Ne nous fâchons pas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne nous fâchons pas
Réalisation Georges Lautner
Scénario Michel Audiard, Marcel Jullian, Georges Lautner et Jean Marsan
Acteurs principaux
Sociétés de production Gaumont
Alain Poiré
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie, policier
Durée 100 min
Sortie 1966

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Ne nous fâchons pas est un film français réalisé par Georges Lautner, sorti le .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Antoine Beretto, alias « Tonio », est un ancien gangster qui s'est recyclé dans un commerce de location de bateaux, ski nautique, et école de plongée à Collioure. Deux anciens complices, traqués par la brigade anti-gang, lui rendent visite pour lui emprunter de l'argent et lui demander de les faire passer en Italie par la mer. Beretto, d'abord réticent, finit par accepter et leur avance quatre millions (c'est-à-dire 40 000 nouveaux francs).

Afin qu'il puisse récupérer son argent, les deux malfrats en cavale lui donnent le nom de Léonard Michalon, un escroc qui s'est évaporé avec l'argent d'un pari placé à l'hippodrome de Cagnes-sur-Mer. Michalon est un bookmaker véreux. Il prend des paris clandestins aux courses en faisant miroiter des gains mirobolants mais s'escamote en fait avec l'argent. Antoine Beretto retrouve Michalon par l'intermédiaire d'un ami, Jeff, comme lui gangster rangé. Celui-ci le met en garde : Michalon est lâche et traître. C'est un parasite qui fait profession d'escroquer les autres pour des sommes minables. Il ne mérite pas l'effort qu'on aille le chercher et il risque de causer plus de problèmes que d'en résoudre.

Une fois débusqué, Léonard se révèle conforme à la description de Jeff : passif, geignard, poissard, déloyal et insolvable. Mais surtout, il est recherché par le gang excentrique du mystérieux « colonel » McLean, sujet britannique qui, pour une raison inconnue, semble déterminé à le tuer. Antoine et Jeff vont devoir tout mettre en œuvre pour protéger Léonard des essais destructeurs du colonel.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage s'est déroulé à Nice (pour les scènes à l'aéroport), au Cap d'Antibes, et principalement à Roquebrune-Cap-Martin où se trouve toujours le bâtiment du restaurant (Le Homard américain dans le film, Le Sporting de son vrai nom à l'époque, aujourd'hui transformé en villa de luxe). Le haras est le centre équestre de Villeneuve-Loubet[1]. Pour la scène du pont, Georges Lautner profita de la destruction du pilier central du viaduc de Malvan, dernier vestige de la ligne de chemin de fer Nice-Meyrargues, situé à proximité de Saint-Paul-de-Vence.

Casting[modifier | modifier le code]

Serge Sauvion, qui interprète le commissaire au début du film, est surtout connu pour son doublage de l'acteur Peter Falk dans la version française de la série policière Columbo.

Accessoires[modifier | modifier le code]

Une Renault 8 Gordini, un Citroën Type H et une flotte de cyclomoteurs Honda jouent un grand rôle.

Accueil critique et box office[modifier | modifier le code]

Les critiques éreintent le film à sa sortie. Par exemple, Jean-André Fieschi, des Cahiers du cinéma, accuse Lautner d'« exploiter » une « mythologie » usée jusqu'à la corde, la « mythologie du cave et du non-cave », et Audiard de commettre « des dialogues de plus en plus ésotériques ». D'après lui le « scope-couleur » n'est « pas beau » et le film serait soutenu par un racisme anti-britannique de franchouillards et il dépeint l'ensemble comme un mélange « pénible » de poncifs de la série noire et de « gags à la Tex Avery »[2].

A l'opposé, les spectateurs lui font un franc succès avec un total de 1 877 412 entrées[3] et il est devenu depuis un classique de la rediffusion à la télévision.

Bande originale du film[modifier | modifier le code]

La bande originale française est signée par Bernard Gérard, qui fut l'assistant et l'arrangeur de Michel Magne sur certains titres de bandes originales. Ce fut l'une de ses premieres créations de musique de film. La première version fut publiée en 1965 sous la forme d'un EP 45™ avec quatre titres courts. La version sortie en 2002, dans la collection Écoutez le cinéma ! n°18 comporte deux inédits dont Rosbif attack qui accompagne une scène d'anthologie du film.

Akou, la chanson du générique de fin, est chantée par Graeme Allwright. Elle est parfois reprise sous le titre de Monkiss ou Monkis, nom d'un style de danse en vogue à l'époque, comme le jerk ou le hully-gully. Le titrage fait référence au tournage du « Super Homard » à l'Akou-Akou-Club à Valbonne. Ce titre Akou est fortement inspiré de Gloria des Them (Van Morrison, 1964).

Index des titres

Année de sortie Titres de la B.O. Durée de la piste Auteur Arrangeur Éléments complémentaires
Références discographiques
1965 1. Les Adieux au colonel 1.55 Bernard Gérard Bernard Gérard EP 45™ Disque Barclay
Barclay 70979
2. Ne nous fâchons pas
(thème principal / générique)
2.02 Bernard Gérard Bernard Gérard (Barclay 70979)
3. Akou (générique de fin)
(chanté par Graeme Allwright)
2.41 Bernard Gérard Bernard Gérard (Barclay 70979)
4. Ballade romantique 1.38 Bernard Gérard Bernard Gérard (Barclay 70979)
2002 5. Rosbif attack (inédit) 1.56 Bernard Gérard Bernard Gérard CD Disques Universal Music France
Universal Music France 017 182-2
Série « Écoutez le cinéma n°18 »
6. Ne nous fâchons plus (inédit) 1.40 Bernard Gérard Bernard Gérard Série « Écoutez le cinéma n°18 »

Édition complète de la bande originale dans l'ordre de sonorisation

  • 2002 : Michel Magne & Bernard Gérard : Les Tontons flingueurs / Ne nous fâchons pas (Les films de Georges Lautner) CD Disques Universal Music France - Universal Music France 017 182-2 • Série « Écoutez le cinéma n°18 ».

Rééditions de la bande originale

  • 1967 : Ne nous fâchons pas (Version française : titres 1 et 2 seulement) EP 45™ Disque Seven Seas/Barclay (Japon) - Seven Seas/Barclay HIT-1375.

Compilations partielles de titres de la bande originale

  • 1999 : Twist Again au Ciné (compilation 26 titres de B.O / Uniquement le titre n°13 sous le titre Monkiss) CD Playtime - Playtime PL 9905048

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://tout-cecile-aubry.centerblog.net/31-tournage-de-sebastien-parmi-les-hommes
  2. Cahiers du Cinéma, no 177, avril 1966.
  3. « Ne nous fâchons pas », sur Jp's Box-office (consulté le 21 septembre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :