Charles Blondin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blondin.
Charles Blondin

Charles Blondin, né Jean François Gravelet - Blondin (28 février 1824 à Hesdin, Pas-de-Calais, France - 19 février 1897) est un funambule et acrobate français. Il fut le premier à traverser les Chutes du Niagara en 1859.

Jean-François Gravelet est né à Hesdin[1],[2] France. Ce n'est que plus tard qu'il sera internationalement connu grâce à son surnom : Charles Blondin.

C'est à l'âge de 5 ans[3] qu'il fit ses premiers pas sur une corde raide. Son père (gymnaste) l'envoya à l'école de gymnase de Lyon. Après six mois d'entrainement, il fit sa première apparition en tant que « petit prodige ». À 9 ans[4], il devint orphelin et débuta sa carrière.

C'est en 1851 qu'il fut recruté par William Niblo et fit partie de la troupe Ravel. C'est à ce moment qu'il partit donc pour les États-Unis et prit son surnom[5].

En 1858, lors de la tournée américaine, il vit pour la première fois les chutes du Niagara. Son idée de les traverser ne le quitta plus dès lors. C'est un an plus tard qu'il accomplira son rêve. Le 30 juin 1859, des milliers de personnes assistèrent à sa traversée, lui qui avait tendu une corde de chanvre de 330 mètres un peu en dessous des chutes (il n'avait pas eu l'autorisation d'accomplir sa traversée à l'endroit initial)[6]. Il renouvellera encore de nombreuses fois ce parcours, en variant les démonstrations (en équilibre sur une chaise, prenant des photos de la foule, faisant cuire un repas sur un réchaud, avec une brouette et même en portant sur son dos Harry Colcord (son manager)[7].

Il s'installa en Angleterre à Ealing, dans sa maison Niagara House. Très populaire, il continua longtemps à attirer la foule. Ainsi en 1861, il fit une représentation à Londres au Crystal Palace, devant le Prince de Galles. Sa dernière eut lieu à Belfast en 1896 (il est alors âgé de 72 ans).

Il est enterré au cimetière de Kensal Green[8] de Londres aux cotés de ses deux épouses : Charlotte (morte en 1888) et Katherine (morte en 1901).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. tables décénales du Pas-de-Calais
  2. Et non pas St Omer www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?&id_nbr=6132 comme beaucoup de biographies l'indiquent.
  3. (en) George Linnaeus Banks, Blondin: His Life and Performances. ISBN 9781146620079
  4. www.simpenguin.com/genealogy/blondin/charlesblondinbio.html
  5. (en) George Linnaeus Banks, Blondin: His Life and Performances, p. 28. ISBN 9781146620079
  6. (en)Tour Niagara
  7. www.nflibrary.ca/nfplindex/show.asp?id=89311&b=1
  8. (en) www.nflibrary.ca/nfplindex/show.asp?id=91836&b=1

Lien externe[modifier | modifier le code]