Alfred Ier de Saxe-Cobourg et Gotha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
SAR le duc de Saxe-Cobourg-Gotha

Alfred Ernest Albert de Saxe-Cobourg et Gotha, duc de Saxe-Cobourg-Gotha, est né au Palais de Buckingham en Londres le 6 août 1844 et est décédé à Cobourg le 31 juillet 1900. Membre de la famille royale britannique, il règne sur le duché de Cobourg de 1893 à sa mort.

Il est le quatrième enfant et le deuxième fils de la reine Victoria du Royaume-Uni et du prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha (futur prince Albert, Prince Consort).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

En 1856, selon son souhait, le prince Alfred entre dans la Royal Navy. Il réussit l'examen pour devenir midshipman en août 1858 et est affecté sur le HMS Euryalus.

En 1862, après l'abdication de Othon Ier, roi des Hellènes, Alfred est choisi pour lui succéder lors d'une consultation populaire[1], mais les « puissances protectrices » de la Grèce (France, Royaume-Uni et Russie) lui préfèrent le prince danois Georges.

Promu lieutenant en février 1863 et après avoir servi sous le commandement du comte Gleichen sur le HMS Racoon, le prince devient capitaine en février 1866 et obtient son premier commandement sur la frégate HMS Galatea. De janvier 1867 à juin 1868, il effectue un tour du monde avec son navire, visitant l'île Tristan da Cunha où les habitants baptisent leur seule ville Edinburgh of the Seven Seas en son honneur, Le Cap en août et l'Australie pendant cinq mois. Il y est victime d'un attentat et blessé dans le dos à Sydney, le 12 mars 1868. Le tireur, Henry James O'Farrell, est arrêté sur place, jugé et pendu le 21 avril 1868. Le 23 mars 1868, est décidée la construction du Royal Prince Alfred Hospital en souvenir de l'attentat alors qu'Alfred est soigné par six infirmières issues de l'école de Florence Nightingale, à peine arrivée en Australie.

Au cours de ses voyages, il est le premier membre de la Famille royale britannique à visiter l'Australie en 1868, la Nouvelle-Zélande en 1869, les Indes britanniques en décembre 1869 et Hong Kong.

Après son mariage, il stationne à Malte où naît son troisième enfant, Victoria Melita, en 1876. Il atteint le grade d'amiral le 18 octobre 1887, année où il a sous son commandement son neveu alors lieutenant, le futur George V. Amiral de la flotte en juin 1893, ce titre est le summum d'une carrière où il a plusieurs fois commandé à toute une flotte : celle de la Manche de 1883 à 1884, de la Méditerranée de 1886 à 1889, et où il est commandant en chef de 1890 à 1893.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

SAR le duc d'Édimbourg, SAR la duchesse d'Édimbourg et SAR le prince Alfred d'Édimbourg

Il épousa le 23 janvier 1874 Son Atesse Impériale la grande-duchesse Maria Alexandrovna de Russie, dont il eut cinq enfants :

Par sa fille Marie, Alfred est l'arrière-grand-père du roi Michel Ier de Roumanie et du roi Pierre II de Yougoslavie. À la mort de son oncle le duc Ernest II de Saxe-Cobourg-Gotha en 1893, Alfred devint le nouveau duc, son frère aîné le prince Edward, prince de Galles ayant renoncé à ses droits de succession.

Philatéliste[modifier | modifier le code]

Le duc d'Édimbourg est connu comme un collectionneur de timbres-poste. La plus ancienne de ses acquisitions dont des preuves existent sont deux blocs de vingt exemplaires du 6 pence lilas offerts à Alfred et son frère aîné Édouard lors d'une visite de l'imprimerie De La Rue avec un officiel de l'Inland Revenue, le 8 avril 1856[2].

Élu président honoraire de la Philatelic Society, London en 1890 grâce aux conseils de John Alexander Tilleard[3], l'exposition philatélique de Londres la même année lui permet de présenter des timbres de nombreux pays dont il a pu acquérir les timbres au cours de ses voyages en tant qu'officier de marine. Vers la fin des années 1890, il se spécialise dans des raretés présentées lors de l'Exposition philatélique de Londres de 1897[4].

Il a pu servir de modèle à son neveu George, futur roi George V[4]. Lieutenant de marine, George signale dans son journal en 1887 les moments passés à arranger des timbres avec son oncle, le duc d'Édimbourg, alors amiral en Méditerranée[5].

Ayant besoin d'argent, il vend sa collection de timbres à son frère aîné, le prince de Galles, futur roi Édouard VII, en 1900. Donnée au prince George, elle a aidé à la constitution de ce qui est devenue la Collection philatélique royale, même si peu de timbres peuvent être directement rattachés à Alfred, duc d'Édimbourg[4].

Titulature[modifier | modifier le code]

  • Son altesse royale le prince Alfred le prince Alfred (18441866)
  • Son altesse royale le duc d'Édimbourg (18661893)
  • Son altesse royale le duc de Saxe-Cobourg-Gotha (18931900)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Résultats du vote dans Michael LLewellyn Smith, Olympics in Athens. 1896., Profile Books, Londres, 2004, ISBN 1-86197-342-X, page 17.
  2. D'après le journal d'Édouard, prince de Galles (et futur Édouard VII), et la signature de l'officiel sur les blocs, cités dans Nicholas Courtney, The Queen's Stamps, 2004, ISBN 0-413-77228-4, page 23.
  3. Nicholas Courtney, The Queen's Stamps, 2004, ISBN 0-413-77228-4, page 41.
  4. a, b et c Nicholas Courtney, The Queen's Stamps, 2004, ISBN 0-413-77228-4, pages 28-29.
  5. Nicholas Courtney, The Queen's Stamps, 2004, ISBN 0-413-77228-4, page 33.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]