Ligne de Coutras à Tulle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
Coutras à Tulle
Image illustrative de l’article Ligne de Coutras à Tulle
Le viaduc de Saint-Pantaléon-de-Larche sur la Vézère.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Coutras, Montpon-Ménestérol, Mussidan, Périgueux, Brive-la-Gaillarde, Tulle
Historique
Mise en service 1857 – 1871
Concessionnaires Grand-Central (1853 – 1857)
PO (1857 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 621 000
Longueur 173 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Double voie de Coutras à Niversac
Voie unique au-delà
Signalisation BM-DV SNCF de Périgueux à Niversac
BAPR avec sections BAL ailleurs
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TER
Fret SNCF
Schéma de la ligne

La ligne de Coutras à Tulle est une voie ferrée française à écartement standard, dans le sud-ouest du massif central. Elle relie Coutras (Gironde) sur l'artère Paris - Bordeaux à Tulle (Corrèze), en desservant Périgueux et Brive-la-Gaillarde.

Elle constitue la ligne 621 000 du réseau ferré national, et est l'une des sections de la transversale Lyon - Bordeaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

La voie ferrée double, à Saint-Front-de-Pradoux.
La voie unique au bourg de Saint-Pierre-de-Chignac.

La concession de la ligne a été accordée, par étapes, à la Compagnie du chemin de fer Grand-Central. Celle-ci, en proie à de grandes difficultés financières, n'a pas pu terminer les travaux : l'accord de partage de la compagnie entre le PO et le PLM a décidé la rétrocession de la ligne au Paris-Orléans, qui l'a mise en service en trois étapes, en 1857, 1860 et 1871.

La ligne de Coutras à Périgueux ébauche d'un itinéraire « de Bordeaux à Lyon » est concédée par décret impérial le 21 avril 1853 à Messieurs le comte de Morny, J. Masterman, le comte H. de Pourtalès-Gorgier, Matthiew Uzielli, Calvet-Rogniat, Samuel Laing, le marquis de Latour-Maubourg et Hutchinson. Ce même décret concède à titre éventuel aux mêmes personnes, toujours dans le cadre de l'itinéraire de Bordeaux à Lyon, une ligne entre Périgueux et le chemin de fer de Clermont-Ferrand à Montauban, dont un des tronçons est la section de Périgueux à Brive-la-Gaillarde[1].

Le 30 mars 1853 est constituée la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France. Cette compagnie est autorisée par un décret impérial du 30 juillet 1853 qui permet aussi sa substitution aux concessionnaires initiaux de la ligne.

Les 2 février et 6 avril 1855 est signée une convention entre le ministre des Travaux publics et les administrateurs de la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France. Elle concède à titre définitif à la compagnie la ligne entre Périgueux et le chemin de fer de Clermont-Ferrand à Montauban[2]. Cette même convention concède à titre éventuel « un embranchement sur Tulle ». Cette convention est approuvée par décret impérial le 7 avril 1855[3].

À la suite de la déconfiture financière de la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France, son démantèlement est organisé en 1857 au profit de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans et de la constitution de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée. La Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans récupère notamment la concession de la ligne de Coutras à Brive par la convention signée le 11 avril 1857 avec le ministre des Travaux publics. Cette convention est approuvée par décret le 19 juin 1857[4].

La ligne « de Tulle à Brives » est concédée à titre définitif à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans par une convention signée le 11 juin 1863 entre le ministre des Travaux publics et la compagnie. Cette convention est approuvée par un décret impérial le 6 juillet 1863[5].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Exploitation[modifier | modifier le code]

Annonce sonore de la desserte TER Bordeaux-Périgueux.
  • Les trains Intercités Clermont-Ferrand - Bordeaux y circulaient, avant leur suppression.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « N° 400 - Décret impérial portant concession des chemins de fer de Clermont-Ferrand à Lempdes, de Montauban à la rivière Lot et de Coutras à Périgueux : 21 avril 1853 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 1, no 45,‎ , p. 690 - 713 (lire en ligne).
  2. « Convention relative à la concession de lignes de chemin de fer à la compagnie du chemin de fer Grand-Central de France », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 5, no 292,‎ , p. 830 - 838 (lire en ligne).
  3. « N° 2878 - Décret impérial qui approuve la convention passée, les 2 février et 6 avril 1855, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France : 7 avril 1855 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 6, no 313,‎ , p. 58 - 59 (lire en ligne).
  4. « N° 4796 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 11 avril 1857, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans : 19 juin 1857 », Bulletin des lois du l'Empire Français, Paris, Imprimerie impériale, série XI, vol. 10, no 522,‎ , p. 244 - 274.
  5. « N° 11559 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 11 juin 1863, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et la Compagnie du chemin de fer d'Orléans : 6 juillet 1863 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 22, no 313,‎ , p. 188 - 193 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 1 (1852-1857), Palau, , 215 p. (ISBN 2-950-942-11-3), « 2.36 Coutras-Périgueux : 20 juillet 1857 », p. 191-192.
  • François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 2 (1858-1863), Palau, , 221 p. (ISBN 2-950-942-12-1), « 5.12 Périgueux-Brive : 17 septembre 1860 », p. 113-114.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]