Adolphe Joanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Adolphe-Laurent Joanne, né à Dijon le 15 septembre 1813 et mort à Paris le 1er mars 1881, est un journaliste et homme de lettres français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Adolphe-Laurent Joanne est né à Dijon - 85 rue de la Liberté le 15 septembre 1813 au domicile de ses parents ; c'est le fils de Bénigne Joanne qui exerce la profession de marchand-orfèvre et de Françoise Decailly. Ses parents ont contracté mariage à Dijon le 21 décembre 1812.

Venu à Paris en 1817, Joanne fut élevé au collège Charlemagne, étudia le droit, et se fit recevoir avocat en 1836. Après avoir pratiqué le barreau pendant trois ans, il y renonça pour se consacrer tout entier à la littérature.

Dès 1833, il avait débuté dans le journalisme sous la direction de Dubois, en fournissant au Journal général de l’Instruction publique le compte rendu des cours du Collège de France et des séances de l’Académie des Sciences.

Il collabora ensuite au Journal des Tribunaux (1837), au Droit (1838), qui inséra de lui deux séries d’études sur la magistrature et le barreau d’Angleterre ; au National (1841), etc.

De 1838 à 1850, il fut un des rédacteurs habituels de la Revue Britannique, où une grande connaissance des mœurs et de la littérature anglaises donnait à ses articles une certaine autorité.

En 1843, de concert avec Édouard Charton et Paulin, il fonda un des recueils les plus accrédités de ce temps, l’Illustration, dont il fut pendant plusieurs années sous-directeur et où il ne cessa de travailler qu’en 1852.

En 1866, Joanne organisa sans succès un mouvement considérable contre le projet de mutilation du Jardin du Luxembourg, recueillit un grand nombre de signatures à la pétition qu’il adressait, dans le but de s’opposer à la réalisation de ce projet, au Sénat.

On cite, parmi ses travaux : Histoire générale des Voyages de découvertes maritimes et continentales, 1840-1841, 3 vol. in-12 : trad. de M. Desborough-Cooley, avec Forgues ; Histoire de la Grèce ancienne, 1847, t. 1er, in-8° : trad. de l’évêque C. Thirlwall, ouvrage dont la continuation fut interrompue par les événements de Février ; Voyage illustré dans les cinq parties du monde, 1849, in-4° ; Souvenirs des Alpes, poésies, 1852 ; La Case de l'oncle Tom, 1863, in-8° : trad. de Mme Beecher-Stowe avec Forgues, nouvelles de Dickens, traduites de l’anglais (1845), De Bordeaux à Bayonne, à Biarritz, à Arcachon, à Saint-Sébastien, à Mont-de-Marsan et à Pau : itinéraire historique et descriptif contenant une carte des chemins de fer du midi et 18 vignettes dessinées par MM. Daubigny Hubert Clerget, Thérond [1] etc. Ce fut l'un des fondateurs de L'Illustration avec Édouard Charton.

Les « guides Joanne »[modifier | modifier le code]

Guide bleu Adolphe Johanne. Librairie Hachette et Cie. Couverture des première éditions. Littérature des Chemins de Fer.

Encouragé par la publication d’un Itinéraire descriptif et historique de la Suisse, du Jura, de Baden-Baden et de la Forêt Noire (1841 ; 2e édit. entièrement refondue, 1863, in-18), Joanne entreprit toute une série de guides semblables pour les diverses contrées ou capitales de l’Europe, et même pour quelques grandes lignes de chemins de fer. Ces compilations, très soignées sous le rapport de l’exactitude historique et des renseignements de toute espèce, dont la collection atteignit un chiffre énorme et jouit d’une renommée universelle, ne tardèrent pas à remplacer celles de Richard, d’Ebel et de Murray. Les principales sont : Itinéraire de l’Écosse, 1852, in-18  ; Itinéraire de l’Allemagne du nord, 1854 ; Itinéraire de l’Allemagne du sud, 1855 ; les Environs de Paris, 1856, De Lyon, 1857, etc.

Son fils Paul a participé à la rédaction puis à la direction des collections entreprises par son père et éditées par Hachette dans le cadre de ses « bibliothèques de gare ». En 1919, la collection dirigée par Marcel Montmarché devient « les Guides bleus ».

Sources[modifier | modifier le code]

  • Adolphe Bitard, Dictionnaire de biographie contemporaine, française et étrangère, Paris, L. Vanier, 1880, p. 710.
  • Ferdinand Hoefer, Nouvelle Biographie générale, t. 26, Paris, Firmin-Didot, 1861, p. 720.

Plaque commémorative[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Joanne, Adolphe, De Bordeaux à Bayonne, à Biarritz, à Arcachon, à Saint-Sébastien, à Mont-de-Marsan et à Pau : itinéraire historique et descriptif contenant une carte des chemins de fer du midi et 18 vignettes déssinées par MM. Daubigny Hubert Clerget, Thérond, Paris, Hachette,‎ [s.d.], 248 p. (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :