Wenceslas Cobergher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wenceslas Cobergher
WenceslasCobergher.jpg

Portrait de Wenceslas Cobergher

Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Wenceslas Cobergher, Vincenzo Coebberger ou encore Wenzel Coebergher et Coberger, né en 1561 ou en 1557, selon les sources, à Anvers et décédé le à Bruxelles, est un peintre, graveur[3], architecte, ingénieur, numismate, archéologue, financier et, à partir de 1627, seigneur de Cobergher, Sint-Antheunis et Groenlandt dans les Moëres. Personnage de la Renaissance doué pour les arts et les inventions techniques, il est à l'origine en 1619 de l'assèchement des Moëres, un marécage situé à cheval sur l'actuelle frontière franco-belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Touche-à-tout de génie comme seule semble avoir pu en produire la Renaissance, Wenceslas Cobergher a été peintre, architecte et ingénieur créatif, antiquaire passionné de numismatique, chimiste fabricant de potasse à l’usage des savonneries et teintureries, et finalement penseur politique

Grand pourvoyeur de retables et de scènes bibliques de piètre qualité, cet Anversois de naissance s’était installé en Italie pour fuir les guerres religieuses qui ravageaient son pays ou, raconte la rumeur, pour se guérir d’une déception amoureuse envers la fille de son maître, Maarten De Vos (1532-1603). Toujours est-il qu’il délaissa la peinture une fois entré au service des archiducs Albert et Isabelle, à qui il doit sa renommée. Fils bâtard de Catherine Raems, il avait depuis longtemps obtenu du roi une lettre de légitimation le rétablissant dans son honneur et sa probité…

En tant qu’architecte-ingénieur à la Cour de Bruxelles (1605), il intervient régulièrement dans les châteaux ducaux, autant à Bruxelles qu’à Tervueren ou à Mariemont. Soucieux de plaire à la très catholique Isabelle, il prête ses services à la construction de nombreux édifices religieux dont elle soutient la fondation. Du couvent des carmélites de Bruxelles à la basilique Notre-Dame de Montaigu(1609-1624) en passant par les augustins d’Anvers (1615-1618), il se fait le propagateur zélé du plan central sous dôme si cher à l’art baroque italien.

Les Dunkerquois se souviendront de lui pour avoir réussi à transformer des marécages en pâturages, les moëres, situés à cheval sur la frontière franco-belge actuelle, entre Furnes et Bergues-Saint-Winoc. Le niveau général du marais, plus bas que celui de la mer, était la principale difficulté à laquelle ses prédécesseurs s’étaient heurtés. A l’aide de 32 kilomètres de digues entourées d’un anneau d’eau, le Ringslot, d’un réseau serré de canaux et de 23 moulins d’exhaure équipés de vis d’Archimède en chêne, l’eau des moëres était pompée et rejetée à la mer. Hors études et calculs, les travaux avaient pris six ans pour être menés à terme (1619-1625). En récompense, Wenceslas obtiendra la terre et la seigneurie de Saint-Antoine et Coberghe, au milieu des moëres de Flandre occidentale.

Soucieux de lutter contre la rapacité des usuriers, Cobergher importe dans les Pays-Bas méridionaux le concept italien des monte di pieta – littéralement crédit de pitié et non mont de piété - et développe le prêt sur gage aux plus démunis, à faible taux d’intérêt ou gratuit, tel qu’il a été inventé par un franciscain de Pérouse, Michele Carcano (1462). Sous la houlette du surintendant général aux monts-de-piété, pas moins de 15 institutions seront mises en place dans les principales villes des Pays-Bas méridionaux. La première d’entre elles ouvre ses portes à Bruxelles en 1618 dans l’ancien hôtel de Beersel, à l’angle des rues du Midi et du Lombard. Le mont de piété est toujours actif de nos jours, dans ses locaux rénovés de la rue Saint-Ghislain (Alexis Partoes, 1868), bâtis sur la propriété Mosselman.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peintre[modifier | modifier le code]

  • Le Martyre de St Sébastien pour l'hôtel des archers d'Anvers, actuellement conservé au Musée des beaux-arts de Nancy
  • L'Ecce Homo (1604-1610) au musée de Toulouse
  • Le Christ pleuré par les Saintes Femmes

Ingénieur[modifier | modifier le code]

Il fit assécher Les Moëres dans la région de Dunkerque.

Architecte[modifier | modifier le code]

Il dessina les plans de différentes églises : celle des carmélites de Bruxelles et celle des augustins d'Anvers ainsi que la basilique Notre-Dame de Montaigu. Il éleva aussi 15 monts de piété des Pays-Bas espagnols, dont ceux d'Anvers, de Gand, d'Arras, de Lille, de Cambrai, de Douai, de Tournai, de Valenciennes et celui de Bergues, en 1629, actuel musée de la ville.

Il dessina également les plans de l'hôtel de ville d'Ath, construit de 1614 à 1620.

Les plans de l’église des Augustins de Bruxelles lui ont été attribués. Il s’agit toutefois d’un projet de Jacques Franquart et non de Cobergher[4].

Écrivain[modifier | modifier le code]

Deux ouvrages en langue néerlandaise lui sont attribués :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Ingeo
  2. Source : Léon Moreel
  3. « Wenceslas-Cobergher », Encyclopædia Britannica, [En ligne], , réf. du . [www.britannica.com].
  4. Annemie De Vos, Jacques Francart, Premier livre d'architecture (1617): studie van een Zuid-Nederlands modelboek met poortgebouwen, Koninklijke Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België, 1998, p. 36
  5. Johannes Godefridus Frederiks et Frans Josef van den Branden, Biographisch woordenboek der Noord- en Zuidnederlandsche letterkunde, Amsterdam, L.J. Veen, 1888-1891, p. 161.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (nl) Cornelis de Bie, Het Gulden Cabinet, 1662, p. 101
  • (nl) Blommaert, V. « Wenzel Cobergher, grondlegger van de barokbouwkunst in Brabant », Bulletin van de Antwerpse Vereniging voor Bodem- en Grotonderzoek, IV, 1986, p. 33–43.
  • (fr) Bodart, Didier. Les Peintres des Pays-Bas méridionaux et de la principauté de Liège à Rome au xviie siècle, Bruxelles-Rome, 1970, passim.
  • (de) Fokker, Timon Henricus. Werke niederländischer Meister in den Kirchen Italiens, Rome, 1931, p. 19–20.
  • (it) Martini (de), Vega. « Inediti cinquecenteschi in Irpinia », Bollettino d'Arte, XXIX, 1985, p. 101–104.
  • (it) Previtali, Giovanni. « Fiamminghia Napoli alla fine del Cinquecento: Cornelis Smet, Pietro Torres, Wenzel Cobergher », Relations artistiques entre les Pays-Bas et l'Italie à la Renaissance : études dédiées à Suzanne Sulzberger, Bruxelles-Rome, 1980, p. 209–217.
  • (it) Previtali, Giovanni. La pittura del Cinquecento a Napoli e nel Vicereame, Turin, 1978, p. 110–112.
  • (fr) Saintenoy, Paul. Les arts et les artistes à la cour de Bruxelles, III, Bruxelles, 1935, passim.
  • (fr) Saintenoy, Paul. « Wenceslas Cobergher, peintre », Bulletin de l'Académie royale d'archéologie de Belgique, I, 1923, p. 218–256.
  • (fr) Le Siècle de Rubens dans les collections publiques françaises, cat. exp. Grand Palais, Paris, 1977-1978, p. 56–58.
  • (nl) Soetaert, Paul. « Cobergher, Wensel », Nationaal Biografisch Woordenboek, VIII, 1979.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :