Saint-Laurent-des-Hommes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Laurent.

Saint-Laurent-des-Hommes
Saint-Laurent-des-Hommes
La mairie de Saint-Laurent-des-Hommes
Blason de Saint-Laurent-des-Hommes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Vallée de l'Isle
Intercommunalité Communauté de communes Isle et Crempse en Périgord
Maire
Mandat
Jean-Claude Eclancher
2016-2020
Code postal 24400
Code commune 24436
Démographie
Gentilé Saint Laurentais
Population
municipale
1 022 hab. (2016 en diminution de 2,48 % par rapport à 2011)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 02′ 19″ nord, 0° 15′ 15″ est
Altitude Min. 31 m
Max. 113 m
Superficie 31,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Laurent-des-Hommes

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Laurent-des-Hommes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-des-Hommes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-des-Hommes
Liens
Site web saint-laurent-des-hommes.com

Saint-Laurent-des-Hommes est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le canal de la Filolie au nord de Bénévent.
L'Isle entre Bénévent et Saint-Laurent-des-Hommes.

La commune de Saint-Laurent-des-Hommes est principalement située en rive droite de l'Isle qui la sépare de Saint-Martial-d'Artenset au sud-est.

Elle est délimitée à l'est par le Grolet, un ruisseau qui la sépare de Saint-Martin-l'Astier et à l'ouest par un autre affluent de l'Isle, le Babiol, qui la sépare de Montpon-Ménestérol. Le nord de la commune se trouve dans la forêt de la Double. Au sud, une bande de terre de 200 à 500 mètres de large (Bénévent et Fournils), se trouve en rive gauche de l'Isle.

Au sud, le sol en vallée de l'Isle est recouvert d'alluvions holocènes et pléistocènes alors que les hauteurs situées au nord, en forêt de la Double, sont composées de sables, d'argiles et de graviers éocènes et oligocènes[1]. L'altitude minimale, 31 mètres, se situe au sud-ouest, là où l'Isle quitte le territoire communal pour servir de limite entre Saint-Martial-d'Artenset et Vauclaire (commune de Montpon-Ménestérol). Le point culminant, 113 mètres, se trouve à l'extrême nord, en limite de la commune de Saint-Michel-de-Double.

Le bourg de Saint-Laurent-des-Hommes, à l'intersection des routes départementales 3, 3E4 et 12, se situe, en distances orthodromiques, sept kilomètres à l'est-nord-est de Montpon-Ménestérol et neuf kilomètres à l'ouest de Mussidan.

La commune est également desservie par les routes départementales 13 à l'est et 6089 (l'ancienne route nationale 89) tout au sud.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Laurent-des-Hommes
Saint-Barthélemy-de-Bellegarde Saint-Michel-de-Double Saint-Martin-l'Astier
Montpon-Ménestérol Saint-Laurent-des-Hommes Saint-Médard-de-Mussidan
Saint-Martial-d'Artenset Beaupouyet

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Prévention des risques[modifier | modifier le code]

Un plan de prévention du risque inondation (PPRI) a été approuvé en 2007 pour l'Isle dans le Montponnais, impactant ses rives jusqu'à 1 700 mètres de largeur sur le territoire communal, au sud de Bonnefont, ainsi que la partie aval de ses affluents le Grolet (les 1 200 derniers mètres), en limite de Saint-Martin-l'Astier, et le Farganaud (les deux derniers kilomètres)[2],[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du lieu se réfère à saint Laurent, martyr chrétien du IIIe siècle[4]. Saint-Laurent-des-Hommes est la déformation de Saint-Laurent-des-Olmes, tiré de l'occitan olm qui signifie orme[5].

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, la paroisse est identifiée sous le nom de Saint Laurent de Double[6].

En occitan, la commune porte le nom de Sent Laurenç daus Urmes[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Nécropole mérovingienne
La nécropole mérovingienne de Saint-Laurent-des-Hommes à la veille de son enfouissement.

Le territoire communal fut occupé dès le Néolithique et les vestiges d'une villa Gallo-romains|gallo-romaine ont été découverts au village de Bénévent[5].

Une nécropole mérovingienne comportant 360 sépultures[8], dont une seule avec des ossements non identifiés, a été mise au jour en 2010 sur un terrain situé au sud du bourg de la commune, en préalable à une mise en lotissements[9]. Selon l'INRAP, des objets préhistoriques (silex) et antiques (tegula) ont également été exhumés.

Les premières mentions écrites connues du lieu remontent au XIIIe siècle sous les formes Sanctus Laurentius de Pradoux, puis Sanctus Laurentius prope Benevent (« Saint-Laurent près de Bénévent »)[5]. La commune de Saint-Laurent-des-Hommes comprend le village de Bénévent qui est une ancienne bastide fondée en 1270 par Philippe le Hardi et Archambaud III de Périgord.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2002, Saint-Laurent-des-Hommes intègre dès sa création la communauté de communes du Mussidanais en Périgord. Celle-ci disparaît au , remplacée au par la communauté de communes Isle et Crempse en Périgord.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1893 1926 Martial Voulgre   Délégué cantonal de Mussidan (1900-1926)
         
(1959 ou avant) 1970 Albert Guigné    
1970 décembre 1970 Marcel Caray   Adjoint faisant fonctions de maire
décembre 1970 mars 1983 Marcel Caray    
mars 1983 mars 2001 René Allard    
mars 2001 mai 2016 Jean-Pierre Marache[Note 1] SE[10] puis PS[11] Fonctionnaire
mai 2016[12] En cours Jean-Claude Eclancher   Retraité de l'enseignement

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Saint-Laurent-des-Hommes se nomment les Saint Laurentais[13].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15].

En 2016, la commune comptait 1 022 habitants[Note 2], en diminution de 2,48 % par rapport à 2011 (Dordogne : -0,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1238769289981 2851 2281 1311 2341 125
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2421 2461 2591 1471 2061 3071 2121 2501 149
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1041 1091 0871 049981966971947992
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
9258618678639388849891 0041 019
2013 2016 - - - - - - -
1 0481 022-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[18], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 407 personnes, soit 39,7 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (trente-neuf) a augmenté par rapport à 2010 (trente) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 9,5 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 111 établissements[19], dont 61 au niveau des commerces, transports ou services, dix-sept dans la construction, seize dans l'industrie, dix dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, et sept relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[20].

Entreprises[modifier | modifier le code]

C'est sur le territoire communal que se trouve l'une des deux installations de stockage de déchets non dangereux (ISDND) du département de la Dordogne, l'autre se trouvant entre Milhac-d'Auberoche et Fossemagne[21].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Située au sud de la forêt de la Double et bordée par l'Isle, la commune représente un grand intérêt pour la faune et la flore locales. Des zones de protection y sont donc délimitées.

Natura 2000[modifier | modifier le code]

L'étang du Farganaud.

Deux sites Natura 2000 sont présents sur le territoire communal.

Les vallées du Babiol, du Farganaud et du Grolet font partie des vallées de la Double, considérées comme site important par le réseau Natura 2000 pour la conservation d'espèces animales européennes menacées[25]. On peut y trouver notamment la cistude d'Europe (Emis orbicularis), l'écrevisse à pattes blanches (Austropotamobius pallipes), la loutre (Lutra lutra), le vison d'Europe (Mustela lutreola), le chabot commun (Cottus gobio) ou encore la lamproie de Planer (Lampetra planeri) [25].

Depuis Périgueux jusqu'à sa confluence avec la Dordogne, l'Isle et sa vallée, ensemble de prairies et de cultures, représentent un site très important pour le vison d'Europe ainsi que pour une libellule : le gomphe de Graslin (Gomphus gaslinii). Outre la cistude d'Europe et l'écrevisse à pattes blanches, on y trouve également des aires de reproduction de six espèces de poissons dont des lamproies et des aloses[26].

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Sur toute sa bordure sud, la commune présente une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type 2 qui comprend la totalité de la vallée de l'Isle : la « vallée de l'Isle de Saint-Médard-de-Mussidan à Montpon ». Ce site de prairies alluviales humides est favorable à une flore spécifique ainsi qu'à une avifaune diversifiée qui y passe l'hiver (vanneaux, pluviers, hérons cendrés) ou qui y niche (chouettes chevêches, pies-grièches)[27],[28].

Site[modifier | modifier le code]

L'ensemble formé par le château de Fournils et son parc est, sur près de vingt-deux hectares (dont une faible partie sur la commune de Beaupouyet), un site inscrit depuis 1980[29],[30].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Laurent-des-Hommes Blason D’argent à la croix de gueules cantonnée de quatre lionceaux de sable.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Décédé en fonctions. Source : Bruno Boucharel, « Le maire est décédé », Sud Ouest édition Périgueux, 11 mai 2016, p. 19.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  3. Contrairement à ce qu'écrit Guy Penaud dans son Dictionnaire des châteaux du Périgord, le château n'est pas implanté à Beaupouyet mais à Saint-Laurent-des-Hommes, avec une partie du parc sur Beaupouyet

Références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick Ranoux, préface de René Pijassou, Atlas de la Dordogne-Périgord, p. 19, Ouvrage publié à compte d'auteur, Speed impression, 1996, (ISBN 978-2-9501-4761-5)
  2. PPR inondation - 24DDT20050002 - Montponnais - Isle, DREAL Aquitaine, consulté le 27 mars 2019.
  3. [PDF] Vallée de l'Isle - Saint-Laurent-des-Hommes - Plan de prévention du risque inondation p. 5, DREAL Aquitaine, consulté le 27 mars 2019.
  4. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 265.
  5. a b et c Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, p. 335-336, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 335-336
  6. « St. Laurent de Double » sur Géoportail (consulté le 1er octobre 2010).
  7. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 29 mars 2014.
  8. Jean Luc Eluard, Une nécropole mérovingienne découverte en Dordogne sur Cap sciences. Consulté le 1er octobre 2010.
  9. Nancy Ladde, Trouveurs de trésors, Sud Ouest édition Périgueux du 20 septembre 2010.
  10. Voici vos 557 maires, supplément à Sud Ouest édition Dordogne du 3 avril 2008, p. 16.
  11. « http://www.ps24.org/Les-elu-e-s-socialistes-en-Dordogne_a6.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) ,
  12. Bruno Boucharel, « Jean-Claude Eclancher élu maire », Sud Ouest édition Périgueux, 25 mai 2016, p. 21.
  13. Fiche commune Saint-Laurent-des-Hommes, Union des maires de la Dordogne, consultée le 24 novembre 2016.
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  18. Dossier complet - Commune de Saint-Laurent-des-Hommes (24436) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 12 janvier 2019.
  19. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 12 janvier 2019).
  20. Dossier complet - Commune de Saint-Laurent-des-Hommes (24436) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 12 janvier 2019.
  21. Hervé Chassain, Nouvelle poubelle, Sud Ouest édition Périgueux du 26 novembre 2014, p. 11.
  22. Claude-Odette Poncelin, Quatre siècles en Agenais et en Bordelais-Généalogie de la famille de Lacrompe de La Boissière, 1976.
  23. « Église Saint-Laurent des Hommes », notice no PA24000017, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 8 octobre 2012.
  24. « Maison », notice no PA00082854, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 8 octobre 2012.
  25. a et b Vallées de la Double sur le réseau Natura 2000. Consulté le 29 novembre 2009
  26. Vallée de l'Isle de Périgueux à sa confluence avec la Dordogne sur le réseau Natura 2000. Consulté le 29 novembre 2009
  27. [PDF] DIREN Aquitaine - Vallée de l'Isle de Saint-Médard-de-Mussidan à Montpon. Consulté le 29 novembre 2009
  28. Carte de la ZNIEFF 2667 sur le site de la DIREN Aquitaine. Consulté le 29 novembre 2009
  29. Château de Fournils et son parc sur le site de la DIREN Aquitaine. Consulté le 29 novembre 2009
  30. Carte du site inscrit 0000082 sur le site de la DIREN Aquitaine. Consulté le 29 novembre 2009