Napoléon II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Napoléon II
Napoléon II.
Napoléon II.
Titre
Empereur des Français

(&&&&&&&&&&&&&01515 jours)
Prédécesseur Napoléon Ier
Successeur Louis XVIII (roi de France)
Héritier du trône impérial français

(&&&&&&&&&&&015854 ans, 4 mois et 2 jours)
Prédécesseur Premier héritier
Successeur Louis-Napoléon Bonaparte
Biographie
Titre complet Prince impérial
Roi de Rome
Duc de Reichstadt
Dynastie Maison Bonaparte
Nom de naissance Napoléon François Charles Joseph Bonaparte
Date de naissance
Lieu de naissance Paris (Empire français)
Date de décès (à 21 ans)
Lieu de décès Vienne (Autriche)
Père Napoléon Ier
Mère Marie-Louise d'Autriche
Héritier Joseph Bonaparte

Napoléon II
Monarques de France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Napoléon (homonymie).

Napoléon François Charles Joseph Bonaparte, prince impérial, titré roi de Rome à sa naissance, puis prince de Parme, proclamé Napoléon II à la fin des Cent-Jours et enfin titré duc de Reichstadt par son grand-père l'empereur d'Autriche, est né le au palais des Tuileries, à Paris, et mort le au palais de Schönbrunn, à Vienne. Il était le fils et l'héritier de Napoléon Ier, empereur des Français, et de sa seconde épouse, Marie-Louise d'Autriche.

Évincé par le Sénat en avril 1814 suite à la prise de Paris par les armées coalisées et l'abdication de son père, il fut pourtant reconnu empereur par les Assemblées, régnant sous le nom de Napoléon II, du 22 juin au (il est alors âgé de 4 ans) lors de la seconde abdication de Napoléon Ier en 1815.

Son surnom de l'Aiglon lui a été attribué à titre posthume et a été popularisé par la pièce de théâtre d'Edmond Rostand L'Aiglon, le rôle-titre étant créé le par la tragédienne Sarah Bernhardt.

Roi de Rome, prince impérial et héritier de l'Empire français (1811-1814)[modifier | modifier le code]

Naissance[modifier | modifier le code]

Le Roi de Rome par Pierre-Paul Prud'hon.

Le , les vœux de Napoléon sont comblés : Marie-Louise d'Autriche le rend père d’un héritier qu’il a tant désiré, car c’est pour l’obtenir qu’il a divorcé de Joséphine de Beauharnais. Après l'accouchement difficile de Marie-Louise d'Autriche, sa naissance est annoncée par cent un coups de canon dans Paris, comme convenu dans le cas de la naissance d'un garçon (et seulement 21 s'il s'était agi d'une fille)[1].

Son acte de naissance figurant dans un registre spécial indique : « Sa Majesté l'Empereur et Roi nous a déclaré que son intention était que le roi de Rome reçût les prénoms de Napoléon, François, Joseph, Charles. » Napoléon était le prénom de son père, François celui de son grand-père maternel et Charles celui de son grand-père paternel ; quant à Joseph, il peut évoquer Joseph Bonaparte qui fut le parrain de l'enfant avec le grand-duc de Würtzburg[2]. Les prénoms de François, Joseph et Charles sont communs au répertoire anthroponymique des deux familles Bonaparte et Habsbourg-Lorraine.

Médaille gravée par Andrieu pour commémorer la naissance du Roi de Rome.
Revers de cette médaille à l'effigie de l'enfant.

Le fils de l'empereur Napoléon Ier est aussi, par sa mère, l'arrière-petit-neveu de Marie-Antoinette et de Louis XVI. Marie-Louise avait en effet pour grand-mère maternelle la reine Marie-Caroline d'Autriche, sœur de la reine Marie-Antoinette, reine consort de Naples et épouse d'un prince de Bourbon d'Espagne, descendant de Philippe V, petit-fils de Louis XIV[3], et pour grand-père paternel Léopold II, frère de la reine Marie-Antoinette.

Maison[modifier | modifier le code]

La maison du Roi de Rome avait été organisée avant sa naissance. Le choix de la gouvernante se porta, le 22 octobre 1810, sur Louise Charlotte Le Tellier de Louvois-Courtanvaux de Montmirail, qui avait épousé en 1780 le baron puis comte de Montesquiou-Fezensac. Dans le but de préparer le décret et le brevet de nomination de la comtesse de Montesquiou comme gouvernante des Enfants de France, on reprit les lettres patentes du 9 avril 1722 nommant Anne Julie Adélaïde de Melun, princesse de Soubise, gouvernante des Enfants et Petits-Enfants de France. La comtesse de Montesquiou gouvernera la Maison constituée de sous-gouvernantes, berceuses, nourrices, garçons et filles de garde-robes, écuyers, huissiers, maîtres d'hôtels[4]...

Titre[modifier | modifier le code]

La Constitution du 28 floréal an XII () octroie le titre de « prince impérial » au fils aîné de l'Empereur et celui de « prince français » aux autres princes dynastes.

Le jeune prince reçoit, dès sa naissance, le titre de roi de Rome en vertu de l'article 7 du sénatus-consulte du dont le titre premier était intitulé « de la réunion des États de Rome à l'Empire ». Ce titre rappelait au pape Pie VII que Rome n'était plus que le chef-lieu de l'un des 130 départements français. L'article 10 du sénatus-consulte prévoyait que les empereurs des Français, après avoir été couronnés à Notre-Dame de Paris, le seraient également dans Saint-Pierre de Rome, « avant la dixième année de leur règne », ce qui peut laisser entendre que l'Empereur prévoyait peut-être pour lui-même une telle cérémonie par analogie avec le couronnement de Charlemagne en 800, cérémonie à laquelle il aurait pu associer son fils[5]. L'Empereur avait envisagé de faire couronner son fils roi de Rome par le pape mais la dégradation des relations avec ce dernier et la chute de l'Empire français empêchèrent la réalisation de ce projet.

Napoléon Ier décida de donner la plus grande solennité au baptême de son fils dont le cérémonial fut repris de celui ayant servi pour le baptême de Louis Joseph, premier Dauphin de France de Louis XVI. Le baptême a lieu le à la cathédrale Notre-Dame de Paris[6]. Il n'est pas étonnant qu'ait pu paraître en 1811 un ouvrage intitulé : Recherches sur le couronnement des fils aînés des rois, héritiers du trône français et la prestation de fidélité du vivant de leur père[7].

Le titre de roi de Rome impliquait en outre que l'on s'adressât à l'enfant en l'appelant Sire ou Votre Majesté.

En outre, Napoléon captait ainsi l'héritage du Saint-Empire romain germanique : en effet, les Électeurs avaient la possibilité de désigner un successeur du vivant de l'empereur et cet héritier recevait le titre de roi des Romains.

Napoléon a décidé de donner à Rome le statut officiel de seconde ville de l'Empire français et elle apparaît comme telle sur la médaille des Bonnes villes de l'Empire[8].

Le titre de roi de Rome permit aux artistes d'associer dans leurs œuvres le fils de Napoléon Ier à la Ville éternelle et à tout ce que le nom de cette dernière avait comme charge symbolique, historique et poétique. Ainsi, le peintre Innocent Louis Goubaud représente le jeune prince, couché dans son berceau, jetant un regard sur Rome ; c'est au Capitole que l'artiste Joseph Odevaere situe l'enfant ; Joseph Antoine Romagnesi réalisa une sculpture Minerve protégeant l'enfance de S.M. le roi de Rome où la déesse protectrice de Rome couvre l'enfant qui s'appuie sur la Louve de son bouclier. Une médaille gravée par Thomas Mercandetti représente l'enfant assis sur les genoux de la déesse Rome, tenant dans sa main droite la main de justice, avec à ses pieds la louve et les jumeaux Romulus et Rémus[9]. Une des réalisations les plus spectaculaires mettant en scène la naissance du Roi de Rome et ayant pour référence la Ville éternelle est la commande passée en septembre 1811 par le Sénat pour l'ameublement de la grande salle du premier étage du palais du Luxembourg : furent commandés les sièges, les couvertures à velours peint représentant des vues de la ville et huit grands panneaux de tentures ; sept des panneaux représentent les sites les plus prestigieux de la ville[10].

Demeures[modifier | modifier le code]

  • Aux Tuileries, le Roi de Rome habitait au rez-de-chaussée, de la façade est de l'aile sud du Palais, une suite d'enfilade de dix pièces.
  • À Compiègne, il vécut dans l'ancienne aile de la Reine.
  • À l’Élysée, il vécut dans les combles de l'hôtel d'Évreux.
  • Napoléon Ier souhaitait bâtir pour son fils un immense palais sur la colline de Chaillot : le palais du Roi de Rome, appelé à devenir le foyer d'une cité impériale administrative et militaire. C'est en février 1811 que Napoléon Ier décida la construction de cet édifice et qu'il décida de baptiser palais du Roi de Rome dès avant la naissance de son fils.
  • À Rambouillet, Napoléon Ier souhaitant disposer pour son fils d'un petit palais attenant à sa résidence du château de Rambouillet fit transformer l'ancien Hôtel du Gouverneur de Rambouillet, construit entre 1784 et 1785 sur ordre de Louis XVI par l'architecte Jacques-Jean Thévenin et le peintre Hubert Robert. C'est l'architecte Auguste Famin, Grand Prix de Rome, qui se chargea des travaux. Ce petit palais, dont le Roi de Rome pouvait disposer dans l'attente de la construction de l'immense et grandiose palais de la colline de Chaillot, reçu, à la suite des préparatifs de la campagne de Russie et des ressources de l'État diminuant, le titre de palais du Roi de Rome le 2 mars 1812 comme l'atteste le livre des attachements servant contrôle aux travaux faits sous les ordres de Famin. Le projet de Chaillot n'ayant jamais vu le jour, victime des prémisses, puis de la chute de l'Empire, il est le seul édifice survivant de ce qui fut le rêve de l'Empereur pour son fils glorifié[11],[12],[13].

Éducation[modifier | modifier le code]

L'aiglon représenté en petit jardinier. Huile sur toile de Carl von Sales (1797-1870) exposée dans le salon Napoléon au château de Schönbrunn.

Soucieuse de former dès son plus jeune âge le roi de Rome à la lecture, Mme de Montesquiou, surnommée « maman Quiou » par l'enfant, souhaita débuter au plus tôt l'apprentissage de la lecture ; elle fit appel à la méthode mise au point par Mme de Genlis pour l'éducation des enfants du duc de Chartres. Proche de la méthode syllabique, elle la complétait en associant une image à un son[14].

Par ailleurs, on chercha à développer chez le jeune prince le goût de la lecture et on lui constitua donc une bibliothèque. Quelques mois après sa naissance, le Roi de Rome était abonné à plusieurs journaux comme Le Moniteur, Le Journal de l'Empire, La Gazette de France. De nombreux ouvrages sont commandés pour lui donner une solide éducation religieuse, morale, historique et militaire. On peut citer notamment les Anecdotes chrétiennes, les Anecdotes militaires, les Figures de la Bible, les Fastes de la Nation française et des puissances alliées, les vues des Ports de mer de France, le Dictionnaire historique des Grands Hommes.

Du fait de l'importance de l'armée sous le Premier Empire et afin de faire naître chez le roi de Rome le goût des choses militaires, Mme de Montesquiou lui offrit pour son premier anniversaire « un cavalier lancier polonais roulant et mouvant » et on le forma à l'uniformologie très jeune[15].

Mme de Montesquiou tenait néanmoins à diversifier l'éducation de l'héritier de l'Empire français : elle lui fit donc livrer, dès décembre 1811, « un piano à trois octaves, boîte en acajou et touches en ivoire ».

L'enfant tardif d'un « météore »[modifier | modifier le code]

Rétrospectivement, on peut évaluer que Napoléon et son fils ont eu très peu de temps à vivre en commun : la dernière fois que l'Empereur vit son fils — ainsi que son épouse — fut le 24 janvier 1814[16], les embrassant avant d'engager la campagne de France. Ce furent donc des rapports brefs entre un père accaparé par la guerre et un très jeune enfant. Sur cette période de deux ans, dix mois et quatre jours (de la naissance de l'enfant jusqu'à la séparation définitive), il y eut cinq périodes communes possibles :

  • 20 mars 1811 - 22 mai 1811 : entre la naissance et le départ du voyage de l'Empereur et l'Impératrice à Cherbourg ;
  • 04 juin 1811 - 18 septembre 1811 : entre le retour de Cherbourg et le départ du voyage de l'Empereur et l'Impératrice en Belgique et en Hollande ;
  • 11 novembre 1811 - 8 mai 1812 : entre le retour de Hollande et le départ de Napoléon pour la Campagne de Russie ;
  • 19 décembre 1812 - 14 avril 1813 : entre le retour de Russie et le départ de Napoléon pour la Campagne d'Allemagne ;
  • 10 novembre 1813 - 24 janvier 1814 : entre le retour d'Allemagne et le départ de Napoléon pour la Campagne de France.

Cumulées, ces cinq brèves périodes représentent seulement un an, cinq mois et vingt-deux jours, soit la moitié du temps de mars 1811 à janvier 1814. L'enfant n'a commencé à savoir parler qu'à l'époque de la Campagne de Russie[17] et Napoléon n'a donc eu que des rapports de jeux simples avec son fils.

Cette brève relation a été traitée dans les mémoires des témoins et les artistes sous une forme qui semble trancher avec les principes en vigueur jusqu'alors : c'est généralement la représentation d'un père plutôt aimant et attentionné pour un garçonnet, qui se voit investi d'un enjeu dynastique et politique important. En France, la mémoire de cette brève période française du Roi de Rome fit l'objet d'ouvrages historiques et pour enfants, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, lors de la période de retour en grâce de l'Empereur dans la pensée académique officielle[18]. Cette image joue en contraste des dynasties européennes historiquement installées, qui n'offraient pas d'exemples de relations père-enfant affectueux, surtout s'agissant d'un petit enfant, selon la tradition d'éducation aristocratique.

Prince disputé par la France et l'Autriche (1814-1815)[modifier | modifier le code]

Prince de Parme (1814)[modifier | modifier le code]

Après la campagne de France et la prise de Paris, Marie-Louise et son fils résidèrent à Rambouillet puis à Blois et Napoléon à Fontainebleau[19].

Le , Napoléon rédige un acte d'abdication conditionnelle, réservant les droits de son fils. Le , Napoléon doit finalement renoncer à la couronne pour lui et sa descendance, le Sénat refusant de conserver le régime impérial au profit d'une restauration des Bourbons. Le jeune Napoléon ne devient donc pas empereur en avril 1814, entre l'abdication conditionnelle du et l'abdication sans condition du . Napoléon fit ses adieux à ses troupes le à Fontainebleau et partit pour l'île d'Elbe, refusant que sa femme et son fils le rejoignent[19]. Un convoi emmenant Marie-Louise et son fils à Vienne partit le .

Par le traité de Fontainebleau du (article 5), le jeune Napoléon fut nommé prince de Parme, étant le fils et l'héritier de la nouvelle duchesse souveraine de Parme, Plaisance et Guastalla. Cependant, le traité du retira définitivement au fils de Marie-Louise à la fois son titre de prince et ses droits sur Parme qui avaient déjà été remis en cause par l'article 99 de l'acte du congrès de Vienne du et désormais dévolus aux Bourbon-Parme, qui succédèrent à la duchesse.

Marie-Louise finit par laisser son fils à Vienne pour s'en aller régner à Parme à titre viager. Certains soutinrent que son fils était un bâtard au motif que le mariage de Joséphine avec Napoléon n'avait pas été annulé par le pape en personne.

Prince impérial et Empereur des Français (1815)[modifier | modifier le code]

Sous les Cent-Jours, l'acte additionnel aux constitutions de l'empire du rendit au fils de Napoléon Ier restauré le titre de prince impérial. À la fin des Cent-Jours, l'abdication faite au palais de l'Élysée le indique : « ma vie politique est terminée, et je proclame mon fils, sous le titre de Napoléon II, empereur des Français » [20]. Cette proclamation est approuvée par le Parlement, Chambre des Représentants et Chambre des Pairs.

Une commission de gouvernement se met en place pour établir — en principe — la régence du nouvel empereur, âgé de quatre ans et qui se trouve alors à Vienne, mais les actes qu'elle promulgue ne font pas référence à Napoléon II et sont rédigés « au nom du Peuple français » dès le 26 juin 1815. L'avancée des troupes britanniques et prussiennes jusqu'à Paris, après leur victoire à Waterloo, amène cette commission à se séparer le et Louis XVIII entre à Paris le pour y régner à nouveau.

Napoléon II aura été de droit empereur des Français en son absence, durant deux semaines[21]. C'est en raison de ce règne légal, bien que très court, de Napoléon II que Louis-Napoléon Bonaparte se proclama empereur des Français sous le nom de Napoléon III.

Prince français en exil à la cour d'Autriche (1815-1832)[modifier | modifier le code]

Duc de Reichstadt[modifier | modifier le code]

Napoléon-François-Charles-Joseph Bonaparte par Thomas Lawrence.

François Ier d'Autriche traita dans les faits celui qui avait été brièvement proclamé empereur des Français sous le nom de Napoléon II comme un membre de sa famille et il le fit élever parmi les archiducs d'Autriche. Dans la mesure où il fut décidé que le titre de duc de Parme devait revenir aux Bourbons à la mort de l'impératrice Marie-Louise, il fallut décider du statut du fils de Napoléon Ier. De fait, si ce dernier exprima dans son testament le souhait que son fils se souvînt toujours qu'il était né prince français, l'empereur d'Autriche et les membres de sa cour et de son gouvernement firent tout pour éteindre cette identité.

François Ier d'Autriche souhaita donc lui conférer un titre, des armes, des revenus qui lui permettent de tenir son rang à la cour et d'exister sous un nom ne reflétant pas sa filiation. À cette fin, le 22 juillet 1818, il délivra plusieurs lettres patentes. La première érige en duché le domaine de Reichstadt, la deuxième lui attribue le titre de duc de Reichstadt avec le prédicat d'altesse sérénissime, la troisième lui assure ces terres par acte de donation. Il érigea la ville de Reichstadt en duché héréditaire et fixa par quatre lettres patentes impériales du le titre, les armes, le rang et les revenus de son petit-fils[22]. L'empereur François Ier d'Autriche précisait également que le duc de Reichstadt devait prendre rang, tant à sa Cour que dans l'étendue de l'empire d'Autriche, immédiatement après les princes de sa famille et les archiducs d'Autriche. À la cour, il était appelé « Franz », comme son grand-père[23].

Le 30 août 1818, l'empereur François Ier d'Autriche prit par disposition particulière dans la perspective d'un mariage du duc, la décision d'ériger en majorat ces terres en faveur d'une descendance masculine[24].

Reichstadt était une petite ville de Bohême et s'appelle aujourd'hui Zákupy (République tchèque) et fait partie de la République tchèque. Son nom allemand signifie « ville impériale », ce qui peut être compris comme « ville libre » car dépendant directement de l'empereur. Le duché de Reichstadt n'était pas un duché souverain. Son titulaire ne s'y rendit jamais.

Les armes du duc de Reichstadt sont « de gueules à la fasce d'or, à deux lions passants d'or, tournés à droite, l'un en chef et l'autre en pointe ». La lettre patente détaille l'ensemble des armoiries du prince : « l'écu oval posé sur un manteau ducal et timbré d'une couronne de duc ; pour supports, deux griffons de sable, armés, becqués et couronnés d'or, tenant des bannières sur lesquelles sont répétées les armes ducales »[23].

Entourage du duc de Reichstadt[modifier | modifier le code]

Le duc de Reichstadt par Moritz Michael Daffinger.
L'archiduchesse Sophie et son fils aîné, le futur empereur François-Joseph (1831)

Il fut également chéri par toute sa famille Habsbourg-Lorraine, archiducs et archiduchesses d'Autriche, qui avaient beaucoup de mal à comprendre l'attitude de leur sœur et tante Marie-Louise, retenue trop souvent dans son duché de Parme en plus de ses obligations souveraines par d'autres enfants, nés de son mariage hâtif avec le comte de Neipperg, d'où est issue la branche des princes de Montenuovo.

L'empereur François avait donné l'ordre qu'il ne lui fût pas parlé de son père (appelé « le souverain usurpateur » à la cour autrichienne), mais si le sujet devait être abordé, il ne devait en aucun cas en être dit du mal, l'Empereur et toute la Famille impériale d'Autriche ayant conservé leur admiration à l'ennemi vaincu[réf. nécessaire]. Le duc de Reichstadt obtint néanmoins l'autorisation de pouvoir consulter la grande bibliothèque impériale de Vienne, si bien qu'il réapprit le français[réf. nécessaire] en lisant les Lettres de Madame de Sévigné, redécouvrit son père en parcourant les ouvrages sur l'épopée napoléonienne et surtout Le Mémorial de Sainte-Hélène dans lequel Napoléon Ier s'adressait à son fils lorsqu'il aurait seize ans.

La légende du duc de Reichstadt coupé de son père, de son pays et d'un enfant « germanisé » par Metternich est forgée par le poète Barthélemy, mortifié de ne pas avoir été reçu à la Cour de Vienne pour présenter l'épopée de Bonaparte Napoléon en Égypte[19].

Le duc de Reichstadt fut proche de sa tante par alliance l'archiduchesse Sophie, née Sophie de Bavière et épouse de l'archiduc François-Charles. Sophie, qui n'avait que six ans de plus que le duc de Reichstadt, était déjà mère de l'archiduc François-Joseph (futur empereur d'Autriche-Hongrie).

L'archiduchesse Sophie, comme son père le roi Maximilien Ier Joseph de Bavière, qui devait son trône à Napoléon Ier, était une fervente bonapartiste.

Sa sœur aînée, la princesse Augusta de Bavière avait épousé, sur ordre de Napoléon, le prince Eugène de Beauharnais, mariage qui se révéla des plus heureux. L'archiduchesse Sophie, comme ses frères et sœurs, avaient une réelle affection pour leur beau-frère. Ce lien dut certainement jouer dans les rapports affectifs de l'archiduchesse Sophie et du duc de Reichstadt.

Bien qu'enceinte de plusieurs mois, l'archiduchesse Sophie assista le duc de Reichstadt dans les derniers mois de sa vie.

Il est à noter qu'une rumeur, connue de Napoléon III, prêtait au duc de Reichstadt la paternité du deuxième fils de Sophie, l'archiduc Ferdinand-Maximilien. Bien des années plus tard, cette rumeur fit de l'archiduc la candidat que la France voulut placer sur le trône impérial du Mexique où l'archiduc connut une fin tragique et prématurée.

Le seul ami intime du duc de Reichstadt à la cour est le major Antoine de Prokesch-Osten (1795 – 1876), qui décrit dans ses Souvenirs le jeune duc et son environnement familial comme un « pur-sang entre deux chevaux de trait de bohême et un cheval de fiacre italien »[25].

Instruction du duc de Reichstadt[modifier | modifier le code]

Le duc de Reichstadt eut plusieurs professeurs chargés de son instruction : Collin pour le latin et le grec, Foresti pour les mathématiques et les éléments de stratégie, Baumgartner pour la physique, la chimie et les sciences naturelles, Pina et Foresti pour l’italien. Deux Français, Podewin et Barthélemy, lui enseignèrent des rudiments de français.

Le duc de Reichstadt en uniforme

Début de carrière militaire du duc de Reichstadt[modifier | modifier le code]

  • Durant l’été 1822, l’empereur François nomma son petit-fils caporal : l’enfant en tira une très grande fierté et, lors du repas familial qui suivit, il apparut en uniforme, prenant place tout au bout de la table, pour laisser la place aux généraux présents.
  • Fin 1826, il prit la décision de devenir officier et il reçut une formation à cet effet. Cette décision est peut-être liée au fait qu’il ait eu libre accès à la bibliothèque impériale, où au sortir de l'adolescence il dévora le Mémorial et autres ouvrages récemment parus au sujet de son père.
  • Le 17 août 1828 : son grand-père le nomma capitaine dans son régiment de chasseurs tyroliens. Pour le récompenser, Marie-Louise lui donna le sabre des Pyramides.
  • À la fin du mois de juin 1829, Franz prit part, régulièrement, aux manœuvres de son bataillon, à Mauer.
  • Il fut nommé chef de bataillon au régiment Lamezan-Salins (n° 54), au début du mois de juillet 1830.
  • Le 14 juin 1831, il prend son service au régiment d’infanterie hongroise n° 60 (colonel Gyulai, puis colonel Wasa).

Enjeux politiques du duc de Reichstadt[modifier | modifier le code]

En juillet 1830, on cria « Vive Napoléon II » dans les rues de Paris.

En Belgique, les Belges, début novembre 1830, érigeaient leur pays en royaume. On évoqua la candidature du duc de Reichstadt. Mais l’idée allait à l’encontre de la recommandation que Napoléon lui avait faite, de ne jamais oublier qu’il était né prince français.

Fin novembre 1830, le même vent de contestation atteignit la Pologne. Un ancien de la Grande Armée, le général Chlopicki de Necznia, prit le pouvoir, et on cria « Vive Napoléon, roi de Pologne » à Varsovie. L’idée d’aller se mettre au service de ce peuple qui avait fait preuve d’attachement à son père put plaire au fils. Mais elle ne fit pas son chemin, malgré une campagne menée jusque dans le salon de Metternich.

Une remarque de Friedrich von Gentz révèle l’état d’esprit qui régnait à cette époque au sujet du duc de Reichstadt : « Le petit Napoléon est un objet de désordre et de peur pour la plupart des cabinets européens. Il faut avoir entendu les conversations des dernières années, pour savoir jusqu’à quel point le nom de cet enfant énervait et effrayait même les ministres les plus habiles et être au courant de tout ce qu’ils inventaient et proposaient pour au moins faire oublier son existence. »

Mort[modifier | modifier le code]

Le duc de Reichstadt sur son lit de mort dans le palais impérial de Schönbrunn dans la même chambre qu'avait occupée son père triomphant après Wagram et Austerlitz, par Johann Nepomuk Ender.

Dès le début de l'année 1832, alors qu'il reprenait son service militaire, son état se dégrada (nombreuses congestions pulmonaires, pneumonie le clouant au lit), les médecins — son médecin personnel le docteur Malfatti, les docteurs Raiman et Vichrer, Vivenot et Turcken appelés pour le suppléer lorsque l'affection s'aggrave — le soignant à tort pour son foie (par incompétence ou malveillance[26]?) alors qu'il était atteint de la tuberculose. Metternich empêcha sa guérison en refusant qu'il rejoigne sa mère. Le 15 avril, les médecins le considèrent comme perdu, ce qui vaut à Napoléon II de constater amèrement « Ma naissance et ma mort, voilà toute mon histoire. Entre mon berceau et ma tombe, il y a un grand zéro ». Sa mère, prévenue, ne le rejoint à Vienne que le dimanche 24 juin alors qu'il est déjà mourant. Il s'éteint le de la tuberculose en étouffant dans ses mains une grive qu'il avait apprivoisée[27].

Napoléon II mourut sans alliance ni postérité. Après l’autopsie, le cœur fut placé dans un vase canope, pour être gardé dans la crypte des Capucins, les viscères étant enfermés dans une urne en argent, scellée dans une boîte métallique, destinée à la crypte de la cathédrale Saint-Étienne. Puis, le duc de Reichstadt, revêtu de son uniforme blanc de colonel du régiment d’infanterie Nassau, fut présenté au public, dans un cercueil habillé de velours rouge, sur une table recouverte d’un drap noir, dans le salon des Laques.

Le corps fut plus tard transporté de nuit, sur une civière tirée par deux barbeaux, et entourée d’officiers à cheval du régiment de Wasa à la chapelle de la Hofburg, où il fut veillé. Devant le catafalque étaient présentées ses armes, ainsi que l’urne contenant son cœur et celle contenant ses entrailles. Des officiers de la Garde formaient le piquet d’honneur. Une foule nombreuse, malgré l’heure tardive, vint défiler devant la dépouille.

Le 27 juillet 1832, selon le cérémonial ancestral prévu pour un archiduc, Napoléon II, après avoir été transporté de la Hofburg, sur le catafalque rouge et or des archiducs, par la Michaelerplatz et l’Augustinerstrasse, jusqu’au Neuermarkt, est descendu dans la crypte des Capucins, la Kaisergruft.

Sur le cercueil, une plaque de cuivre ornée d'une croix tréflée portait une inscription en latin. Ce fut le seul document à mentionner, en Autriche, que le corps enfermé dans ce cercueil était le fils de Napoléon, empereur des Français et, par sa naissance, roi de Rome.

Souvenir de l'Aiglon[modifier | modifier le code]

Tombe de Napoléon II dans la crypte des Invalides.

Le souvenir du fils de Napoléon se perpétua au travers d'œuvres et d'hommages posthumes.

  • Le surnom de l'Aiglon lui vient de poèmes de Victor Hugo écrits en 1852, par analogie à son père Napoléon Ier surnommé l'Aigle[28]. Parler du Fils de l'homme marque un degré supplémentaire dans la mystique napoléonienne.
  • Il fut l'objet d'une certaine popularité parmi les partisans de son père, et sa mort en Autriche le rendit légendaire. Exemple de cette image, la pièce de théâtre L'Aiglon d'Edmond Rostand peignant un duc de Reichstadt cherchant qui fut son père, au grand désespoir de sa famille maternelle et des officiels autrichiens.
  • Deux voies aménagées sous le Second Empire à Paris furent dédiées au souvenir du fils de Napoléon Ier : l’avenue du Roi-de-Rome qui devint l’avenue Kléber en 1879 et la place du Roi-de-Rome devenue la place du Trocadéro en 1877. Cette avenue et ce site étaient proches de l'emplacement où aurait dû s'élever le palais du Roi de Rome.
  • Ses « cendres »[29] furent transférées le aux Invalides par Fernand de Brinon au nom du gouvernement français, sur ordre d'Adolf Hitler conseillé par Otto Abetz, où sa tombe proche de celle de son père porte l'inscription « Napoléon II - Roi de Rome »[30]. La cérémonie manqua son effet de promotion de la Collaboration puisque la manœuvre d'Hitler consistant à attirer Pétain à Paris pour installer un nouveau gouvernement collaborationniste à Versailles échoua. La date avait été choisie pour avoir lieu 100 ans jour pour jour après le « Retour des cendres » de Napoléon Ier aux Invalides () et finalement la cérémonie franco-allemande se déroule en catimini dans une atmosphère glaciale, dans tous les sens du terme, en raison de la crise qui a éclaté entre le Reich et Vichy après le renvoi de Pierre Laval. Goguenards, les Parisiens murmurent : « Ils nous prennent le charbon et ils nous rendent les cendres ! »[31].
  • Plusieurs films ont évoqué la vie de l'Aiglon. On peut citer Napoléon II, l'Aiglon (1961) de Claude Boissol d'après André Castelot.
  • Jadis, deux bateaux effectuant la liaison « île d'Aix - Fouras » ont portés le nom de L'Aiglon en 1948 et Le Roi de Rome en 1956[réf. nécessaire].


Ordres et décorations[modifier | modifier le code]

Legion Honneur GC ribbon.svg
Grand aigle de la Légion d'honneur
Ordre de la Couronne de Fer Chevalier ribbon.svg
Ordre de la Couronne de fer de l'Italie
Ord.S.Stef.Ungh. - GC.png
Ordre de Saint-Étienne de Hongrie
Sacro Militare Ordine Costantiniano di San Giorgio.png
Ordre sacré et militaire constantinien de Saint-Georges de la Duché de Parme

Armoiries[modifier | modifier le code]

Napoléon II a porté différentes armoiries correspondant aux statuts qui furent successivement les siens.

  • Les armes du roi de Rome sont identiques à celles de l'empereur des Français. Les armoiries sont en revanche plus simples en ce que n'y apparaissent ni le sceptre, ni la main de justice, ni le heaume.
  • Proclamé empereur des Français par les chambres, Napoléon II put porter les grandes armoiries de l'empire.
  • Par le traité de Fontainebleau de 1814, if fut nommé prince de Parme, étant le fils et l'héritier de la nouvelle duchesse souveraine de Parme, Plaisance et Guastalla. Cependant, le traité du 10 juin 1817 retira définitivement son titre de prince et ses droits sur Parme.
  • Les armes du duc de Reichstadt sont proches des armes de la Maison d'Autriche qui sont de gueules à la face d'argent[32]. De plus, les griffons de sable qui en sont les supports sont des supports en usage de la Maison d'Autriche (ils furent ainsi utilisés dans les grandes armoiries de l'Autriche-Hongrie pendant la Première Guerre mondiale).


Galerie[modifier | modifier le code]

Roi de Rome[modifier | modifier le code]

Duc de Reichstadt[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Naissance de l'«Aiglon», Herodote.net
  2. Ce dernier remplaçant son frère François Ier d'Autriche
  3. Isabelle d'Orléans-Bragance, comtesse de Paris, Marie-Amélie, grand-mère de l'Europe, éditions Perrin.
  4. La pourpre et l'exil, L'aiglon et le Prince impérial, éditions de la Réunion des musées nationaux, 2004, page 26.
  5. Comme par exemple Pépin le Bref se fit sacrer par le pape en même temps que ses fils en 754 à Saint-Denis.
  6. Max Gallo, l’Empereur des rois, éd. Pocket, 2006, p.467
  7. La pourpre et l'exil, L'aiglon et le Prince impérial, éditions de la Réunion des musées nationaux, 2004, page 51.
  8. La pourpre et l'exil, L'aiglon et le Prince impérial, éditions de la Réunion des musées nationaux, 2004, page 35.
  9. La pourpre et l'exil, L'aiglon et le Prince impérial, éditions de la Réunion des musées nationaux, 2004, page 36.
  10. La pourpre et l'exil, L'aiglon et le Prince impérial, éditions de la Réunion des musées nationaux, 2004, page 37.
  11. Frédéric Masson, Napoléon et son fils, 1904, Paris, éd. Goupil et Cie, p. 137.
  12. Roger Wahl, Un projet de Napoléon Ier : le palais du Roi de Rome, Neuilly-sur-Seine, 1955, p. 41.
  13. Le « palais du Roi de Rome » de Rambouillet est en fait un grand hôtel particulier datant du règne de Louis XVI, réaménagé sur ordre de Napoléon pour son fils sous le Premier Empire. Le projet de Chaillot correspond davantage à un palais que celui de Rambouillet; son lien avec le Roi de Rome est aussi plus fort car lié à l'essence même du projet, alors que le lien entre Rambouillet et le fils de Napoléon correspond à une période très courte de l'histoire.
  14. La pourpre et l'exil, L'aiglon et le Prince impérial, éditions de la Réunion des musées nationaux, 2004, page 82.
  15. La pourpre et l'exil, L'aiglon et le Prince impérial, éditions de la Réunion des musées nationaux, 2004, page 83.
  16. cf. J. Tulard et L. Garros, 1992, "Napoléon au jour le jour", Paris, Bibliothèque napoléonienne, Taillandier, p. 534.
  17. Cf. Lettre de Napoléon à Marie-Louise, écrite de Vitebsk, 08 août 1812 - in Napoléon Bonaparte, "Correspondance générale", publiée par la Fondation Napoléon, Volume XII : « 1812 - La campagne de Russie », Thierry Lentz (dir), Edition Fayard, 2012, p. 972.
  18. Voir in Nathalie Petiteau, 1999, "Napoléon, de la mythologie à l'histoire, Editions du Seuil, Chap. III "1848-1912 : répétition d'un cycle mythologique" ; également F. masson, 1904, Napoléon et son fils (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54215721) et les ouvrages illustrés par Job.
  19. a, b et c Jean Tulard, « L’Aiglon », émission La Marche de l'Histoire sur France Inter, 25 mars 2013
  20. Jean Tulard, Napoléon II, Fayard,‎ 1992 (ISBN 2213647984, lire en ligne), p. 66
  21. Jean Tulard, Napoléon II, Fayard,‎ 1992 (ISBN 2213647984, lire en ligne), p. 71
  22. La pourpre et l'exil, L'aiglon et le Prince impérial, éditions de la Réunion des musées nationaux, 2004, page 114.
  23. a et b La Pourpre et l'exil, L'aiglon et le Prince impérial, éditions de la Réunion des musées nationaux, 2004, page 115.
  24. La pourpre et l'exil, L'aiglon et le Prince impérial, éditions de la Réunion des musées nationaux, 2004, page 116.
  25. Comte de Prokesch-Osten, Mes relations avec le duc de Reichstadt, éd. Plon, 1934
  26. Une rumeur veut que Metternich commanditât un empoisonnement à l'arsenic contre Napoléon II et son grand-père l'empereur François Ier d'Autriche ne dit-il pas de lui après sa mort : « Il a bien fait de mourir. Sa position en Europe était bien trop difficile » (source : Jean de Marceley, Le Meurtre de Schoenbrunn : l'empoisonnement du duc de Reichstadt, éd. Corrêa, 1953).
  27. Franck Ferrand, Au coeur de l'Histoire, éd. Flammarion, 2011
  28. notamment le poème Napoléon II de Victor Hugo
  29. On utilise ce terme qui appartient au style noble antiquisant en dépit du fait que son corps ne fut jamais incinéré.
  30. Cette inscription est contestable en ce qu'elle associe le nom de Napoléon II au titre de roi de Rome alors que c'est parce qu'il a été légalement empereur des Français et non roi de Rome qu'il est possible de l'appeler Napoléon II.
  31. Georges Poisson, Le Retour des cendres de l'aiglon, éd. Nouveau Monde Éditions, 2006
  32. Livre allemand de 1830 - armes du duc de Reichstadt.

Sources[modifier | modifier le code]

2 tomes (AH et IZ), Fayard, Paris, 1re éd. 1987, nouvelle éd. 1999. (ISBN 2-213-60485-1)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Précédé par Napoléon II Suivi par
Création du titre
Coat of Arms of the Duke of Reichstadt (Variant 2).svg
Duc de Reichstadt
Disparition du titre
Précédé par Napoléon II Suivi par
Création du titre
Blason Roi de Rome.svg
Prince impérial
1811 - 1815
Louis Napoléon
(fils de Napoléon III)
Napoléon Ier
Grandes Armes Impériales (1804-1815)2.svg
Napoléon II
Empereur des Français de jure
-
Louis XVIII
(Roi de France)
Napoléon Ier
Imperial Crown of Napoleon Bonaparte.png
Napoléon II
Succession bonapartiste
(succession non revendiquée)
1821 - 1832
Joseph Bonaparte