Doucement les basses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Doucement les basses
Réalisation Jacques Deray
Scénario Pascal Jardin
Acteurs principaux
Sociétés de production Adel Productions
Meduza Distributione
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Comédie,
Durée 90 minutes
Sortie 1971

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Doucement les basses est un film français réalisé par Jacques Deray, sorti en 1971.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'abbé Médieu vit retiré au bord de l'océan dans une petite ville bretonne, à la suite du décès de son épouse intervenu avant qu'il devienne prêtre. Après une existence orageuse, il pense avoir trouvé la paix mais un jour, un homme arrive qui lui déclare : « Je suis le mari de votre femme ». Il apprend alors que son ex-épouse est vivante, qu'elle veut revenir à lui, mais aussi qu'elle a décidé de se donner à tous les matelots si son ex-mari ne la reprend pas.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Alain Delon en 1966

Autour du film[modifier | modifier le code]

Chapelle Notre-Dame-de-Tronoën, en Saint-Jean-Trolimon : vue d'ensemble que l'on peut voir sur l'affiche originale du film[1]

Appréciation critique[modifier | modifier le code]

« Le mariage des prêtres est peut-être un bon sujet de film : ici, malgré le tandem Delon-Deray au générique, il donne des résultats consternants. »

— Jean Tulard[4]

Box-office[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de la France France : 1 009 536 entrées[5]. Le film démarre bien, mais ne reste que six semaines à l'affiche à Paris[6]. C'est finalement un succès fort modeste pour un film avec Alain Delon, alors à l'apogée de sa carrière à cette époque. (2,3 millions d'entrées pour La Piscine en 1969 par exemple, et 4,7 millions pour Borsalino en 1970 ; mais il est vrai qu'il partage l'affiche de ces deux longs-métrages). En cette même année 1971, deux films avec Delon, Soleil rouge et La Veuve Couderc, font largement mieux que Doucement les basses.
  • Drapeau de l'Espagne Espagne : 128 954 entrées[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.cinememorial.com/film_1970_-_DOUCEMENT_LES_BASSES_2805.html
  2. Jean-Pierre Berthomé et Gaël Naizet, Bretagne et Cinéma, Cinémathèque de Bretagne/éditions Apogée, octobre 1995, p. 8
  3. https://www.youtube.com/watch?v=rETTIL18OQo
  4. Tulard Jean, Guide des films, Robert Laffont, collection Bouquins, 2002, tome 1, p. 929.
  5. http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=8807
  6. http://www.boxofficestory.com/doucement-les-basses-box-office-alain-delon-1971-a91179663
  7. http://www.boxofficestory.com/jacques-deray-box-office-a93977649

Liens externes[modifier | modifier le code]