Maigret et l'Homme tout seul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maigret et l'Homme tout seul
Auteur Georges Simenon
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Roman policier
Éditeur Presses de la Cité
Lieu de parution Paris
Date de parution 1971
Nombre de pages 185
ISBN 2258003792
Série Commissaire Maigret
Chronologie

Maigret et l'Homme tout seul est un roman policier de Georges Simenon publié en 1971. Il fait partie de la série des Maigret. Son écriture s'est déroulée entre les 1er et à Epalinges (canton de Vaud), Suisse.

Publication d'une édition pré-originale dans le quotidien Le Figaro entre le 14 avril et le (23 épisodes).

Résumé[modifier | modifier le code]

En 1965, un homme est trouvé mort dans une chambre abandonnée du quartier des Halles à Paris, en France. C'est un clochard vivant dans une telle solitude que personne ne sait rien de lui. Patiemment, Maigret va rechercher sa famille et scruter son passé. Il s'appelle Marcel Vivien, était ébéniste à Montmartre et a quitté, un jour de 1945, travail et famille pour suivre une jeune fille.

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

En 1965, un homme est trouvé mort dans une chambre abandonnée du quartier des Halles . C'est un clochard vivant dans une telle solitude que personne ne sait rien de lui. Patiemment, Maigret va rechercher sa famille et scruter son passé. Il s'appelle Marcel Vivien, était ébéniste à Montmartre et a quitté, un jour de 1945, travail et famille pour suivre une jeune fille. Sa femme, qui se refuse à aider Maigret, nourrit envers Vivien une haine féroce. Mais pourquoi l'ébéniste est-il devenu clochard ? Et qui peut avoir eu des raisons de le tuer ? Un coup de téléphone anonyme met le commissaire sur la piste. Maigret va bientôt retrouver un certain Mahossier, entrepreneur de peinture à Montmartre et qui a précisément dîné aux Halles le soir du crime... Les fils épars se nouent. Nina Lassave, la jeune fille pour laquelle Vivien avait tout quitté, n'a pas tardé à accueillir un deuxième amant, Mahossier. Lorsque Vivien s'en est aperçu, il a étranglé la jeune femme, puis a disparu. Mahossier s'est alors juré de retrouver Vivien et de faire justice. Vingt ans plus tard, dînant aux Halles, il a reconnu l'ancien ébéniste dans un clochard déchargeant des caisses de légumes. Il s'est armé d'un revolver, a suivi le clochard jusqu'à son logis et l'a abattu sur sa paillasse.

Aspects particuliers du roman[1][modifier | modifier le code]

Le nœud de l’affaire se situant dans un passé vieux de vingt ans, l’enquête fait alterner les événements actuels et des événements anciens difficiles à reconstituer et à contrôler. Les retours en arrière prennent ici une importance considérable.

Incohérences[modifier | modifier le code]

Dans les poches du cadavre on découvre des pièces de 25 centimes ; or il n'y a jamais eu de pièces de cette valeur à l'époque du roman (1965).

Fiche signalétique de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Cadre spatio-temporel[modifier | modifier le code]

Espace[modifier | modifier le code]

Paris (quartiers des Halles et de Montmartre). La Baule.

Temps[modifier | modifier le code]

L’enquête se déroule en août 1965 et dure sept jours, mais remonte dans le passé (1945 et 1946).

Les personnages[modifier | modifier le code]

Personnage principal[modifier | modifier le code]

Marcel Vivien, la victime. Ancien ébéniste devenu clochard. Marié, une fille (mariée au moment du drame). Environ 55 ans.

Autres personnages[modifier | modifier le code]

  • Louis Mahossier, entrepreneur de peinture à Montmartre, la cinquantaine
  • Gabrielle Vivien, épouse séparée de Marcel Vivien, couturière
  • Odette Delaveau, née Vivien, fille de Marcel Vivien, 28 ans
  • Nina Lassave, maîtresse de Vivien et de Mahossier, assassinée à 22 ans le 16 août 1946 par Vivien.

Adaptation[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Univers de Simenon, sous la direction de Maurice Piron avec la collaboration de Michel Lemoine.