Francis Morane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morane (homonymie).
Francis Morane
Naissance
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 62 ans)
Profession Metteur en scène
Réalisateur

Francis Morane ( - [1]) est un metteur en scène de grands spectacles en salles et en plein-air, également réalisateur de cinéma et de télévision.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Jean Serge et de Jacqueline Morane, il est l'un des assistants de Jean Renoir sur le tournage du Déjeuner sur l'herbe.

Il a réalisé un unique court métrage pour le cinéma, sorti en 1966. Il travaille ensuite quelque temps pour la télévision.

Metteur en scène de théâtre, il participe pendant plusieurs saisons (de 1963 à 1971) au festival national Corneille de Barentin[2]. Il se fait connaître à partir des années 1970 en réalisant des comédies musicales et des spectacles de plein-air dont il devient un spécialiste[3].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma
Télévision

Théâtre[modifier | modifier le code]

Spectacles[modifier | modifier le code]

  • Mayflower
  • Starmania
  • La Nuit des merveilles
  • La symphonie historique du château de Bidache
  • Paradisiac (1980), la revue du Paradis latin
  • Spectacle son et lumières offert par la mairie de Paris au Trocadero à l'occasion des fêtes du Bicentenaire de la Révolution française (1989)
  • Spectacle son et lumières Jean Chouan l'insoumis de Lassay les châteaux (1988 à 1990)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Andrieu-Guitrancourt, Le festival Corneille. Vingt ans de théâtre à Barentin 1956-1975, Éditions Médianes, 1994

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (notice BnF no FRBNF14065915)
  2. Créé par ses parents en 1956, ce festival est consacré aux œuvres de Pierre et Thomas Corneille
  3. « Spécialiste inconstesté du spectacle « total » qui allie le son, la lumière, les interprètes, la pyrotechnie et toutes les audaces qui peuvent être mises au service du spectacle » (revue Autrement, 1984)

Liens externes[modifier | modifier le code]