Édouard VII du Royaume-Uni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Édouard du Royaume-Uni.
Édouard VII
Portrait de couronnement par Luke Fildes (en), 1901.
Portrait de couronnement par Luke Fildes (en), 1901.
Titre
Roi du Royaume-Uni et des dominions, empereur des Indes

(&&&&&&&&&&&033919 ans, 3 mois et 14 jours)
Couronnement
en l'Abbaye de Westminster
Premier ministre Lord Salisbury
Arthur Balfour
Henry Campbell-Bannerman
Herbert Henry Asquith
Prédécesseur Victoria
Successeur George V
Prince héritier du Royaume-Uni

(&&&&&&&&&&02162359 ans, 2 mois et 13 jours)
Monarque Victoria
Prédécesseur Victoria, princesse royale
Successeur George, prince de Galles
Biographie
Dynastie Maison de Saxe-Cobourg-Gotha
Nom de naissance Albert Edward
Date de naissance
Lieu de naissance Palais de Buckingham (Londres, Royaume-Uni)
Date de décès (à 68 ans)
Lieu de décès Palais de Buckingham (Londres, Royaume-Uni)
Sépulture Chapelle Saint-Georges
Père Albert de Saxe-Cobourg-Gotha, prince consort
Mère Victoria du Royaume-Uni
Conjoint Alexandra de Danemark
Enfant(s) Albert Victor, duc de Clarence et Avondale
George V Couronne rouge
Louise, princesse royale
Victoria du Royaume-Uni
Maud du Royaume-Uni
Alexandre-John de Galles

Signature

Édouard VII du Royaume-Uni
Monarques du Royaume-Uni

Édouard VII (né Albert Edward, 9 novembre 1841 - 6 mai 1910) fut roi du Royaume-Uni et des dominions (Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Terre-Neuve) ainsi qu'empereur des Indes du 22 janvier 1901 jusqu'à sa mort.

Fils de la reine Victoria, Edward resta l'héritier de la Couronne britannique et porta le titre de prince de Galles pendant près de 60 ans. Durant le long règne de sa mère, il fut largement mis à l'écart des questions politiques et personnifia la riche élite aristocratique britannique.

L'époque édouardienne coïncida avec le début du XXe siècle et connut d'importants changements technologiques et sociaux. Édouard VII joua un rôle important dans la modernisation de la Home Fleet, la réforme des services médicaux militaires et la réorganisation de l'Armée de terre britannique après la seconde guerre des Boers. Il développa de bonnes relations entre le Royaume-Uni et les autres pays européens, en particulier la France, et reçut pour cela le surnom populaire de Peacemaker (« Pacificateur »).

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Garçon en costume blanc de matelot sur une plage avec la mer à l'arrière-plan.
Albert Edward de Galles, peinture de Franz Xaver Winterhalter réalisée en 1846

Édouard VII est né à 10 h 48 le matin du 9 novembre 1841 au palais de Buckingham[1]. Il était le deuxième enfant et le premier fils de la reine Victoria et du prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha. Il fut baptisé Albert Edward d'après son père et grand-père maternel Édouard-Auguste de Kent dans la chapelle Saint-Georges du château de Windsor le 25 janvier 1842[n 1]. Il fut surnommé « Bertie » par sa famille tout au long de sa vie[3].

En tant que fils aîné du souverain britannique, il devint automatiquement duc de Rothesay et de Cornouailles à sa naissance. Il hérita des titres de prince de Saxe-Cobourg et Gotha et de duc de Saxe provenant de son père. La reine Victoria le fit prince de Galles et comte de Chester le 8 décembre 1841. Il fut également fait comte de Dublin le 17 janvier 1850, chevalier de la Jarretière le 9 novembre 1858 et chevalier du Chardon le 24 mai 1867[4]. En 1863, il renonça à ses revendications au trône de Saxe-Cobourg et Gotha en faveur de son frère cadet, le prince Alfred[5]. La reine Victoria et le prince Albert souhaitaient que leur fils aîné reçoive une éducation devant lui permettre de devenir un monarque constitutionnel exemplaire. À l'âge de sept ans, Edward débuta un programme d'éducation rigoureux conçu par le prince Albert avec plusieurs tuteurs. À la différence de sa sœur aînée, Victoria, Edward n'excellait pas particulièrement dans ses études. Il essaya sans résultat de satisfaire les attentes de ses parents. Edward n'était pas un étudiant très assidu mais il se rattrapait par son charme, sa sociabilité et son tact ; le premier ministre britannique Benjamin Disraeli le décrivit comme averti, intelligent et bien élevé[6].

Après un voyage pédagogique à Rome dans les premiers mois de l'année 1859, il passa l'été à étudier à l'université d'Édimbourg sous le tutorat, entre-autres, de Lyon Playfair (en). En octobre, il s'inscrivit au Christ Church de l'université d'Oxford[7]. Libéré du carcan éducatif de ses parents, il commença à apprécier les études pour la première fois et obtint son diplôme de manière satisfaisante[8]. En 1861, Edward entra au Trinity College de l'université de Cambridge[9] où il apprit l'histoire avec Charles Kingsley[10]. Edward était passionné par ses cours et il obtint ses meilleurs résultats académiques avec lui[11].

Edward portant l'uniforme du 10e régiment de hussards vers 1860

En 1860, Edward entreprit le premier voyage d'un héritier de la Couronne britannique en Amérique du Nord. Sa bonne humeur et sa bonhomie firent de cette visite un grand succès[12]. Il inaugura le pont Victoria de Montréal et posa la première pierre du Parlement canadien. Il assista à la traversée des chutes du Niagara par le funambule Charles Blondin et resta pendant trois jours à la Maison-Blanche avec le président James Buchanan ; ce dernier l'accompagna à Mount Vernon sur la tombe de George Washington. Edward fut accueilli par de larges foules à chacun de ses déplacements. Il rencontra également les écrivains Henry Longfellow, Ralph Waldo Emerson et Oliver Wendell Holmes. Des prières pour la famille royale britannique furent lues dans la Trinity Church de New York pour la première fois depuis 1776[12]. Le voyage de quatre mois au Canada et aux États-Unis renforça considérablement l'assurance d'Edward et il apporta de nombreux gains diplomatiques au Royaume-Uni[13].

À son retour, Edward espérait poursuivre une carrière dans l'Armée de terre britannique mais cela fut refusé car il était l'héritier au trône. Ses grades militaires furent donc purement honoraires. En septembre 1861, Edward fut envoyé en Allemagne, soi-disant pour assister à des manœuvres militaires, mais en réalité pour rencontrer la princesse Alexandra de Danemark, la fille aînée du prince Christian de Danemark et de Louise de Hesse-Cassel. La reine Victoria et le prince Albert avaient déjà décidé qu'Edward et Alexandra devaient se marier. Ils se rencontrèrent à Spire le 24 septembre à l'instigation de sa sœur aînée, la princesse Victoria[14]. Cette dernière, suivant les instructions de sa mère, avait rencontré la princesse Alexandra à Neustrelitz en juin ; la jeune princesse danoise lui avait fait une très bonne impression. Edward et Alexandra s'apprécièrent dès le premier rendez-vous et les préparatifs du mariage commencèrent[15].

Edward gagna une réputation de séducteur à cette période. Déterminé à obtenir une expérience militaire, Edward assista à des manœuvres militaires en Irlande et pour le déniaiser, ses collègues officiers dissimulèrent l'actrice irlandaise Nellie Clifden (en) dans sa tente. Choqué par la nouvelle et malgré sa maladie, le prince Albert rendit visite à Edward à Cambridge pour le réprimander. Albert succomba de la fièvre typhoïde en décembre 1861, deux semaines après la rencontre. La reine Victoria était inconsolable, porta des vêtements de deuil jusqu'à sa mort et blâma Edward pour la mort de son père. Elle le considérait comme frivole, indiscret et irresponsable et écrivit à sa fille aînée, « je ne pourrai jamais le regarder sans un frisson[16] ».

Mariage[modifier | modifier le code]

Edward et Alexandra en 1862

Une fois veuve, la reine Victoria se retira de la vie publique. Peu après la mort du prince Albert, elle organisa un coûteux voyage pour Edward au Moyen-Orient qui visita l'Égypte, Jérusalem, Damas, Beyrouth et Constantinople[17]. À son retour, il se fiança avec Alexandra à Laeken en Belgique le 9 septembre 1862[18]. Edward et Alexandra se marièrent dans la chapelle Saint-George le 10 mars 1863 ; ils avaient respectivement 21 et 18 ans.

Edward et son épouse choisirent Marlborough House comme leur résidence londonienne et Sandringham House dans le comté de Norfolk comme leur maison de campagne. Leur mariage fut critiqué dans certains cercles car la plupart des relations de la reine Victoria étaient allemands et le Danemark était à couteaux tirés avec l'Allemagne au sujet du Schleswig et du Holstein. Lorsque le père d'Alexandra hérita du trône danois en novembre 1863, la confédération germanique profita de l'occasion pour annexer le Schleswig-Holstein. La reine Victoria était partagée sur l'opportunité de ce mariage étant donné le climat politique[19]. Après le mariage du couple, elle s'inquiéta de son mode de vie extravagant et tenta de les influencer sur de nombreux sujets jusqu'aux noms de leurs enfants.

Edward eut des maîtresses tout au long de sa vie. Il fréquenta l'actrice Lillie Langtry, Lady Randolph Churchill (la mère de Winston Churchill[20]), la mondaine Daisy Greville (en)[21], l'actrice Sarah Bernhardt, Susan Vane-Tempest, la chanteuse Hortense Schneider, la riche humanitaire Agnes Keyser (en) et Alice Keppel. Les historiens présument qu'Edward eut au moins 55 liaisons[22] mais son niveau d'implication dans ces relations est inconnu. Edward faisait tout son possible pour être discret mais cela n'empêcha pas les ragots dans la haute-société et les rumeurs médiatiques[23]. L'une des arrière-petites-filles d'Alice Keppel, Camilla Parker Bowles, devint la maîtresse puis l'épouse de Charles de Galles, l'un des arrières-petits-fils d'Edward. Il fut avancé que la grand-mère de Camilla, Sonia Keppel (née en mai 1900) était une fille illégitime d'Edward mais elle était « presque certainement » la fille de George Keppel à qui elle ressemblait[24]. Edward ne reconnut aucun enfant illégitime[25]. Il semble qu'Alexandra ait été au courant de la plupart de ses aventures et qu'elle les ait accepté[26].

En 1869, Charles Mordaunt, un député menaça d'accuser Edward d'adultère dans le cadre de son divorce d'avec son épouse Harriet. Il ne mit pas sa menace à exécution mais Edward fut appelé à témoigner en tant que témoin au début de l'année 1870. Il fut démontré qu'Edward s'était rendu à la résidence de Charles pendant que ce dernier était à la chasse où à la Chambre des communes. Même si aucune relation ne fut établie et qu'Edward nia les accusations d'adultère mais celles-ci se révélèrent dommageables[8],[27].

Prince de Galles[modifier | modifier le code]

Durant le veuvage de la reine Victoria, Edward développa le concept d'apparitions publiques royales comme elles existent aujourd'hui en inaugurant par exemple les digues de la Tamise en 1871, le tunnel de Mersey en 1886 et Tower Bridge en 1894[28]. Sa mère ne lui permit cependant pas d'avoir un rôle actif dans la gestion du pays avant 1898[29],[30]. Il recevait des résumés des documents gouvernementaux importants mais elle refusait de lui donner accès aux originaux[8]. Il embarrassa sa mère en prenant le parti du Danemark en 1864 dans la question du Schleswig-Holstein (en) alors qu'elle était pro-allemande et en rencontrant Giuseppe Garibaldi la même année[31]. Le premier ministre libéral William Ewart Gladstone lui transmit néanmoins certains de ses documents[8].

Edward portant un haut-de-forme et fumant un cigare dans une pose presque arrogante
Edward de Galles dans les années 1880

En 1870, le républicanisme britannique fut renforcé par la défaite de l'empereur Napoléon III lors de la guerre franco-allemande et l'instauration de la Troisième République en France[32]. La popularité d'Edward et sa relation avec sa mère s'améliorèrent pendant l'hiver 1871 lorsqu'il faillit mourir. Alors qu'il résidait à Londesborough Lodge près de Scarborough, Edward contracta la fièvre typhoïde, la maladie qui aurait tué son père. Tout le pays s'inquiéta d'autant plus que l'un de ses invités, George Stanhope, en était mort. La convalescence d'Edward fut accueillie par un soulagement presque universel[8] et Arthur Sullivan composa le festival Te Deum. Edward cultivait son amitié avec des hommes politiques de tous les partis dont des républicains et cela dissipa en grande partie tous les sentiments résiduels contre lui[33]. En 1886, le secrétaire d'État des Affaires étrangères, Archibald Primrose lui transmit des dépêches du ministère et à partir de 1892, il reçut l'accès à certains documents du Cabinet[8].

En 1875, Edward entama un long voyage de huit mois en Inde. Ses conseillers remarquèrent son habitude de traiter tous ses interlocuteurs de la même manière quelles que soient leur classe sociale ou leur couleur de peau. Dans une lettre, il se plaignit du traitement des Indiens par les officiels britanniques : « Même si un homme a le visage noir et une religion différente de la nôtre, il n'y a aucune raison de le traiter comme un sauvage[34] ». À la fin de ce voyage, le Parlement offrit à sa mère le titre d'impératrice des Indes, en particulier du fait du succès de la visite[35].

Edward était un mécène des arts et des sciences et il aida à créer le Royal College of Music qu'il inaugura en 1883[35]. Il aimait également les paris et était un chasseur enthousiaste. Il ordonna que toutes les horloges de Sandringham House soient en avance d'une demi-heure pour avoir plus de temps pour chasser. Cette soi-disant tradition de l'heure de Sandringham continua jusqu'en 1936 lorsqu'elle fut abolie par Édouard VIII[36]. Il fit également construire un parcours de golf au château de Windsor. Dans les années 1870, le futur roi devint un passionné de sports hippiques. En 1896, son cheval Persimmon remporta le derby d'Epsom et le St. Leger Stakes. En 1900, le frère de Persimmon, Diamond Jubilee, remporta cinq courses (Epsom, St. Leger, 2000 guinées Stakes, Newmarket Stakes et Eclipse Stakes)[37] et un autre des chevaux d'Edward, Ambush II, arriva en tête du Grand National[38].

Il était considéré dans le monde entier comme une référence pour la mode masculine[39],[40]. Il popularisa le tweed, le chapeau Homburg (en) et les vestes Norfolk (en) ainsi que le port du smoking en remplacement de la queue-de-pie pendant les soirées[41]. Il lança également la mode du repassage des pantalons pour que les plis soient sur l'avant et l'arrière plutôt que sur les cotés[42] et on considère qu'il introduisit également le col haut et retourné[43]. Perfectionniste au sujet de l'habillement, il aurait admonesté le premier ministre Lord Salisbury car il portait le pantalon de la fraternité de la Trinity House avec un veston de conseiller privé. Préoccupé par une crise internationale, le premier ministre répondit qu'il avait eu un matin terne et que « [son] esprit devait être occupé par un quelconque sujet de moindre importance[44] ». La mode masculine de ne pas boutonner le dernier bouton sa veste de costume proviendrait d'Edward qui aurait pris cette habitude en raison de son embonpoint[8] ; son tour de taille était en effet de 122 cm peu avant son couronnement[45]. Il introduisit la pratique du repas du dimanche (en) composé de rosbif, de pommes de terre au four, de sauce au raifort et de yorkshire pudding et ce menu reste encore un plat populaire au Royaume-Uni[46]. Il n'était pas un gros buveur même s'il consommait du champagne et occasionnellement du porto[47].

La famille du prince de Galles, de gauche à droite : Albert Victor, Maud, Alexandra, Edward, Louise, George et Victoria (en). Dessin de 1891 basé sur une photographie de 1889.

En 1891, Edward fut impliqué dans le scandale du baccara royal lorsqu'il fut révélé qu'il avait joué une partie illégale en misant de l'argent l'année précédente. Le prince fut obligé d'apparaître comme témoin devant le tribunal lorsqu'un des participants porta plainte pour diffamation contre les autres joueurs après qu’ils l'eurent accusé d'avoir triché[48]. La même année, Lord Charles Beresford (en) menaça de révéler à la presse des détails de la vie privée du prince de Galles en représailles des interférences d'Edward dans sa relation avec Daisy Greville. L'amitié entre les deux hommes fut irrémédiablement endommagée et l'amertume ne disparut jamais[49]. Les colères d'Edward étaient habituellement de courte durée et « après s'être laissé aller… [il] apaisait les choses en étant particulièrement aimable[50] ».

À la fin de l'année 1891, le fils aîné d'Edward, Albert Victor, se fiança à la princesse Victoria Mary de Teck. Il mourut cependant d'une pneumonie quelques semaines plus tard en janvier 1892. Edward était ravagé par le chagrin et il écrivit, « perdre notre fils aîné est l'un de ces désastres que l'on ne surmonte jamais complètement ». Il dit à sa mère, « j'aurais donné ma vie pour lui car je n'accorde aucune valeur à la mienne[51] ». Albert Victor était le second enfant d'Edward à mourir. En 1871, son fils cadet, John, était mort seulement 24 heures après sa naissance. Edward avait insisté pour mettre personnellement John dans son cercueil malgré « les larmes coulant sur ses joues[52] ».

Au cours de son voyage de retour depuis le Danemark par la Belgique le 4 avril 1900, Edward échappa à une tentative d'assassinat quand Jean-Baptiste Sipido tira à deux reprises sur la fenêtre de son wagon de train pour protester contre la seconde guerre des Boers. Sipido fut arrêté mais acquitté par un tribunal belge avant de s'enfuir en France. Cela associé avec le dégoût britannique concernant les exactions au Congo belge ternirent les relations déjà mauvaises entre les deux pays. L'affabilité et la popularité d'Edward ainsi que ses connexions familiales lui permirent néanmoins de mettre un terme au splendide isolement du Royaume-Uni et de former des alliances avec des pays européens dans les dix années qui suivirent[53].

Accession au trône[modifier | modifier le code]

Deux livres à l'effigie d'Édouard VII.

Lorsque la reine Victoria décéda le 22 janvier 1901, Edward devint roi du Royaume-Uni et des pays membres de l'Empire ayant le statut de dominions (Canada et Australie), ainsi qu'empereur des Indes[54]. Il choisit de régner sous le nom d'Édouard VII plutôt qu'Albert-Édouard Ier comme le souhaitait sa mère pour ne pas « sous-évaluer le nom d'Albert » porté par son père et généralement utilisé seul dans l'aristocratie[55]. Le nombre VII était parfois omis en Écosse, même par l'église nationale, pour protester contre les précédents Édouard qui avaient été rois d'Angleterre mais avaient été « exclus d'Écosse par les batailles[8] ». John Boynton Priestley écrivit, « je n'étais qu'un enfant quand il succéda à Victoria en 1901 mais je peux témoigner de son extraordinaire popularité. Il était le roi le plus populaire que l'Angleterre ait connu depuis le début des années 1660[56] ».

Quatre rois successifs en 1908 : Édouard VII (à droite), et ses successeurs (de gauche à droite) : son fils George de Galles et ses petits-fils les princes Edward et Albert.

Il céda la résidence estivale d'Osborne House située sur l'île de Wight à l'État et continua de vivre à Sandringham[57]. Il avait les moyens d'être magnanime ; son secrétaire particulier, Lord Knollys, avança qu'il était le premier héritier créditeur à monter sur le trône[58]. Les finances d'Édouard VII étaient gérées par Dighton Probyn, le contrôleur de la Cour suivant les conseils de banquiers juifs amis d'Edward comme Ernest Cassel, Maurice de Hirsch et la famille Rothschild[59]. À une époque où l'antisémitisme était répandu, Edward attira les critiques liées à ses amitiés publiques avec des juifs[60].

Édouard VII et Alexandra furent couronnés dans l'abbaye de Westminster le 9 août 1902 par l'archevêque de Cantorbéry Frederick Temple qui décéda quelques mois plus tard. Le couronnement était initialement prévu pour le 26 juin mais Édouard VII fut diagnostiqué avec une appendicite le 24 juin[61]. Cette maladie n'était généralement pas traitée chirurgicalement et était souvent fatale mais les progrès de l'anesthésie et l'asepsie au cours du XIXe siècle permirent de la soigner plus efficacement et de réduire le risque de décès[62]. Frederick Treves, avec l'aide de Joseph Lister, réalisa l'intervention, radicale pour l'époque, consistant à drainer l'appendice infecté à travers une petite incision. Dès le lendemain, Édouard VII fut capable de s'asseoir et de fumer un cigare[63]. Deux semaines plus tard, la presse annonça que le roi était hors de danger. Treves fut honoré par le titre de baronnet (ce qu'Édouard VII avait décidé avant d'être opéré[64]) et la chirurgie de l'appendicite devint une pratique médicale courante[62].

Édouard VII redécora les palais royaux, réintroduisit des cérémonies traditionnelles, comme la cérémonie d'ouverture du Parlement, que sa mère avait délaissé et créa de nouveaux ordres comme celui du mérite pour récompenser les contributions dans les arts et les sciences[65]. En 1902, le chah de Perse, Mozzafar-al-Din, visita le Royaume-Uni et s'attendait à être nommé dans l'ordre de la Jarretière. Édouard VII refusa de lui décerner cet honneur car il s'agissait de sa responsabilité personnelle et le secrétaire d'État des Affaires étrangères, Henry Petty-FitzMaurice, l'avait accordé sans son accord. Édouard VII était également réticent à faire entrer un musulman dans un ordre de chevalerie chrétien. Son refus menaça d'endommager les tentatives britanniques pour renforcer leur influence en Perse[66] mais Édouard VII en voulait à ses ministres d'avoir essayé de réduire ses prérogatives[67]. Il céda finalement et le Royaume-Uni envoya une ambassade spéciale au chah pour le faire entrer dans l'Ordre l'année suivante[68].

« Oncle de l'Europe »[modifier | modifier le code]

Édouard VII portant un kilt et une canne est assis sur un muret devant une maison à trois étages.
Édouard VII se détendant au château de Balmoral en 1908 photographié par son épouse Alexandra

Devenu roi, Édouard VII s'intéressa particulièrement à la politique étrangère et aux questions militaires. Parlant couramment le français et l'allemand, il réalisa de nombreuses visites diplomatiques et prenait des vacances annuelles à Biarritz et Marienbad[36]. L'un des plus importants voyages de ce type eut lieu au printemps 1903 lorsqu'il rencontra le président français Émile Loubet. Au retour d'une entrevue avec le pape Léon XIII à Rome, qui aida à poser les bases de l'Entente cordiale, un accord visant à régler les différents coloniaux entre les deux pays et à empêcher toute future guerre entre le Royaume-Uni et la France fut signé. Les négociations furent menées par le ministre des affaires étrangères français, Théophile Delcassé, et son homologue britannique Henry Petty-FitzMaurice. L'accord final signé à Londres le 8 avril par Petty-FitzMaurice et l'ambassadeur français Paul Cambon marquait la fin de siècles d'antagonisme franco-britannique et du splendide isolement de la Grande-Bretagne ; il permettait également de contrebalancer la puissance grandissante de l'Empire allemand et de son allié austro-hongrois[69].

Édouard VII était apparenté à presque tous les autres monarques européens et fut surnommé « l'oncle de l'Europe[29] ». Le kaiser Guillaume II d'Allemagne, le tsar Nicolas II de Russie, le grand-duc Louis V de Hesse, le duc Charles-Édouard de Saxe-Cobourg et Gotha et le duc Ernest-Auguste III de Hanovre étaient ses neveux ; la reine Victoire-Eugénie d'Espagne, la princesse Margaret de Suède, la princesse Marie de Roumanie, la princesse Sophie de Grèce, l'impératrice Alexandra de Russie, grande-duchesse Alexandra de Mecklembourg-Schwerin (en) et la duchesse Charlotte de Saxe-Meiningen étaient ses nièces ; Haakon VII de Norvège était à la fois son neveu par alliance et son beau-fils ; Georges Ier de Grèce et Frédéric VIII de Danemark étaient ses beaux-frères ; Albert Ier de Belgique, Charles Ier et Manuel II de Portugal et le tsar Ferdinand Ier de Bulgarie étaient ses cousins germains. Édouard VII gâtait ses petits-enfants à la consternation de leurs gouvernantes[70]. Ses mauvaises relations avec son neveu, Guillaume II, exacerbèrent néanmoins les tensions entre l'Allemagne et le Royaume-Uni[71].

En avril 1908, durant les vacances annuelles d'Édouard VII à Biarritz, il accepta la démission du premier ministre britannique Henry Campbell-Bannerman. En rupture avec la tradition, Édouard demanda au successeur de Campbell-Bannerman, Herbert Henry Asquith, de se rendre à Biarritz pour qu'il lui baise la main (en). Asquith s'exécuta mais la presse critiqua la nomination d'un premier ministre sur un sol étranger[72]. En juin 1908, Édouard VII devint le premier monarque régnant à se rendre en Russie. Une précédente visite en 1906 avait été annulée du fait des mauvaises relations entre les deux pays à la suite de la guerre russo-japonaise, l'incident du Dogger Bank et la dissolution par le tsar de la Douma[73]. À son retour, Édouard VII visita les pays nordiques et devint le premier souverain britannique à se rendre en Suède[74].

Opinions politiques[modifier | modifier le code]

Alexandra et Édouard VII en 1903

Édouard VII s'impliqua largement dans les discussions sur la réforme de l'armée, une priorité après les défaites pendant la seconde guerre des Boers. Il soutint la refonte du commandement de l'armée, la création de la Territorial Army et la décision de déployer une force expéditionnaire en France dans le cas d'un conflit avec l'Allemagne[75]. Une réforme de la Royal Navy fut suggérée du fait de l'émergence de sa rivale allemande[76]. Un important débat opposa l'amiral Charles Beresford, favorable à une augmentation des dépenses et un large déploiement de la flotte et le First Sea Lord, l'amiral John Arbuthnot Fisher défendant le retrait des navires obsolètes et la mise en service des nouveaux dreadnoughts pour défendre les îles britanniques[77]. Le roi apporta son soutien à Fisher, en partie parce qu'il détestait Beresford. Fisher annonça sa démission à la fin de l'année 1909 mais la plus grande partie de ses politiques furent conservées[78]. Le roi fut largement impliqué dans le choix de son successeur car la rivalité entre Fisher et Beresford avait divisé la marine et le seul officier qualifié étranger à la dispute était Arthur Knyvet Wilson qui avait pris sa retraite en 1907[79]. Wilson était réticent à l'idée de reprendre du service mais Édouard VII intervint personnellement pour le convaincre et il devint First Sea Lord le 25 janvier 1910[80].

En tant que prince de Galles, Edward avait eu des relations amicales et respectueuses avec William Ewart Gladstone que sa mère détestait[81]. Le fils de Gladstone, le secrétaire d'État à l'Intérieur Herbert Gladstone (en), irrita cependant le roi par sa volonté d'autoriser les prêtres catholiques portant leurs costumes ecclésiastiques à transporter les hosties dans les rues de Londres et en nommant deux femmes, Frances Balfour et Emma Tennant, au sein d'une commission royale chargé de réformer la loi sur le divorce ; Édouard VII considérait que l'on ne pouvait pas discuter du divorce « avec tact ou même décence » devant des femmes. Le biographe d'Édouard VII, Philip Magnus, suggère que Gladstone était peut-être le bouc-émissaire de l'irritation du roi concernant le gouvernement libéral. Gladstone fut renvoyé lors du changement gouvernemental de l'année suivante et le roi accepta avec réticence de le nommer gouverneur général d'Afrique du Sud[82].

Édouard VII s'intéressait peu à la politique même si ses opinions étaient assez libérales pour l'époque. Durant son règne, il aurait dit que le mot nigger (« nègre ») était « scandaleux » même s'il était souvent utilisé[83]. En tant que prince de Galles, il avait dû être dissuadé de rompre avec la tradition constitutionnelle en votant ouvertement pour le Representation of the People Act de 1884 qui élargissait le droit de vote, défendu par Gladstone à la Chambre des Lords. Sur d'autres sujets, il était moins progressiste. Il n'était ainsi pas favorable au droit de vote des femmes[8],[84] même s'il suggéra que la réformiste sociale Octavia Hill soit nommée à une commission sur les logements sociaux[85]. Il s'opposa également à une plus grande autonomie pour l'Irlande et lui préférait une forme de double monarchie[8]. La vie luxueuse d'Édouard VII était souvent très éloignée de celle de la majorité de ses sujets mais son charme personnel et son opposition aux discriminations de classes ou d'origines apaisa le républicanisme et les tensions raciales se développant au cours de sa vie[8].

Crise constitutionnelle[modifier | modifier le code]

Édouard VII dans une caricature de Louis XIV de France par Thackeray dans le journal satirique Puck le 13 mai 1901.

À la fin de son règne, Édouard VII se retrouva impliqué dans une crise constitutionnelle quand la majorité conservatrice à la Chambre des Lords refusa de voter le People's Budget présenté par le gouvernement libéral d'Herbert Henry Asquith. La crise entraîna finalement, après la mort d'Édouard VII, le retrait du droit de veto des Lords.

Le roi était mécontent des attaques libérales contre les pairs dont le discours de David Lloyd George critiquant la richesse des conservateurs[86] et la demande par Churchill d'élections générales (pour laquelle Asquith s'excusa auprès du conseiller du roi, Lord Knollys et réprimanda Churchill). Il fut tellement déprimé par cette guerre des classes, même si Asquith lui avait dit que la rancœur de son parti était lié au rejet de la première Home Rule en 1886, qu'il présenta le prince George de Galles au secrétaire d'État à la Guerre, Richard Haldane, comme « le dernier roi d'Angleterre[87] ».

Le cheval du roi, Minoru, remporta le Derby le 26 juillet 1909. Lorsqu'il revint sur le champ de course le lendemain, un homme cria, « vous avez remporté le Derby. Rentrez chez vous et dissolvez ce maudit Parlement ! ». Le roi éclata de rire[88].

Le roi pressa sans succès les chefs conservateurs Arthur Balfour et Henry Petty-FitzMaurice pour qu'ils votent le budget. Cela n'était pas inhabituel, car la reine Victoria avait aidé à négocier un accord entre les deux Chambres au sujet de la sécularisation de l'Irlande en 1869 et la réforme du suffrage en 1884[89]. Cependant, sur les conseils d'Asquith, il ne leur promit pas l'organisation d'élections, qu'ils allaient probablement remporter, en récompense de ce vote[90].

La loi de finance fut votée par la Chambre des Communes le 5 novembre 1909 mais rejetée par les Lords le 30 novembre ; ils insistèrent pour faire passer une résolution affirmant qu'ils étaient en droit de rejeter cette loi car le gouvernement n'avait pas de légitimé électorale. Le roi était gêné que ses efforts pour faire accepter le budget aient été rendus publics[91] et il interdit à son conseiller Lord Knollys qui était un pair libéral actif de voter pour le budget même si Knollys avait suggéré que cela serait un geste adapté pour démontrer la volonté royale de voir le budget accepté[92].

Les élections de janvier 1910 furent dominées par la question du droit de veto des Lords. Durant la campagne, Lloyd George parla de « garanties » et Asquith de « garde-fous » qui seraient nécessaires avant de former un nouveau gouvernement libéral mais le roi informa Asquith qu'il n'était pas prêt à envisager la création de pairs, pour créer une majorité libérale à la Chambre des Lords, avant une seconde élection générale[8],[93]. Certains membres du Cabinet suggérèrent que le droit de créer des pairs soit donné au premier ministre, une proposition qui causa un certain désarroi au sein de la royauté[94]. Balfour refusa de se prononcer sur sa volonté de former un gouvernement conservateur mais il conseilla au roi de ne pas promettre de créer des pairs avant d'avoir vu les propositions de changements constitutionnels[95]. Durant la campagne, le chef des conservateurs, Walter Long, avait demandé à Lord Knollys la permission d'affirmer que le roi n'était pas favorable à la Home Rule en Irlande mais Lord Knollys refusa car il n'était pas approprié que les opinions du monarque soient rendues publiques[96].

Malgré une sévère défaite lors de l'élection, les libéraux parvinrent à former un gouvernement minoritaire avec l'aide des députés irlandais et ces derniers voulaient supprimer la possibilité de veto des Lords sur la mise en place de la Home Rule en Irlande. Ils menacèrent de voter contre le budget si leurs revendications n'étaient pas acceptées. Asquith révéla alors qu'il n'y avait aucune « garantie » sur la création de nouveaux pairs. Le Cabinet envisagea donc de démissionner et de laisser Balfour essayer de former un gouvernement conservateur[97]. Dans son discours du Trône du 21 février 1910, le roi fit référence à l'introduction de mesures transformant le pouvoir de veto des Lords en une capacité à retarder le passage des législations mais Asquith introduisit la phrase « selon l'avis de mes conseillers » pour que le roi apparaisse comme neutre dans la législation à venir[98].

Le 14 avril, la Chambre des communes vota pour supprimer le droit de veto des Lords sur les lois budgétaires, pour transformer le veto sur les autres lois en un report de deux ans de la législation et pour réduire le mandat du Parlement de sept à cinq ans[95]. Au cours du débat, Asquith indiqua, pour obtenir le soutien des députés irlandais, qu'il demanderait au roi de mettre un terme à l'impasse « dans ce Parlement » ; cela signifiait qu'il demanderait la création massive de pairs malgré l'affirmation précédente d'Édouard VII qu'il y aurait une seconde élection avant. Le budget fut accepté par les deux Chambres en avril[99].

Mort[modifier | modifier le code]

Les neufs souverains européens qui assistèrent aux funérailles photographiés au château de Windsor le 20 mai 1910.
Debout, de gauche à droite : Haakon VII de Norvège, Ferdinand Ier de Bulgarie, Manuel II de Portugal, Guillaume II d'Allemagne, Georges Ier de Grèce et Albert Ier de Belgique.
Assis, de gauche à droite : Alphonse XIII d'Espagne, George V du Royaume-Uni et Frédéric VIII de Danemark.

Édouard VII fumait habituellement 40 cigarettes et cigares par jour. Vers la fin de sa vie, il souffrit de plus en plus de bronchites[8]. En mars 1910, le roi se trouvait à Biarritz quand il s'effondra. Il y resta quelque temps pour récupérer tandis qu'à Londres, Asquith essayait de faire passer la loi budgétaire. La mauvaise santé du roi fut gardée secrète et il fut critiqué pour rester en France alors que les tensions politiques étaient au plus haut. Le 27 avril, il rentra toujours souffrant au palais de Buckingham. Alexandra revint d'une visite auprès de son frère Georges Ier de Grèce à Corfou une semaine plus tard, le 5 mai.

Le lendemain, le roi fut victime de plusieurs crises cardiaques mais refusa de se coucher en déclarant, « Non, je n'abandonnerai pas ; je continuerai ; je travaillerai jusqu'à la fin[100] ». Le prince de Galles (allant rapidement devenir le roi George V) lui dit que son cheval, Witch of the Air, avait remporté la course de Kempton Park dans l'après-midi. Le roi répondit « j'en suis ravi » et ce furent ses derniers mots[8] car il perdit conscience à 23 h 30 et fut mis dans son lit ; il mourut 15 minutes plus tard[100].

Le 20 mai, son cercueil fut emmené dans Westminster Hall avant d'être inhumé dans la chapelle Saint-George du château de Windsor. Dans The Guns of August, Barbara W. Tuchman décrivit ainsi ses funérailles : « jamais tant de grands de cette terre ne s'étaient encore trouvés ainsi réunis, jamais plus ils ne devaient l'être sous cette forme[101] ». En effet, neuf souverains européens et un grand nombre de nobles dont beaucoup étaient apparentés au défunt étaient rassemblés pour cet événement.

Héritage[modifier | modifier le code]

Statue d'Édouard VII devant le palais de Holyrood à Édimbourg

En tant que roi, Édouard VII se révéla bien plus efficace que ce que quiconque espérait mais il était déjà âgé et n'eut pas le temps d'assumer complètement son rôle. Au cours de son règne, il s'assura que son second fils et héritier, George, soit préparé pour devenir roi. Ses contemporains décrivirent leur relation comme étant plus celle de deux frères que celle d'un père et d'un fils[102] et à la mort d'Édouard VII, George V écrivit dans son journal qu'il avait perdu son « meilleur ami et le meilleur des pères… Je ne me suis jamais disputé avec lui. J'ai le cœur brisé et je suis submergé par le chagrin[103] ». Édouard VII fut critiqué pour son apparent hédonisme mais fut largement félicité pour son affabilité, ses bonnes manières et ses talents de diplomate. Comme son petit-fils l'écrivit, « son coté léger… obscurcissait le fait qu'il était à la fois perspicace et influent[104] ». John Boynton Priestley nota qu'il « était un grand amateur des plaisirs de la vie mais qu'il avait également un profond sens du devoir[105] ». Reginald Brett écrivit qu'il était « gentil et débonnaire sans manquer de dignité - mais trop humain[106] ». Édouard VII fut surnommé le « pacificateur[107] » mais s'inquiétait que son neveu, l'empereur allemand Guillaume II ne pousse l'Europe dans la guerre[108]. Quatre ans après sa mort, la Première Guerre mondiale éclata et les réformes navales, l'alliance franco-britannique et les relations au sein de sa famille élargie furent mises à l'épreuve.

Édouard VII a donné son nom à plusieurs éléments géographiques comme l'île du Prince-de-Galles et le mont King Edward au Canada, le pic King Edward aux États-Unis et le King Edward Point en Géorgie du Sud. La King Edward VII School fondée en 1902 à Johannesburg en Afrique du Sud, le parc Eduardo VII à Lisbonne et le King Edward Medical University de Bombay en Inde sont quelques structures nommées en son honneur. En tant qu'initiateur de l'Entente cordiale, son nom a également été donné à une place, un théâtre et un square à Paris.

La Royal Navy a donné son nom à la classe de cuirassés King Edward VII composée des HMS King Edward VII, Commonwealth, Hindustan, Britannia, Dominion, New Zealand, Africa et Hibernia.

Edward est resté prince héritier pendant 59 ans et 73 jours, une durée qui a été battue le 22 avril 2011 par Charles de Galles, l'actuel prince de Galles. Néanmoins, comme le titre de prince de Galles ne coïncide pas exactement avec la position d'héritier, il reste le plus long détenteur de ce titre avec 59 ans et 45 jours ; Charles n'a porté ce titre que pendant &0000000000000055.00000055 ans, &0000000000000268.000000268 jours.

Timbre canadien de 1903
Édouard VII sur un penny britannique de 1910

Édouard VII a été joué à l'écran par :

Titres, honneurs et armoiries[modifier | modifier le code]

Titres
  • 9 novembre - 8 décembre 1841 : Son Altesse royale le duc de Cornouailles et de Rothesay
  • 8 décembre 1841 - 22 janvier 1901 : Son Altesse royale le prince de Galles
    • 17 janvier 1850 - 22 janvier 1901 : comte de Dublin
  • 22 janvier 1901 - 6 mai 1910 : Sa Majesté le roi
    • Son Altesse Impériale le roi-empereur (par rapport à l'Inde britannique)
Honneurs
Armoiries

En tant que prince de Galles, George portait les armoiries royales du Royaume-Uni différenciées par un écu des armoiries de Saxe et un lambel de trois points argent. Lors de son règne, il portait les armoiries royales non-différenciées[109].

Ascendance[modifier | modifier le code]

Descendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ses parrains étaient Frédéric-Guillaume IV de Prusse, Marie de Wurtemberg (en) (l'épouse de son grand-père paternel Ernest Ier de Saxe-Cobourg et Gotha qui fut représenté par la duchesse de Kent, sa grand-mère maternelle), son grand-oncle le duc de Cambridge, la duchesse de Saxe-Cobourg-Altenbourg (en) (l'épouse de son arrière-grand-père Auguste de Saxe-Gotha-Altenbourg qui fut représenté par la duchesse de Cambridge (en), sa grande-tante), sa grande-tante la princesse Sophie (qui fut représentée par Augusta de Cambridge, sa cousine issue de germain) et son grand-oncle Ferdinand de Saxe-Cobourg-Saalfeld[2].
  1. Philip Magnus, King Edward The Seventh, Londres, John Murray,‎ 1964, p. 1
  2. London Gazette: no. 20065. p. 224. 28 janvier 1842.
  3. Dana Bentley-Cranch, Edward VII: Image of an Era 1841-1910, Londres, Her Majesty's Stationery Office,‎ 1992 (ISBN 0-11-290508-0), p. 1
  4. Alison Weir, Britain's Royal Families: The Complete Genealogy, Revised Edition, Londres, Random House,‎ 1996 (ISBN 0-7126-7448-9), p. 319
  5. John Van der Kiste, « Alfred, Prince, duke of Edinburgh (1844-1900) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press,‎ septembre 2004 (lire en ligne) (inscription nécessaire)
  6. Bentley-Cranch 1992, p. 4
  7. Bentley-Cranch 1992, p. 18
  8. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n H. C. G. Matthew, « Edward VII (1841-1910) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press,‎ septembre 2004 (lire en ligne) (inscription nécessaire)
  9. Wales, H.R.H. Albert Edward, Prince of dans (en) J. Venn et J. A. Venn, Alumni Cantabrigienses, Cambridge, Angleterre, Cambridge University Press,‎ 1922–1958 (ouvrage en 10 volumes accessible en ligne)
  10. Bentley-Cranch 1992, p. 35.
  11. Hough 1992, p. 36-37
  12. a et b Bentley-Cranch 1992, p. 20-34
  13. Hough 1992, p. 39-47
  14. Bentley-Cranch 1992, p. 36-38
  15. Hough 1992, p. 64-66
  16. Middlemas 1972, p. 31
  17. Bentley-Cranch 1992, p. 40-42
  18. Bentley-Cranch 1992, p. 44
  19. Middlemas 1972, p. 35
  20. Les lettres rédigées par Edward à Lady Randolph ne « montraient rien de plus qu'un badinage amoureux » mais étaient « écrites sous la pression liée à une familiarité excessive » (Hattersley 2004, p. 21).
  21. Le Prince de Galles fréquentait régulièrement la maison close de luxe Le Chabanais à Paris
  22. Anthony Camp, Royal Mistresses and Bastards: Fact and Fiction, 1714-1936,‎ 2007 (lire en ligne)
  23. Middlemas 1972, p. 74-80
  24. Diana Souhami, Mrs Keppel and her daughter, Londres, HarpurCollins,‎ 1996, p. 49
  25. Mike Ashley, The Mammoth Book of British Kings and Queens, Londres, Robinson,‎ 1998 (ISBN 1-84119-096-9), p. 694-695
  26. Middlemas 1972, p. 89
  27. Priestley 1970, p. 22-23
  28. Bentley-Cranch 1992, p. 97
  29. a et b « Edward VII », Site officiel de la monarchie britannique (consulté le 2 mai 2010)
  30. Hattersley 2004, p. 18-19
  31. Bentley-Cranch 1992, p. 59-60
  32. Bentley-Cranch 1992, p. 66
  33. Bentley-Cranch 1992, p. 67 ; Middlemas 1972, p. 48-52
  34. Bentley-Cranch 1992, p. 101-102
  35. a et b Bentley-Cranch 1992, p. 104
  36. a et b Windsor 1951, p. 46
  37. Bentley-Cranch 1992, p. 110
  38. Middlemas 1972, p. 98
  39. Elizabeth Bergner Hurlock, The psychology of dress: an analysis of fashion and its motive, Ayer Publishing,‎ 1976 (ISBN 978-0-405-08644-1), p. 108
  40. Philip Mansel, Dressed to Rule, New Haven, Yale University Press,‎ 2005 (ISBN 0-300-10697-1), p. 138
  41. Bentley-Cranch 1992, p. 84
  42. Middlemas 1972, p. 201
  43. « Try our "98'Curzons!" A few fashion hints for men », Otago Witness,‎ 3 novembre 1898 (lire en ligne)
  44. Andrew Roberts, Salisbury: Victorian Titan, Londres, Sterling Publishing Co.,‎ 2006, p. 35
  45. Middlemas 1972, p. 200 ; Hattersley 2004, p. 27
  46. Bentley-Cranch 1992, p. 80
  47. Hattersley 2004, p. 27
  48. Hattersley 2004, p. 23-25
  49. Middlemas 1972, p. 86
  50. Lord Sysonby, cité dans Middlemas 1972, p. 188
  51. Middlemas 1972, p. 95-96
  52. Georgina Battiscombe, Queen Alexandra, Londres, Constable,‎ 1969 (ISBN 0-09-456560-0), p. 112
  53. Middlemas 1972, p. 65
  54. Middlemas 1972, p. 104
  55. London Gazette: (Supplement) no. 27270. p. 547. 23 janvier 1901.
  56. Priestley 1970, p. 9
  57. Windsor 1951, p. 14
  58. Lee 1927, p. 26
  59. Middlemas 1972, p. 38, 84, 96 ; Priestley 1970, p. 32
  60. Anthony Allfrey, King Edward VII and His Jewish Court, Londres, Weidenfeld & Nicolson,‎ 1991 (ISBN 0-297-81125-8)
  61. Lee 1927, p. 102-109
  62. a et b Mirilas, P. ; Skandalakis, J.E., « Not just an appendix: Sir Frederick Treves », Archives of Disease in Childhood, no 88,‎ 2003, p. 549-552 (PMID 12765932, PMCID 1763108, DOI 10.1136/adc.88.6.549)
  63. Windsor 1951, p. 20
  64. Bentley-Cranch 1992, p. 127
  65. Bentley-Cranch 1992, p. 122-139
  66. Hattersley 2004, p. 39-40
  67. Lee 1927, p. 182
  68. Lee 1927, p. 157 ; Middlemas 1972, p. 125-126
  69. Harold Nicolson, « The Origins and Development of the Anglo-French Entente », International Affairs, Royal Institute of International Affairs, vol. XXX, no 4,‎ octobre 1954, p. 407-416
  70. Windsor 1951, p. 15
  71. Middlemas 1972, p. 60-61, 172-175 ; Hattersley 2004, p. 460-464
  72. Lee 1927, p. 581-582
  73. Middlemas 1972, p. 167, 169
  74. Lee 1927, p. 583-584
  75. Middlemas 1972, p. 130-134
  76. Paul M. Kennedy, The Rise and Fall of British Naval Mastery, Londres, Penguin Books,‎ 2004, p. 215-216
  77. Nicholas A. Lambert, Sir John Fisher's Naval Revolution, Columbia, South Carolina, University of South Carolina Press,‎ 2002 (ISBN 1-57003-492-3) ; Eric J. Grove, The Royal Navy since 1815, Basingstoke, Palgrave Macmillan,‎ 2005 (ISBN 0-333-72126-8), p. 88-100
  78. Middlemas 1972, p. 134-139
  79. Lambert 2002, p. 200-201.
  80. Admiral Sir Edward E. Bradford, Life of Admiral of the Fleet Sir Arthur Knyvet Wilson, Londres, John Murray,‎ 1923, p. 223-225
  81. Magnus 1964, p. 212
  82. Magnus 1964, p. 541
  83. Kenneth Rose, King George V, Londres, Weidenfeld and Nicolson,‎ 1983, p. 65
  84. Hattersley 2004, p. 215-216
  85. Bentley-Cranch 1992, p. 98
  86. Heffer 1998, p. 276-277
  87. Heffer 1998, p. 282-283
  88. Magnus 1964, p. 526
  89. Magnus 1964, p. 534
  90. Heffer 1998, p. 281-282
  91. Magnus 1964, p. 536
  92. Heffer 1998, p. 283-284
  93. Hattersley 2004, p. 168
  94. Heffer 1998, p. 285
  95. a et b Heffer 1998, p. 286-288
  96. Magnus 1964, p. 547
  97. Heffer 1998, p. 290-293
  98. Heffer 1998, p. 291
  99. Heffer 1998, p. 293
  100. a et b Bentley-Cranch 1992, p. 151
  101. Barbara Tuchman, The Guns of August, New York, Macmillan,‎ 1964
  102. Bentley-Cranch 1992, p. 155
  103. Journal de George V daté du 6 mai 1910
  104. Windsor 1951, p. 69
  105. Priestley 1970, p. 25
  106. Hattersley 2004, p. 17
  107. Bentley-Cranch 1992, p. 157 ; Lee 1927, p. 738
  108. Middlemas 1972, p. 176, 179
  109. François Velde, « Marks of Cadency in the British Royal Family », Heraldica,‎ 19 avril 2008 (consulté le 2 mai 2010)


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dana Bentley-Cranch, Edward VII: Image of an Era 1841-1910, Londres, Her Majesty's Stationery Office,‎ 1992 (ISBN 0-11-290508-0)
  • Roy Hattersley, The Edwardians, Londres, Little, Brown,‎ 2004 (ISBN 0-316-72537-4)
  • Simon Heffer, Power and Place: The Political Consequences of King Edward VII, Londres, Weidenfeld & Nicolson,‎ 1998 (ISBN 029784220X)
  • Richard Hough, Edward & Alexandra: Their Private and Public Lives, Londres, Hodder & Stoughton,‎ 1992 (ISBN 0-340-55825-3)
  • Sidney Lee, King Edward VII: A Biography, vol. II, Londres, Macmillan,‎ 1927
  • Philip Magnus, King Edward The Seventh, Londres, John Murray,‎ 1964
  • Keith Middlemas, The Life and Times of Edward VII, Londres, Weidenfeld and Nicolson,‎ 1972 (ISBN 0-297-83189-5)
  • J. B. Priestley, The Edwardians, Londres, Heinemann,‎ 1970 (ISBN 0-434-60332-5)
  • Le duc de Windsor, A King's Story, Londres, Cassell and Co,‎ 1951

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :