis (ou transformé en ciment ou mortier « historique » par exemple dans le cas d’une construction ou d'une réparation ancienne[1],[2],[3],[4]. (Il faut cependant que le mortier n’ait pas été exposé à de fortes températures (foyer, cheminée, mortier de four, ou exposition à un incendie)[5],[6]). Cette méthode (comme toutes les autres ne vaut qu'une certaine période maximale de temps (variant selon la nature du matériau analysé) [7] et une condition est que les objets étudiés n’aient jamais subi une quelconque irradiation artificielle (rayons X, exposition à des neutrons...) ou source secondaire de forte chaleur avant l'analyse par thermoluminescence LSO.

Cette méthode de datation s’appuie sur deux grands moyens de stimuler (et mesurer) la luminescence, dont :

  • la luminescence stimulée optiquement (LSO) à proprement parler ;
  • une méthode proche, mais basée sur l'infrarouge (dite IRSL pour Infrared stimulated luminescence).

C’est une méthode complémentaire à la datation par thermoluminescence (TL) qui nécessite, elle, de chauffer l’échantillon.

La notion Anglophone d’« Optical dating » se réfère à l’OSL et à l’ IRSL mais pas à la TL.

Dans les cas idéals la précision est très bonne[8]. En cas de doute, on cherche à lever les incertitudes de mesures par intercomparaison et intercalibration et en croisant plusieurs méthodes de datation[8].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1663, Sir Boyle observa une lueur en réchauffant un diamant dans l'obscurité au contact de son corps.

Vers 1930 des physiciens du solide (ex : Urbach et Frisch) découvrent et étudient l’existence de « pièges à électrons » dans les cristaux. En effet, dans la nature, tout cristal est imparfait. Il contient des défauts apparus lors de sa formation (lacunes, dislocations, intégration d'atomes étrangers). Quand ce cristal est irradié, les ionisations apparaissant au cœur du matériau, qui conserve alors une partie de l'énergie qu’il a reçue sous forme d’électrons piégés à un niveau d’énergie intermédiaire (dit « niveau discret », faisant que cet électron ne peut contribuer ni à la conductivité électrique, ni aux cortèges de valence des atomes. Plus la radioactivité subie par le cristal aura été importante, plus il contiendra d’électrons prisonniers de ses défauts. Chauffer un tel cristal libère ces électrons ; ils circulent alors librement dans le cristal jusqu’à se recombiner avec un autre type de défaut (mais de charge apparente positive, ce qui rétablir la neutralité électrique du matériau. Cette recombinaison peut s’accompagner de l’émission d’un photon. Le « défaut » qui permet cette recombinaison est dit centre F (pour « centre fluorescent » ou centre coloré ; typiquement il s’agit d’un point du cristal où manquait un anion).

Daniels voit dans la thermoluminescence un potentiel pour la datation de roches éruptives et de céramiques.

Houtermans envisage d’appliquer la technique à des météorites pour étudier leur histoire thermique, mais des intérêts existent aussi en paléoclimatologie, géothermie, dosimétrie...

La thermoluminescence ne peut être utilisée concrètement à des fins de datation (ou d'authentification) qu’avec l’apparition des photomultiplicateurs (1950) qui permettent de mesurer de très faibles quantités de lumière.

Dès les années 1950 la méthode est au point pour certains minéraux ; en 1953 Farrington Daniels, Charles A. Boyd et Donald F. Saunders songent à utiliser la datation par luminescence en archéologie (a priori pour la première fois), pensant que la réponse à la thermoluminescence des éclats de poterie pourrait traduire la dernière incidence du chauffage[9].

Dans les années 1960 Grögler et al. conduisent des expériences sur la datation des céramiques[10].

En 1963, Aitken et al. notent que les pièges de type TL dans la calcite pouvaient être blanchis par la lumière du soleil comme par la chaleur[11] et en 1965 Shelkoplyas et Morozov furent les premiers à utiliser la TL pour dater des sédiments non chauffés[12]. Ensuite dans les années 1970 et au début des années 1980 la datation par TL de sédiments d’origine terrestre et marine s’est développée[13].

En Europe, Aitken (Oxford), Mejdahl (Riso) et de Valladas (Gif-sur-Yvette) développent peu à peu l'analyse par thermoluminescence dans leurs laboratoires respectifs.

Initialement réservée aux céramiques[14], la méthode a acquis des applications dans la datation de toutes sortes d'objets d’anciens et archéologiques, mai aussi pour l'étude des paléoenvironnements naturels (ex : delta du Zerafshan (actuelle oasis de Boukhara en Ouzbékistan [15]) ou humains[16], mais aussi dans la détection de copies ou de faux ou de réemploi de matériaux anciens[17]. Elle s'est étendue à aux pierres brûlées (silex) aux sédiments chauffés.

Dans les années 1980 de nouveaux progrès techniques permettent de dater certains cratères de météorite[7], des sédiments (sables éoliens ou fluvio-glaciaires, lœss) ou d’anciens niveaux marins[18].
La fluorescence optiquement stimulée ou OSL pour “Optically stimulated luminescence” ne s’est vraiment développée qu’à partir de 1984 avec les essays de David Huntley et son équipe[19].
En 1988 Hütt et al. jetaient de leur côté les bases d’une datation par la luminescence stimulée par l’infrarouge (IRSL) des feldspaths de potassium[20].

En 1994, les principes de base de la datation optique par thermoluminescence ont été élargis pour intégrer de nouveaux matériaux (surfaces de granit, basalte et grès) permettant la datation ou une confirmation de datation peintures préhistoriques[21], de pétroglyphes[22], de menhirs[23], ou de roches sculptées provenant de monuments ou d'objets anciens. Ioannis Liritzis est le premier à utiliser cette méthode pour dater des bâtiments anciens, variés[24],[25],[26].

Cette méthode a par exemple permis de dater des couches anciennes de sable des Landes et d’ainsi préciser d’autres datations ou la palynologie[27].

Principes physiques[modifier | modifier le code]

En stimulant les quartz avec une lumière monochromatique bleue (longueur d’onde dans l’infrarouge pour les feldspaths), les électrons sont libérés et se combineront avec des centres luminogènes entraînant ainsi le signal de luminescence[28].

La datation par la luminescence est l'une des techniques calculant un âge par la formule suivante :

âge du minerai (en années)

dose totale de rayonnement absorbé (en Gy)

débit de dose de rayonnement (en Gy/an)

Déroulement d'une expérience de datation par luminescence stimulée optiquement[29]

Le débit de dose de rayonnement est une mesure du rythme de rayonnement radioactif qui appliqué au quartz et aux feldspaths de l’échantillon[28]. Il est calculé à partir des mesures des éléments radioactifs (K, U, Th et Rb) à l'intérieur de l'échantillon et du rayonnement provenant des rayons cosmiques. Le débit de dose se situe généralement entre 0,5 et 5 grays/1000 ans[28] (un gray représente l'énergie d'un rayonnement ionisant apportant une énergie d'un joule à un milieu homogène d'une masse d'un kg). Il suffit de laisser des dosimètres (voir la section sur la dosimétrie radiative) dans les sites où le minerai a été prélevé pendant des mois et l’information contenue dans le dosimètre permet de déterminer le débit de dose de rayonnement[28].

Il est possible de déterminer la dose totale de rayonnement absorbée en effectuant une expérience de dosimétrie radiative[28]. Pour ce faire, on excite le matériau sensible à l’aide d’une lumière monochromatique bleue et les électrons libérés se combineront avec des centres luminogènes et de la luminescence sera mesurée[28]. Pour des considérations pratiques, on soumettra le quartz et le feldspath à de la lumière ayant des photons d’énergies plus basses que les photons d’émission afin d'éviter la mesure de la photoluminescence ordinaire[28]. Le signal recueilli pourra être relié à  la dose totale de rayonnement radioactif absorbé au fil des ans. 

Or, une considération importante en datation OSL est que la lumière du jour peut à elle seule déclencher l’excitation nécessaire pour que les électrons soient libérés des pièges du matériau sensible[28]. C’est ce qu’on appelle le blanchiment du signal.  Une grande hypothèse faite en datation OSL est que lors de l’enfouissement des minéraux, les pièges à électrons étaient vides ou presque vides de manière à pouvoir mesurer l’âge de ces minerais de façon non biaisée[28]. Ainsi, un échantillon qui a suffisamment été exposé à la lumière du jour sera dit d’âge zéro car s’il était excité par OSL, il n’émettrait pas de photons puisque ces pièges à électrons ont été vidés par l’action de la lumière du jour. Une fois enfouis, les minéraux ne sont plus influencés par la lumière du jour et ne sont blanchis davantage. Une manière d’avoir des résultats qui ne dépendent pas de l’hypothèse des pièges vides est la méthode Multiple Aliquot Regeneration (MAR)[28]. La méthode de MAR consiste à mesurer sur la même aliquote, le signal naturel (donc provenant de la radiation des éléments radiatifs de son environnement) ainsi que le signal synthétique[28]. Le signal synthétique est généré lorsque l'on vide préalablement les pièges à électrons du matériau sensible avec une lumière monochromatique bleue et en l’irradiant par la suite avec une source radioactive calibrée (généralement du )[28]. En ayant le signal obtenu du détecteur ainsi que la dose radiative connu lors de l’étalonnage, il est possible de corréler le signal de l’instrument à la dose radiative. Avec le signal naturel mesuré au tout début, on peut obtenir la dose radiative.

Le résultat du calcul ne représente rien d’autre que le temps depuis la dernière fois que les pièges à électrons du minerai sont vidés. Un piège à électrons est vidé lorsque celui-ci est exposé à de la chaleur (> 350°C)[28] ou à de la lumière. Une fois vides, les pièges se remplissent à nouveau s'ils sont exposés à du rayonnement ionisant. Ainsi, en OSL, on prendra le moment où les pièges ont été vidés comme référence temporelle.

Les photons émis doivent avoir des énergies supérieures à celles des photons d'excitation pour d'éviter de mesurer la photoluminescence ordinaire du minéral.

Les conditions de prélèvement et de manipulation des échantillons sont importantes : ils ne doivent être exposés ni à la lumière, ni à de la chaleur car un échantillon dans lequel les grains minéraux ont tous été exposés à une lumière du jour (ne serait-ce que quelques secondes pour le quartz, ou durant des centaines de secondes pour le feldspath de potassium) ne pourront jamais plus être datés par cette méthode (excité, ils n’émettront plus de tels photons). Comme on utilise généralement que les feldspaths ou les quartz comme analytes en datation OSL, on doit les extraire de l’échantillon. En effet, si ces analytes sont emprisonnés dans une matrice ou entourés d’autres cristaux, le signal sera biaisé. Ainsi, on broie l’échantillon avant de le mettre en contact avec du HCl et du HF[28]. Le but de ce traitement à l’acide est d’éliminer la contribution des autres cristaux dans le signal et les radiations alpha provenant de la surface externe des particules de quartz[28]. On tamise ensuite les grains et on les dispose en monocouche avec une huile de silicone[28].

Plus l'échantillon est vieux, plus il émettra de lumière (mais dans la limite de saturation du cristal)

Minéraux datables[modifier | modifier le code]

Les minéraux pouvant être datés sont généralement de petits grains de type sable de quartz ou de feldspath de potassium, des zircons ou des grains de matériaux limoneux non-séparés, chacun présentant des avantages et des inconvénients.

  • Pour le quartz, les fréquences d'excitation sont situées dans le bleu ou le vert et l'émission mesurée se situe dans le proche ultraviolet ;
  • Pour le feldspath de potassium ou les petits extraits de limons, on privilégie une excitation dans le proche infrarouge (IRSL) et on mesure les émissions violettes.

Conditions de réussite[modifier | modifier le code]

Chaque sédiment ou échantillon de sols contient des traces d’isotopes radioactifs d’éléments tels que le potassium 40, l’uranium, le thorium et/ou le rubidium.
Ces derniers sont caractérisés par une lente dégradation radioactive associée à l’émission de radiations ionisantes qui sera absorbée par des minéraux environnants courant dans le sédiment tels que le quartz, zircons et certains minéraux (dont les feldspaths potassiques notamment trouvés dans les roches volcaniques).
Chez ceux-ci la radiation induit une charge qui est emprisonnée dans le minéral, dans un « piège à électron » structurellement instable". La charge ainsi piégée s'accumule au cours du temps à un taux déterminé par la quantité de rayonnement de fond du lieu où l'échantillon a été enfoui.
Si ensuite ces grains minéraux sont stimulés par une lumière (bleue ou verte pour l’OSL, infrarouge pour IRSL) ou par une source de chaleur (pour TL), un signal de luminescence est émis chaque fois que l'énergie électronique instable stockée est libérée. L’intensité de ce signal varie selon sur la quantité de rayonnement absorbée durant l'enfouissement et selon les propriétés spécifiques du minéral.

La plupart des méthodes de datation par luminescence reposent sur l'hypothèse que les grains minéraux utilisés étaient suffisamment « blanchis » au moment de l'événement daté (ainsi pour le sable/quartz, une courte exposition à la lumière du jour (1-100 secondes avant l'enfouissement) suffit pour « réinitialiser efficacement l'horloge de datation OSL »[30] Ceci est généralement (mais pas toujours) le cas des dépôts d’origine éolienne (ex dépôts de sable dunaire et de loess et des sédiments éoliens qui se déposent dans les eaux.

Précision de la datation[modifier | modifier le code]

Les datations de quartz par OSL peuvent être déterminées typiquement pour des âges de 100 à 350 000 ans, avec des datations fiables si des méthodes et contrôles appropriés sont effectués[31].
Les techniques IRSL basées sur les Feldspaths peuvent potentiellement allonger la gamme de datation à un million d'années, car leur niveau de saturation de dose est plus élevé que pour le quartz, mais avec précaution, d’éventuels problèmes de « décoloration » anormale devant d’abord être abordés [30] ; une incertitude de 5-10 % de la datation est à prendre en compte dans avec ce type de datation [32].

Comparaison avec la mesure par le radiocarbone[modifier | modifier le code]

À la différence de la datation par le radiocarbone (dite au carbone 14), la datation par la luminescence ne nécessite absolument pas de matière organique dans le sédiment à dater, mais seulement la présence de quartz, de feldspath de potassium ou de certains grains d’autres minéraux.

Cette méthode ne risque en outre pas d’antidater des échantillons contaminés par une matière carbonée plus ancienne.

Dans une étude de la chronologie des sédiments lacustres anciens d’une zone aride (Lac Ulaan au sud de la Mongolie) Lee et ses collègues ont montré que si les datations par OSL et au radiocarbone donnaient des résultats identiques pour dans certains échantillons, pour d’autres les dates étaient jusqu'à 5 800 ans plus anciennes dans les analyses au radiocarbone[33]. Les anomalies de datation de ces sédiments concernaient toutes des échantillons déposés via par des processus éoliens, montrant que le vent avait apporté (de l'ouest dans ce cas particulier) un flux de carbone provenant de l’environnement (dont d’origine Paléozoïque, processus qui est également actif aujourd'hui). Ce carbone a modifié les ratios isotopiques détectés, conduisant à une fausse datation (âge beaucoup plus ancien). Dans ce cas l’origine éolienne de ces sédiments était idéale pour la datation OSL, car la plupart des grains ont a priori été complètement « blanchis » par l'exposition au soleil durant le transport des grains avant leur enfouissement géologique. Mais il convient donc de rester prudent dans les zones de méandres (où des sédiments minéraux sont régulièrement remis à jour). Lee et al. ont conclu de leurs travaux que dans les contextes où un transport de sédiments éoliens peut être soupçonné (surtout dans le cas de lacs situés dans des environnements arides propices à l’érosion éolienne), la méthode de datation OSL est supérieure à la méthode de datation par radiocarbone, car elle élimine un problème commun d'erreur «ancien carbone»[33].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Goedicke C (2003) Dating historical calcite mortar by blue OSL: results from known age samples, Radiation Measurements, 37, n°4-5, 409-16
  2. Goedicke C (2011) Dating Mortar by Optically Stimulated Luminescence : a Feasibility Study, Geochronometria, 38-1, 42-49.
  3. Jain M, Thomsen K.J, Botter-Jensen L & Murray A.S (2004). Thermal transfer and apparent-dose distributions in poorly bleached mortar samples: results from single grains and small aliquots of quartz, Radiation Measurements, 38, 101-109
  4. Gueli A.M, Stella G, Troja S.O, Burrafato G, Fontana D, Ristuccia G.M & Zuccarello A.R (2010), Historical buildings: luminescence dating of fine grains from bricks and mortar, Il Nuovo Cimento, 125B, 5-6, 719-729
  5. Jin Z.Y., Wu Y., Li G., Fan A., Cheng G & Yan L (2012). Luminescence determination of firing temperature of archaeological pure sand related to ancient Dian bronze casting, China. Quaternary Geochronology, 10, 387-393.
  6. Vieillevigne E, Guibert P, Zuccarello A.R & Bechtel F (2006), The potential of optically stimulated luminescence for medieval building, a case study at Termez (Uzbekistan), Radiation Measurements 41, 991-994
  7. a et b Datation par luminescence , fiche LGMT consultée le 04 oct 2017
  8. a et b Bechtel F & al (1997), Évaluation de l'incertitude de mesure de la dose annuelle en datation par luminescence (TL, OSL) et par RPE : Une expérience d'intercomparaison à la Grotte XVI, Cénac et Saint-Julien, Dordogne| Revue d'Archéométrie, 21, p 21-27
  9. (en) Daniels, F., Boyd, C.A., & Saunders, D.F., « Thermoluminescence as a research tool », Science, vol. 117, no 3040,‎ , p. 343–349 (DOI 10.1126/science.117.3040.343, lire en ligne)
  10. (en) Grögler, N., Houtermans, F.G., & Stauffer, H., « Über die datierung von keramik und ziegel durch thermolumineszenz. », Helvetica Physica Acta, vol. 33,‎ , p. 595–596 (lire en ligne)
  11. (en) Aitken, M.J., Tite, M.S. & Reid, J., « Thermoluminescent dating: progress report », Archaeometry, vol. 6,‎ , p. 65–75 (DOI 10.1111/j.1475-4754.1963.tb00581.x, lire en ligne)
  12. (en) Shelkoplyas, V.N. et Morozov, G.V., « Some results of an investigation of Quaternary deposits by the thermoluminescence method », Materials on the Quaternary Period of the Ukraine, vol. 7th International Quaternary Association Congress, Kiev,‎ , p. 83–90
  13. (en) Wintle, A.G. et Huntley, D.J., « Thermoluminescence dating of sediments », Quaternary Science Reviews, vol. 1,‎ , p. 31–53 (DOI 10.1016/0277-3791(82)90018-X, lire en ligne)
  14. Bouvier A (2011). Production et utilisation des terres cuites architecturales au début du haut Moyen Âge: apport de la chronologie par luminescence (Doctoral dissertation, Bordeaux 3)|résumé
  15. Zink A.J, Porto E, Fouache E & Rante R (2017). Paléocours du delta du Zerafshan (oasis de Boukhara, Ouzbékistan): premières datations par luminescence.' L'Anthropologie, 121(1), 46-54.
  16. Hernandez M (2011). « Cadre chronologique des peuplements humains et des paléoenvironnements dans le Sud-Ouest de la France au Pléistocène moyen: apport des datations par luminescence stimulée optiquement » (Doctoral dissertation, Université de Bordeaux 3)|[ http://www.theses.fr/2011BOR30059 Notice/résumé]
  17. Guibert P & Urbanová P (2017). « La mesure du temps par luminescence : datation de réemplois dans la crypte de Saint-Seurin à Bordeaux  ». Mélanges de l'École française de Rome-Moyen Âge (129-1).
  18. Lamothe M (2017). « La contribution de la luminescence à la datation des hauts niveaux marins du Pléistocène ». L'Anthropologie, 121(1), 19-24 | résumé
  19. (en) Huntley, D. J., Godfrey-Smith, D. I., & Thewalt, M. L. W., « Optical dating of sediments », Nature, vol. 313,‎ , p. 105–107 (DOI 10.1038/313105a0, lire en ligne)
  20. (en) Hütt, G., Jaek, I. & Tchonka, J., « Optical dating: K-feldspars optical response stimulation spectra », Quaternary Science Reviews, vol. 7,‎ , p. 381–385 (DOI 10.1016/0277-3791(88)90033-9, lire en ligne)
  21. Sauvet F (2013) A la recherche du temps perdu. Méthodes de datations en art préhistorique : l'exemple des sites aurignaciens.|Aurignacian Genius : art, technologie et société des premiers hommes modernes en Europe ; Actes du Symposium international, 8-10 avril 2013, NY University
  22. Huyge, D., Vandenberghe, D. A., De Dapper, M., Mees, F., Claes, W., & Darnell, J. C. (2012). Premiers témoignages d’un art rupestre pléistocène en Afrique du Nord: confirmation de l’âge des pétroglyphes de Qurta (Égypte) par datation OSL de leur couverture sédimentaire. The Signs of Which Times, 257-268.
  23. Cassen, S., Blain, S., Guibert, P., Querré, G., & Chaigneau, C. (2013). Les pierres dressées de la forêt du Gâvre (Loire-Atlantique): nature et origine des matériaux, premiers éléments de chronologie (14C, OSL). ArchéoSciences, (1), 173-188.
  24. (en) Liritzis, I., « Surface Dating by Luminescence: An Overview », Silesian University of Technology, Poland, vol. 38, no 3,‎ , p. 292–302 (DOI 10.2478/s13386-011-0032-7, lire en ligne)
  25. Liritzis, I., Polymeris, S.G., and Zacharias, N., « Surface Luminescence Dating of 'Dragon Houses' and Armena Gate at Styra (Euboea, Greece) », Mediterranean Archaeology and Archaeometry, vol. 10, no 3,‎ , p. 65–81
  26. Liritzis, I., « Strofilas (Andros Island, Greece): new evidence for the cycladic final neolithic period through novel dating methods using luminescence and obsidian hydration », Elsevier, vol. 37,‎ , p. 1367–1377 (DOI 10.1016/j.jas.2009.12.041)
  27. Sitzia L, Bertran P & Leroyer C (2012) Faciès et chronologie du Sable des Landes: la coupe de Cestas-Pot-aux-Pins. Quaternaire continental d’Aquitaine: un point sur les travaux récents, Guidebook of the AFEQ-ASF, 122e135.
  28. a b c d e f g h i j k l m n o et p Mercier, N. (2008). Datation des sédiments quaternaires par luminescence stimulée optiquement: un état de la question. Quaternaire. Revue de l'Association française pour l'étude du Quaternaire, 19(3), 15-204.
  29. Richter, D. (2007). Advantages and limitations of thermoluminescence dating of heated flint from Paleolithic sites. Geoarchaeology22(6), 671-683.
  30. a et b (en) Rhodes, E. J., « Optically stimulated luminescence dating of sediments over the past 250,000 years », Annual Review of Earth and Planetary Sciences, vol. 39,‎ , p. 461–488 (DOI 10.1146/annurev-earth-040610-133425, lire en ligne)
  31. Murray, A. S. et Olley, J. M., « Precision and accuracy in the optically stimulated luminescence dating of sedimentary quartz: a status review », Geochronometria, vol. 21,‎ , p. 1–16 (lire en ligne [PDF])
  32. (en) Roberts, R.G., Jacobs, Z., Li, B., Jankowski, N.R., Cunningham, A.C., & Rosenfeld, A.B., « Optical dating in archaeology: thirty years in retrospect and grand challenges for the future », Journal of Archaeological Science, vol. 56,‎ , p. 41–60 (DOI 10.1016/j.jas.2015.02.028, lire en ligne)
  33. a et b (en) Lee, M.K., Lee, Y.I., Lim, H.S., Lee, J.I., Choi, J.H., & Yoon, H.I., « Comparison of radiocarbon and OSL dating methods for a Late Quaternary sediment core from Lake Ulaan, Mongolia », Journal of Paleolimnology, vol. 45,‎ , p. 127–135 (DOI 10.1007/s10933-010-9484-7, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aitken M.J (1998). An introduction to optical dating: the dating of Quaternary sediments by the use of photon-stimulated luminescence. Oxford University Press. (ISBN 0-19-854092-2)
  • Aitken M.J (1985) Thermoluminescence dating | Academic Press, London, 359p.
  • Bouvier A (2011). Production et utilisation des terres cuites architecturales au début du haut Moyen Âge: apport de la chronologie par luminescence (Doctoral dissertation, Bordeaux 3)|résumé
  • Cordier S (2010). Optically stimulated luminescence dating: procedures and applications to geomorphological research in France. Géomorphologie: relief, processus, environnement, 16(1), 21-40.
  • Greilich S, Glasmacher U.A & Wagner G.A (2005). Optical dating of granitic stone surfaces. Archaeometry, 47(3), 645-665.
  • Habermann, J., Schilles, T., Kalchgruber, R., & Wagner, G. A. (2000). Steps towards surface dating using luminescence. Radiation Measurements, 32(5), 847-851.
  • Kijek N & Chruścińska A (2014). Estimation of OSL trap parameters by optical “cleaning”—a critical study. Geochronometria, 41(2), 160-167.
  • Liritzis I (1994). A new dating method by thermoluminescence of carved megalithic stone building. Comptes rendus de l'Académie des sciences. Série 2. Sciences de la terre et des planètes, 319(5), 603-610.
  • Liritzis I, Guibert P, Foti F & Schvoerer M (1997). The temple of Apollo (Delphi) strengthens novel thermoluminescence dating method. Geoarchaeology, 12(5), 479-496.
  • Liritzis I (2010). Strofilas (Andros Island, Greece): New evidence of Cycladic Final Neolithic dated by novel luminescence and Obsidian Hydration methods. J Archaeological Science, 37, 1367-1377.
  • Liritzis I, Sideris C, Vafiadou A & Mitsis J (2008). Mineralogical, petrological and radioactivity aspects of some building material from Egyptian Old Kingdom monument. Journal of Cultural Heritage, 9(1), 1-13.
  • Mercier N (2017). Vers une approche nouvelle de la dosimétrie: implications pour les méthodes de datation par luminescence et résonance paramagnétique électronique. L'Anthropologie, 121(1), 9-18.
  • Morgenstein M.E, Luo S, Ku T.L & Feathers J (2003). Uranium-series and luminescence dating of volcanic lithic artefact. Archaeometry, 45(3), 503-518.
  • Rhodes E.J (2011). Optically stimulated luminescence dating of sediments over the past 200,000 years. Annual Review of Earth and Planetary Sciences, 39, 461-488.
  • Roberts R.G, Jacobs Z, Li B, Jankowski N.R, Cunningham A.C & Rosenfeld A.B (2015). Optical dating in archaeology: thirty years in retrospect and grand challenges for the future. Journal of Archaeological Science, 56, 41-60.
  • Theocaris P.S, Liritzis I & Galloway R.B (1997). Dating of two Hellenic pyramids by a novel application of thermoluminescence. Journal of Archaeological Science, 24(5), 399-405.
  • Wintle, A. G., & Murray, A. S. (2006). A review of quartz optically stimulated luminescence characteristics and their relevance in single-aliquot regeneration dating protocols. Radiation Measurements, 41(4), 369-391.
  • Alain Foucault, Climatologie et paléoclimatologie, Dunod, , p. 188