Ave Maria (film, 1984)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ave Maria.
Ave Maria
Réalisation Jacques Richard
Scénario Paul Gégauff
et Jacques Richard
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films Galaxie
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre film dramatique
Durée 105 minutes
Sortie 1984

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Ave Maria est un film français réalisé par Jacques Richard, sorti en 1984.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Âgée de quinze ans, Ursula s’éveille à la sensualité avec Paul, un adolescent de son âge. Elle vit dans un petit village, dans un milieu assez fermé, fortement imprégné de religion.

Les habitants de ce village vivent sous la domination du prêtre défroqué Adolphe Éloi, que tous appellent « le Saint-Père ». Ce dernier et sa compagne Berthe Granjeux, « la Sainte-Mère », tentent de soumettre la jeune fille qui est véritablement la seule à ne pas accepter leur tyrannie. Ils tentent de la culpabiliser, et c’est par révolte que l’adolescente s’impose et s’oppose à eux par des tendances de plus en plus perverses.

Au soir de Noël, les « fidèles » d’Adolphe Éloi dressent son procès. Pendant cette nuit consacrée à l’exorcisme, Ursula doit subir une avalanche de châtiments corporels destinés à la purifier de tous ses péchés.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre : Ave Maria
  • Réalisation : Jacques Richard
  • Assistants du réalisateur : Jérôme Jeannet, Bertrand Fevre, Gilles Sionnet
  • Scénario : Paul Gégauff et Jacques Richard
  • Dialogues : Paul Gégauff
  • Régisseurs : Roland Godard, Bernard Villon, Patrice Gladel, Jacques Trichet
  • Décors : Dominique Barouh, Gilles Lacombe
  • Costumes : Kirsten Morin
  • Maquillage : Judith Gayo, Catherine Astier
  • Photographie : Dominique Brenguier
  • Son : Jean-Paul Mugel, Dominique Hennequin
  • Montage : Luc Barnier et Anne-Marie Hardouin
  • Montage Son: Michel Klochendler
  • Musique : Jorge Arriagada
  • Production : Irène Silberman
  • Société de production : Les Films Galaxie
  • Pays d'origine : Drapeau de la France France
  • Langue : Français
  • Format : couleur - 35 mm - 2,35:1 - Panavision - son mono
  • Genre : film dramatique
  • Durée : 105 minutes
  • Date de sortie : Drapeau de la France

Michel Klochendler

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

L'affiche, où figurait Isabelle Pasco crucifiée les seins nus, a fait scandale en 1984[1]. Cette photographie controversée a été réalisée en prise de vue réelle par Bettina Rheims et devait assurer la promotion du film. Le réalisateur Jacques Richard a été poursuivi par la Fraternité Saint-Pie-X et huit autres associations catholiques[2] qui demandaient l’interdiction de l’affiche[3]. La justice donna raison aux plaignants en référé et interdit la visibilité publique de l’affiche d’Ave Maria pour son caractère outrageant, en faisant la distinction avec le film, qui est sorti normalement dans les salles de cinéma. L’interdiction de l’affiche n’a pas fait l’objet d’un pourvoi en appel.

Des événements tragiques sont également survenus au cours de la réalisation du long-métrage, avec la disparition du scénariste Paul Gégauff, mort le 24 décembre 1983 en Norvège, poignardé à soixante-et-un ans par « Coco », sa compagne de vingt-cinq ans. Le distributeur du film, Gérard Lebovici, est assassiné le 5 mars 1984 dans un sous-sol du parking de l’avenue Foch, à Paris. L’actrice Pascale Ogier est décédée prématurément le 25 octobre 1984 à Paris, d’une crise cardiaque liée à une surdose de drogue, la veille de son 26e anniversaire et le soir de l’avant première du film Ave Maria.

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage du film Ave Maria a entièrement eu lieu dans les Deux-Sèvres, principalement au château de Melzéar[N 2], sur la commune de Paizay-le-Tort. Un incendie a endommagé le corps central du château XIXe et détruit sa toiture, en février 1993[N 3]. Ce monument historique se situe à côté de la commune de Melle. Le long-métrage s’est déroulé également à La Mothe-Saint-Héray, à Melle et à Périgné.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Boulègue, Le Blasphème en procès 1984-2009 : L’Église et la mosquée contre les libertés, Paris, Nova Éditions, (ISBN 978-2-36015-003-8, présentation en ligne)
    Depuis l’action en justice contre l’affiche du film Ave Maria, en 1984, vingt procès ont été intentés en France pour injure ou diffamation envers une religion.
  • Jean-Luc Douin, Films à scandale, Éditions Le Chêne, (ISBN 978-2-84277-178-2)
    Jean-Luc Douin présente des films qui ont déchaîné passions, polémiques et débats. Des films par lesquels le scandale arrive…
  • Albert Montagne (préf. Jean Sagnes), Histoire juridique des interdits cinématographiques en France (1909-2001), Éditions L’Harmattan, coll. « Champs Visuels », (ISBN 978-2-29604-192-9)
    De l’interdit originel, la circulaire de 1909, au récent décret de 2001, ce livre retrace l’Histoire juridique des interdits cinématographiques en France.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pascale Ogier est décédée prématurément le 25 octobre 1984 à Paris, d’une crise cardiaque, à la veille de son 26e anniversaire. Le film Ave Maria, sera son dernier long-métrage.
  2. ou Melzéard. Dans le cadastre napoléonien, le nom du château est orthographié Melzéar tandis que, sur les cartes actuelles, il devient Melzéard. Source : mairie de Paizay-le-Tort.
  3. L’année 1992 indiquée pour l’incendie est erronée. Source : mairie de Paizay-le-Tort.
    Pour plus d’informations sur le château de Melzéard, consulter le site www.actuacity.com, ainsi que le site de Paizay-le-Tort.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nomenclature des articles sur le film Ave Maria (21 articles) dans la collection des revues de presse 1984, sur le site Ciné-ressources (catalogue collectif des bibliothèques et archives de cinéma)
  2. Boulègue 2010
  3. Emmanuel Lemieux, « Ne blasphémez pas le blasphème, nom de Dieu ! », sur Les Influences.fr,