Jules Quicherat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quicherat.

Jules Quicherat

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Buste de Jules Quicherat par Jean Petit, dans le hall de l'École des chartes

Nom de naissance Étienne Julien Joseph Quicherat
Naissance 13 octobre 1814
Paris
Décès 8 avril 1882
Paris
Nationalité Française
Pays de résidence France
Diplôme
Profession Professeur, chercheur
Activité principale Professeur de diplomatique à l'École des chartes
Autres activités
Directeur de l'École des chartes
Famille

Jules Quicherat[1] (Paris, 13 octobre 1814 – Paris, 8 avril 1882), est un historien et archéologue français

Biographie[modifier | modifier le code]

Frère du latiniste Louis Marie Quicherat, il est élève de l'École des chartes, dont il sort en 1834, puis attaché à la Bibliothèque royale. En 1847, il est nommé répétiteur d'archéologie, puis, en 1849, professeur de diplomatique à l'École des chartes, qu'il dirige de 1871 à sa mort.

Il est connu pour son édition du Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d'Arc (5 vol., 1841-1849) et pour son engagement en faveur d'une localisation en Franche-Comté du siège d'Alésia[2].

Postérité[modifier | modifier le code]

L'École nationale des chartes conserve un buste de Jules Quicherat, réalisé en 1885 par Jean Petit, sur une suggestion d'Auguste Castan, à l'occasion du décès du savant. Ce buste est célèbre parmi les élèves de l'École qui l'affublent régulièrement, par sympathie et affection, de chapeaux et décorations diverses. Le buste a été restauré par l'Institut national du patrimoine en 2007-2008 : le socle était en effet abîmé et des traces de cirage noir, vestiges des événements survenus en mai 68 à l'École, subsistaient[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Son acte de naissance indique comme prénoms Étienne Julien Joseph.
  2. Jules Quicherat, L'Alesia de César rendue à la Franche-Comté : Réfutation de tous les mémoires pour Alise lue à la Société des antiquaires de France, 13 et 20 mai 1855 en ligne
  3. Article consacré sur le site de l'École des chartes à ce buste à l'occasion de son envoi en restauration