Improvisation théâtrale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'improvisation théâtrale est le lieu du théâtre contemporain où dans l’instant de la représentation l’acteur est à la fois : dramaturge, metteur en scène, scénographe, et acteur : il joue en public sans texte prédéfini, sans mise en scène préalable, selon son inspiration. Elle fait appel aux différentes techniques de l'art dramatique mais aussi au chant et à la danse, et permet de développer la créativité, l'écoute et l'échange chez le comédien.

De l'improvisation à l'improvisation théâtrale[modifier | modifier le code]

L'improvisation est un élément important de la formation de l'acteur, employée dans la plupart des cours d'art dramatique. Elle peut être utilisée par les acteurs pendant les répétitions d'une pièce de théâtre, ou pendant la recherche sur la construction psychologique de leurs personnages.

L'improvisation peut également constituer le principe fondamental d'un spectacle, comme pour la commedia dell'arte, les spectacles d'improvisation (Match d'improvisation, Café-théâtre d'improvisation, Catch impro...) et souvent le théâtre de rue. Elle devient alors un enseignement à part entière, avec des techniques particulières, c'est ce que l'on appelle communément l'improvisation théâtrale .

Les préceptes[modifier | modifier le code]

Keith Johnstone a travaillé sur les méthodes d'apprentissage de l'improvisation théâtrale. Les préceptes de Johnstone sont les suivants :

  • Raconte une histoire.
  • N’essaie pas d’être bon ni intelligent.
  • N’en fais pas trop.
  • Sois efficace et l’auditoire te percevra comme excellent.
  • Prends des risques et n’aie pas peur de tomber en panne d’inspiration.
  • Les principes de l’improvisation sont l’exact contraire de ceux que l’on apprend dans la vie.
  • La crainte de l’inconnu nous fait faire les plus grossières erreurs. L’analyse de ces erreurs nous permet de progresser.

Malgré tout le bien que l’on peut penser de Johnstone et de sa méthode, on ne peut omettre les caractères d’excellence et d’efficacité qui y figurent et qui font parfois le défaut de ce genre théâtral. L’individu bien que placé au centre d’une création collective peut assez facilement glisser vers la facilité ou se placer au-dessus des autres (pour réussir ou pour diriger).

Pourtant Johnstone comme Tournier dans son livre Manuel d’improvisation théâtrale[1] ont défini des principes qui régissent le comportement de l’improvisateur : accepter, écouter, percuter, animer, construire, jouer le jeu, se préparer au jeu, innover, s’amuser, oser.

Autres utilisations des techniques d'improvisation[modifier | modifier le code]

Les techniques d'improvisation, et plus particulièrement le jeu dramatique sert dans la pratique de la psychomotricité lors de la mise en place de groupe thérapeutique.

Le psychodrame utilise également certains aspects de l'improvisation théâtrale dans un but thérapeutique.

Les techniques d'improvisation théâtrale développées par des comédiens pratiquant principalement cette discipline, sont utilisées de plus en plus fréquemment par l'entreprise, pour la formation des salariés, dans le cadre du développement personnel pour favoriser la communication, la cohésion d'équipe, la confiance en soi sans oublier la créativité. Le brésilien Augusto Boal a développé en ce sens (et également de manière plus politique et sociale) nombre de techniques à l'intérieur de ce qu'il appelle Le théâtre de l'opprimé (comme par exemple le théâtre forum).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. TOURNIER, Christophe. Manuel d’improvisation théâtrale. Éditions de l’eau vive, 2003. 251 p.