Cartouche (film, 1962)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cartouche

Réalisation Philippe de Broca
Scénario Daniel Boulanger
Philippe de Broca
Charles Spaak
Acteurs principaux
Sociétés de production Filmsonor S.A.
Les Films Ariane
Mondex Films
Vides Cinematografica
Pays de production Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre film d'aventures
Durée 114 minutes
Sortie 1962

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Cartouche est un film d'aventures franco-italien, réalisé par Philippe de Broca et sorti en 1962.

Le film s'inspire du personnage de Louis Dominique Cartouche, brigand puis chef de bande, qui sévissait à Paris à la cour des Miracles au début du XVIIIe siècle, sous la Régence.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Bagarreur mais charmeur et avec un grand cœur, Cartouche vole la paye du régiment où il avait été enrôlé avec La Douceur et La Taupe, et, accompagnés de la charmante Vénus, ils arrivent à Paris où ils vont prendre le contrôle de la bande de Malichot. Ils détroussent les riches et les puissants avec une certaine bonne humeur, jusqu'à ce que Cartouche tombe amoureux de la femme du Lieutenant général de police, ce qui va lui faire prendre des risques de plus en plus grands. Un jour, lors d'une embuscade, Vénus se sacrifie pour sauver Cartouche et, après son enterrement, il décide avec sa bande de la venger.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Cartouche est une commande que les producteurs Alexandre Mnouchkine et Georges Dancigers ont proposé à Philippe de Broca, qui n'avait jamais réalisé de film d'aventures. Le film donne une vision très romancée de la vie de Louis Dominique Cartouche, faisant de lui un brigand au grand cœur qui ridiculise les riches sous l'acclamation des pauvres.

Le tournage a eu lieu du 17 juillet au 6 octobre 1961, notamment à Béziers, Ermenonville et Pézenas. C'est la première collaboration de Philippe de Broca avec Jean-Paul Belmondo.

Le réalisateur a dû batailler pour imposer Georges Delerue aux producteurs, car le compositeur n'avait pas encore fait ses preuves dans le cinéma d'aventures[3].

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a été un succès à sa sortie en France, cumulant 3 610 402 entrées au box-office[4].

« Au croisement des (grands) chemins de Fanfan la Tulipe, Robin des Bois et d'une certaine insolence Nouvelle Vague, Jean-Paul Belmondo est magnifique, bondissant du léger au grave. Derrière le rythme burlesque des capes et des épées, l'éclat des bleus et des rouges, de Broca annonce le temps révolutionnaire. Le drame romantique, petit à petit, prend le pas sur la fantaisie. Une fois enrichi, le bandit découvre l'ennui. "Amuse-toi, cela empêche de mourir", prévient Vénus. Un cadavre, pourtant, et une séquence de funérailles inoubliable finiront de plonger le film dans un lyrisme désespéré. Et de Broca transforme en justiciers ses bandits endeuillés... Superbe. »

— Guillemette Odicino, Télérama, 22 décembre 2012

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Belmondo a réalisé toutes ses cascades.
  • À la 17e minute du film, lorsque le vieux maréchal apporte la solde des troupes, plusieurs phrases dont Vive le Maréchal sont réutilisées manifestement en clin d'œil au maréchal Pétain.
  • Clin d'œil : le nom du méchant de ce film (le lieutenant-général de Ferrussac) est tiré du vrai nom du réalisateur, né Philippe de Broca de Ferrussac[5].
  • L'affiche est signée Yves Thos.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marc Bouineau, Le Petit Livre du film d'aventure, Éditions Spartorange, p.40 (ISBN 2-9506112-5-7)
  2. a et b Rôles coupé au montage. Sim et Léonce Corne ont totalement disparu des versions actuellement visibles.
  3. « Cartouche : Comment Philippe de Broca a dû se battre pour imposer la musique de Georges Delerue », sur Premiere.fr, (consulté le )
  4. « Cartouche (1962) - JPBox-Office », sur www.jpbox-office.com (consulté le )
  5. Didier Péron, « Broca fut épique à une époque », Libération, .

Liens externes[modifier | modifier le code]