Poliomyélite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Poliomyélite
(Maladie de Heine-Medin)
Classification et ressources externes
Polio sequelle.jpg
Enfant présentant une amyotrophie du membre inférieur droit due à la poliomyélite.
CIM-10 A80, B91
CIM-9 045, 138
DiseasesDB 10209
MedlinePlus 001402
eMedicine ped/1843  pmr/6
MeSH C02.182.600.700
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La poliomyélite, également appelée maladie de Heine-Medin, paralysie spinale infantile ou simplement polio, est une maladie infectieuse aiguë et contagieuse spécifiquement humaine causée par le poliovirus sauvage, dont il existe trois types : PV1, PV2 et PV3.

L'infection, transmise par voie digestive, est inapparente chez 90 à 95 % des sujets et se traduit dans le reste des cas par des symptômes le plus souvent bénins et non spécifiques (pharyngite, syndrome grippal, vomissements)[1],[2]. L'infection du système nerveux central complique environ un cas sur cent. Elle entraîne une méningite et s'accompagne, dans la moitié des cas, d'une lésion des motoneurones de la corne antérieure de la moelle épinière qui définit la poliomyélite proprement dite ou poliomyélite antérieure aiguë. Il en résulte le plus souvent une paralysie flasque asymétrique des membres inférieurs.

Heine et Medin l'étudient et la décrivent au XIXe siècle[3]. Des années 1880 jusqu'à la seconde moitié du XXe siècle, la maladie sévit dans le monde entier sur un mode épidémique et handicape ou tue plusieurs millions de personnes. Les progrès de l'hygiène et surtout la vaccination font considérablement reculer son incidence. Les travaux de Salk et de Sabin, dans les années 1950, mènent à la création de deux vaccins efficaces, permettant ainsi de combattre la maladie. Depuis 1988, l'éradication de la poliomyélite fait l'objet d'une initiative mondiale sous l'égide de l'OMS, de l'Unicef et du Rotary International[4].

La campagne de vaccination de masse a fait passer son incidence de 350 000 nouveaux cas par an en 1988 à environ 1 500 en 2008[5] et environ 500 en 2011. Son éradication est officielle sur tout le continent américain, en Europe et dans les régions OMS du Pacifique occidental, Chine comprise[6]. En 2012, la maladie est encore endémique dans trois pays, Nigeria, Pakistan et Afghanistan[7] qui concentrent la quasi-totalité des cas[8]. Une flambée de cas au Tadjikistan au début de l'année 2010 rappelle cependant que le virus circule toujours[9]. Des dizaines de cas d'infection ont été signalées en octobre 2013 en Syrie[10]. En 2014, une dissémination de la maladie est observée, concernant une dizaine de pays, et constituant selon l'OMS une situation d'urgence de santé publique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : histoire de la poliomyélite.
Sur une surface colorée se détachent une femme et un homme, ce dernier tient une longue bâton et sa jambe droite est atrophiée.
Stèle égyptienne représentant une victime de poliomyélite, 18e dynastie (1403-1365 avant Jésus-Christ).

Bien que les premières épidémies de poliomyélite n'aient été identifiées qu'au XXe siècle, le poliovirus est probablement pathogène pour l'homme depuis plusieurs millénaires[11]. Il est difficile cependant de dater les grandes épidémies d'avant le XXe siècle, l'obligation officielle de notifier les cas de poliomyélite, dans chaque pays, n'ayant été prise qu'au début du siècle (d'abord en Suède et en Norvège en 1905, puis aux États-Unis en 1909, en Grande-Bretagne en 1911[12] et en France par le décret du 28 septembre 1916)[13].

Jusqu'au XIXe siècle, le poliovirus est un agent endémique et quiescent ; à partir de 1910, les épidémies deviennent régulières dans tout le monde industrialisé, principalement dans les villes et durant les mois d'été. Conjointement au progrès des savoirs, cette évolution de la maladie, avec ses crises épidémiques parfois dramatiques, conditionne la connaissance que les médecins — et la population — ont pu en avoir.

De l'Antiquité à la découverte d'un virus[modifier | modifier le code]

Certaines gravures de l'Égypte antique représentent des personnages handicapés moteurs avec certaines caractéristiques de la poliomyélite (adultes aux membres amyotrophiés, enfants marchant à l'aide de cannes)[14] et des égyptologues anglais ont, dans les années 1960, reconnu des traces de poliomyélite sur un squelette datant de 3 400 ans avant J.-C.[12]. Dans ce que la tradition impute à Hippocrate d'abord et à Gallien ensuite, on trouve quelques mentions de paralysies qui peuvent évoquer la poliomyélite.

Si les médecins Michael Underwood en 1784 puis Giovanni Battista Monteggia[15] en 1813, sont crédités des premières descriptions de la poliomyélite : affection caractérisée par une période fébrile de quelques jours, suivie par une paralysie des jambes. Ce n'est qu'à partir des années 1860 que les médecins commencent à décrire les dommages spécifiques causés à la moelle épinière par la maladie, et cette dernière ne se voit baptisée de son nom scientifique de « poliomyélite » — du grec polios (πολίός) « gris », -myelos (µυελός) « moelle » et -ite « inflammation »[16], qui signifie donc « inflammation de la substance grise de la moelle épinière »[17] — qu’en 1874 (l'expression poliomyelitis anterior acuta est d'Adolphe Kussmaul). Jusqu'alors les symptômes de la poliomyélite avaient été décrits successivement, au début du XIXe siècle, sous les noms de « paralysie dentaire », « paralysie spinale infantile », « paralysie essentielle de l'enfant », « paralysie régressive », « myélite des cornes antérieures », « téphromyélite » (du grec tephros, « cendre grise ») et « paralysie du matin »[18].

C'est à Jakob Heine que l'on doit la première description précise, quoiqu'incomplète, de la maladie exposée dans son ouvrage de 1840 Beobachtungen über Lähmungszustände.... Il n'introduit toutefois le terme[19] de Spinale Kinderlähmung que dans la seconde édition publiée en 1860 sous le titre Spinale Kinderlähmung. Monograph. Cet orthopédiste allemand crée l'entité clinique qu'il distingue clairement de la paralysie cérébrale infantile, et de l'hémiplégie. Il émet l'hypothèse du caractère épidémique de la maladie et suggère la localisation des lésions dans la corne antérieure de la moelle épinière.

Cette dernière hypothèse, également émise par Guillaume Duchenne de Boulogne dans De l'électrisation, est confirmée par les autopsies pratiquées par Victor André Cornil en 1863 et par son élève Jean-Martin Charcot en 1870, qui y trouvent effectivement des altérations histologiques. Il semble qu'avant Duchenne, la localisation des lésions dans les cornes antérieures ont été acceptées concernant les paralysies spinales de l'enfant ; l'originalité de Duchenne est de suggérer une semblable localisation pour la paralysie spinale de l'adulte[20].

À l'automne 1881, le médecin suédois Nils August Bergenholtz diagnostique treize cas de poliomyélite antérieure aiguë et en suggère le caractère épidémique. N'ayant pas été publiée, cette observation est restée inaperçue de ses contemporains[21]. En 1885, le neurologue allemand Adolf Strümpell décrit une maladie — la paraplégie spastique familiale — qu'il prend alors pour une forme cérébrale de la poliomyélite.

En 1887, un pédiatre suédois expérimenté, Karl Oskar Medin, qui n'a jusqu'alors rencontré que des cas isolés de poliomyélite, fait face d'un coup à 44 cas à la polyclinique de Stockholm. Ses observations attentives lui permettent d'établir que la paralysie qui définit jusqu'alors la maladie, est en fait la deuxième phase d'un processus signalé d'abord par de la fièvre, des maux de tête et des malaises. Il établit aussi que la maladie peut se limiter à cette première phase. Enfin Medin est aussi le premier à signaler le caractère épidémique de la maladie. Il publie ses travaux en 1890, année même où il acquiert une reconnaissance internationale lors du 10e Congrès médical international de Berlin[22].

Sur la base d'observations méthodiques faites pendant l'épidémie de 1905 en Suède (qui a fait 1 031 victimes), le docteur Ivar Wickman apporte des preuves épidémiologiques de la contagiosité signalée précédemment par Oskar Medin. Enquêtant sur plus de 1 000 cas, visitant les domiciles de plus de 300 patients, cherchant auprès des médecins des informations précises sur les autres, il conclut que la poliomyélite est souvent transmise par des personnes apparemment en bonne santé mais atteintes de façon mineure par la maladie, ce que Wickman appellera « poliomyélite abortive ». Sur ce point, l'originalité de Wickman n'est pas tant de signaler ces cas bénins, que de souligner leur grande occurrence et leur rôle dans la propagation de la maladie[23]. Par ailleurs, Wickman établit différents temps d'incubation de la maladie et en relève aussi la saisonnalité marquée. Il s'étonne de ce que les malades ne sont pas que des enfants : 21,4 % ont plus de 14 ans[24]. Enfin, c'est lui qui la nomme « maladie de Heine-Medin ». Ses travaux conduisent la Suède à rendre obligatoire la déclaration des cas de poliomyélite ; l'épidémie de 1911-1913 donne aux chercheurs l'occasion de confirmer ses travaux, ce qui lui apporte une reconnaissance internationale.

Maîtrise des souches virales[modifier | modifier le code]

La preuve définitive du caractère infectieux de la maladie est toutefois apportée par Karl Landsteiner et Erwin Popper en 1908[25],[26]. Landsteiner injecte un extrait de la moelle épinière d'un jeune garçon décédé de poliomyélite à des rats, des cobayes, des souris ainsi qu'à deux singes[27] : les singes — et seulement eux — sont rapidement paralysés ; à l'examen microscopique, leur moelle épinière présente le même aspect que celle d'enfants décédés de poliomyélite[28].

Lors de ces expériences, Landsteiner et Popper ne réussissent toutefois pas à démontrer le caractère contagieux ; ils ne peuvent pas transmettre la maladie de singe à singe. C'est réalisé peu après en 1909 par plusieurs équipes : Römer, Flexner et Lewis, Leiner et von Wiesner, enfin Landsteiner et Levaditi (Landsteiner ayant rallié provisoirement l'Institut Pasteur pour profiter de son animalerie)[24]. La nature de l'agent infectieux ne peut être établie. Flexner et Lewis[29] n'ayant pu mettre en évidence aucun agent bactérien, concluent qu'il doit s'agir de ce qui est alors appelé un virus filtrant (la nature bactérienne de l'agent a eu ses défenseurs au moins jusqu'en 1952[30],[31]). Malgré ces découvertes, la grande presse continuera encore à affirmer pendant des années aux États-Unis que le germe de la poliomyélite n'a pas encore été découvert.

Sur la base d'expériences pratiquées sur des singes par Flexner et Lewis, mais aussi par Leiner et Von Wiesner, les deux avancent en 1910 que le poliovirus accède au système nerveux central le long des voies nerveuses à partir de la muqueuse nasale. Une des raisons de cette conception erronée tient au fait que Flexner a conduit ses expériences sur une des rares espèces de singes à ne pouvoir être infectée que par injections dans le système nerveux central[32]. Par ailleurs, ainsi qu'on n'a pu le mettre en évidence qu'à la suite des découvertes d'Enders en 1949, les expériences réitérées de Flexner conduisent à une sélection des souches virales qui ne peuvent plus se développer que sur des tissus d'origine nerveuse et n'induisent donc qu'une faible virémie. Cette conception d'un neurotropisme exclusif du poliovirus, ainsi que de son entrée par la voie nasale, dominante jusque dans les années 1930, occulte les résultats d'expériences qui ne rentrent pas dans son cadre explicatif[24].

C'est ce qui est arrivé aux travaux du Suédois Carl Kling (en collaboration avec Wilhelm Wernstedt et Alfred Pettersson) : prolongeant l'expérience de Lansteiner de 1909, il peut montrer que l'injection d'extraits de tissus de la gorge, du larynx ou des intestins provenant d'adolescents décédés de poliomyélite produit également une paralysie chez les singes. Il en conclut que la contamination peut se faire par un virus présent dans la salive ou les intestins des personnes atteintes : c'est la théorie de la voie intestinale (infection oro-fécale). Par ailleurs, Kling peut confirmer de manière expérimentale ce que Wickman a conclu de ses observations, à savoir que des personnes ne présentant aucun symptôme peuvent héberger le virus dans leur gorge ou leur intestin. Quand Kling et son équipe présentent leurs travaux à une conférence à Washington en 1912, Flexner, directeur du Rockfeller Institute for Medical Research, alors le pôle principal de recherche sur la poliomyélite[26], ne leur accorde aucune crédibilité. Les chercheurs américains n'ayant pu aboutir aux résultats présentés par les Suédois après avoir repris leurs expériences, ils se détournent longtemps de la théorie de la voie intestinale[21]. Il faut attendre les travaux de Trask et de Paul de l'université Yale et surtout ceux d'Albert Sabin et de Robert Ward en 1941[33] pour que s'impose définitivement l'importance de la voie intestinale ; toutefois dès les années 1920 en Suède, les vues de Flexner s'accommodent de celles de Kling, fût-ce de façon marginale[21].

Les travaux de Kling ont sans doute souffert d'arriver aux États-Unis au moment où[21] les chercheurs américains, dans le sillage des travaux de Milton Rosenau et bientôt sous la pression de devoir agir à cause d'épidémies de poliomyélite en 1916[34], sont enclins à voir dans la mouche des étables le vecteur de la maladie.

Au même moment Simon Flexner (en) découvre des « substances germicides », appelées aujourd'hui « anticorps ». Ayant d'abord extrait du sang de singes convalescents un sérum, puis en avoir injecté à d'autres singes en même temps que de la moelle infectée, il constate que ses sujets d'expérience ne manifestent aucune paralysie. Arnold Netter a fait une découverte semblable en 1909-1910 avec Constantin Levaditi[35]. En 1915, il s'implique dans la promotion de ce sérum (issu de convalescents, humains ou simiens) qui sera largement utilisé lors de la sérieuse épidémie de 1916 aux États-Unis. Faute tant d'évaluations que de traitements alternatifs, cette sérothérapie sera utilisée jusqu'en 1935 aux États-Unis[36], jusqu'en 1940 au Canada[26].

Entre 1928 et 1931, Pierre Lépine démontre la survivance du virus de la poliomyélite dans les milieux extérieurs et, en particulier dans l'eau, la transmission du virus par la voie digestive au singe, l'action du chlore sur le virus[37]. En 1929 dans le cadre de l’Office international d’hygiène publique, Carl Kling et Constantin Levaditi montrent sur la base d'études épidémiologiques menées en Saxe et en Roumanie, que la majorité des cas de poliomyélite ont lieu dans le voisinage de cours d'eau : c'est l’hypothèse hydrique[21].

En 1931, comparant la souche Rockefeller MV avec une souche locale isolée à Melbourne, Frank Macfarlane Burnet et Jean MacNamara montrent qu'il existe au moins deux souches de virus[38],[39]. Provenant de chercheurs inconnus situés sur un continent éloigné, ces résultats sont accueillis avec beaucoup de scepticisme. Leur importance sera reconnue par Hammon, Francis et Rivers, à la lumière de l'échec des vaccins de 1935[24].

Dans les années 1934 et 1935 apparaissent deux vaccins américains rivaux et indépendants : l’un de type « inactivé » mis au point par le docteur Maurice Brodie, l’autre étant une version « atténuée » élaborée par le docteur John Kolmer. Leur utilisation à la hâte dans certaines parties des États-Unis se révèle inefficace, voire, dans certains cas, fatale. Pendant les vingt années qui suivent cette expérience infructueuse, les chercheurs hésitent à créer ou tester un autre vaccin[26]. C'est à cette période que le docteur Claus W. Jungeblut propose un traitement préventif et curatif par la vitamine C[40]. Albert Sabin — déjà une autorité à l'époque — ne peut obtenir les mêmes résultats[41] et l'idée est alors abandonnée. De la même façon, à la même époque, divers traitements par instillation nasale sont proposés et évalués[42], qui sont rejetés une fois leur inefficacité et leur nocivité établies.

En 1939 Charles Armstrong réussit à multiplier la souche Lansing dans le corps de souris, ce qui facilite la recherche. Max Theiler, mais aussi Maurice Brodie semblent y être parvenus précédemment sans que cela ne soit relevé à l'époque[24]. En 1941, une équipe de l'hôpital Johns-Hopkins à Baltimore précise le cycle du virus dans le corps humain. Elle montre notamment que le virus doit pénétrer dans le sang avant de pouvoir accéder à la moelle épinière. Cette découverte ouvre des perspectives pour un futur vaccin : si l'on arrivait à induire des anticorps dans le sang, alors le virus pourrait être neutralisé avant de provoquer des atteintes bulbaires.

En 1945, les médecins s'interrogent encore sur l'éventualité de réservoirs animaux du virus autres que les singes, par exemple les chiens[43],[44]. Dans un autre ordre d'idées, en 1946, Thomas Francis rappelle que les populations afro-américaines ne sont pas moins exposées à la poliomyélite ainsi que l'opinion commune semble le croire[45],[46].

En 1949, au moment même où deux spécialistes éminents de la poliomyélite, Sir MacFarland Burnet et William Hammon[47], expriment leur pessimisme quant aux perspectives de contrôle de la maladie, trois Américains font une découverte majeure. Dans un article paru dans la revue Science du 28 janvier 1949, Enders, Weller et Robbins, font savoir qu'ils sont parvenus à cultiver le virus poliomyélitique (souche Lansing) sur des cellules embryonnaires humaines, sur des prépuces, des reins humains puis des reins de singes[48],[49]. Cette découverte, dont l'importance n'est pas immédiatement perçue par tous les chercheurs, va rapidement donner un nouvel élan à la recherche. Dorénavant les chercheurs peuvent disposer de grandes quantités de virus à moindre frais : jusqu'alors, en dépit de la découverte d'Armstrong d'une part, et de la publication de Sabin et Olitsky de 1936[50] de l'autre, le virus n'est multiplié qu'in vivo, et sur des singes[24]. (Constantin Levaditi a pourtant montré dès 1913 qu'il est possible de cultiver le virus sur des cellules d'origine non nerveuses[51]). Dans l'éventualité de la mise au point d'un vaccin c'est aussi une garantie de sécurité. On connait en effet les risques de paralysie et de mort (0,4 % des inoculés) attachés au vaccin antirabique de Pasteur : en cultivant le virus destiné au vaccin sur des cellules autres que d'origine nerveuse, on peut s'affranchir de ce risque. Dans le cadre de ces travaux, Enders, Weller et Robbins découvrent aussi un moyen rapide et peu cher de détection du virus (jusqu'alors la présence du virus n'est avérée que lorsqu'un singe a été paralysé à la suite d'une injection). Ces découvertes leur vaudront le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1954[37],[52]. Peu de temps après, en 1952, les laboratoires Lederle font savoir que deux de leurs équipes ont réussi à cultiver un des virus de la poliomyélite (souche MEFI) sur des embryons de poulet.

En 1949 toujours, Bodian, Morgan et Howe établissent que quatorze souches différentes de poliovirus se ramènent à trois sérotypes[53]. En 1951, un comité de la National Foundation for Infantile Paralysis précisera que toutes les souches se regroupent en trois sérotypes seulement[54].

La découverte par Gibert Dalldorf et Graces Sickles en 1948 d'un virus différent du poliovirus, mais pouvant provoquer des paralysies semblables, a brièvement semé le trouble dans la communauté des chercheurs. Ce trouble a rapidement été dissipé par la mise au point et la diffusion des vaccins Salk et Sabin. Au Japon, dans les années 1960 apparut une maladie présentant des symptômes semblables à ceux de la poliomyélite et qui recevra son nom officiel en 1964 : « Subacute myelo-optic neuropathy » (SMON) ; l'origine virale, d'abord activement recherchée, a été récusée : c'est un médicament, le Clioquinol, qui a été désigné comme la cause de cette maladie qui a fait 11 007 victimes[55].

L'ère des vaccins[modifier | modifier le code]

Boule dont la surface comprend de petites formes géométriques colorés.
Schéma du poliovirus sérotype 1 (Mahoney).

Très tôt, on a essayé de mettre au point un vaccin. En 1913, Römer et Flexner s'inspirent du vaccin antirabique de Pasteur ; puis il y a Maurice Brodie et John Kolmer, Jungeblut et Sanders[56] et Alexandre Jezierski[57], ainsi que Blanc et Martin en 1950. Différentes modalités de sérovaccination sont même envisagées[58]. Ce n'est que dans les années 1950 que les conditions scientifiques, techniques, mais aussi financières sont réunies pour la réalisation de vaccins suffisamment sûrs et efficaces : celui de Salk d'abord, suivi en France par celui de Lépine, puis celui de Sabin (précédé par celui de Koprowski et concurrent de celui de Cox[59]).

Premiers essais[modifier | modifier le code]

En 1948, Isabel Morgan démontre sur des singes l'efficacité d'un vaccin inactivé[60], ce qui revêt une grande importance théorique. En effet, le consensus scientifique de l'époque veut que, pour ce qui est de la poliomyélite, seul un vaccin vivant est capable de conférer une immunité.

Les 17 et 27 février 1950, Hilary Koprowski, assisté de Jervis et de Norton, inocule avec succès un vaccin vivant atténué (souche TN) à quelques enfants[61],[62]. En 1951, lors d'une congrès, ses résultats sont reçus avec incrédulité. Ils attirent cependant l'attention de Sabin, dont les travaux seront soulignés plus tard[63]. Sur le territoire américain, Koprowski poursuit ses essais en 1952, en 1953, en 1954 et en 1955.

En 1952 Dorothy Hortsmann de l'université Yale met en évidence la présence du virus dans le sang[64], ce que confirmera David Bodian à l'hôpital Johns-Hopkins.

Le 21 octobre 1952, le docteur Howard Howe de l'université Johns-Hopkins fait état d'un essai de vaccin trivalent à virus inactivé au formaldéhyde pratiqué sur six enfants handicapés, cinq autres enfants servant de contrôle. Les enfants n'ont pas été soumis au virus : on mesure leur taux d'anticorps à la suite de l'inoculation des souches vaccinales[65],[66].

Le vaccin injectable[modifier | modifier le code]

Fin 1952, utilisant le milieu 199 de Hanks fourni par Connaught et après se l'être injecté à lui-même et à sa famille, Salk administre le vaccin aux résidents d’une institution pour enfants infirmes[67],[68]. Il conduit un autre essai dans une école de Pennsylvanie ; à l'automne 1953, Salk teste son vaccin sur 600 personnes dans la région de Pittsburgh[69]. La même année, il publie les résultats de ces essais[70], ce qui lui vaut des critiques car il utilise un virus inactivé, méthode jugée inefficace[71].

Un chercheur égoïste

Jonas Salk est renommé pour n'avoir jamais tenu une seule rencontre de personnel et n'a jamais tenté de cajoler ou de motiver ses subordonnés. En effet, en 1955, aucune personne travaillant dans son laboratoire n'a besoin d'être encouragée, car toute sait l'ampleur des épidémies de poliomyélite. Lui et son personnel, à l'université de Pittsburgh, travaillent 7 jours par semaine à raison de 16 heures par jour pour mettre au point un vaccin contre la poliomyélite. Plusieurs ont des enfants. Trois ans auparavant, une épidémie de poliomyélite aux États-Unis a touché 57 000 personnes.

En 2005, l'un de ses assistants écrit : « Nous étions des croyants, nous l'étions vraiment [...] Quand vous avez l'occasion de faire quelque chose contre une maladie aussi terrible et dévastatrice que la poliomyélite et voyez que votre travail agit sur les singes [...] hourra ![trad 1] »

Pourtant, malgré tous les efforts investis par son équipe, Salk n'a jamais reconnu le travail de ses subordonnés de quelque façon que ce soit[72].

La National Foundation for Infantile Paralysis demande aux laboratoires de lui fournir la quantité de fluide viral nécessaire pour conduire un essai sur le terrain en double aveugle sans précédent aux États-Unis, qui doit commencer le 26 avril 1954. L’essai est l’une des plus vastes expériences médicales de l’histoire. Il implique en effet le suivi détaillé de près de 1 800 000 enfants de 5 à 8 ans qui, ayant reçu soit le Milieu 199 comme placebo soit le vrai vaccin, doivent être observés pour voir s’ils contractent ou non la poliomyélite. Le 12 avril 1955, l'annonce du succès de l'expérience est un énorme événement médiatique[71]. Les fabricants américains lancent en hâte leur vaccin pour répondre à la demande, dans le cadre de la Poliomyelitis Vaccination Assistance Act.

Le 25 avril 1955, c'est le Cutter incident (en) : on découvre les premiers de 205 cas de poliomyélite dus au vaccin produit par les laboratoires Cutter, en Californie ; 79 sont des enfants vaccinés, et les autres se sont trouvés en contact avec ces derniers. Les trois-quarts des malades sont atteints de paralysie et onze sont morts. Le 27 avril, le Surgeon General des États-Unis fait retirer tous les vaccins de Cutter du marché et le 8 mai, après le lancement d'une vaste enquête, tout le programme de vaccination aux États-Unis est interrompu. Au total, cette première campagne de vaccination massive est marquée par la fourniture d'un important lot défectueux (virus vivant non atténué) aboutissant à près de 220 000 contaminations, dont 70 000 malades, 164 paralysies sévères et 10 décès[73]. Certains lots produits par Wyeth générèrent également quelques cas de poliomyélite [74].

Entre 1955 et 1963, des millions de personnes sont exposées au virus simien 40 présent dans les vaccins antipoliomyélitiques. Découvert en 1960, ce virus oncogène (qui induit le cancer) puissant, sera éliminé des vaccins antipoliomyélitiques. Les conséquences de cette contamination sont, en 2000, encore discutées[75].

En Afrique du Sud, James Gear produit un vaccin de type Salk qu'il inocule à 15 000 enfants en 1955[76].

Le vaccin oral[modifier | modifier le code]

En 1956, Albert Sabin inocule son vaccin à 9 000 singes, 150 chimpanzés, ainsi qu'à 133 jeunes adultes dans une prison de l'Ohio. La même année, George Frederick Dick — connu pour avoir travaillé sur le vaccin atténué contre la fièvre jaune — invite Hilary Koprowski à conduire un vaste essai en Irlande. Dick interrompt l'essai après avoir constaté que la souche vaccinale atténuée a regagné de sa virulence[77].

En 1957, Salk et Pierre Lépine publient à quelques semaines d'intervalle les résultats de leurs travaux. Pour prévenir tout risque d'infection, Lépine — qui utilise une souche différente — a procédé à une double inactivation du virus, d'abord par le formol, puis par adjonction de bêta-propiolactone[78]. En juillet 1957, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle à l'organisation d'essais à grande échelle pour les vaccins atténués qui respecteraient six critères de sécurité[79]. C'est dans le prolongement de cette déclaration que le vaccin oral d'Albert Sabin est testé à partir de 1957 sous l'égide de l'OMS en dehors des États-Unis sur 80 millions de personnes (Russie, Pays-Bas, Mexique, Chili, Suède et Japon). Le 18 août 1958, Hilary Koprowski débute une vaste campagne de vaccination au Congo belge, qui se prolongera jusqu'en 1960[80],[81],[82]. De 1958 à 1960, il vaccine également 40 000 enfants en Allemagne et plus de 7 millions en Pologne (CHAT (sérotype 1) ou W-Fox (sérotype 3)) ; de 1960 à 1961, des essais ont lieu en Suisse et en 1961 en Croatie[83]. Les essais conduits par Cox en Floride et à Berlin montrant que des souches vaccinales redeviennent virulentes, les laboratoires Lederle abandonnent les recherches avec les souches utilisées par Cox[79].

En 1959, le comité spécial, créé un an auparavant par les National Institutes of Health afin d'évaluer les souches destinées au vaccin oral, établit la supériorité des souches de Sabin sur celles de Koprowski et de Cox (et sur celles cultivées à l'université Yale), ce qui conduit le Surgeon General à en recommander l'usage[84],[79]. Le 24 avril 1960, c'est le Sabin Sunday (« Dimanche de Sabin »), premier test massif du vaccin Sabin aux États-Unis. Le vaccin oral monovalent de type 1 (MOPV1) et celui de type 2 (MOPV2) sont autorisés en 1961 aux États-Unis, le MOPV3 l'est en 1962[85].

En mai 1962, le Congrès des États-Unis examine un projet visant à édifier le cadre de futures campagnes de vaccinations massives (US Congressional Hearings HR 10541)[86]. À l'occasion d'auditions menées à cet effet, le Congrès prend connaissance notamment de la position critique de Bernard Greenberg qui signale l'existence de différents biais statistiques ayant conduit à surestimer l'effet des premières vaccinations antipoliomyélitiques – avec le vaccin Salk – qu'il juge responsables au contraire d'une augmentation des cas de poliomyélite[87]. La loi est adoptée la même année sous le nom de Vaccination Assistance Act PL 87-868. Elle débloque des fonds fédéraux pour l'achat de vaccins et pour l'établissement de statistiques[88].

En 1963 le vaccin oral Sabin trivalent (tOPV) obtient son autorisation[85]. Le recours au vaccin Salk diminue rapidement pour ne représenter que 2 % des vaccins antipoliomyélitiques utilisés annuellement aux États-Unis[89]. En France, la vaccination devient obligatoire, et par conséquent gratuite, en 1964[90]. Elle a été introduite dans le calendrier vaccinal français en 1958 (Salk), puis en 1962 (Sabin)[91].

Vingt ans plus tard, en 1987, le « vaccin Salk amélioré » (enhanced-potency IPV) obtient son autorisation aux États-Unis ; il a été mis au point en 1978 selon le procédé de culture sur cellules diploïdes humaines[92],[89]. En 1997, l’Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP) recommande l'usage du vaccin inactivé pour les deux premières injections, les deux autres étant pratiquées avec un vaccin oral. Le 17 juin 1999, l'ACIP ne recommande plus que le seul vaccin inactivé[93]. En 2014, Sanofi Pasteur est le premier fournisseur mondial de vaccins antipoliomyélitiques, que ce soit le vaccin oral ou le vaccin inactivé.[réf. nécessaire]

Dans les années 2000, suivant une hypothèse posée dans les années 1990, le journaliste Edward Hooper postule que l'origine du sida se trouve dans les campagnes de vaccination antipoliomyélitiques menées par Koprowski au Congo belge à la fin des années 1950, mais son hypothèse est rejetée par des spécialistes[94],[95].

Les traitements[modifier | modifier le code]

Sérothérapie[modifier | modifier le code]

En 1950, William Hammon purifie des gamma globulines à partir du plasma sanguin de patients guéris de la poliomyélite[96]. Il propose l'injection de sérum anti-poliomyélitique pour prévenir la maladie et réduire la sévérité des symptômes chez les patients atteints. Un grand essai clinique donne des résultats encourageants, laissant supposer que les gamma globulines anti-poliomyélitiques peuvent prévenir la survenue d'une poliomyélite paralytique dans environ 80 % des cas[97]. Cependant l'immunisation passive par sérothérapie s'avère impossible à mettre en œuvre à grande échelle, principalement en raison de la quantité insuffisante de sérum disponible. La recherche se détourne alors de cette stratégie et se focalise sur la mise au point d'un vaccin[96].

Méthodes alternatives[modifier | modifier le code]

En 1948, le docteur Fred R. Klenner met au point une approche basée sur l'injection de doses massives (plusieurs dizaines de grammes par jour) de vitamine C[98]. Sur 60 malades lors de l'épidémie de 1948 en Caroline du Nord, tous guérissent sans séquelles en 3 à 5 jours[99]. Il fait connaitre sa méthode lors de la session annuelle de l'Association médicale américaine[100] et publiera ultérieurement des articles[101],[102] sur le sujet, mais il est peu suivi et sa méthode tombe dans l'oubli[103].

Le Dr Auguste Neveu propose, à partir du milieu du XXe siècle, un traitement par le chlorure de magnésium en se basant sur les travaux du Dr Pierre Delbet ; il revendique également des cas de guérisons[104]. Aucune de ces deux méthodes ne bénéficie de preuve suffisante d'une quelconque efficacité.

Essor de certains traitements[modifier | modifier le code]

À la gauche, la tête d'une personne émerge d'un appareil. Deux personnes se tiennent debout de part et d'autre de l'appareil
Patient souffrant de la poliomyélite placé dans un respirateur artificiel à pression négative (poumon d'acier).

Historiquement, les atteintes les plus sévères ont demandé le recours à la ventilation non invasive à pression négative, plus communément appelée poumon d'acier; cette méthode a permis à des milliers de patients d'être ventilés de façon acceptable dans l'attente de la récupération d'une autonomie respiratoire (généralement au bout d'une à deux semaines dans les meilleurs cas). Lors de la grande épidémie de poliomyélite au Danemark en 1952, le médecin anésthesiste danois Björn Ibsen a développé l'assistance respiratoire à long terme par ventilation invasive à pression positive (d'abord) manuelle à l'aide d'un insufflateur[105]. Le taux de mortalité des patients est passé de 87 % à environ 25 % en l'espace de quelques semaines[106]. Depuis, les patients atteints de détresse respiratoire, nécessitent une prise en charge réanimatoire et peuvent nécessiter l'assistance ventilatoire à domicile à l'aide de respirateurs artificiels portatifs.

Au-delà de son importante contribution à l'avancée du savoir médical et scientifique dans les domaines de la virologie et de l'immunologie, l'étude de la poliomyélite est aussi à l'origine d'avancées importantes dans le domaine de la rééducation dont profitent par exemple les personnes victimes de traumatisme crânien, d'accidents vasculaires cérébraux ou de maladies neurodégénératives. En France, dans le sillage de la création à Garches en 1949 du Centre national du traitement des séquelles de poliomyélite, aujourd'hui partie de l'hôpital Raymond-Poincaré, se sont développés l’hydrothérapie et la balnéothérapie, la kinésithérapie respiratoire ainsi que les transports médicalisés. La diffusion et l'amélioration des orthèses des membres et du rachis, l'établissement d'un savoir concernant l'évolutivité de la scoliose et des déformations rachidiennes, ainsi que la naissance de la chirurgie fonctionnelle sont aussi le fruit des efforts déployés à cette époque[107].

Programme d'éradication[modifier | modifier le code]

Un garçon, le bras tendu, reçoit un vaccin inoculé par une infirmière.
La vaccination avec le VPI débute en Suède en 1957

En 1985, le Pan American Health Organization (PAHO), section régionale de l'OMS, décide d'éradiquer la poliomyélite des Amériques. En 1988, la quarante et unième Assemblée mondiale de la Santé, composée alors des délégués de 166 États membres, adopte une résolution visant l’éradication de la poliomyélite dans le monde[108]. C’est ainsi que l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite est née, sous la direction de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), de l’UNICEF, des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis (CDC) et du Rotary International (Global Polio Eradication Initiative). Ce programme est mis sur pied à la suite de la certification de l’éradication de la variole en 1980, des progrès accomplis au cours des années 1980 grâce aux opérations d’élimination du poliovirus dans les Amériques et de l’engagement pris par Rotary International de mobiliser des fonds pour protéger tous les enfants de cette maladie. Il est lancé vers 2005, mais l'atteinte de la cible est repoussée à 2010.

La surveillance de la poliomyélite, s’effectue grâce à un réseau de laboratoires qui recherchent les poliovirus sauvages chez tous les enfants de moins de 15 ans atteints de paralysie flasque aiguë (PFA), le symptôme qui caractérise la maladie[108]. La PFA pouvant être le symptôme d'autres maladies, des échantillons de selles doivent être rapidement prélevés et analysés en laboratoire pour confirmer la cause de la paralysie.

En 1992 est découvert un foyer de poliomyélite aux Pays-Bas, dans un groupe qui refuse la vaccination. Fin 1999, le nombre de cas a reculé de 95 % avec 7 094 nouveaux cas recensés pour 20 000 malades au total et le nombre de pays atteints est passé de 125 à 30, disparaissant de tout le continent américain, du Pacifique occidental, de la Chine et de l'Europe.

Pour mettre en œuvre l’effort intensifié d’éradication de la poliomyélite en 2007-2008, le financement classique par les partenaires de l’aide au développement a été largement complété par des ressources intérieures des pays d’endémie restants. L'Inde, le Nigeria et le Pakistan annoncent des engagements dans la lutte contre le poliovirus. Le Rotary International et la Fondation Bill-et-Melinda-Gates annoncent en novembre 2007 un partenariat destiné à injecter 200 millions US$ dans le programme[109]. Le Rotary affirme que sa participation au programme, grâce à ce partenariat de financement, dépassera 1,2 milliard US$[110]. Les cas sont essentiellement confinés géographiquement aux endroits où la couverture vaccinale est sub-optimale (30 % d'enfants non vaccinés au Nigéria, les cas indiens étant limités également à une région réticente aux vaccinations). La présence de cas sporadiques chez des personnes dûment vaccinées soulève des questions[111].

En 2009-2010 apparaît une forte recrudescence des cas au Tadjikistan (pays récemment certifié indemne de poliomyélite, devenu le premier pays à voir ressurgir la maladie, avec 75 % des cas de poliomyélite recensés dans le monde ; taux très supérieur à celui relevé en Inde et au Nigeria). Le taux de vaccination était au Tadjikistan d'environ de 75 % mais diminue à la suite de doutes de la population sur la sécurité de la vaccination, notamment portés par des courants religieux ou anti-gouvernementaux[112]. L'OMS y encourage une campagne de vaccination et certains auteurs craignent une diffusion du virus vers d'autres régions du monde (en Ontario, le taux de vaccination est comparable à celui du Tadjikistan)[112]. L'OMS recommande un taux de 90 % de vaccination des populations, qui n'est plus atteint dans beaucoup de pays riches[112], alors même que le tourisme se développe dans certains pays à risque.

En 2014, durant la période habituelle de faible circulation du virus, une dissémination a lieu dans plusieurs régions : Asie centrale, Moyen-Orient et Afrique centrale, et la circulation du virus concerne au total 10 pays. L'OMS estime que ce risque constitue une urgence de santé publique à portée internationale et publie des recommandations spécifiques[113],[114],[115].

Physiopathologie[modifier | modifier le code]

Agent causal[modifier | modifier le code]

Formes géométriques de couleur blanc sur un fond gris
Poliovirus en microscopie électronique en transmission. Document issu de la banque d'images du CDC.

La poliomyélite est causée par les poliovirus, virus à ARN du genre Entérovirus et de la famille des Picornaviridae ; ils ressemblent au virus de l'hépatite A qui ont la même taille et sont de la même famille. Ils ont les mêmes propriétés, les mêmes affinités pour aller s'installer dans l'intestin, la même contamination par la bouche[12].

L'Homme est le seul réservoir du virus[6]. Les poliovirus ont un tropisme préférentiel pour le tractus digestif[1]. Leur structure est très simple, composée d'un génome ribonucléique de sens positif entouré d'une capside[2]. La capside protège le matériel génétique et rend possible l'infection de certains types de cellules par le virus. Trois sérotypes de poliovirus ont été identifiés : poliovirus type 1 (PV1), type 2 (PV2) et type 3 (PV3), chacun différant légèrement des autres par les protéines de sa capside[116]. Tous trois sont extrêmement virulents et produisent les mêmes symptômes[2]. PV1 est la forme la plus régulièrement rencontrée, et la plus fréquemment associée à la paralysie[117].

En de rares circonstances, des poliomyélites peuvent survenir des suites d'infections produites par des entérovirus autres que les poliovirus[118]. S'il peut « survivre » dans les eaux, la vase, etc., le poliovirus — comme tout virus — n'est capable de se multiplier qu'au sein de cellules vivantes : dans le milieu extérieur, faute de pouvoir se multiplier, il est donc voué à disparaître au bout quelques mois.

Article connexe : Poliovirus.

Transmission[modifier | modifier le code]

La poliomyélite est très contagieuse et se transmet facilement par contact interhumain[119]. En zone d'épidémie, les souches sauvages de poliovirus sont théoriquement capables d'infecter la totalité de la population humaine[120]. La transmission est habituellement saisonnière sous les climats tempérés, avec un pic en été et en automne[119]. Ces différences saisonnières sont beaucoup moins prononcées sous les climats tropicaux[120]. La période d'incubation, qui sépare la première exposition des premiers symptômes, est habituellement comprise entre six et vingt jours, avec des valeurs extrêmes allant de trois à trente-cinq jours[121]. Des particules virales sont excrétées dans les fèces durant plusieurs semaines après l'infection initiale[121]. La transmission de la maladie est ainsi essentiellement digestive par voie oro-fécale, via l'ingestion d'aliments ou d'eau contaminés. Occasionnellement, la maladie peut être transmise par voie oro-orale via la salive[117], voie qui semble prépondérante dans les zones à haut niveau d'hygiène[119]. La transmission peut se faire par les sécrétions respiratoires[122] (postillons émis lors de toux ou d’éternuements) d’une personne contaminée car celle-ci élimine le virus dans les sécrétions rhino-pharyngées pendant les premiers jours de l’infection. La contagiosité est maximale entre les sept à dix jours qui précèdent et les sept à dix jours qui suivent l'apparition des symptômes, mais la transmission est possible tant que le virus persiste dans la salive et les matières fécales[117].

Parmi les facteurs qui augmentent le risque d'infection ou influencent péjorativement la sévérité de la maladie, l'immunodépression[123], la malnutrition[124], l'amygdalectomie[125], l'activité physique suivant immédiatement la survenue de la paralysie[126], l'injection intramusculaire de vaccins ou de médicaments[127] et la grossesse[128] ont été cités. Bien que le virus franchisse le placenta durant la grossesse, le fœtus semble n'être atteint ni en cas d'infection maternelle ni en cas de vaccination[129]. Les anticorps maternels franchissent également la barrière placentaire, apportant au fœtus une immunité passive protectrice durant la grossesse et les premiers mois de la vie[130].

Diffusion dans l'organisme[modifier | modifier le code]

Canal bloqué par une masse
Occlusion d'une artère spinale antérieure lombaire consécutive à l'infection par le PV3.

Le poliovirus pénètre dans l'organisme par la bouche et infecte les premières cellules avec lesquelles il rentre en contact dans le pharynx puis dans la muqueuse intestinale[131]. Il infecte les cellules par l'intermédiaire d'une glycoprotéine transmembranaire de la famille des immunoglobulines située à la surface de la cellule, le récepteur CD155 ou récepteur du poliovirus[132]. Le virus prend alors le contrôle des processus génétiques de la cellule hôte et débute sa réplication. Le poliovirus se multiplie au sein des cellules gastro-intestinales durant une semaine environ, puis migre vers les amygdales (spécifiquement les cellules dendritiques folliculaires des centres germinaux amygdaliens), le tissu lymphoïde intestinal (dont les cellules M des plaques de Peyer) et les ganglions lymphatiques cervicaux et mésentériques, où il se multiplie activement. Il peut alors passer dans la circulation sanguine[133].

La phase de circulation sanguine du virus, ou virémie, permet sa distribution à différents sites de l'organisme. Le poliovirus peut survivre et se multiplier dans le sang et dans la lymphe pendant des périodes prolongées allant parfois jusqu'à 17 semaines[134]. La virémie est responsable du syndrome grippal généralement observé dans la première phase des infections à poliovirus symptomatiques. Dans une faible proportion de cas, il peut migrer et se répliquer dans le tissu adipeux, le système réticuloendothélial et les muscles[135]. Le passage du virus dans le système nerveux central est responsable d'une réponse inflammatoire locale. Dans la plupart des cas, celle-ci est limitée aux méninges et définit une méningite aseptique non paralytique[16]. L'infection du parenchyme cérébral définit une encéphalite aiguë. Le mécanisme par lequel le poliovirus infecte le système nerveux central n'est pas entièrement élucidé en 2005, mais il semble indépendant de l'âge, du sexe et du niveau socioéconomique du sujet[136].

Immunisation[modifier | modifier le code]

Le contact avec le virus (par infection ou par vaccination) est immunisant. Chez les sujets immunisés, des anticorps de type IgA sont sécrétés au niveau des amygdales et de la muqueuse digestive qui sont capables de bloquer la réplication virale. Les IgG et IgM sont protecteurs vis-à-vis de l'atteinte du motoneurone[119]. L'infection ou la vaccination par un sérotype de poliovirus n'immunise pas contre les deux autres, l'immunité complète requiert donc l'exposition à chaque sérotype[119].

Clinique[modifier | modifier le code]

Traduction clinique de l'infection
Traduction Proportion de cas[131]
Asymptomatique 90–95 %
Symptômes mineurs 4–8 %
Méningite aseptique
non-paralytique
1–2 %
Poliomyélite paralytique 0,1–0,5 %
  • Poliomyélite spinale
79 % des cas paralytiques
  • Poliomyélite bulbospinale
19 % des cas paralytiques
  • Poliomyélite bulbaire
2 % des cas paralytiques

Chez la plupart des sujets immunocompétents, l'infection à poliovirus reste asymptomatique, les anticorps neutralisants, sécrétés au niveau digestif, assurent en effet un rôle protecteur vis-à-vis du virus. Le terme « poliomyélite » se réfère à une infection symptomatique causée indistinctement par les trois sérotypes de poliovirus. Deux formes principales d'infection symptomatique sont décrites : une forme extra-neurologique parfois qualifiée de « poliomyélite abortive » (97 % des cas) d'évolution le plus souvent favorable, et une forme neurologique avec atteinte du système nerveux central (3 % des cas environ) qui peut être paralytique ou non paralytique[137].

Formes extra-neurologiques[modifier | modifier le code]

Si le virus franchit la barrière digestive, l'infection se traduit par des manifestations générales mineures et non spécifiques allant de l'infection des voies respiratoires (maux de gorge, toux, fièvre) aux signes digestifs (nausées, vomissements, douleurs abdominales, constipation ou, rarement, diarrhée) en passant par le syndrome grippal[131]. Myocardite et péricardite sont possibles et parfois associées[6].

Formes neuroméningées non paralytiques[modifier | modifier le code]

Le virus atteint le système nerveux central dans environ 3 % des cas, parmi lesquels une majorité développe un syndrome méningé fébrile (céphalées, douleurs cervicales et dorsales, fièvre, nausées, vomissements, léthargie) traduisant une méningite à liquide cérébro-spinal clair, d'évolution favorable. L'absence de paralysie est alors la règle[16],[138]. Les formes encéphalitiques sont rares et surviennent presque exclusivement chez les nourrissons, s'accompagnant d'une fièvre élevée, de modifications du comportement, de crises convulsives généralisées et de paralysie spastique[139]. Une paralysie faciale périphérique isolée est possible[6].

Poliomyélite antérieure aiguë[modifier | modifier le code]

formes irrégulières
La dénervation du tissu musculaire squelettique secondaire à l'infection par le poliovirus peut conduire à la paralysie.

Entre 1 sujet sur 200 et 1 sujet sur 1 000 évolue vers une maladie paralytique qui se traduit par la survenue d'une faiblesse musculaire croissante jusqu'à la paralysie complète. Après incubation, la maladie se traduit par un syndrome infectieux fébrile non spécifique (pharyngite, troubles digestifs) suivi de l'installation rapide, en quelques heures, de paralysies flasques sans atteinte sensitive. L'atteinte est toujours asymétrique[6].

Le poliovirus migre le long des trajets nerveux et atteint les motoneurones de la corne antérieure de la moelle épinière, du tronc cérébral ou du cortex moteur dans lesquels il se réplique et qu'il détruit. La paralysie qui en résulte définit la poliomyélite paralysante, dont les diverses variantes (spinale, bulbaire, spinobulbaire) diffèrent par l'étendue des dommages causés aux motoneurones, par l'inflammation subséquente et par les régions du système nerveux central qui sont touchées. Les lésions s'étendent au ganglion spinal, parfois à la formation réticulée, aux noyaux vestibulaires, au vermis cérébelleux et aux noyaux gris centraux[136]. L'inflammation associée à la destruction neuronale altère souvent la couleur et l'apparence de la substance grise de la moelle épinière, qui apparaît rougeâtre et tuméfiée[16]. Des lésions du prosencéphale sont également associées à la poliomyélite paralytique, touchant particulièrement le thalamus et l'hypothalamus[136]. En 2008, les mécanismes moléculaires qui conduisent à la paralysie restent mal compris.

La propension à développer une poliomyélite paralytique augmente avec l'âge, de même que le risque de paralysie étendue. Chez les enfants, la méningite non paralytique est la conséquence la plus fréquente de l'infection du système nerveux central. La paralysie ne survient que dans 1 cas sur 1 000 et, avant l'âge de cinq ans, ne concerne généralement qu'un membre inférieur. Chez l'adulte, la paralysie survient dans 1 cas sur 75[140]. Elle s'étend plus volontiers aux muscles du thorax et de l'abdomen, voire aux quatre membres (quadriplégie)[141]. Le taux de paralysie varie également selon le sérotype viral. Ainsi le PV1 (poliovirus 1) en est-il le premier pourvoyeur (1 cas sur 200) devant le PV3 et le PV2 (1 cas sur 2 000)[142].

Symptomatologie précoce[modifier | modifier le code]

La poliomyélite antérieure aiguë se traduit par une symptomatologie précoce qui associe fièvre élevée, céphalées, raideur cervicale et dorsale, myalgies, faiblesse asymétrique de plusieurs muscles, sensibilité au toucher, troubles de la déglutition, disparition des réflexes ostéotendineux, paresthésies, irritabilité, constipation, difficultés mictionnelles. La paralysie survient en général de un à dix jours après le début des symptômes, progresse durant deux ou trois jours, et cesse de s'étendre au moment de la défervescence[143].

Poliomyélite spinale[modifier | modifier le code]

Schéma d'une coupe latérale d'une vertèbre
Localisation des motoneurones (en rouge) dans la corne antérieure du cordon médullaire (ici en région cervicale).

La poliomyélite spinale est la forme la plus courante de poliomyélite paralytique. Elle résulte de l'invasion par le poliovirus des motoneurones de la corne antérieure de la moelle épinière (partie ventrale de la substance grise), qui véhiculent l'ordre transmis par le cortex moteur et sont responsables des mouvements. Les nerfs moteurs spinaux innervent les muscles du tronc (dont les muscles intercostaux et le diaphragme) et des membres[144].

L'infection virale cause une inflammation des cellules nerveuses, conduisant à la destruction partielle ou totale du ganglion des motoneurones. La mort des motoneurones entraîne leur dégénérescence wallérienne[145]. Les cellules musculaires ne recevant plus de signaux en provenance du cortex moteur ni de la moelle épinière s'atrophient, s'affaiblissent et deviennent rapidement inactives[144]. La destruction partielle totale de l'innervation d'un muscle détermine l'intensité de sa paralysie. L'évolution vers une paralysie maximale est rapide (de deux à quatre jours) et s'associe généralement à une fièvre et des myalgies[145]. L'arc du réflexe ostéotendineux étant interrompu, les réflexes ostéotendineux sont abolis. En revanche, l'intégrité des nerfs sensitifs permet la préservation de la somesthésie[145].

La distribution de la paralysie spinale dépend de l'étage médullaire atteint, qui peut être cervical, thoracique, lombaire ou combiné[146]. L'atteinte peut être bilatérale, mais elle est toujours asymétrique[6]. La paralysie est souvent plus marquée pour les muscles proximaux (proches de la racine des membres) que pour les muscles distaux (doigts et orteils)[133].

Poliomyélite bulbaire[modifier | modifier le code]

Schéma d'une coupe latérale du cerveau
Anatomie du bulbe rachidien (en orange)

La poliomyélite bulbaire représente 2 % des cas de poliomyélite paralytique. Elle est la conséquence de l'invasion et de la destruction par le poliovirus des motoneurones de la région bulbaire du tronc cérébral[131] qui entraîne la paralysie des muscles innervés par les nerfs crâniens, des signes d'encéphalite, des difficultés respiratoires, des troubles de la phonation et de la déglutition[138]. Les trois nerfs crâniens les plus critiques sont le nerf glossopharyngien (IXe paire), qui contrôle les mouvements de l'oropharynx et la déglutition, le nerf vague (Xe paire) qui joue notamment un rôle majeur dans la phonation et le nerf accessoire (XIe paire) qui innerve le sterno-cléido-mastoïdien et le trapèze. L'atteinte du nerf trijumeau (Ve paire) et du nerf facial (VIIe paire) expose à des troubles de la mastication et à une paralysie faciale. L'atteinte des nerfs oculomoteurs (IIIe et VIe paires) entraîne une diplopie.

Poliomyélite spinobulbaire[modifier | modifier le code]

Forme combinée des deux précédentes, la poliomyélite spinobulbaire représente 19 % des cas de poliomyélite paralytique. Elle est parfois qualifiée de « poliomyélite respiratoire »[131]. Le virus s'attaque à la partie supérieure de la moelle cervicale (de C2 à C5) exposant à la paralysie diaphragmatique par atteinte du nerf phrénique. Cette forme redoutable peut ainsi nécessiter le recours à la ventilation mécanique. Elle peut conduire également à la paralysie des membres, à des troubles de la déglutition et de la fonction cardiaque[147].

Évolution[modifier | modifier le code]

Homme présentant des séquelles de la poliomyélite au membre inférieur droit.

La guérison est la règle chez les sujets porteurs d'une poliomyélite abortive. En cas de méningite aseptique, les symptômes peuvent persister de deux à dix jours mais l'évolution est presque toujours favorable[148]. En cas de poliomyélite spinale, la paralysie est définitive si l'innervation motrice du muscle est entièrement détruite. Les cellules endommagées mais survivantes peuvent récupérer une partie de leur fonctionnement quatre à six semaines après les premiers signes[148]. La moitié des patients atteints de poliomyélite spinale récupère totalement, un quart récupère avec des séquelles modérées et un quart présente un handicap sévère[149]. Le degré de paralysie à la phase aiguë et de paralysie résiduelle semble proportionnel à l'intensité de la virémie, et inversemment proportionnel au degré d'immunité[136]. La poliomyélite spinale est rarement mortelle[143].

En l'absence d'assistance respiratoire, les formes s'accompagnant d'atteinte respiratoire évoluent vers les pneumopathies d'inhalation et vers l'asphyxie[150]. Au total, de 5 à 10 % des poliomyélites paralytiques évoluent vers la mort par paralysie des muscles respiratoires. Le taux de mortalité varie selon l'âge : de 2 à 5 % des enfants et de 15 à 30 % des adultes décèdent des suites de la maladie[131]. La poliomyélite bulbaire est la plus meurtrière, constamment mortelle en l'absence de traitement et d'assistance respiratoire[147] et tuant de 25 à 75 % des patients pris en charge[131],[151]. La ventilation mécanique en pression positive, méthode de ventilation artificielle de référence en 1994, permet de réduire la mortalité à 15 %[152].

Syndrome post-poliomyélite[modifier | modifier le code]

Trente à quarante ans après la phase aiguë de la maladie, alors que leur état général est depuis longtemps stabilisé, les malades peuvent ressentir une grande fatigue, une faiblesse musculaire progressive et des douleurs articulaires. Parfois ces symptômes s'accompagnent de difficultés respiratoires ou d'atrophie musculaire : c'est le syndrome post-poliomyélite, décrit pour la première fois par les neurologues Jean-Martin Charcot et Fulgence Raymond en 1875, mais qui n'a été ainsi nommé que dans les années 1980[12]. Il toucherait un survivant sur deux. En 2002, 55 000 personnes auraient des séquelles de poliomyélite en France, 700 000 en Europe et plus d'1 million aux États-Unis[153].

Le Dr Richard L. Bruno signale la similarité du syndrome post-poliomyélite avec le syndrome de fatigue chronique ; ce serait la conséquence de lésions cérébrales en rapport avec une infection préalable par un poliovirus ou un autre type de virus[154].

Chez les singes[modifier | modifier le code]

L'homme est le seul hôte naturel connu chez qui le virus provoque la maladie, ce qui a permis d'envisager un programme d'éradication. Si, dès 1909, il est établi que les singes de certaines espèces peuvent développer la maladie à la suite d'inoculations, il a fallu du temps pour déterminer non seulement la sensibilité de chaque espèce de singe au virus — et à ses différents sérotypes — mais aussi pour savoir s'ils peuvent héberger le virus et être source de contagion en conditions naturelles : en 1948, cet inventaire se poursuit encore[155],[156].

Les singes et les chimpanzés développent une paralysie lorsque le virus est inoculé dans leur cerveau ou leur moelle épinière. Les chimpanzés et les singes Cynomolgus (macaques crabiers) peuvent être infectés par la voie orale, mais ne présentent qu'exceptionnellement des signes cliniques. Ils peuvent parfois développer une virémie et, en des cas très rares, une paralysie[157]. Une poliomyélite paralytique a été décrite chez des chimpanzés, des orang-outans et des gorilles en captivité, ainsi que chez des chimpanzés sauvages. Cependant, ces espèces sont probablement des hôtes accidentels et leurs populations vivant à l’état sauvage sont trop petites et trop dispersées géographiquement pour pouvoir permettre la transmission du poliovirus ou constituer une menace de réintroduction du virus dans les populations humaines une fois éradication obtenue[158].

Les singes rhésus (Macaca Mulatta) font partie de ces rares espèces de singes qui ne développent pas d'infection à la suite de l'ingestion du poliovirus (qui ne se développe tout simplement pas dans son appareil digestif). Si Flexner a défendu son hypothèse erronée de neurotropisme exclusif, c'est en grande partie du au fait qu'il avait justement expérimenté sur ces singes rhésus[159].

Les singes ont été utilisés en grand nombre : dans les années 1950, quelques dizaines de milliers de singe rhésus et Cynomolgus ont été importés chaque année d'Inde et d'Indonésie vers les États-Unis et l'Europe. Le SV40 infectant les Maccacus rhesus importés d'Inde et les Maccacus cynomolgus importés d'Indonésie mais pas les singes africains, ces derniers ont commencé à être utilisés couramment dans la production des vaccins antipoliomyélitiques à compter des années 1960. Le singe Maccacus cynomolgus (qui possède un système nerveux central très sensible à l'inoculation intracérébrale du poliovirus) est cependant utilisé pour le contrôle des vaccins et pour les études de neurovirulence[160].

Dans la deuxième moitié des années 1950, tous les vaccins sont préparés sur une culture de cellules de reins de singes. Si la plupart des concepteurs de vaccins font connaître l'espèce de singe utilisée, Hilary Koprowski est moins explicite. Edward Hooper en tire un argument dans la controverse sur l'origine du SIDA[161].

Le terme anglais « goat polio » désigne la polioencéphalomalacie[162], une maladie métabolique qui affecte les moutons, les chèvres, les bovins, les camélidés, le wapiti et le chevreuil[163]. Des sérums neutralisant le poliovirus ont été retrouvés chez d’autres vertébrés, par exemple chez des vaches, des chevaux, des poulets, des chiens, des chèvres et des moutons, mais sans signes d’infection[158].

Examens complémentaires et diagnostic[modifier | modifier le code]

L'analyse du liquide céphalo-rachidien (LCR) recueilli par ponction lombaire révèle un liquide clair, une hypercytose (nombre élevé de cellules dans un liquide organique) modérée à prédominance de lymphocytes, une glycorachie normale, une protéinorachie normale ou modérément augmentée, traduisant une méningite aseptique. Répété 15 jours plus tard, l'examen montre généralement une régression du nombre de cellules et une majoration de la protéinorachie[6]. Le recours à la ponction lombaire n'est toutefois pas dénué de risque, notamment en période épidémique avérée[164].

La sérologie poliomyélitique est sensible et précoce[131], mais le diagnostic de certitude nécessite la mise en évidence directe du poliovirus sur un écouvillonnage pharyngé, dans les selles ou dans le LCR[6]. Celle-ci n'est pratiquée que de façon exceptionnelle en zone d'endémie car coûteuse et non indispensable. Elle s'avère nécessaire en revanche dans les cas douteux, et particulièrement dans les régions où la maladie a disparu. L'identification du matériel génétique viral par réaction en chaîne par polymérase permet en outre de distinguer les souches sauvages des souches vaccinales utilisées pour la vaccination orale[165]. Cette distinction est importante puisque pour chaque cas rapporté de poliomyélite paralytique, on estime qu'il existe 200 à 3 000 autres cas asymptomatiques mais contagieux[166].

Diagnostic différentiel[modifier | modifier le code]

Le diagnostic différentiel est très difficile dans les formes non paralytiques, cette maladie passant souvent pour une infection banale rhino-pharyngée ou digestive. La poliomyélite paralytique est cliniquement suspectée devant la survenue aiguë de paralysies flasques d'un ou de plusieurs membres avec diminution ou abolition des réflexes ostéo-tendineux, sans atteinte sensitive ni trouble des fonctions cognitives, et après exclusion d'une autre cause notamment inflammatoire (syndrome de Guillain-Barré, myélite aiguë transverse) ou mécanique (compression médullaire ou radiculaire, traumatisme)[167]. Le diagnostic est évoqué facilement chez les autochtones des zones endémiques, plus rarement chez les sujets voyageurs non immunisés.

Selon Sabin, d'autres types d'entérovirus pourraient causer une paralysie de type poliomyélitique[168]. Le virus du Nil occidental peut aussi générer des paralysies flasques aiguës. On parle alors de « West Nile poliomyelitis »[169],[170].

Traitement[modifier | modifier le code]

La médecine ne reconnait pas de traitement curatif de la poliomyélite. Les formes extra-neurologiques et les méningites aseptiques, si elles sont diagnostiquées comme telles, ne relèvent que de mesures symptomatiques. En cas de poliomyélite paralytique, les objectifs de la prise en charge thérapeutique portent sur l'atténuation des symptômes, l'accélération de la récupération et la prévention des complications. Le traitement comporte des antalgiques pour lutter contre la douleur, des antibiotiques pour traiter les surinfections bactériennes, l'exercice physique modéré et un régime alimentaire adapté[14]. Le traitement nécessite souvent une convalescence prolongée assortie d'une rééducation physique, de l'utilisation de prothèses, de chaussures orthopédiques et, dans certains cas, d'interventions orthopédiques[146].

Prévention[modifier | modifier le code]

La prévention non spécifique repose essentiellement sur le respect des règles d'hygiène alimentaire et sur la propreté des mains. La vaccination constitue le seul moyen de prévention spécifique.

En France, l'obligation vaccinale concernant la poliomyélite est instituée par la loi no 64643 du 1er juillet 1964[171] et par plusieurs décrets d'application comme celui no 65213 du 19 mars 1965[172].

Deux vaccins antipoliomyélitiques sont disponibles : l'un inactivé administré par injection sous-cutanée ou intra-musculaire, l'autre vivant atténué administré par voie orale. Les deux confèrent une immunité efficace contre l'infection à poliovirus et préviennent sa transmission de personne à personne. Ils permettent ainsi la protection individuelle et l'immunité collective[173].

Vaccin injectable[modifier | modifier le code]

Un garçon reçoit une injection de vaccin
Un garçon reçoit une injection de vaccin antipoliomyélitique

Le vaccin antipoliomyélitique injectable (VPI), à virus inactivé, a été développé en 1952 par l'équipe de Jonas Salk et officiellement annoncé le 12 avril 1955[72]. Il a été élaboré à partir de poliovirus cultivés sur lignée cellulaire simienne, puis inactivés chimiquement par le formaldéhyde[119]. Il confère une immunité protectrice chez 90 % des sujets après deux injections et chez plus de 99 % des sujets après trois injections[131]. Trivalent, il protège contre les trois souches de poliovirus (PV1, PV2 et PV3). Il peut être administré dès l'âge de six semaines[174].

Ce vaccin « induit essentiellement une immunité sérique mais peu, voire aucune, immunité locale. Il n'a de ce fait qu'un effet très limité sur la multiplication intestinale, sur l'excrétion du virus, et donc sur le nombre potentiel de porteurs du virus[175]. » Même si le VPI exige des injections de rappel et est d'un coût supérieur au vaccin vivant atténué, il est encore utilisé car le vaccin oral ne peut suffire sous certaines conditions[176].

Malgré la faible immunité locale induite, le VPI s'est montré capable d'éliminer la poliomyélite dans les pays industrialisés qui l'ont utilisé exclusivement (Pays-Bas, Suède et Finlande)[25]. Le VPI est à utiliser en cas de risque imminent d’exposition au poliovirus, comme première intention, et non pour lutter contre une apparition de la maladie (épidémie)[177].

Contre-indications et effets indésirables[modifier | modifier le code]

Contre-indications :

  • Attendre la guérison de toute maladie aiguë, notamment une maladie fébrile, avant l'injection du vaccin.
  • Réaction immunitaire négative chez certaines personnes immunodéprimées
  • Éviter chez la femme enceinte, mais non contre-indiqué (après le premier trimestre de grossesse) d'après le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI)
  • Ne pas administrer, chez les sujets sensibles, en cas d'allergies à certaines substances composant le vaccin (albumine sérique bovine, polymyxine B, néomycine, formaldéhyde, phénylalanine, 2-phénoxyéthanol, streptomycine, polysorbate 80), et de réaction allergique ou anaphylactique à une dose précédente
  • Comme pour tous les autres vaccins, l’immunisation peut ne pas fonctionner

Effets indésirables du Salk VPI (1993-), cultivé sur cellules diploïdes[177] :

  • Réactions localisées au point d’injection survenant le soir même : rougeur 14 %, induration 4 %, douleur ou gêne 12 %

D'après l’Institute of Medicine (en), branche de l'Académie nationale des sciences américaine, aucun événement indésirable grave n’a été associé au vaccin[177].

Vaccin oral[modifier | modifier le code]

Administration du vaccin oral à un enfant.

Le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) a été mis au point en 1957 par Albert Sabin. Il utilise un poliovirus vivant mais atténué par un passage répété dans des cellules non humaines à des températures infra-physiologiques[178]. Il a été testé dès 1957 et a été autorisé en 1962[179]. Administré par voie orale, il reproduit une infection digestive de faible effet et entraîne la synthèse active d'anticorps protecteurs par la barrière digestive.

Les vaccins antipoliomyélitiques oraux monovalents (VPOm) sont spécifiques contre les poliovirus sauvages de type 1 (VPOm1), 2 (VPOm2)[180] et 3 (VPOm3)[181].

Le vaccin antipoliomyélitique oral trivalent (VPOt), contre les 3 types de poliovirus sauvages, est d'efficacité comparable au vaccin atténué VPO (95 % de protection après trois doses). Il peut être administré dès la naissance[174]. Peu coûteux, efficace et facile à administrer, le vaccin oral est le mieux adapté à la vaccination de masse et est le plus employé dans le monde, particulièrement dans les pays en voie de développement[182]. Des phénomènes d'interférence virale sont parfois responsables d'échecs[183].

Le vaccin antipoliomyélitique oral bivalent (VPOb), contre les sérotypes 1 et 3, d'après des données de l'OMS en 2009, donne des résultats similaires au VPOm, mais est plus efficace que le VPOt sur ces 2 types de virus[181].

Le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) est le seul vaccin approprié, et recommandé, pour arriver à une éradication des poliovirus sauvages à travers le monde, alors il pourra être remplacé par le VPI après l'arrêt, à l'échelle mondiale, de cette transmission de poliovirus, vaccin qui ne présente pas les rares effets indésirables du VPO (PPAV, PDSVc), malgré un faible risque de possibilité de naissance de poliovirus dérivé d’une souche vaccinale incluant alors une contagion[184].

Contre-indications et effets indésirables[modifier | modifier le code]

Ils sont contre-indiqués, comme tout vaccin vivant, chez les sujets immunodéficients et chez les femmes enceintes[131].

Effets indésirables :

  • une poliomyélite paralytique associée au vaccin (PPAV) survient dans près de 4 cas sur 1 000 000 par an (exemple pour les parents et travailleurs des services à l’enfance non immunisés : risque minime de transmission de la maladie paralytique associée au VPO lors de la vaccination des nourrissons[177]) ;
  • le poliovirus dérivés de souches vaccinales circulants (PVDVc) est un risque important de défauts d’immunité : les virus issus du vaccin peuvent acquérir les caractéristiques de neurovirulence et transmettre le poliovirus sauvage, provoquant ainsi une contagion ;
  • les poliovirus dérivés de souches vaccinales associés à une immunodéficience (PVDVi), chez un petit nombre de personnes présentant une hypogammaglobulinémie commune d'expression variable.

À cause des risques décrits ci-dessus, certains pays ont choisi d'abandonner le VPO, assez bon marché et facile d'utilisation, pour le vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI), plus coûteux[185].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Facteurs de risque[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2010). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Incidence de la poliomyélite en 2008[186]
 Entre 500 et 1000 cas déclarés
 Entre 100 et 499 cas déclarés
 Entre 10 et 99 cas déclarés
 Moins de 10 cas déclarés
 Absence de virus sauvage
 Virus officiellement éradiqué
  • l'âge : la poliomyélite touche plus fréquemment les sujets jeunes et les enfants ;
  • le sexe : la poliomyélite touche plus les hommes que les femmes ;
  • la grossesse ;
  • l'exercice musculaire et fatigue musculaire ;
  • les injections intramusculaires ;
  • les déficits immunitaires congénitaux ;
  • l'amygdalectomie ;
  • des facteurs génétiques (chromosome 19).

Situation actuelle[modifier | modifier le code]

En France, le dernier cas de poliomyélite autochtone remonte à 1989. Puis un autre cas, importé, fut déclaré en 1995. Entre 1979 et 1986, il y eut 11 cas associés au vaccin oral (six étant survenus après la première dose vaccinale et le risque a été évalué à 3 sur 10 millions de doses). Aucun nouveau cas n’est apparu depuis 1986[12].

La maladie est un important problème de santé publique en Afrique et en Asie[187].

Patients renommés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) « We were believers, we really were. I mean, come on. When you have a chance to do something against a disease as terrible and debilitating as polio and you see that your work is working in monkeys, I mean ... wow! »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) J. I. Cohen, « Enteroviruses and Reoviruses », dans Dennis L. Kasper, Eugene Braunwald, Stephen Hauser, Dan Longo, J. Larry Jameson et Anthony S. Fauci, Harrison's Principles of Internal Medicine, McGraw-Hill Professional,‎ 23 juillet 2004, 2607 p. (ISBN 978-0071402354, résumé), chap. 175, p. 1144
  2. a, b et c (en) K. J. Ryan et C. G. Ray, « Enteroviruses », dans Sherris Medical Microbiology: An introduction to infectious diseases, McGraw Hill,‎ 2004, 992 p. (ISBN 0-8385-8529-9), p. 535-7
  3. (en) J. R. Paul, A History of Poliomyelitis, New Haven, Connecticut, Yale University Press,‎ 1971, 496 p. (ISBN 0-300-01324-8), p. 16–18
  4. (en) « Poliomyélite », sur Organisation mondiale de la Santé,‎ 2008 (consulté le 22 mars 2009)
  5. Unicef, « Éradiquer la polio »,‎ 2008 (consulté le 22-03-2009)
  6. a, b, c, d, e, f, g et h E. Pilly, « Infections à entérovirus », dans Collège des universitaires de maladies infectieuses et tropicales, Maladies infectieuses et tropicales, Paris, Vivactis Plus Ed,‎ 2006, 747 p. (ISBN 2-9522954-1-7), p. 518-19
  7. « La poliomyélite en passe d'être éradiquée dans le monde », Radio télévision suisse,‎ 24 mars 2013 (lire en ligne)
  8. [PDF] (en) OMS, Polyomyelitis : intensification of the global eradication initiative, Organisation mondiale de la santé,‎ 5 avril 2012 (lire en ligne)
  9. OMS/Europe, « Flambée de poliomyélite au Tadjikistan : l’OMS intervient », Organisation mondiale de la santé/Europe,‎ 23 avril 2010.
  10. (en) Annie Sparrow, « Syria’s Polio Epidemic: The Suppressed Truth », The New York Review of Books,‎ 20 février 2014 (lire en ligne)
  11. (en) B. Trevelyan, M. Smallman-Raynor et A. Cliff, « The Spatial Dynamics of Poliomyelitis in the United States: From Epidemic Emergence to Vaccine-Induced Retreat, 1910-1971 », Ann Assoc Am Geogr, vol. 95, no 2,‎ 2005, p. 269-293 (liens PubMed?, PubMed Central? et DOI?)
  12. a, b, c, d et e « Poliomyélite un peu d’histoire », sur post-polio.asso.fr, Groupe de Liaison et d'Information Post-Polio,‎ 2014
  13. C. Lévy-Vroelant, « Le Diagnostic d'insalubrité et ses conséquences sur la ville : Paris 1894-1960 », Population, vol. 54, no 4-5,‎ 1999 (lire en ligne)
    Décret du 28 septembre 1916 modifiant la liste des maladies contagieuses soumises à la déclaration obligatoire, modifiant le décret du 10 février 1903, en application de la loi du 15 février 1902.
  14. a et b (en) Thomas M. Daniel et Frederick C. Robbins, « A History of Poliomyelitis », dans Thomas M. Daniel et Frederick C. Robbins, Polio, Rochester, N.Y., USA, University of Rochester Press,‎ 1997, 1e éd. (ISBN 978-1-878822-90-1, lien LCCN?), p. 5–22
  15. (en) Thomas M. Daniel et Frederick C. Robbins, « A History of Poliomyelitis », dans Thomas M. Daniel et Frederick C. Robbins, Polio, Rochester, N.Y., USA, University of Rochester Press,‎ 1997, 1e éd. (ISBN 978-1-878822-90-1, lien LCCN?, lire en ligne), p. 6
  16. a, b, c et d (en) S. L. Chamberlin et B Narins, The Gale Encyclopedia of Neurological Disorders, Thomson Gale, Detroit,‎ 2005 (ISBN 0-7876-9150-X), p. 1011
  17. Rey-Debove Josette (dir.) et Rey Alain (dir.), Le Nouveau Petit Robert, Paris, Dictionnaires Le Robert,‎ 2004 (ISBN 2-85036-976-4), p. 1999
  18. (en) T. Gould, A Summer Plague: Polio and its Survivors, New Haven, Yale University Press,‎ 1995 (ISBN 978-0-300-06292-2, lien LCCN?, lire en ligne), « Chapter One »
  19. (en) James Warren Sever, « Anterior Poliomyelitis : A review of the recent litterature in regard to the Epidemiology, Etiology, Modes of Transmission, Bacteriology and Pathology », dans State Board of Health, Infantile paralysis in Massachusetts, 1907-1912 : Together with reports of special investigations in 1913, bearing upon of the ethiology of the disease and the method of its transmission, Boston, Wright & Potter Printing C., State Printer,‎ 1914 (lire en ligne), p. 3
  20. Julien Bogousslavsky (dir.), Jean-Marc Léger (dir.) et Jean-Louis Mas (dir.), Neuropathies périphériques: polyneuropathies et mononeuropathies multiples Par Pierre Bouche, vol. 1, Doin (ISBN 978-2704011575, lire en ligne), p. 3.
  21. a, b, c, d et e (en) Per Axelsson, « Do not eat those apples; they’ve been on the ground!’: polio epidemics and preventive measures, sweden 1880S-1940S », Asclepio. Revista de Historia de la Medecina y de la Cienca, vol. LXI, no 1,‎ janvier-juin 2009, p. 23-38 (ISSN 0210-4466, lire en ligne).
  22. (en) Ray M. Merrill, Introduction to Epidemiology, Jones and Bartlett Publishers,‎ 2010 (lire en ligne), p. 376-377
  23. (en) Tony Gould, « A Summer Plague - Polio and its Survivors », The Business Week,‎ 2000-2002 (lire en ligne)
  24. a, b, c, d, e et f (en) Hans J. Eggers, « Milestones in Early Poliomyelitis Research (1840 to 1949) », Journal of Virology, vol. 73, no 6,‎ juin 1999, p. 4533-4535 (lire en ligne)
  25. a et b B. Blondel, A. Autret, C. Brisac, I. Pelletier, S. Martin-Latil, S. Jegouic, M. Bessaud, M. L. Joffret, J. Balanant, F. Colbere-Garapin et F. Delpeyroux, « Évolution génétique du poliovirus : succès et difficultés de l'éradication de la poliomyélite paralytique », Médecine tropicale, vol. 68, no 2,‎ 2008, p. 189-202 (frais de consultation requis)
  26. a, b, c et d [PDF] Rutty, Brève histoire de la polio, Polio Eradication,‎ 7 janvier 2004 (lire en ligne)
  27. [PDF] (en) S. S. Kalter et R. L. Heberling, « Comparative Virology of Primates », Bacteriological Reviews, vol. 35, no 3,‎ septembre 1971, p. 311 (lire en ligne)
  28. (de) K. Landsteiner et E Popper, « Uebertragung der Poliomyelitis acuta auf Affen », Z Immunitätsforsch, vol. 2,‎ 1909, p. 377–390
  29. (en) Simon Flexner et Paul A. Lewis, « The Transmission of Acute Poliomyelitis to Monkeys », Journal of the American Medical Association, vol. 53, no 20,‎ 1909, p. 1639 (lien PubMed?)
    Reimprimé en 1989 (frais de consultation requis).
  30. [PDF] (en) E. C. Rosenow, « Results of Studies on Epidemic Poliomyelitis », American Journal of Public Health, vol. 7, no 12,‎ décembre 1917, p. 994 (lire en ligne)
  31. [PDF] (en) Edward C. Rosenow, « Relation of Streptococcus to Epidemic Poliomyelitis : Studies in Etiology, Diagnosis, and Specific Treatment », California Medecine, vol. 76, no 6,‎ juin 1952, p. 396-401 (lire en ligne)
  32. Rogers 1992, p. 24 [lire en ligne (page consultée le 18 mars 2014)]
  33. (en) A. B. Sabin et R. Ward, « The natural history of human poliomyelitis. I. Distribution of virus in nervous and non-nervous tissues », J. Exp. Med, vol. 73,‎ 1941, p. 771-793
  34. Rogers 1992, p. 60-61 [lire en ligne (page consultée le 21 mars 2014)]
  35. « Constantin Levaditi (1874-1953) », Institut Pasteur (consulté le 20 mars 2014)
  36. (en) « Section I: Poliomyelitis, Treatment, and Prevention Prior to 1955 », VaccineEthics.org (consulté le 20 mars 2014)
  37. a et b « Pierre Lépine (1901-1989) », Institut Pasteur (consulté le 20 mars 2014)
  38. (en) Ann G. Smith, Macnamara, Dame Annie Jean (1899–1968), vol. 10, National Centre of Biography,‎ 1986 (lire en ligne)
  39. (en) F. M. Burnet et Jean Macnamara, « Immunological Differences Between Strains of Poliomyelitic Virus* », Br J Exp Pathol., vol. 12, no 2,‎ avril 1931, p. 57-61 (lire en ligne)
  40. (en) Claus W. Jungeblut, « Further Observations on Vitamin C Therapy in Experimental Poliomyelitis », J Exp Med, vol. 66, no 4,‎ 30 septembre 1937, p. 459-477 (lire en ligne)
  41. (en) Albert B. Sabin, « Vitamin C in Relation to Experimental Poliomyelitis With Incidental Observations on Certain Manifestations in Macacus Rhesus Monkeys on a Scorbutic Diet », J Exp Med., vol. 69, no 4,‎ 31 mars 1939, p. 507–516 (lire en ligne)
  42. (en) A. B. Sabin, P. K. Olitsky et H. R. Cox, « Protective Action of Certain Chemicals Against Infection of Monkeys With Nasally Instilled Poliomyelitis Virus », J Exp Med.,‎ 31 mai 1936 (consulté le 23 mars 2014), p. 877-92
  43. (en) F. B. Gordon, « The neutralization of poliomyelitis virus by dog serums », The Journal of Infectious Diseases, vol. 76, no 3,‎ mai-juin 1945, p. 198-202 (lire en ligne)
  44. (en) W. McD. Hammon, W. N. Mack et W. C. Reeves, « The Significance of Protection Tests with the Serum of Man and Other Animals against the Lansing Strain of Poliomyelitis Virus », The Journal of Immunology, vol. 57, no 3,‎ 1er novembre 1947, p. 285-299 (lire en ligne)
  45. (en) David M. Oshinsky, Polio : an American story, Oxford University Press,‎ 2005 (ISBN 978-0-19-515294-4, lire en ligne), p. 67
  46. (en) « Race and the Politics of Polio - Warm Springs, Tuskegee, and the March of Dimes », Am J Public Health., vol. 97, no 5,‎ 27 mai 2007, p. 784-795 (lien DOI?, lire en ligne)
  47. (en) « Polio Par Thomas M. Daniel,Frederick C. Robbins », sur books.google.fr (consulté le 22 septembre 2010)
  48. (en) « Cultivation of poliomyelitis virus in cultures of human foreskin and embryonic tissues. », sur www.ncbi.nlm.nih.gov (consulté le 22 septembre 2010)
  49. (en) « Cultivation of the Lansing Strain of Poliomyelitis Virus in Cultures of Various Human Embryonic Tissues. », sur www.ncbi.nlm.nih.gov (consulté le 22 septembre 2010)
  50. Sabin A B, Olitsky P K. Cultivation of poliomyelitis virus in vitro in human embryonic nervous tissue. Proc Soc Exp Biol Med. 1936;34:357–359
  51. [PDF] « Prophylaxie de la poliomyelite », sur www.ncbi.nlm.nih.gov (consulté le 22 septembre 2010)
  52. (en) « The Nobel Prize in Physiology or Medicine 1954 », Fondation Nobel (consulté le 22 septembre 2010)
  53. (en) David Bodian, Isabel M. Morgan et Howard A. Howe, « Differentiation of Types of Poliomyelitis Viruses: III. The Grouping of Fourteen Strains into Three Basic Immunological Types », American Journal of Hygiene, vol. 49,‎ mars 1949, p. 234-247
  54. [PDF] (en) « Immunologic Classification of Poliomyelitis Viruses. I. A Cooperative Program for the Typing of One Hundred Strains », American Journal of Epidemiology, vol. 54,‎ 4 juin 1951, p. 191-204 (résumé)
  55. (en) Peter H. Duesberg, Inventing the AIDS Virus,‎ 1996, 722 p. (ISBN 0-89526-470-6, lire en ligne), p. 18-26
  56. (en) « Structure Governs Use », The Science News-Letter, vol. 43, no 4,‎ 23 janvier 1943, p. 52 (résumé)
  57. (en) (en) Jan Desmyter et Dirk E. Teuwen, « The Jezierski papers: live polio vaccine development in colobus monkey cells but not chimpanzee cells in the Belgian Congo, 1952-1958 », Philos Trans R Soc Lond B Biol Sci., vol. 356, no 1410,‎ 29 juin 2001, p. 835–837 (lien DOI?, lire en ligne)
  58. [PDF] Pierre Lépine, « Prophylaxie de la poliomyélite : présent et avenir », Bulletin de l'Organisation mondiale de la santé, vol. 13,‎ 1955, p. 447-472 (lire en ligne)
  59. (en) « Medicine: Too Many Polio Vaccines? », Time,‎ 2 mai 1960 (résumé)
  60. (en) « Isabel Morgan, Pioneer of the Killed-Virus Polio Vaccine », Dulcinea Media,‎ 3 mars 2010 (consulté le 29 mars 2014)
  61. (en) R. Sutter, S. Cochi et J. Melnick, « Live attenuated poliovirus vaccines », dans S. Plotkin et W. Orenstein, Vaccines, Philadelphie, WB Saunders,‎ 1999, p. 364-408
  62. (en) Hilary Koprowsky, « Historical aspects of the development of live virus vaccine in poliomyelitis », British Medical Journal, vol. 2, no 5192,‎ 9 juillet 1960, p. 85-91 (lire en ligne)
  63. (en) « Hilary Koprowski », The Telegraph,‎ 15 avril 2013 (lire en ligne)
  64. (en) “Breaking the back of polio” - In the 1940s, Yale’s Dorothy Horstmann solved a puzzle that would lead to the first polio vaccines 50 years ago this year. sur yalemedicine.yale.edu
  65. (en) « The end of polio is in sight at last », Life,‎ 27 octobre 1952 (lire en ligne)
  66. (en) « Vaccination against Polio Passes Satisfactory Test », The Science News-Letter, Society for Science & the Public, vol. 62, no 18,‎ 1er novembre 1952, p. 282-283 (lire en ligne) (frais de consultation requis)
  67. (en) « History », Watson Institute,‎ 2010 (consulté le 30 mars 2014)
  68. (en) « About Jonas Salk », Salk Institute for Biological Studies,‎ 2014 (consulté le 30 mars 2014)
  69. « Le vaccin Salk, un des événements scientifiques du XXe siècle », Dire la Science,‎ juillet 2004 (consulté le 30 mars 2014)
  70. (en) E. Salk Jonas, Byron L. Bennett, L. James Lewis, Elsie N. Ward et J. S. Youngner, « Studies in human subjects on active immunization against poliomyelitis. 1. A preliminary report of experiments in progress », JAMA, vol. 151, no 13,‎ 1953, p. 1081-1098
  71. a et b « La plus grande expérience médicale de l'histoire », Dire la Science,‎ juillet 2004 (consulté le 30 mars 2014)
  72. a et b (en) Byron Spice, « The Salk vaccine: 50 years later/ second of two parts », Pittsburgh Post-Gazette,‎ 4 avril 2005 (lire en ligne)
  73. (en) « The Cutter Incident : How America’s First Polio Vaccine Led to the Growing Vaccine Crisis », Yale University Press,‎ 2012 (consulté le 30 mars 2014)
  74. (en) Mark Pendergrast, Inside the Outbreaks: The Elite Medical Detectives of the Epidemic Intelligence Service, Houghton Mifflin Harcourt,‎ 2010, 432 p. (ISBN 978-0-15-101120-9, résumé, lire en ligne), p. 25
  75. [PDF] (en) J. S. Butel, « Simiam virus 40, poliovirus vaccines and human cancer : research progress versus media and public interests », Bulletin of the World Health Organization, vol. 78, no 2,‎ 2000, p. 197 (lire en ligne)
    L'article comprend un résumé en français.
  76. (en) James Gear, « The South African Poliomyelitis Vaccine », S. A. Medical Journal,‎ 23 juin 1956 (lire en ligne)
  77. (en) Gareth Williams, Paralysed with Fear: The Story of Polio, Palgrave Macmillan,‎ 17 juillet 2013, 376 p. (ISBN 978-1137299758, lire en ligne), p. 226-227
  78. « Pierre Lépine (1901-1989) », Insitut Pasteur,‎ mai 2013 (consulté le 1er avril 2014)
  79. a, b et c (en) « Competition to develop an oral vaccin », Sanofi Pasteur,‎ octobre 2007 (consulté le 1er avril 2014)
  80. [PDF] (en) André Lebrun, Jacques Cerf, Henry M. Gelfand, Ghislain Courtois, Stanly A. Plotkin et Hilary Koprowski, « Vaccination with the CHAT strain of type 1 attenuated poliomyelitis virus in Leopoldville, Belgian Congo : 1. Description of the City, its History of Poliomyeliti, and the Plan of the Vaccination Campaign », Bulletin of the World Health Organization, vol. 22,‎ 1960, p. 203-213 (lire en ligne)
  81. [PDF] (en) Stanly A. Plotkin, André Lebrun et Hilary Koprowski, « Vaccination with the CHAT strain of type 1 attenuated poliomyelitis virus in Leopoldville, Belgian Congo : Studies of the Safety and Efficacy of Vaccination », Bulletin of the World Health Organization, vol. 22,‎ 1960, p. 215-234 (lire en ligne)
  82. [PDF] (en) Stanly A. Plotkin et André Courtois, « Vaccination with the CHAT strain of type 1 attenuated poliomyelitis virus in Leopoldville, Belgian Congo : Safety and Efficaccy during the First 21 Months of Study », Bulletin of the World Health Organization, vol. 24,‎ 1961, p. 785-792 (lire en ligne)
  83. [PDF] (en) Stanley A. Plotkin, « Recent Results of Mass Immunization Against Poliomyelitis With Koprowski Strains Of Attenuated Live Poliovirus », American Journal of Public Health and the Nations Health, vol. 52, no 6,‎ juin 1962, p. 946–960 (lien DOI?, lire en ligne)
  84. (en) Joseph L. Melnick, « Problems associated with the use of live poliovirus vaccine », American Journal of Public Health and the Nations Health, vol. 50,‎ 1960, p. 1013-31 (lire en ligne)
  85. a et b (en) Shane Crotty et Raul Andino, « Virus-based vectors for gene expression in mammalian cells: Poliovirus », dans Savvas C. Makrides et G. Bernardi, Gene Transfer and Expression in Mammalian Cells, vol. 38, Elsevier,‎ 2003 (lire en ligne), p. 174
  86. (en) Robert Hamlett Bremner (dir.), John Barnard (dir.), Tamara K. Hareven (dir.) et Robert M. Mennel (dir.), Children and Youth in America: A Documentary History, vol. III : 1933-1973, parts 5-7, The American Public Health Association,‎ 1973 (ISBN 0-674-11613-5, lire en ligne), p. 427-428
  87. (en) « Dr. Bernard G. Greenberg: a visionary leader », UNC Gillings School of Global Public Health (consulté le 3 avril 2014)
  88. (en) National Research Council, « Appendix B - Immunization Time-Line », dans National Research Council, Calling the Shots: Immunization Finance Policies and Practices, Washington, DC, The National Academies Press,‎ 2000, 332 p. (ISBN 978-0-309-07029-4, lire en ligne), p. 250
  89. a et b (en) (en) [Inconnu], « Poliomyelitis Prevention in the United States: Introduction of A Sequential Vaccination Schedule of Inactivated Poliovirus Vaccine Followed by Oral Poliovirus Vaccine ; Recommendations of the Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP) », Morbidity and Mortality Weekly Report, vol. 46, no RR-3,‎ 24 janvier 1997, p. 1-25 (lire en ligne)
  90. [PDF] République française, « Loi no. 64-643 du 1er juillet 1964 relative à la vaccination antipoliomyélitique obligatoire et à la répression de certaines infractions à certaines dispositions du code de la santé publique », Journal officiel,‎ 2 juillet 1964, p. 5762 (lire en ligne)
  91. Thefenne 2008, p. 15-16.
  92. (en) CDC, « Recommendations of the Immunization Practices Advisory Committee Poliomyelitis Prevention: Enhanced-Potency Inactivated Poliomyelitis Vaccine -- Supplementary Statement », Cnter for Diseases Control (consulté le 4 avril 2014)
  93. (en) CDC, « Poliomyelitis Prevention in the United States Updated Recommendations of the Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP) », Morbidity and Mortality Weekly Report, vol. RR05,‎ 19 mai 2000, p. 1-22 (lire en ligne)
  94. (en) « 'Scientists started Aids epidemic' », BBC News,‎ 2003 (lire en ligne)
  95. Gilles Pialoux, « « Le sida n'existe pas » : le VIH aussi a ses théories du complot », Rue89,‎ 30 juin 2011 (lire en ligne)
  96. a et b (en) C. Rinaldo, « Passive Immunization Against Poliomyelitis: The Hammon Gamma Globulin Field Trials, 1951–1953 », American Journal of Public Health, vol. 95, no 5,‎ 2005, p. 790–9 (liens PubMed?, PubMed Central? et DOI?)
  97. (en) William McD. Hammon, Lewis L. Coriell, Ernest H. Ludwig, Robert M. McAllister, Arthur E. Greene, Gladys E. Sather et Paul F. Wehrle, « Evaluation of Red Cross gamma globulin as a prophylactic agent for poliomyelitis. 5. Reanalysis of results based on laboratory-confirmed cases », J Am Med Assoc, vol. 156, no 1,‎ 4 septembre 1954, p. 21–27 (lien PubMed?, résumé)
  98. [PDF] (en) Fred R. Klenner, « Massive Doses of Vitamin C and the Virus Diseases », Journal of Southern Medicine and Surgery, vol. 113, no 4,‎ avril 1951, p. 101-107 (lire en ligne)
  99. [PDF] (en) Fred R. Klenner, « The Treatment of Poliomyelitis and Other Virus Diseases with Vitamin C », Journal of Southern Medicine and Surgery, vol. 111, no 7,‎ juillet 1949, p. 209-214 (lire en ligne)
  100. (en) T.C. Galloway et M. G. Seifert, « Bulbar Poliomyelitis: Favorable Results in Its Treatment as a Problem in Respiratory Obstruction », JAMA, vol. 141, no 1,‎ 3 septembre 1949, p. 1-8 (lire en ligne)
  101. [PDF] (en) Fred R. Klenner, « The Vitamin and Massage Treatment for Acute Poliomyelitis », Journal of Southern Medicine and Surgery, vol. 114, no 8,‎ août 1952, p. 194–197 (lire en ligne)
  102. [PDF] (en) Fred R. Klenner, « Observations on the Dose and Administration of Ascorbic Acid When Employed Beyond the Range of a Vitamin in Human Pathology », Journal of Southern Medicine and Surgery, vol. 23, no 3-4,‎ 1971, p. 61-87 (lire en ligne)
  103. (en) Robert Landwehr, « The Origin of the 42-Year Stonewall of Vitamin C », Journal of Orthomolecular Medicine, vol. 6, no 2,‎ 1991, p. 99-103 (lire en ligne)
  104. Auguste Neveu, Prévenir et guérir la poliomyélite: Traitement cytophylactique des maladies infectieuses par le chlorure de magnésium,‎ 1983 (ISBN 2-903009-00-7, lien OCLC?)
  105. (en) Louise Reisner-Sénélar, The Danish anaesthesiologist Bjørn Ibsen a pioneer of long-term ventilation on the upper airways,‎ 2009 (lire en ligne)
  106. (en) Louise Reisner-Sénélar, « The birth of intensive care medicine: Björn Ibsen’s records », Intensive Care Medicine, vol. 37, no 7,‎ juillet 2011, p. 1084-1086 (lien DOI?, résumé)
  107. Thefenne 2008, p. 52-53.
  108. a et b « Poliomyélite », Institut Pasteur (consulté le 29 avril 2014)
  109. (en) Lisa Capobianco, « Rotary continues fight to wipe out polio », The Plainville Observer,‎ 20 décembre 2013 (lire en ligne)
  110. [doc] World Polio Day: Rotary Club of [CITY] fights to end polio worldwide, Rotary International (lire en ligne)
  111. (en) Mark A. Pallansch et Hardeep S. Sandhu, « The Eradication of Polio — Progress and Challenges », The New England Journal of Medicine, vol. 355, no 24,‎ 2006, p. 2508-2511 (lien DOI?, lire en ligne)
  112. a, b et c (en) Paul Hébert, « Polio outbreak in Tajikistan is cause for alarm », Canadian Medical Association Journal,‎ 23 juin 2010 (lire en ligne)
  113. (en) Debora MacKenzie, « Global emergency declared as polio cases surge », New Scientist, mai 2014
  114. Déclaration de l’OMS suite à la réunion du Comité d’urgence du Règlement sanitaire international concernant la propagation internationale du poliovirus sauvage, mai 2014
  115. (en) [PDF] WHO Guidance for implementation of the IHR Temporary Recommendations under the IHR (2005) to reduce the international spread of polio, juin 2014
  116. (en) (en) S. L. Katz, A. A. Gershon, S. Krugman et P. J. Hotez, Krugman's infectious diseases of children, St-Louis, Mosby,‎ 2003, 822 p. (ISBN 0-323-01756-8), p. 81–97
  117. a, b et c (en) L. K. Ohri et J. G. Marquess, « Polio: Will We Soon Vanquish an Old Enemy? », Drug Benefit Trends, vol. 11, no 6,‎ 1999, p. 41–54
  118. (en) R. Adams, Maurice Victor et Allan H. Ropper, Adam's & Victor's Principles of Neurology, McGraw-Hill,‎ octobre 1997 (ISBN 9780070674394), p. 764-765
  119. a, b, c, d, e et f (en) O. Kew, R. Sutter, E. de Gourville, W. Dowdle et M. Pallansch, « Vaccine-derived polioviruses and the endgame strategy for global polio eradication », Annu Rev Microbiol, vol. 59,‎ 2005, p. 587–635 (liens PubMed? et DOI?)
  120. a et b (en) S. P. Parker, McGraw-Hill Concise Encyclopedia of Science & Technology, New York, McGraw-Hill,‎ 1998, 2450 p. (ISBN 0-07-052659-1), p. 67
  121. a et b (en) V. Racaniello, « One hundred years of poliovirus pathogenesis », Virology, vol. 344, no 1,‎ 2006, p. 9–16 (liens PubMed? et DOI?)
  122. (en) « How Is Polio Spread? », eMedTV (consulté le 5 avril 2014)
  123. (en) L. Davis, D. Bodian, D. Price, I. Butler et J. Vickers, « Chronic progressive poliomyelitis secondary to vaccination of an immunodeficient child », The New England Journal of Medicine, vol. 297, no 5,‎ 1977, p. 241–245 (lien PubMed?)
  124. (en) R. Chandra, « Reduced secretory antibody response to live attenuated measles and poliovirus vaccines in malnourished children », Br Med J, vol. 2, no 5971,‎ 14 juin 1975, p. 583–5 (liens PubMed? et PubMed Central?)
  125. (en) Miller, « Incidence of poliomyelitis; the effect of tonsillectomy and other operations on the nose and throat », Calif Med, vol. 77, no 1,‎ juillet 1952, p. 19–21 (liens PubMed? et PubMed Central?)
  126. (en) D. Horstmann, « Acute poliomyelitis relation of physical activity at the time of onset to the course of the disease », J Am Med Assoc, vol. 142, no 4,‎ 1950, p. 236–41 (lien PubMed?)
  127. (en) M. Gromeier et E. Wimmer, « Mechanism of injury-provoked poliomyelitis », J. Virol., vol. 72, no 6,‎ 1998, p. 5056–60 (liens PubMed? et PubMed Central?)
  128. [PDF] (en) C. Evans, « Factors influencing the occurrence of illness during naturally acquired poliomyelitis virus infections », Bacteriol Rev, vol. 24, no 4,‎ 1960, p. 341–52 (lien PubMed?, lire en ligne)
  129. [PDF] (en) « Poliomyelitis », dans David Salisbury, Mary Ramsay et Karen Noakes, Immunisation Against Infectious Disease, 2006, Édimbourg, Department of Health,‎ 30 octobre 2007, 468 p. (ISBN 0-11-322528-8, lire en ligne), p. 313–329
  130. (en) A. Sauerbrei, A. Groh, A. Bischoff, J. Prager et P. Wutzler, « Antibodies against vaccine-preventable diseases in pregnant women and their offspring in the eastern part of Germany », Med Microbiol Immunol, vol. 190, no 4,‎ 2002, p. 167–72 (liens PubMed? et DOI?)
  131. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j [PDF] (en) « Poliomyelitis », dans William Atkinson, Charles (Skip) Wolfe et Jennifer Hamborsky, Pink Book, Center for Diseases Control et National Center for Immunization and Respiratory Diseases (CDC/NCIRD),‎ 8 mai 2012 (lire en ligne), p. 249
  132. (en) Yongning He, Steffen Mueller, Paul R. Chipman, Carol M. Bator, Xiaozhong Peng, Valorie D. Bowman, Suchetana Mukhopadhyay, Eckard Wimmer, Richard J. Kuhn et Michael G. Rossmann, « Complexes of poliovirus serotypes with their common cellular receptor, CD155 », J Virol, vol. 77, no 8,‎ 2003, p. 4827–35 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  133. a et b (en) M. Yin-Murphy et J. W. Almond, « Picornaviruses: The Enteroviruses: Polioviruses », dans Samuel Baron, Baron's Medical Microbiology, University of Texas Medical Branch at Galveston,‎ 1996, 4e éd. (ISBN 978-0-9631172-1-2, lire en ligne)
  134. (en) Derek Wong, « Poliomyelitis of Enteroviruses Infection »,‎ novembre 2009 (consulté le 5 avril 2014)
  135. (en) Albert Sabin, « Pathogenesis of poliomyelitis; reappraisal in the light of new data », Science, vol. 123, no 3209,‎ 29 juin 1956, p. 1151–1157 (liens PubMed? et DOI?)
  136. a, b, c et d (en) S. Mueller, E. Wimmer et J. Cello, « Poliovirus and poliomyelitis: a tale of guts, brains, and an accidental event », Virus Res, vol. 111, no 2,‎ août 2005, p. 175–93 (liens PubMed? et DOI?)
  137. (en) M. Falconer et E. Bollenbach, « Late functional loss in nonparalytic polio », American journal of physical medicine & rehabilitation, Association of Academic Physiatrists, vol. 79, no 1,‎ 2000, p. 19–23 (liens PubMed? et DOI?)
  138. a et b [PDF] (en) Charlotte Leboeuf, The Late Effects of Polio: Information For Health Care Providers., Commonwealth Department of Community Services and Health,‎ 1992 (ISBN 978-1-875412-05-1)
  139. (en) Lawrence D. H. Wood, Jesse B. Hall et Gregory D. Schmidt, Principles of Critical Care, New York, McGraw-Hill Professional,‎ 2005, 3e éd. (ISBN 978-0-07-141640-5, lien LCCN?), p. 870
  140. (en) A. C. Gawne et L. S. Halstead, « Post-polio syndrome: pathophysiology and clinical management », Critical Review in Physical Medicine and Rehabilitation, vol. 7,‎ 1995, p. 147–88 (lire en ligne)
  141. (en) G. R. Young, « Occupational therapy and the postpolio syndrome », The American journal of occupational therapy, vol. 43, no 2,‎ 1989, p. 97–103 (lien PubMed?)
  142. (en) N. Nathanson et J. Martin, « The epidemiology of poliomyelitis: enigmas surrounding its appearance, epidemicity, and disappearance », Am J Epidemiol, vol. 110, no 6,‎ 1979, p. 672–92 (lien PubMed?)
  143. a et b (en) A. Silverstein, V. Silverstein et L. S. Nunn, Polio, Berkeley Heights, NJ, Enslow Publishers,‎ 2001 (ISBN 0-7660-1592-0), p. 12
  144. a et b (en) H. W. . Frauenthal et J. V. V. Manning, Manual of infantile paralysis, with modern methods of treatment., Philadelphia Davis,‎ 1914 (lien OCLC?), p. 79–101
  145. a, b et c [PDF] (en) Gregory S. Wallace et M. Steven Oberste, « Poliomyelitis », dans Sandra W. Roush, Lynne McIntyre et Linda M. Baldy, Vaccine Preventable Disease Surveillance Manual, Centers for Disease Control and Prevention et Department of Health and Human Services,‎ 2012, 5e éd. (lire en ligne), chap. 12, p. 12-1
  146. a et b (en) Professional Guide to Diseases, Hagerstown, MD, Lippincott Williams & Wilkins, coll. « Professional Guide Series »,‎ 2005 (ISBN 978-1-58255-370-2), p. 243–5
  147. a et b (en) Paul W. Brazis et Neil R. Miller, « Viruses (Except Retrovirus) and Viral Diseases », dans Neil R. Miller, Nancy J. Newman, Valérie Biousse et John B. Kerrison, Walsh and Hoyt's clinical neuro-ophthalmology, Hagerstown, MD, Lippincott Williams & Wilkins,‎ 2005, 6e éd., relié (ISBN 978-0-7817-4814-8, lien LCCN?), p. 3264–65
  148. a et b [PDF] (en) Donald A. Neumann, « Polio: Its Impact on the People of the United States and the Emerging Profession of Physical Therapy », The Journal of Orthopaedic and Sports Physical Therapy, vol. 34, no 8,‎ 2004, p. 479–92 (lien PubMed?, lire en ligne)
    Publié en ligne avec la permission de Post-Polio Health International.
  149. (en) S. J. Cuccurullo, Physical Medicine and Rehabilitation Board Review, New York, Demos Medical Publishing,‎ 2004, relié (ISBN 978-1-888799-45-3, lien LCCN?, lire en ligne)
  150. (en) Allen I. Goldberg, « Noninvasive mechanical ventilation at home: building upon the tradition », Chest, vol. 121, no 2,‎ 2002, p. 321–324 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  151. (en) A. H. Miller et L. S. Buck, « Tracheotomy in bulbar poliomyelitis », California medicine, vol. 72, no 1,‎ 1950, p. 34–6 (liens PubMed? et PubMed Central?, lire en ligne)
  152. (en) Gers Wackers, Constructivist Medicine, Maastricht, Universitaire Pers Maastricht,‎ 1994, web (lire en ligne)
    Thèse doctorale
  153. [PDF] Laurent Thefenne, Le Syndrome post--poliomyelite : mythe ou realite ?, Université Paris Descartes,‎ 22 avril 2008 (lire en ligne), p. 25
    Mémoire du diplôme d’etudes spécialisées de médecine physique et de réadaptation
  154. (en) « Welcome to the International Centre for Polio Education », International Centre for Polio Education (consulté le 19 mai 2014)
  155. (en) Joseph L. Melnick et Herdis von Magnus, « Comparative Susceptibility of Cynomolgus and Other Monkey Species to Poliomyelitis Virus by the Intracerebral and Oral Routes », American Journal of Epidemiology, vol. 48, no 1,‎ 1er mai 1948, p. 107-112 (résumé)
  156. (en) (en) Claus W. Jungeblut et Gonzalo Bautista Jr., « Further Experiments on the Selective Susceptibility of Spider Monkeys to Poliomyelitic Infection », The Journal of Infectious Diseases, vol. 99, no 1,‎ juillet-août 1956, p. 103-107 (résumé)
  157. [PDF] (en) « Poliomyelitis and other interovirus diseases », dans P. G. Janssens, M. Kivits et J. Vuylsteke, Health in Central Africa since 1885; past, present and future, Bruxelles, King Baudouin Foundation,‎ 1997. (lire en ligne)
  158. a et b [PDF] « L’éradication des maladies en tant que stratégie de santé publique : l’exemple de l’éradication de la poliomyélite », Bulletin de l’Organisation mondiale de la santé - Recueil d'articles, vol. 3,‎ 2000, p. 80-91 (lire en ligne)
  159. (en) David M. Oshinsky, Polio : an American story, Oxford University Press,‎ 2005 (ISBN 978-0-19-515294-4, lire en ligne), p. 18
  160. F. Horaud, « La pandémie du sida a-t-elle une origine iatrogène ? En marge du livre de E. Hooper, The River: a journey to the source of HIV and Aids », Virologie, vol. 4, no 2,‎ mars - avril 2000, p. 87-93 (lire en ligne)
  161. (en) Edward Hooper, Dephlogistication, Imperial Display, Apes, Angels, and the Return of Monsieur Émile Zola, vol. 187, Atti dei Convegni Lincei,‎ 2003, 10 p. (lire en ligne)
    Ce document a été publié dans le cadre d'un congrès tenu à l'Académie des Lynx sur l'origine du SIDA et d'autres virus dits persistants. Selon Hooper, Sabin, Salk et Cox ont utilisé des macaques rhésus et cynomolgus d'Asie ; Lépine a eu recourt à des babouins de Guinée et Gear s'est servi de vervets (d'Afrique du Sud).
  162. (en) Suzanne W. Gasparotto, « Goat Polio or Listeriosis ? Different Causes, Similar Symptoms, Similar Treatments », Onion Creek Ranch,‎ 17 novembre 2013 (consulté le 12 avril 2014)
  163. Brandy A. Burgess, « Polioencephalomalacie », La médecine vétérinaire des grands animaux, vol. 8, no 3,‎ mars 2008 (lire en ligne)
  164. Gaudin OG, Sohier R. Poliomyélite. In : Encycl Med Chir. (Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS, Paris). Maladies Infectieuses, 08-058-A-10, 1988, 7p.
  165. (en) Claudia Chezzi, « Rapid diagnosis of poliovirus infection by PCR amplification », Journal of Clinical Microbiology, vol. 34, no 7,‎ juillet 1996, p. 1722–5 (liens PubMed? et PubMed Central?)
  166. (en) A. Gawande, The mop-up: eradicating polio from the planet, one child at a time,‎ 12 janvier 2004 (ISSN 0028-792X), p. 34–40
  167. [PDF] (en) « Case definitions for infectious conditions under public health surveillance », Morbidity and mortality weekly report, Centers for Disease Control and Prevention, vol. 46, no RR-10,‎ 1997, p. 26–7 (lien PubMed?, lire en ligne)
  168. (en) Albert B. Sabin, « Paralytic poliomyelitis  : old dogmas and new perspectives », Reviews of Infectious Diseases, vol. 3, no 3,‎ mai-juin 1981, p. 543 (lire en ligne)
  169. (en) « West Nile Virus Poliomyelitis », Centers for Disease Control and Prevention (consulté le 15 juin 2014)
  170. (en) James J. Sejvar, « West Nile virus and “poliomyelitis” », Neurology, vol. 63, no 2,‎ 27 juillet 2004, p. 206-207 (lien DOI?, lire en ligne)
    • [PDF] République française, « Loi no. 64-643 du 1er juillet 1964 relative à la vaccination antipoliomyélitique obligatoire et à répression des infractions à certaines dispositions du code de la santé publique », Journal officiel de la République française,‎ 2 juillet 1964, p. 5762 (lire en ligne)
      [...] La vaccination antipoliomyélitique est obligatoire, sauf contre-indication médicale reconnue, à l'âge et dans les conditions déterminées par décret en Conseil d'État [...] Les personnes qui ont le droit de garde ou la tutelle des mineurs sont tenues personnellement de l'exécution de cette obligation.
    • [PDF] République française, « Loi no. 64-643 du 1er juillet 1964 relative à la vaccination antipoliomyélitique obligatoire et à répression des infractions à certaines dispositions du code de la santé publique », Journal officiel de la République française,‎ 2 juillet 1964, p. 5763 (lire en ligne)
  171. Nizar Ajjan, La Vaccination : Manuel pratique de tous les vaccins, Elsevier-Masson,‎ 26 août 2009, 369 p. (ISBN 978-2294706929, résumé)
    Un débat aurait alors eu lieu concernant la légalité de l'expression d'opinions contestant cette obligation.
  172. [PDF] (en) Paul E. M. Fine et Ilona A. M. Carneiro, « Transmissibility and Persistence of Oral Polio Vaccine Viruses: Implications for the Global Poliomyelitis Eradication Initiative », American Journal of Epidemiology, vol. 150, no 10,‎ 15 novembre 1999, p. 1001–21 (lien PubMed?, lire en ligne)
  173. a et b « Vaccinations », dans E. Pilly et Collège des universitaires de maladies infectieuses et tropicales, Maladies infectieuses et tropicales, Paris, Vivactis Plus Ed,‎ 2006, 20e éd., 747 p. (ISBN 2-9522954-1-7), p. 148-56
  174. Radu Crainic, « Eradication de la poliomyélite », dans INSERM, Vaccinations, actualités et perspectives,‎ 1999 (résumé, lire en ligne), p. 275
  175. (en) CDC, « Vaccines and Immunizations : Polio Vaccination », Centers for Disease Control and Prevention,‎ 17 avril 2013 (consulté le 13 avril 2014)
  176. a, b, c et d Ministère de la Santé et des soins de longue durée de l'Ontario, « Immunisation - Vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) », Gouvernement de l'Ontario,‎ 2012 (consulté le 13 avril 2014)
  177. (en) A. B. Sabin et L. R. Boulger, « History of Sabin attenuated poliovirus oral live vaccine strains », J Biol Stand, vol. 1,‎ 1973, p. 115–8 (lien DOI?)
  178. (en) « A Science Odyssey: People and Discoveries - Salk produces polio vaccine », PBS,‎ 1998 (consulté le 21 avril 2014)
  179. [PDF] (en) Organisation mondiale de la santé, Rotary International, CDC et Unicef, Initiative mondiale pour éradication de la polio : Rapport annuel 2009, Organisation mondiale de la santé,‎ 2010 (lire en ligne), p. 37 et 33
  180. a et b [PDF] (fr+en) « Recommandations du Comité consultatif sur l’éradication de la poliomyélite relatives à l’utilisation du vaccin antipoliomyélitique oral bivalent contre les types 1 et 3 », Relevé épidémiologique hebdomadaire, vol. 84, no 29,‎ 2009, p. 289–300 (lire en ligne)
  181. (en) American Academy of Pediatrics Committee on Infectious Diseases, « Poliomyelitis Prevention: Recommendations for Use of Inactivated Poliovirus Vaccine and Live Oral Poliovirus Vaccine », Pediatrics, vol. 99, no 2,‎ 1997, p. 300–5 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  182. Anne Decoster, « Virologie dcem1 »,‎ 21 septembre 2008 (consulté le 6 avril 2014)
  183. [PDF] 2. Raisonnement menant à l’arrêt à terme de l’utilisation du vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) dans la vaccination systématique après l'éradication : Document cadre destiné aux responsables des politiques nationales au sein des pays utilisant le VPO, Organisation mondiale de la santé,‎ 2005 (lire en ligne), p. 3-6
  184. [PDF] Vaccination et vaccins antipoliomyélitiques au cours de la période précédant l'éradication : note d’information de l’OMS,‎ 4 juin 2010, 9-10 p. (lire en ligne)
  185. (en) « Fonctionnement de la surveillance de la paralysie flasque aiguë (PFA) et incidence de la poliomyélite, 2008 », Relevé épidémiologique hebdomadaire, WHO-OMS, vol. 83, no 47,‎ 21 novembre 2008, p. 425–428 (lire en ligne)
  186. (en) « Polio cases worldwide », The Global Polio Eradication Initiative,‎ 2014 (consulté le 29 avril 2014)
  187. (en) Mark Shell, Stutter, Cambridge, Harvard University Press,‎ 2005 (ISBN 0-674-01937-7, lire en ligne), « Hamlet's Pause », p. 187–188
  188. Barbara Levick (trad. Isabelle Cogitore), Claude, Gollion (Suisse) et Paris, Infolio,‎ 2002 (ISBN 2884742018), p. 24-25
  189. (en) E. F. Leon, « The Imbecillitas of the Emperor Claudius », Transactions and Proceedings of the American Philological Association, vol. 79,‎ 1948, p. 79–86
  190. (en) « Was Sir Walter Scott's lameness cauded by poliomyelitis? », Pediatrics,‎ janvier 1973 (consulté le 26 septembre 2010), p. 35
  191. (en) William Douglas Collier, A History of English Literature, in a Series of Biographical Sketches, Toronto, J. Campbell,‎ 1872 (ISBN 978-0-665-26955-4, lire en ligne), p. 400
  192. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) « Famous People who had and have Polio », Disabled World (consulté le 15 juin 2014)
  193. (en) « Tapdancing polio-surviving, drag queen extraordinaire. », Bizarre,‎ janvier 2008 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Naomi Rogers, Dirt and disease: polio before FDR, Rutgers University Press,‎ 1er mai 1992 (ISBN 978-0813517865)
  • [PDF] Laurent Thefenne, Le syndrome post-poliomyélite mythe ou réalité ? : Mémoire du diplôme d’études spécialisées de médecine physique et de réadaptation - présenté et soutenu publiquement le 22 avril 2008, Université Paris Descartes,‎ 2008 (lire en ligne)
    Thèse de doctorat.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]