Grotte d'Azokh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Grotte d'Azokh
Azokh Cave.jpg
Fouilles dans la grotte d'Azokh
Localisation
Coordonnées
Adresse
Massif
Localité voisine
Caractéristiques
Type
Occupation humaine
Géolocalisation sur la carte : Haut-Karabagh
(Voir situation sur carte : Haut-Karabagh)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Arménie
(Voir situation sur carte : Arménie)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Azerbaïdjan
(Voir situation sur carte : Azerbaïdjan)
Point carte.svg

La grotte d'Azokh est une grotte située à proximité du village d'Azokh, dans la région de Hadrout, au Haut-Karabagh (Caucase)[Note 1]. La grotte est un important site préhistorique, qui a été occupé par différents groupes humains pendant une longue période[1]. Les couches anciennes du Paléolithique moyen ont livré des vestiges fossiles néandertaliens pouvant dater d'environ 300 000 ans[2].

Situation[modifier | modifier le code]

La grotte d'Azokh est située à quelque 200 km à vol d'oiseau au sud-est du lac Sevan (Arménie), 250 km (440 km par la route) au sud-ouest de Bakou (Azerbaïdjan), et 200 km (335 km par la route) au nord de Tabriz (Iran)[3]. Elle se trouve dans les contreforts Est de la chaine du Petit Caucase[4].

Géologie[modifier | modifier le code]

La grotte d'Azokh est un complexe de six cavités karstiques, avec plusieurs accès vers l'extérieur. Creusées dans les calcaires du Mésozoïque, ces cavités sont connectées par des tunnels et passages, le tout ayant été modelé suivant des fissures dans la roche-mère[4].

La très large population de chauve-souris a également contribué à modifier les galeries intérieures[4].

A l'aide de la datation par l'uranium-plomb, les plus anciens spéléothèmes de la grotte, donnant son âge probable de formation, ont été datés de 1,19 ± 0,08 million d'années[5]. La grotte a donc pu abriter très tôt des groupes humains archaïques[6].

Historique[modifier | modifier le code]

Le site a d'abord été exploré dans les années 1960-1980[7] par une équipe dirigée par le découvreur de la grotte, M. Huseinov (parfois épelé Guseinov)[1].

Une deuxième campagne de fouilles a eu lieu de 2002 à 2009[7].

Occupation humaine[modifier | modifier le code]

Dix couches stratigraphiques ont été mises en évidence dans la grotte d'Azokh par la première équipe de fouilles. Des vestiges lithiques ont été trouvés dans les couches 4 à 10.

Couche 5[modifier | modifier le code]

La couche la plus épaisse et la plus riche de la stratigraphie est la couche 5. Les fouilles archéologiques de 1963-1969 et de 1971–1986 ont livré dans cette couche de nombreux ossements fossiles d'animaux chassés et 300 outils lithiques. Des foyers pour la cuisson des aliments, des vestiges d'installations et des crânes d'ours collectés par l'homme ont également été trouvés dans cette couche.

Fossiles humains[modifier | modifier le code]

Deux espèces humaines ont livré des vestiges fossiles : Homo neanderthalensis et Homo sapiens, sachant que la plupart des fossiles européens de la deuxième moitié du Pléistocène moyen ont été aujourd'hui réattribués à l'Homme de Néandertal, au lieu d'Homo heidelbergensis à l'origine.

En 1968, Azokh 1 (nom donné à la plus ancienne couche archéologique de la grotte) a livré un fragment de mandibule humaine adulte ayant conservé 3 dents, similaire aux vestiges de l'Homme d'Ehringsdorf (en), Néandertalien trouvé en Allemagne et daté d'environ 250 000 ans[8]. Cette mandibule était associée à des outils acheuléens tardifs[1].

Lors de la deuxième campagne de fouilles, au début du XXIe siècle, le haut de la couche Azokh 1 a livré entre autres une molaire du maxillaire supérieur gauche, typique des premières molaires supérieures de l'Homme de Néandertal[8].

La couche Azokh 2 abritait des parties de squelette et deux dents d'un Homo sapiens décédé suite à un accident.
Azokh 5 contenait 8 dents d'Homo sapiens juvéniles, appartenant à au moins trois individus[8].


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour le statut international du Haut-Karabagh, cf. l'article « Haut-Karabagh ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Yolanda Fernández-Jalvo, Tania King, Levon Yepiskoposyan et Peter Andrews, « Introduction », dans Jalvo et al. 2016 (lire en ligne), p. 1-26.
  2. openbuildings
  3. Grotte d'Azokh sur la carte de google.fr. Les distances routières entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral à gauche (voir l'onglet en haut à gauche de la carte - cliquer sur "itinéraires").
  4. a b et c (en) Patricio Domínguez-Alonso, Enrique Aracil, Jose Angel Porres, Peter Andrews, Yolanda Fernández-Jalvo et John Murray, « Geology and Geomorphology of Azokh Caves », dans Jalvo et al. 2016 (lire en ligne), p. 211-249.
  5. (en) Dating Methods Applied to Azokh Cave Sites, in Azokh Cave and the Transcaucasian Corridor, 2016, [1]
  6. (en) Quaternary Deposits at the Lesser Caucasus, The Armenian Corridor
  7. a et b (en) M. Dolores Marin-Monfort, Isabel Cáceres, Peter Andrews, Ana C. Pinto-Llona et Yolanda Fernández-Jalvo, « Taphonomy and Site Formation of Azokh 1 », dans Jalvo et al. 2016 (lire en ligne), p. 211-249
  8. a b et c (en) Tania King, Tim Compton, Antonio Rosas, Peter Andrews, Levon Yepiskoposyan et Lena Asryan, « Azokh Cave Hominin Remains », dans Jalvo et al. 2016 (lire en ligne), p. 103-116

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Y. Fernández-Jalvo, T King., L. Yepiskoposyan et P. Andrews, Azokh Cave and the Transcaucasian Corridor, Springer, coll. « Vertebrate Paleobiology and Paleoanthropology », (lire en ligne).Document utilisé pour la rédaction de l’article (le lien « lire en ligne » ouvre une page listant les différents chapitres de l'ouvrage, avec liens vers les résumés.)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]