Saint-Front (Haute-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Front
Saint-Front (Haute-Loire)
Chaumière du Mezenc.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Le Puy-en-Velay
Intercommunalité Communauté de communes Mézenc-Loire-Meygal
Maire
Mandat
Philippe Delabre
2020-2026
Code postal 43550
Code commune 43186
Démographie
Gentilé Saintfrontains, saintfrontaines
Population
municipale
402 hab. (2018 en diminution de 7,59 % par rapport à 2013)
Densité 7,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 58′ 41″ nord, 4° 08′ 35″ est
Altitude Min. 796 m
Max. 1 594 m
Superficie 52,33 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Mézenc
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Front
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Saint-Front
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Front
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Front
Liens
Site web http://www.saintfront43.fr/

Saint-Front est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Municipalité rurale de montagne située dans le Massif central, son altitude varie de 796 à 1594 mètres, sa mairie se trouvant à 1225 mètres[1].

La commune, traversée par le 45e parallèle nord, est de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km).

Son centre se trouve à 22 km Est-Sud-Est de la cathédrale du Puy-en-velay (à vol d'oiseau), à 8,3 km au Nord-Ouest du Mont Mézenc, à 59 km à l'Ouest du centre-ville de Valence.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Front est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (73,2 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (62,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (70,3 %), forêts (22,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (3,5 %), zones agricoles hétérogènes (2,9 %), eaux continentales[Note 2] (0,6 %), zones urbanisées (0,5 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Situé dans le Velay, tout au plus avant la création du village y avait-il là un mas, et parsemées dans la campagne peut-être quelques chaumières[9].

Au XIIe siècle, les moines du Monastier y fondent un prieuré et une église romane dédiée à saint Front[10]. Est aussi bâtie une maison-forte, appelée «château de Pralas«, mentionnée pour la première fois en 1217[11]. Au hameau du Monteil, au détour d'une voie romaine, se trouve une stèle commémorative érigée à l'endroit où fut brûlée vive Jeannette Revergade, le , pour cause de sorcellerie[12].

Au cours de la période révolutionnaire, la commune porta le nom d'Ardenne-la-Montagne[13].

Soixante-quatorze enfants de la municipalité sont tombés au champ d'honneur lors de la Première Guerre mondiale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Gérard Roche CDS Conseiller général
mars 2001 En cours Philippe Delabre[14] DVD Président de la communauté de communes
Conseiller départemental du Canton du Mézenc

Depuis le , Saint Front appartient à la Communauté de Communes Mézenc-Loire-Meygal, les Communautés de Communes du Pays du Mézenc et de la Loire Sauvage et celle du Meygal ayant fusionné.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16].

En 2018, la commune comptait 402 habitants[Note 3], en diminution de 7,59 % par rapport à 2013 (Haute-Loire : +0,6 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 7662 0202 4362 4042 4982 9593 0333 1722 600
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 4692 5212 6202 5892 6332 3722 3322 5042 516
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5582 5672 5622 1241 9141 7601 7691 6461 317
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 2241 106849644544509475445401
2018 - - - - - - - -
402--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Front classée au titre des monuments historiques en 1909[19]. L'église romane date partiellement du XIIe siècle, mérite une visite. Elle est construite en pierres volcaniques. Elle est construite par Les moines du Monastier qui fondent le prieuré et l'église, placée sous le vocable de Saint-Front, évêque de Périgueux. Le portail a été refait à la fin du XVe siècle et le bas-côté sud à la fin du XVIe siècle[20].
  • Bigorre est un petit village de Haute-Loire sur la commune de Saint-Front. Ce village est un village de chaumières. En effet, c’est l’un des derniers hameaux aux maisons traditionnelles en pierres, recouvertes de chaumes ou de lauzes. Cet habitat est typique du monde rural des hauts plateaux du Mézenc. Les toits en forte pente protègent bien des rigueurs terribles de l’hiver avec ce vent qui balaye cette haute terre aux allures de steppe.
  • Le lac de Saint-Font est d'origine volcanique. Son altitude, 1250 m en fait le plus haut du département de la Haute-Loire.
  • La cascade de Souteyros : le ruisseau le Souteyros prend sa source quelques kilomètres en amont et se jette dans l'Aubépin. La cascade est située sous le hameau de Souteyros, un peu avant la confluence. Un sentier pédestre balisé au départ du village de Souteyros permet de la découvrir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site internet https://m.annuaire-mairie.fr __"Village de Saint-Front".
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. La structure des chaumières de la région est d'origine gauloise. Il en reste une vingtaine sur la commune.
  10. Ces constructions valident la création du village. L'église est classée monument historique.
  11. Toujours visible, mais plus dans son état original, elle appartient à un particulier. Site internet www.loomji.fr __"Saint-Front - Château de Pralas".
  12. Site internet www.saintfront43.fr __"Saint-Front - Histoire de la commune".
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Saint-Front », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  14. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 1er octobre 2014).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. Notice no PA00092841, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Église Saint-Front », sur patrimoine-religieux.fr.