Pierre Bachelet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bachelet.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Pierre Bachelet (homme politique).
Pierre Bachelet
Naissance
Paris, Île-de-France
Décès (à 60 ans)
Suresnes, Hauts-de-Seine
Drapeau de la France France
Activité principale auteur-compositeur-interprète
Genre musical Chanson française
Instruments guitare, piano
Années actives 1974-2005
Labels Barclay (1974)
Polydor (1979-1985)
BMG/RCA (1985-1996)
BMG Entertainment (1996-2005)
Sony Music (1998)
BMG/Vogue (2001)
Wagram Records (2005)

Pierre Bachelet, né le à Paris et mort le à Suresnes dans les Hauts-de-Seine, est un auteur-compositeur-interprète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Pierre Bachelet naît le dans le 12e arrondissement de Paris. Il est le fils unique de Maurice et Alberte[1], qui, à 40 ans passés ne l'espéraient plus. Sa famille est originaire du Nord mais elle fut contrainte de partir vivre à Paris[2]. Elle déménage ensuite à Calais, ville natale de son père, puis revient à Paris pendant sa jeunesse[réf. nécessaire]. Il est resté très attaché à Calais, où il aimait se ressourcer. Il évoque le Nord dans plusieurs de ses chansons, comme dans Les Corons, et ses souvenirs de Calais dans Découvrir l'Amérique. Il évoquera également sa mère dans Embrasse-la.

Dans sa jeunesse, le jeune Pierre apprend le piano mais sa passion pour Elvis Presley le conduit à la guitare électrique dans son adolescence. Il monte même un groupe avec ses copains : les Volts[3].

Mariages[modifier | modifier le code]

Pierre Bachelet a été marié trois fois. De son premier mariage est né son fils Yannick. Son deuxième mariage, avec Danièle, durera 24 ans et de cette union naîtra Quentin. Il épousera en troisième noce, Françoise, dite Fanfan, la sœur de Danièle, le 31 décembre 1998[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Monde audiovisuel[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'École nationale de photographie et cinématographie (Section "electro-sonore" 1966), Pierre Bachelet part pour le Brésil afin d'y réaliser un documentaire, Bahia meu Amor avant de commencer sa carrière dans la publicité où il rencontre plusieurs réalisateurs avec qui il travaillera par la suite. Il devient illustrateur sonore pour l'émission Dim, Dam, Dom en 1968. Il écrit de plus en plus les musiques de publicités et de documentaires de ses amis et connaissances.

Musique des films[modifier | modifier le code]

Même si Pierre Bachelet a fondé le groupe Resonance avec Mat Camison en 1973, son plus grand succès a été la bande originale du film Emmanuelle de Just Jaeckin : 1,4 million d'albums et 4 millions de disques simples sont vendus. Bachelet participe aussi à la musique des films Coup de tête et La Victoire en chantant de Jean-Jacques Annaud, Les Bronzés font du ski de Patrice Leconte et Gwendoline de Just Jaeckin. Il a également réalisé la musique du film Histoire d'O en 1975.

L'un des morceaux utilisés dans le film Emmanuelle s'avère un plagiat de Larks' Tongues in Aspic du groupe britannique King Crimson. Le guitariste du groupe, Robert Fripp, poursuit les producteurs d'Emmanuelle en justice l'année suivant sa sortie et obtient gain de cause[5].

Chanson[modifier | modifier le code]

Pierre Bachelet enregistre sa première chanson en 1974 : Emmanuelle, en français et en anglais. En 1975 sort son premier album L'Atlantique. Il doit attendre 1980 pour connaître le succès du grand public avec son deuxième album Elle est d'ailleurs. La chanson éponyme est vendue en 45 tours à 1,5 million d’exemplaires. L'album marque également le commencement d'une longue collaboration avec le parolier Jean-Pierre Lang.

Le troisième album, en 1982, comprend le succès devenu classique avec Les Corons, sur le travail et la vie des mineurs. C’est l'année des premiers grands spectacles : tournée en Europe francophone, puis l'Olympia, en première partie de l'humoriste Patrick Sébastien[6].

En 1984, après son quatrième album Découvrir l'Amérique, il est la vedette à l'Olympia. Il poursuit en 1985 et 1987 avec trois nouveaux albums qui comprennent les succès Marionnettiste, En l’an 2001 et Vingt ans. Les tournées sont assurées d’un succès après chaque sortie d'album.

En 1989 sort un nouvel album Quelque part... c'est toujours ailleurs sur lequel il chante les chansons Quelque part… c'est toujours ailleurs, Flo et Typhon en duo avec la navigatrice Florence Arthaud. Les concerts l'amènent dans les îles de l'océan Indien et au Québec, où il connaît un grand succès. Au début des années 1990 sortent un album en public La Scène et une première rétrospective de ses meilleures chansons (10 ans de Bachelet pour toujours).

En 1995, il sort un album de chansons sur la ville intitulé La Ville ainsi soit-il. Après quinze ans de collaboration avec Jean-Pierre Lang, il laisse pour la première fois l'écriture de tous les textes de l'album à l'écrivain Yann Queffélec. Trois ans plus tard, ces deux derniers chansonniers se retrouvent tous les deux sur l'album Un homme simple, mais d'autres auteurs (dont Pierre Bachelet lui-même pour trois chansons) signent les paroles des chansons. Il rend hommage au navigateur disparu Éric Tabarly.

Du milieu des années 1990 à sa mort en 2005, Pierre Bachelet continue sa carrière, moins médiatisée que dans les années 1980, mais avec un public fidèle. Il parcourt régulièrement la France lors de tournées d'été où il interprète ses plus grands succès, dont plusieurs fois en plein air et parfois dans le cadre de concerts gratuits. Il aimait donner des concerts dans de petites salles, à dimensions humaines, souvent des salles des fêtes. Ses tournées passaient ainsi, par exemple, par de petits villages d'Ardèche, longeait les côtes du Rhône, pour terminer sur la côte d'Azur. Comme Jacques Brel, à qui il était souvent comparé, Pierre Bachelet aimait à avoir un contact plus rapproché avec son public, de la France profonde, avec un public souvent familial, et de ce fait, il négligeait les grandes salles, excepté l'Olympia, qu'il appréciait, ou le Casino de Paris. Son dernier album, de son vivant, Tu ne nous quittes pas paraît en 2003. C'est un hommage à Jacques Brel, où il reprend les plus grands succès du chanteur belge, à qui on l'a souvent comparé.

Malgré sa maladie, il fête ses trente ans de carrière au Casino de Paris, du 19 au 24 octobre 2004. Ce sera son dernier spectacle.

Après son décès, un album posthume intitulé Essaye est publié avec dix chansons inédites. Il comprend aussi deux "bonus tracks", la chanson Les Corons interprétée avec les supporters du club de football RC Lens, et une nouvelle version d'Emmanuelle.

Liste des chansons[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Pierre Bachelet s'éteint le à son domicile de Suresnes, dans les Hauts-de-Seine, des suites d'un cancer du poumon[7]. Ses obsèques ont eu lieu en l'église Saint-Roch, à Paris. Il repose au cimetière marin de Saint-Tropez dans le Var.

Les supporters du RC Lens lui ont rendu un dernier hommage au stade Félix-Bollaert, lors d'un match contre le FC Nantes, où ils ont repris Les Corons avant le coup d'envoi. Cette chanson est considérée comme un des hymnes du club avec "La Lensoise". Il est depuis ce temps-là systématiquement chanté à l'entrée des joueurs sur le terrain pour la deuxième mi-temps.

Hommage[modifier | modifier le code]

En 2010, le chanteur québécois Jean-Philippe Bergeron enregistre l'album Elle est d'ailleurs, reprenant douze des plus belles chansons de Pierre Bachelet (Les Corons, Elle est d'ailleurs, Flo...), orchestrées par le musicien et réalisateur Guy St-Onge. Fanfan Bachelet, épouse de Pierre, a accepté d'en être la marraine d'honneur, et a remis à Gervais Martel, le président du Racing Club de Lens, un exemplaire du disque d'or des Corons, en hommage au public lensois.

Les petits chanteurs de Bondy et d'Asnières ont rendu hommage au chanteur dans une comédie musicale Marionnettiste à partir du 21 mai 2012, au Théâtre du Gymnase Marie Bell, à Paris, puis à l'Alhambra (Paris) du 19 décembre 2012 jusqu'au 8 janvier 2013. Le spectacle est écrit par sa veuve, Fanfan Bachelet, mis en scène et chorégraphié par Stéphane Aubin, sur une direction musicale de Jean-Luc Spagnolo et Isabelle Andrivet. Il raconte raconte les aventures de Boulou, neuf ans, retrouvant une vieille malle remplie de souvenirs au fin fond d'un grenier. L'album Marionnettiste, qui en est tiré réunit 15 grands titres de Pierre Bachelet réinterprétés par les enfants de la troupe Kids Terrae. Cet album est paru le 19 novembre 2012 sur les plates-formes de téléchargement.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Pierre Bachelet écrit, compose et devient directeur artistique pour George Chakiris qui chantera des chansons telles que Mon pays c'est le soleil (1979) ou encore La chanson de Bernardo (1981). Il compose également des mélodies pour Véronique Jannot, notamment la mélodie de J'ai fait l'amour avec la mer (1982) ou encore Si t'as pas compris (1985). En 2004, il compose également trois mélodies pour Patrizia Grilo dont deux inédits et une reprise de son tube Elle est d'ailleurs en version italienne Di un altro mondo.

Pierre Bachelet devient acteur pour la série Van Loc : un grand flic de Marseille diffusée sur TF1 de 1992 à 1998. Il apparait dans l'épisode "Pour l'amour de Marie" diffusé en janvier 1997 dans lequel il joue le rôle d'un banquier prénommé Charleval.

Il écrit les textes et s'occupe de la mise en scène du spectacle du passage à l'an 2000 de la ville de Marseille. Ce spectacle consistait à faire jouer des saynètes à des écoliers de Marseille afin qu'ils retracent les principaux événements du XXe siècle. Pierre Bachelet intervenait également en "Monsieur Loyal" entre les différents tableaux. Ses textes traitaient des choix de l'Homme, de ses doutes, de ses erreurs, des guerres, du désir d'amour, ...

Discographie[modifier | modifier le code]

Avec Mat Camison[modifier | modifier le code]

  • 1975 : Resonance - OK Chicago
  • 1976 : Resonance - The Time Machine

(Les morceaux signés Bacson sont dus à Pierre BAChelet & Mat CamiSON).

  • 1976 : Paristory.

Enregistrements pour la librairie musicale[modifier | modifier le code]

  • 1973 : Pianos Romantiques, Tele Music TM 3024
  • 1973 : Musique en Stock, Tele Music TM 3030
  • 1975 : Retrospectives, Tele Music TM 3043
  • 1976 : Musique en Stock, volume 2, Tele Music TM 3060
  • 1983 : Maxi Music, volume 3, Tele Music TM 3090
  • 1985 : Variety One, Maxi Music, Tele Music TM 3090

45 tours[modifier | modifier le code]

  • 1976 : Viens / Jamais 2 sans 3
  • 1977 : Baby bye bye / Histoire de cœur

Albums studio[modifier | modifier le code]

Année Titre Singles[8] Certification en France [9] Meilleur
classement
en France[10],[11]
1975 L'Atlantique
  • L'Alantique (toi, moi et la musique)
1980 Elle est d'ailleurs
  • Elle est d'ailleurs
17
1982 Les Corons
  • Les Corons
  • Écris-moi
  • Souvenez-vous
Disque de platine Platine 4
1983 Découvrir l'Amérique
  • Quitte-moi
  • Embrasse-la
  • Mais l'aventure
10
1985 Marionnettiste
  • Marionnettiste
Disque d'or Or 9
1985 En l'an 2001
  • En l'an 2001
  • Elle ne sait faire que ah !
  • Quand l'enfant viendra
1987 Vingt ans
  • Vingt ans
  • Partis avant d'avoir tout dit
  • C'est pour elle
Disque de platine Platine 5
1989 Quelque part... c'est toujours ailleurs
  • L'Homme en blanc
  • Pleure pas Boulou
  • Flo
  • Yé yé les tambours
  • Le déversoir
Disque de platine Platine 13
1992 Les Lolas
  • Les Lolas
  • Elle est ma guerre, elle est ma femme
  • Laissez chanter le français
25
1995 La ville ainsi soit-il
  • La ville ainsi soit-il
  • Reconnais que tu pars
41
1998 Un homme simple
  • Le voilier noir
  • Un homme simple
70
2001 Une autre lumière
  • Une autre lumière
  • Pour un monde bleu
  • Sans toi
78
2003 Tu ne nous quittes pas (Bachelet chante Brel) 143
2008 Essaye (posthume)
  • Essaye
32

Enregistrements publics[modifier | modifier le code]

À noter que le huitième volume de l' Intégrale, parue en 1994, reprend un enregistrement live inédit fait au Bataclan en 1993.

Bandes originales de publicités[modifier | modifier le code]

Bandes originales de film[modifier | modifier le code]

Bandes originales de documentaires[modifier | modifier le code]

Bandes originales de séries télévisées/téléfilms[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres consacrés à Pierre Bachelet

  • Pierre Bachelet, En ce temps-là j'avais vingt ans…, Michel Lafon Éditions, 1989.
  • Fanfan Bachelet ; avec la collaboration d'Évelyne Adam ; Préface de Jean-Pierre Foucault, Pierre… mon amour, Pierre Robin Éditions, 2006.
  • Jean-Pierre Lang, Quatorze ans de chanson pour Pierre Bachelet, Édition Hors commerce, 2008.
  • Françoise Bachelet[12], Un p'tit bout de chemin avec Pierre Bachelet, Sony Music, 2015, 140 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Françoise Bachelet, Un p'tit bout de chemin avec Pierre Bachelet, Sony Music, 2015, p. 28
  2. Françoise Bachelet, Un p'tit bout de chemin avec Pierre Bachelet, op. cit., p. 8
  3. Françoise Bachelet, Un p'tit bout de chemin avec Pierre Bachelet, op. cit., p. 19-21
  4. Bernard Ales, Pierre Bachelet : « Je n'envisage plus l'amour autrement qu'à perpétuité », in : Ciné Télé Revue, 21 janvier 1999
  5. non trouvé le 22 mars 2015, sur le site whatgeneration.com
  6. Françoise Bachelet, Un p'tit bout de chemin avec Pierre Bachelet, op. cit., p. 25-40
  7. Le chantre des « Corons » est mort, Le Parisien.fr, Sébastien Catroux, publié le .
  8. Visset, Fernand ; AB. Pierre Bachelet : Marionnettiste en l'an 2012. Platine, n°187, mai-juin 2012
  9. InfosDisc : Les certification
  10. Le Détail des Albums de chaque Artiste, sur le site infodisc.fr , consulté le 22 mars 2015
  11. 7" Single Polydor 2056 954, sur le site lescharts.com, consulté le 22 mars 2015
  12. L'auteure n'est mentionnée ni en couverture, ni en page-titre mais bien en 4e de couverture. Françoise Bachelet est la veuve de Pierre Bachelet. Elle est plus souvent désignée sous son surnom de « Fanfan ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]