Pierre Sabbagh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sabbagh.
Pierre Sabbagh
Defaut 2.svg
Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Pierre Sabbagh, né le à Lannion et mort le à Paris, est une personnalité majeure de la télévision française, exerçant successivement les métiers de journaliste, réalisateur, producteur et animateur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Sabbagh est le fils du peintre Georges Sabbagh (1887-1951) et d'Agnès Humbert, résistante du réseau Musée de l'Homme.

Il commence sa carrière en 1945 comme radio-reporter ; en cette qualité, il enregistre sans autorisation officielle l'exécution de Pierre Laval le 14 octobre 1945 à la Prison de Fresnes, son reportage sera diffusé à la radio le soir même[1]. Il entre ensuite en 1946 à la télévision française.

Il invente et présente le le premier journal télévisé français[2]. Il a été animateur populaire à la télévision pendant 14 ans pour avoir animé des jeux télévisés le Gros Lot, Télé-Pok, L'Homme du XXe siècle, et de l’émission documentaire Le Magazine des explorateurs.

Le 10 décembre 1954, il épouse la présentatrice de télévision Catherine Langeais.

La création, en 1966, de l'émission Au théâtre ce soir à la suite d'une grève à la télévision française qui s'éternisait, sera son plus grand succès.

Dans le cadre du programme minimum, La Bonne Planque est diffusée pendant cette période, ce qui provoque l'engouement du public pour ce genre d'émission.

À son actif aussi, le premier grand jeu audiovisuel qui réunissait la France des années 1960 devant l'écran en noir et blanc : L'Homme du XXe siècle, jeu de questions de culture générale qui a duré un peu plus de deux années avec deux célèbres finales du Super homme du XXe siècle, réunissant les anciens meilleurs vainqueurs de l'année (dont le comédien Robert Manuel la 1er année) et gagnée en 1963 par un professeur de « cours complémentaire », Georges Rivault, et en 1964 par un professeur d'histoire, Francis Pichon. Le visage de Pierre Sabbagh apparut sur le jeu de société (ancêtre du Trivial Poursuit) qui fut édité avec cette émission.

Il confie en 1970, à Marc Gilbert la direction de l'émission Volume et en 1971, celle d'Italiques. En septembre 1971, il est nommé Directeur général de la Deuxième chaîne couleur de l'ORTF.

Après l’éclatement de l’ORTF en 1974, il est nommé en 1981 PDG de Technisonor, société de production filiale de la Sofirad puis devient membre de la CNCL (Commission nationale de la communication et des libertés) en 1986.

Il meurt en 1994, il est enterré dans le cimetière de Valmondois où il habitait avec son épouse.

Présentateur de télévision[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Sabbagh, Les perles de la Téléculture, Paris, éditions Hachette,‎
  • Pierre Sabbagh, Fanina, éditions Pan,‎ (réimpr. 1966, 1969), 285 p. (ISBN 0330020404)
  • Pierre Sabbagh, Le guide de la Pipe et du Tabac, Paris, éditions Stock, 1973 p.
  • Pierre Sabbagh, Le guide Marabout de la pipe et du tabac, Paris, éditions Marabout,‎
  • Pierre Sabbagh, Encore vous, Sabbagh!, Paris, éditions Stock,‎ , 165 p. (ISBN 2234017750)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Présentateur de téléfilms[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Télé 7 Jours n°1167, semaine du 9 au 15 octobre 1982, page 120, article de Carole Sandrel. Son enregistrement sonore fut rediffusé à la télévision le 23 septembre 1982, lors de l'émission d'Alain Decaux consacrée à la fin de Pierre Laval.
  2. (fr) Mélanie Rostagnat, « Aujourd'hui, le JT fête ses 60 ans ! » sur Ozap.com,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Sabbagh, Georges Sabbagh, Paris, éditions Jean Sabbagh,‎ , 128 p. (ISBN 2903640009)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]