Riscle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Riscle
La mairie de Riscle.
La mairie de Riscle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Arrondissement Mirande
Canton Adour-Gersoise
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes Armagnac-Adour
(siège)
Maire
Mandat
Christophe Terrain
2014-2020
Code postal 32400
Code commune 32344
Démographie
Population
municipale
1 713 hab. (2014)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 39′ 27″ nord, 0° 05′ 09″ ouest
Altitude Min. 96 m
Max. 206 m
Superficie 31,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Riscle

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Riscle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Riscle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Riscle

Riscle (Riscla en gascon) est une commune française située dans le département du Gers en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Riscle est une commune de Gascogne située sur l'Adour et sur l'ancienne route nationale 135 entre Barcelonne-du-Gers et Maubourguet (actuellement D935), elle fait partie du vignoble des Côtes-de-Saint-Mont et comprend quatre hameaux : Constance, Hitaous, les Barthères et Balembitz.

Situation de Riscle.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées par l'Adour et son affluent gauche, l'Arrioutor. Le Boscassé, la Menoue et le Bergons confluent aussi sur la commune.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ville est traversée par le D935 allant de Tarbes à Aire-sur-Adour[1].

Une ligne de bus régionale (940) reliant Mont-de-Marsan à Tarbes passe par Riscle.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En gascon, en dialecte du Gers, un riscle désigne une « caisse de meule à farine [2] » d'un moulin.

Traversée par l'Adour, Riscle devrait son nom au risclo, une pratique de pêche ancestrale qui consiste à capturer le poisson en barrant les cours d'eau avec des pierres. De simple castelnau érigé au XIème siècle, Riscle devient une cité importante à la fin du Moyen Âge grâce à ses marchés et à ses foires et à l'importance de son agriculture, toujours prospère aujourd'hui.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Riscle remonte au IXe siècle, date de la construction de la première église édifiée à « La Roque ». Le bourg féodal se groupa autour de celle-ci avec le château. Plus tard, au XIe siècle, il y eut à Riscle un hôpital, un couvent et cinq églises. On pénétrait dans la ville par six portes. La cité échappa aux Anglais qui menaçaient de la détruire en 1569. Cependant le couvent de la Merci fut saccagé par Montmorency. En 1594, le comté de Riscle fut confié par Henri IV de France à la famille de Podenas. D'importantes inondations en 1737 causèrent de « grands désastres ». Au XVIIIe et XIXe siècle, on reconstruisit et on développa Riscle qui finit de se transformer et de se moderniser durant la période allant de 1871 à 1910 : hôtel de ville, halle aux grains, marché couvert, école, lavoirs mais aussi éclairage public électrique et amélioration notable du réseau vicinal. En 1930, un pont suspendu métallique fut construit sur l'Adour, mais en août 1944 les maquisards le firent sauter et il faudra plus de huit ans pour le rebâtir. Il a été rénové en 2001.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Riscle comprend 19 conseillers municipaux dont le maire.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1928 1959 Sylvain Loumaigne Radical Conseiller général
1959 1978 Raoul Demandes Radical-UDF Conseiller général
1978 2001 Claude Dayre    
mars 2001 2008 Jean-Claude Eugène DVD Conseiller général
mars 2008 2014 Guy Darrieux[3] PS Conseiller général
mars 2014 en cours
(au avril 2014)
Christophe Terrain UDI Conseiller départemental

Jumelage[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 713 habitants, en diminution de -0,29 % par rapport à 2009 (Gers : 1,81 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 500 1 150 1 366 1 591 1 734 1 716 1 741 1 816 1 852
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 010 1 803 1 752 1 808 1 840 1 867 1 916 1 848 1 769
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 782 1 794 1 711 1 677 1 732 1 743 1 645 1 512 1 679
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014 -
1 845 1 841 1 867 1 778 1 675 1 701 1 710 1 713 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le village possède :

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête des fleurs, tous les jeudis de l'Ascension depuis plus de 100 ans[9].
  • Festival spirale à histoires, festival dédié aux arts de la parole[10].
  • Fêtes locales, le premier weekend d'août.

Santé[modifier | modifier le code]

Le village compte plusieurs professionnels de santé : médecin, pharmacies, dentistes.

Les hôpitaux les plus proches se situent à Tarbes et à Mont-de-Marsan. Une polyclinique existe à Aire-sur-Adour.

Sports[modifier | modifier le code]

La Jeunesse Sportive Riscloise, créée en 1909, devenue Union Rivière Basse (Riscle-Plaisance du Gers) puis JSE SP Riscloise[11],[12]


Le Football club Risclois qui a évolué dans le championnat de 1re division de district lors de la saison 2008-2009.

JSR Basket

Arènes à Riscle

Économie[modifier | modifier le code]

office du tourisme de Riscle

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre : édifice gothique du XIIe siècle.
  • Pont suspendu.
  • Arènes Jean-Pierre Longepée.
  • Couvent de la Merci.
  • Plusieurs lavoirs.
  • Galerie bleue, galerie d'art implantée dans le collège Val d'Adour.
  • Écocentre Pierre et Terre, sensibilise à l'éco-habitat.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or aux trois fleurs de lys d'azur[13] .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le 11 octobre 2017)
  2. un coffre en bois octogonal entourant les deux meules, la tournante et la dormante
  3. Site de la préfecture - Fiche de Riscle.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Le domaine de Peyris - Parfum de tradition - EPL de Mirande-Riscle », sur parfumdetradition.com (consulté le 23 août 2017)
  9. « Explosion de couleurs pour la Fête des fleurs », ladepeche.fr, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  10. « Spirale à Histoires : et de 15 », ladepeche.fr, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  11. Site du club
  12. J.S. Riscle Rugby
  13. Banque du blason.