Saint-Martial-d'Artenset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martial.
image illustrant une commune de la Dordogne
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Dordogne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Saint-Martial-d'Artenset
L'église Saint-Martial de Saint-Martial-d'Artenset.
L'église Saint-Martial de Saint-Martial-d'Artenset.
Blason de Saint-Martial-d'Artenset
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Montpon-Ménestérol
Intercommunalité Communauté de communes Isle Double Landais
Maire
Mandat
Max Ley
2014-2020
Code postal 24700
Code commune 24449
Démographie
Gentilé Saint-Martialais
Population
municipale
986 hab. (2013)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 01′ 02″ Nord, 0° 12′ 18″ Est
Altitude Min. 29 m – Max. 107 m
Superficie 32,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Martial-d'Artenset

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Martial-d'Artenset

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martial-d'Artenset

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martial-d'Artenset

Saint-Martial-d'Artenset est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le barrage du Duellas sur l'Isle.

La commune est implantée en rive gauche de l'Isle qui la sépare au nord de Saint-Laurent-des-Hommes et des villages de Vauclaire et Montignac (commune de Montpon-Ménestérol).

Quatre kilomètres à l'est de Montpon-Ménestérol, le bourg est traversé par la route départementale 6089 (l'ancienne route nationale 89).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Martial-d'Artenset
Saint-Laurent-des-Hommes
Montpon-Ménestérol Saint-Martial-d'Artenset Beaupouyet
Saint-Rémy Saint-Sauveur-Lalande

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune se réfère à saint Martial, premier évêque de Limoges au IIIe siècle[1]. La seconde partie du nom, Artenset, est soumise à controverse : il pourrait s'agir du nom d'un personnage gaulois, °Artos (signifiant « ours »), auquel aurait été ajouté le suffixe -entia ; une autre version la ferait dériver du latin parlé °artentia, correspondant à une clôture[1].

En occitan, la commune se nomme Sent Marçau d'Artenset[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, on trouve la graphie Saint Martial d'Artence.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1989[3] (réélu en mars 2014[4]) en cours Max Ley[Note 1] SE Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Saint-Martial-d'Artenset depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour Saint-Martial-d'Artenset[5]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2013, Saint-Martial-d'Artenset comptait 986 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 203 837 1 440 1 452 1 131 984 1 288 1 534 1 286
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 313 1 325 1 367 1 208 1 290 1 288 1 265 1 175 1 116
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 159 1 151 1 108 976 947 930 964 911 881
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
840 750 716 743 839 847 934 948 985
2013 - - - - - - - -
986 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[8], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 421 personnes, soit 42,9 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (quarante-neuf) a augmenté par rapport à 2007 (quarante-quatre) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 11,6 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte 86 établissements[9], dont trente-cinq au niveau des commerces, transports ou services, vingt dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, treize relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, onze dans la construction, et sept dans l'industrie[10].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Parmi les cinquante premières entreprises de Dordogne en termes de chiffre d'affaires hors taxes en 2012-2013, deux ont leur siège social implanté à Saint-Martial-d'Artenset[11] :

  • Menuiserie Grégoire SAS (fabrication d'éléments en matières plastiques pour la construction) : 7e avec 45 343 k€ ;
  • la Société de transformations plastiques (fabrication d'éléments en matières plastiques pour la construction) : 32e avec 27 555 k€.

Dans le département, elles se classent respectivement aux 3e et 10e places dans le secteur de l'industrie[12].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint Martial, IXe siècle, avec clocher carré du XIVe siècle bâtie sur des bases romanes et portail du XVIIe siècle
  • Maison à colombages surmontée d'un pigeonnier décoratif, à côté de l'église
  • Moulin du Duellas, sur l'Isle, reconstruit à la fin du XIXe siècle après un incendie. Le site est jalonné de panneaux d'informations sur le moulin, et la batellerie. Des promenades en gabarre y sont possibles
  • Château du Mas, ancien repaire, propriété de la famille de la Doire au XVIIe siècle [13] attesté au XVIIIe siècle [14]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Martial-d'Artenset Blason Parti : au 1) de gueules à Saint Martial évêque d’or, mitré et crossé, bénissant de sa dextre au 2) d’azur à l’ours en pied d’argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le 18 mai 2010, la cour d'appel de Bordeaux condamne Max Ley à trois ans d'inéligibilité pour prise illégale d'intérêts. En mai 2011, cette peine d'inéligibilité est annulée par la Cour de cassation et l'affaire est renvoyée devant la cour d'appel de Poitiers. Le 3 novembre 2011, cette dernière confirme une amende de 3 000 euros et une peine de cinq mois de prison avec sursis, mais pas l'inégibilité. Max Ley reste donc maire de la commune. Sources : La Cour de cassation confirme les condamnations sauf une, Sud Ouest édition Périgueux du 14 mai 2011 ; Max Ley reste maire de Saint-Martial-d'Artenset, Sud Ouest édition Dordogne du 4 novembre 2011.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 342-343.
  2. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 30 mars 2014.
  3. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 29 août 2014.
  4. Max Ley bien réélu, Sud Ouest édition Dordogne du 3 avril 2014, p. 12.
  5. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 30 mars 2014)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.
  8. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 29 novembre 2015.
  9. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 29 novembre 2015).
  10. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 29 novembre 2015.
  11. « Chiffre d'affaires : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 16.
  12. « Industrie : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 24.
  13. Archives Départementales de la Dordogne série E actes relevés par M. Richard
  14. Repaire du Mas dans le Dictionnaire des châteaux du Périgord de Guy Penaud, mais panneau indiquant sur place « Château du Mas »