Pierre Étaix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Étaix
Description de cette image, également commentée ci-après

Pierre Étaix, en 2010.

Naissance
Roanne (Loire)
Nationalité Française
Décès (à 87 ans)
Paris
Profession Réalisateur
Acteur
Clown
Dessinateur
Affichiste
Magicien
Dramaturge
Films notables Le Soupirant 1962 Yoyo 1965 Le grand Amour 1969

Pierre Étaix, né le à Roanne (Loire) et mort le [1] à Paris[2], est un réalisateur, acteur, clown, dessinateur, affichiste, magicien et dramaturge français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Étaix, en 2010.

Pierre Étaix est le fils d'Édmond Étaix (1904-1964), négociant en cuirs et de Berthe Tacher (1907-1987)[3],[4].

Réalisateur, acteur, clown, dessinateur, affichiste, dramaturge, magicien, cinéaste, musicien et gagman, Pierre Étaix construit sa carrière essentiellement autour du comique et des arts du cirque. Sa maîtrise de l'image, du son et du comique dans chacun de ses films, où les gags évoluent sans cesse, font de Pierre Étaix l'unique représentant du slapstick en France, comme Jerry Lewis, l'un des derniers représentants aux États-Unis.

Dessinateur et graphiste de formation, initié à l’art du vitrail par le maître Théo Hanssen, il s’établit à Paris où il vit d'illustrations tout en se produisant dans les cabarets et music-halls, tels Le Cheval d'Or, Les Trois Baudets, l'ABC, l'Alhambra, Bobino et l'Olympia, ainsi qu'au cirque avec le clown Nino.

Il rencontre Jacques Tati en 1954 pour lequel il travaille comme dessinateur et gagman à la préparation de son film Mon oncle, puis comme assistant réalisateur sur le tournage en 1958. Il réalise l'affiche du film, ainsi que celle de la ressortie des Vacances de Monsieur Hulot. Il se produit avec son numéro de music-hall, en 1960, dans le spectacle de Jacques Tati : Jour de fête à l'Olympia. Pierre Étaix s'inscrit dans le prolongement des grands maîtres du slapstick (cinéma comique du temps du muet) tels Buster Keaton, Harold Lloyd, Harry Langdon, Max Linder, Charlie Chaplin et Laurel et Hardy qu'il admire sans limite et auxquels il a rendu graphiquement de nombreux hommages.

Son apprentissage avec Jacques Tati de la construction comique proprement cinématographique le conduit assez naturellement à la réalisation de son premier court métrage Rupture, qu’il cosigne avec Jean-Claude Carrière. Au lendemain du tournage du film, Pierre Étaix présente à son producteur l'idée du son deuxième court métrage Heureux anniversaire, également cosigné avec Jean-Claude Carrière. Le film obtient, entre autres, l'Oscar du meilleur court métrage de fiction à Hollywood (Oscars 1963).

Il réalise son premier long métrage Le Soupirant en 1963, puis Yoyo en 1964, où il rend un vibrant hommage au monde du cirque qui le fascine depuis toujours. Il réalise ensuite deux autres longs métrages Tant qu'on a la santé (1965), Le Grand Amour (1968), tous co-écrits avec son ami, complice et partenaire le scénariste Jean-Claude Carrière[5],[6].

Durant l’été 1969, il réalise Pays de cocagne en 16 mm, film pour lequel il est honni par une grande part de la critique qui ne lui pardonne pas son triste constat de l'épanouissement de la société de consommation, au lendemain de mai 68, dans lequel il fait à la fois preuve d'une ironie mordante[7] et de tendresse à l'égard des personnes qu'il filme à l'occasion de la tournée du Podium d'Europe N°1 lors du Tour de France (cyclisme). Dès lors, il subit une longue traversée du désert cinématographique[8].

Devant la raréfaction des artistes de cirque français, Pierre Étaix prend la décision de fonder l’École nationale de cirque en 1973, avec Annie Fratellini (qu'il a épousée en 1969) et se produit durant les tournées de leur propre cirque. Il prend alors le rôle du clown blanc avec elle, après avoir longtemps joué l'Auguste (Yoyo).

Les sujets de films qui lui tiennent à cœur - quatre scénarios qu'il a écrits entre 1974 et 1986 : B.A.B.E.L, Aimez-vous les uns les autres ?, Nom de Dieu et Fôst -, ne verront jamais le jour. Le projet du film B.A.B.E.L est refusé par un grand nombre de producteurs sollicités. Le coût du film et la désaffection du public pour Jerry Lewis - son ami et frère de cœur - [9] qui devait jouer dans le film, sont les arguments invoqués par les producteurs et distributeurs qui ne pensent tirer aucun bénéfice d'une telle association. Malgré l’impossibilité de faire aboutir ses projets, il ne cesse de travailler.

En 1985, il signe sa première pièce de théâtre L'âge de monsieur est avancé, hommage à Sacha Guitry et à l'art du théâtre. On lui refuse cependant la mise en scène, que l’on confie à Jean Poiret. Devant le succès de la pièce, on lui demande l’adaptation télévisuelle en 1987. Il réalise le film et interprète le rôle principal avec pour partenaires Nicole Calfan et Jean Carmet. L'année suivante il répond à une commande de La Sept pour une soirée thématique sur Georges Méliès et réalise le court métrage en images de synthèse Méliès 88 : rêve d'artiste interprété par Christophe Malavoy, ainsi que le feuilleton Rapt de la série télévisée Souris noire qui obtient le FIPA d'argent.

En 1986, il propose à Coluche le rôle principal de son projet cinématographique Aimez-vous les uns les autres ? qui accepte aussitôt. Mais avec la disparition brutale de Coluche qui l'affecte douloureusement, il décide de tirer un trait définitif sur ce film alors en préparation.

En 1989, il se voit confier la réalisation du premier film de fiction en format omnimax, J'écris dans l'espace pour La Géode en 1989 ; commande qui lui est faite pour les célébrations du bicentenaire de la Révolution, autour d’un sujet imposé sur l'invention du télégraphe, dont il écrit le scénario avec Jean-Claude Carrière. Son intérêt pour le procédé - réservé jusque-là aux documentaires animaliers ou paysagers et à l'incontournable circuit des montagnes russes foraines - est motivé par cette nouvelle forme d'expression différant nettement du processus classique du cinéma, par le rapport qui est instauré entre le spectateur et l'image projetée. C’est avec ce dernier film que s'arrête la carrière cinématographique de Pierre Étaix.

Durant les années qui suivent, il réalise des affiches et des séries de dessins de commande pour diverses éditions.

En octobre 2009, c'est la consécration : le Festival Lumière à Lyon, qui s'est donné pour objectif principal la restauration de films ainsi que leur projection le temps du festival dans tout le Grand Lyon, crée une rétrospective Vive Pierre Étaix !.

« Yoyo », Pierre Étaix, en 2012.

En janvier 2010, il remonte sur les planches, avec son nouveau spectacle de music-hall Miousik Papillon, où, alliant musique et slapstick, il réapparaît sous les traits de Yoyo, à Bordeaux d'abord, puis à Lausanne et en tournée en France[10].

En juin 2011, la revue GRUPPEN consacre une trentaine de pages à la publication d'une entrevue au cours de laquelle Pierre Étaix revient sur son parcours de clown et de cinéaste, et révèle l'envie intacte qui est la sienne de poursuivre son œuvre.

Le 16 novembre 2011, l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences lui rend hommage à Los Angeles, lors de la soirée Pierre Étaix : The Laughter Returns.

Le 29 janvier 2012, il reçoit, à l'issue du Slapstick Festival, le prix Aardman / Slapstick à Bristol, prix décerné chaque année pour « excellence exceptionnelle dans le domaine de la comédie visuelle ».

En octobre 2012, il reçoit le prix Jean-Mitry au Festival de Pordenone (Italie) et présente en novembre à New York la ressortie de l'intégrale de ses films au Film Forum qui reçoit un véritable succès auprès de la presse et du public. Ses films ressortent en salles aux États-Unis et au Canada et sont diffusés sur la chaîne Movie Classic. C'est la société américaine The Criterion Collection qui prend en charge la distribution de ses films en coffret DVD et Blu-ray pour les États-Unis ; elle prévoit de sortir un coffret de huit films (cinq longs métrages et trois courts métrages) en avril 2013.

Depuis la fin novembre 2012, il revient en piste sous le chapiteau du cirque Joseph Bouglione à Chatou, sous les traits de son personnage légendaire de Yoyo, pour faire-valoir Pieric, son ancien élève de l'école.

En janvier 2013, Pierre Étaix est promu au grade de commandeur de l'ordre des Arts et Lettres, qu'il n'ira pas chercher[11],[12] et en juin, il reçoit le Grand Prix de la SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques) qui le récompense pour l'ensemble de sa carrière.

Fin septembre 2014, il remonte sur les planches pour un spectacle unique au théâtre Berthelot de Montreuil, aux côtés de Michel Fau, Nicole Calfan, le magicien Pierre Switon, les clowns Housch-Ma-Housch et Pieric.

Il reçoit en mars 2015 un trophée d'honneur pour l'ensemble de sa carrière lors de la cérémonie du 10e anniversaire des Prix Henri-Langlois et Rencontres internationales du cinéma de patrimoine.

Son parcours est retracé sous forme d'abécédaire dans C'est ça, Pierre Étaix (Arte éditions / éditions Séguier)[13], coécrit par sa troisième épouse Odile et son fils, Marc Étaix.

Il meurt le 14 octobre 2016 à Paris à l'âge de 87 ans[14],[15],[16].

Les obsèques de Pierre Étaix ont eu lieu le 19 octobre 2016 en l'église Saint-Roch de Paris en présence notamment de Costa-Gavras, Jean-Paul Rappeneau, Mathilda May, Zinedine Soualem, Nicole Calfan, Christophe Malavoy, Hervé Vilard, Bernard Bilis, Gérard Majax, Pierre Triboulet, Jean-Claude Carrière et Serge Toubiana[17].

Cession de droits[modifier | modifier le code]

L'ensemble des films de Pierre Étaix a fait l'objet d'un litige concernant leur exploitation. Toutefois, la Fondation Gan pour le cinéma restaure en 2007 Yoyo et le présente au Festival de Cannes dans la sélection Cannes Classiques.

Certains grands noms du septième art, tels que Jean-Luc Godard, Jean-Pierre Jeunet, Woody Allen et David Lynch se mobilisent en manifestant leur mécontentement. Un mouvement de soutien via une pétition en ligne circule alors sur l'internet.

En juin 2009, le tribunal de grande instance de Paris donne raison à Pierre Étaix et lui rend ses droits sur ces films, mettant un terme à un contentieux de cinq ans[18],[19]. Gavroche Productions (la société qui estime détenir les droits des films de Pierre Étaix) décide de faire appel de la décision de justice, mais la cour d'appel confirme en 2010 le jugement de première instance. L'intégrale restaurée de l’œuvre de Pierre Étaix est à nouveau visible à partir de cette date.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Décoration[modifier | modifier le code]

Décoration officielle[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Carrière et Pierre Étaix (illustrations), Les Vacances de Monsieur Hulot, éditions Robert Laffont, 1958.
  • Graham Greene, Hugh Greene et Pierre Étaix (illustrations de couverture), Manuel du parfait petit Espion, éditions Robert Laffont, 1958.
  • Jean-Claude Carrière et Pierre Étaix (illustrations), Mon oncle, éditions Robert Laffont, 1959.
  • Jean-Claude Carrière et Pierre Étaix (illustrations), Le Petit Napoléon illustré, éditions Robert Laffont, 1963.
  • Pierre Étaix, Le Carton à chapeaux, éditions G. Salachas, 1981.
  • Pierre Étaix, Dactylographisme, éditions G. Salachas, 1982.
  • Pierre Étaix, Croquis de Jerry Lewis, éditions G. Salachas, 1983.
  • Pierre Étaix, Vive la pub, éditions G. Salachas, 1984.
  • Pierre Étaix, Stars Système, éditions G. Salachas, 1986.
  • Jean-Claude Carrière et Pierre Étaix (illustrations), Les Mots et la chose, éditions Balland, 1991.
  • Pierre Étaix et André François (illustrations), Je hais les pigeons, éditions Némo / Seuil Jeunesse, 1996.
  • Guy Franquet et Pierre Étaix (illustrations), Le Cochon rose, éditions Mille et une nuits, 1997.
  • Pierre Étaix, Les Hommes de..., Les Belles Lettres, 2001.
  • Pierre Étaix, Karabistouilles, éditions du Seuil, 2001.
  • Pierre Étaix, Critiquons la caméra, éditions Séguier, 2001.
  • Pierre Étaix, Il faut appeler un clown, un clown, éditions Séguier, 2001.
  • Claude de Calan et Pierre Étaix (illustrations), Le Clown et le savant, éditions Odile Jacob, 2004.
  • Neil Sinyard (préface), Pierre Étaix et Jean-Claude Carrière (textes), Clowns au cinéma, éditions In Libris, 2004.
  • Pierre Étaix, Étaix Pierre qui roule ménage sa monture, Le Cherche midi, 2005.
  • Francis Ramirez et Christian Rolot, Étaix dessine Tati, éditions ARC, 2008.
  • Pierre Étaix, Textes et texte Étaix, Le Cherche midi, 2009.
  • Pierre Étaix, Textes et texte Étaix, édition augmentée, Le Cherche midi, 2012.
  • Odile et Marc Étaix, C'est ça Pierre Étaix, Arte éditions / éditions Séguier, 2015.

Articles[modifier | modifier le code]

  • Jean-Philippe Tessé, L'été d'Étaix - entretien avec Pierre Étaix, Cahiers du Cinéma, n° 657, juin 2010.
  • Yannick Lemarié, Dictionnaire des objets au cinéma, éditions Dumane, 2017 : entretien avec Pierre Étaix, p. 189 sq.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Marx, Le Métier de Pierre Étaix, éditions Henri Berger, 1994.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décès de l'acteur, clown, cinéaste et dessinateur Pierre Étaix », sur Le Point, 14 octobre 2016.
  2. « Ainsi était Pierre Etaix, funambule du rire », sur Libération, 14 octobre 2016.
  3. « Généalogie de Pierre ETAIX », sur Geneanet (consulté le 1er mai 2017)
  4. « Pierre ETAIX - Arbre généalogique Marvin VENDEVILLE - Geneanet », sur gw.geneanet.org (consulté le 1er mai 2017)
  5. « Jean-Claude Carrière : « Je suis orphelin depuis la mort de Pierre Etaix ». », sur Le Figaro, 15 octobre 2016.
  6. « Carrière : "Étaix était le dernier à faire du cinéma comique visuel" », sur Le Point, 15 octobre 2016.
  7. « Pays de cocagne », DVDClassik.com,‎ (lire en ligne)
  8. Émission Regarde les hommes changer, interview de Frédéric Taddeï sur Europe 1, 27 juin 2010.
  9. « Mort d'un grand serviteur du rire », sur Le Figaro, 14 octobre 2016.
  10. « Avec Pierre Etaix, il faut appeler un clown un clown », sur Le Monde, 1er novembre 2010.
  11. Johanna Luyssen, « Pierre Etaix, l'obsession comique », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  12. Émission La vie est un je, interview de Daphné Roulier sur France Inter, 16 janvier 2016.
  13. Entretien avec Pierre Étaix, sur dvdclassik.com, 20 novembre 2015.
  14. « Pierre était (mort de Pierre Etaix) », sur Les Inrocks, 14 octobre 2016.
  15. « Mort de Pierre Etaix, poète et artiste polyvalent », sur Le Monde, 14 octobre 2016.
  16. « Pierre Etaix, clown dans l’âme », sur Le Monde, 14 octobre 2016.
  17. « Mort de Pierre Étaix : L'ultime adieu de sa femme Odile, son fils Marc... », Purepeople,‎ (lire en ligne)
  18. « Victoire judiciaire pour Pierre Étaix, qui recouvre les droits de ses films », sur France info (consulté le 27 juin 2009)
  19. « La justice redonne à Pierre Etaix les droits sur cinq de ses films », sur Le Monde, 28 juin 2009.
  20. « Nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres janvier 2013 - Ministère de la Culture et de la Communication », sur www.culturecommunication.gouv.fr (consulté le 18 août 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]