Albert Algoud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Algoud.

Albert Algoud

alt=Description de l'image defaut.svg.
Naissance 23 mars 1950 (64 ans)
Asnières-sur-Seine
Drapeau de la France France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Humoriste
Activité principale Animateur de radio
Animateur de télévision
Autres activités
Famille

Compléments

Tintinophile

Albert Algoud (né le 23 mars 1950 à Asnières-sur-Seine) est un humoriste français connu pour ses sketches dans plusieurs émissions de la chaîne Canal+ (Nulle part ailleurs, et les émissions de Karl Zéro).

Biographie[modifier | modifier le code]

Albert Algoud est le fils de l'écrivain maurrassien François-Marie Algoud, auteur très impliqué dans la lutte contre la pornographie et proche des milieux traditionalistes catholiques. D'après la revue L'Histoire de janvier 1995, Albert Algoud fut lui-même, dans sa jeunesse, un membre de l'Action française. Il milita ensuite quelques mois à la Gauche prolétarienne, mouvement qu'il quitta rapidement, étant en désaccord complet avec l'idéologie marxiste-léniniste et les tendances staliniennes de ce groupuscule.

Dans les années 1970 et 1980, il donne des contributions régulières aux revues La Crécelle noire et Camouflage, d'orientation résolument libertaire et surréaliste.

Albert Algoud a exercé le métier de professeur de français, d'abord en Haute-Savoie, à Seynod, puis au collège les Allobroges, de La Roche-sur-Foron, enfin au collège Jean Jaurès de Poissy (Yvelines). Il commença à faire de la radio à Annecy, sur Contrebande, radio novatrice, équivalent en liberté de ton et en inventivité, de Carbone 14. Plus tard, en 1989, il a animé pendant plusieurs mois une émission de radio humoristique sur RFM avec Antoine de Caunes et Karl Zéro (Ba be bi bo bu). Dans cette émission, avec Karl Zéro, il interprète de nombreux personnages, dont Barry White redouté pour ses célèbres colères.

Dans Nulle part ailleurs, il est apparu dans la bande de comédiens qui participaient aux tournages des sketches de Karl Zéro, et écrivait avec Antoine de Caunes et Laurent Chalumeau les textes du premier. Sur le plateau de NPA, il incarnait le légionnaire Patimbert au côté de Karl Zéro ; ce légionnaire était amoureux d'Éliane qu'il souhaitait retrouver pendant ses permissions, mais systématiquement, le numéro se finissait par la perte de cette permission, ce qui lui faisait crier un pathétique : « Dommage Eliane ! ». Suite au départ d’Antoine de Caunes, il obtient le final de l’émission où il lit l’oraison funèbre de l’invité du jour. Pendant deux saisons, il apporta sa contribution à la météo, déguisé en personnages grotesques (la Queen Mother, Rika, le père Albert, le maréchal Ganache…).

Il a participé activement, avec Christophe Bertin, auteur attitré de Karl Zéro, à la création du pastiche de journal télévisé le Zérorama qui au second degré critiquait (de façon humoristique) Édouard Balladur, alors premier ministre et candidat à l'élection présidentielle, dans un décorum rappelant le régime de Philippe Pétain. Il apparaît ensuite dans l’émission d’information satirique Le Vrai Journal de Karl Zéro.

Il a également officié en radio sur France Inter où il a animé La partie continue[1], un magazine culturel dans le créneau 18 - 19 heures entre 1999 et le 28 juin 2002. En 2005 et 2006, il a tenu une chronique quotidienne dans la matinale de RTL2, aux côtés d'Alexandre Devoise.

Albert Algoud est également un tintinophile, et a publié un dictionnaire des jurons proférés par le capitaine Haddock dans les aventures de Tintin (voir la liste des jurons et insultes du capitaine Haddock). De 2003 à septembre 2005, Albert Algoud a été rédacteur en chef du magazine Fluide glacial.

Il assure également des chroniques sur I-Télé, participe à la rubrique « Le coincoin des variétés » du Canard Enchaîné et collabore à l'hebdo À nous Paris, ainsi qu'au magazine de BD Cargo Zone. Il a également travaillé en tant que scénariste-dialoguiste sur plusieurs films, notamment Les Hauts Murs réalisé par Christian Faure ; Le Schpountz de Gérard Oury ; Un aller simple de Laurent Heynemann et Bambou de Didier Bourdon.

De septembre 2007 à décembre 2007, il a animé quotidiennement l'émission On aura tout vu sur Direct 8 tous les soirs à 18 h. Entouré de Stéphanie Pillonca, Louise Ekland et Fréderic Martin, il passait en revue l'actualité culturelle.

En 2008 et 2009, il est coauteur avec Éric Laugérias et Laurent Gerra, puis en 2010 - 2011, et 2011-2012, avec Pascal Fioretto, de la chronique quotidienne de Laurent Gerra, commentant par des imitations, l'actualité du lundi au vendredi, sur RTL entre 8 h 50 et 9 h. Albert Algoud y pastiche régulièrement la voix des présidents chinois Hu Jintao et russe Vladimir Poutine, ainsi que Oussama Ben Laden.

Dans l'émission Le Fou du roi de France Inter, il a participé certains jours à la chronique de Daniel Morin en incarnant « le père Albert », un prêtre lubrique. En septembre 2011, il se joint à l'équipe de Daniel Morin, dans La Morinade diffusée sur Le Mouv’. Il y interprète régulièrement le père Albert, le maréchal Ganache, Jean-Pierre Aznavour et Robert Michou. L'émission est supprimée par la nouvelle direction du Mouv’ en décembre 2013.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur Les Aventures de Tintin[modifier | modifier le code]

  • Tintinolâtrie, 1987.
  • Le Haddock illustré, 1991 ; dictionnaire des insultes du capitaine Haddock.
  • Le Tournesol illustré, 1993.
  • Le Dupondt sans peine, 1997.
  • L'Archipel Tintin, éditions Les Impressions Nouvelles, 2004 - nouvelle édition 2012 (en collaboration avec Jean-Marie Apostolidès, Dominique Cerbelaud, Benoît Peeters, Pierre Sterckx).
  • La Castafiore, biographie non autorisée, éditions Chiflet & Cie, 2006, ISBN 2-35164-006-3
  • Petit dictionnaire énervé de Tintin, collection Petit dictionnaire énervé, éditions Opportun, 2010

Avec Antoine de Caunes[modifier | modifier le code]

  • Pas mal pour un lundi, 1990.
  • Vous permettez que je vous appelle Raymond ?, 1990.
  • Une ambulance peut en cacher une autre, 1992.
  • Bien entendu que je plaisante, 1993.
  • Le Petit Gildas illustré, 1993.

Avec Karl Zéro[modifier | modifier le code]

  • Lettres piégées, Hors Collection, 1992.
  • L'Élu de mon Cœur Hors Collection, 1992

Avec Alexandre Devoise[modifier | modifier le code]

  • Le Fin Mot de l'Histoire, City Éditions, 2005.

Avec Pascal Fioretto[modifier | modifier le code]

En 2007, Albert Algoud et Pascal Fioretto ont fait deux caricatures gentilles de Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, tous deux candidats à l'Élection présidentielle française de 2007

  • Le Pacte secret, roman sur la présidence de la République française depuis plus d'un siècle, 2007.
  • Élysée machine Chiflet & cie , 2007

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • Où est Sarko ? éditions de l'opportun, 2011

Autres[modifier | modifier le code]

  • Œil de verre, jambe de bois : Petite Encyclopédie des éclopés, 1992.
  • In Bed Wiz François François, 1992
  • Le Retour de Tartarin, 1993.
  • Raffarin de Matignon (2002) avec Christophe Bertin
  • Comment gagner sa vie sur celle des autres : Do It Your Secte, avec Christophe Bertin et Cabu, 2002.
  • Journal intime de Nicolas S. : 1998-2008, éditions Chiflet & Cie, Paris, mai 2008, 159 p., (ISBN 978-2351640517). – Faux journal intime de Nicolas Sarkozy, à vocation parodique, entièrement manuscrit.
  • Carnet de Retraite (2008) éditions Chiflet & Cie, octobre 2008 48 p., ISBN 978-2-35164-060-9
  • Bonnes manières (d'hier et d'aujourd'hui) - Quand la Baronne va au supermarché, 2013, éditions Chiflet & Cie, 160 p., ISBN 978-2-35164-203-0

Albert a écrit une bonne partie des chapitres de Secrets d'Histoire vol. 1 et 2 de Stéphane Bern ( Albin Michel )

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]