Incident du Dogger Bank

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

54° 43′ 26″ N 2° 46′ 08″ E / 54.724, 2.769

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dogger Bank (homonymie).

L'incident du Dogger Bank (également connu comme l'incident de Hull) a été l’assaut de chalutiers britanniques au Dogger Bank par la flotte de la Baltique de la Russie pendant la nuit du 21 octobre au 22 octobre 1904.

Il ne faut pas confondre l’incident du Dogger Bank avec d'autres batailles qui ont eu lieu au même endroit.

Les faits[modifier | modifier le code]

Les vaisseaux de guerre russes étaient en route pour l'Extrême-Orient, où ils étaient le dernier espoir russe dans la guerre russo-japonaise. À cause de faux rapports au sujet de présence de torpilleurs japonais et la nervosité générale des marins russes, environ 30 chalutiers innocents ont été attaqués par les Russes à des milliers de kilomètres des eaux ennemies.

Le désastre a commencé dans la soirée, quand, ivre de boisson, le capitaine du navire de ravitaillement Kamtchatka (Камчатка), qui le dernier du convoi, a pris un navire suédois de passage pour un torpilleur japonais et signalé par radio qu’il était attaqué. Plus tard dans la nuit les officiers de garde ont vu les bateaux britanniques, ont mal interprété leurs signaux et les ont pris pour des torpilleurs japonais essayant d’attaquer. Ainsi ils ont ouvert le feu sur des pêcheurs britanniques. Le chalutier Crane a été coulé et deux pêcheurs britanniques ont été tués. À bord des autres bateaux six pêcheurs ont été blessés au total, dont l’un si grièvement qu’il est décédé quelques mois plus tard. Dans la confusion générale, les navires russes ont tiré les uns sur les autres : quand le cuirassé Aurore (Aврора), qui n’était pas impliqué jusque-là, s'approche, il est pris pour un navire de guerre japonais, canonné et légèrement endommagé. Au moins un marin russe a été tué, un autre grièvement blessé.

L’incident a provoqué un conflit diplomatique entre la Russie et la Grande-Bretagne, qui a été particulièrement sérieux puisque la Grande-Bretagne était l’alliée du Japon. La presse britannique a qualifié la flotte russe de pirate. Une intervention de la marine britannique a été réclamée et l’amiral russe Zinovi Rojestvenski devait être traîné devant les tribunaux. L’amiral était particulièrement critiqué pour avoir abandonné les matelots britanniques à leur sort et n’avoir pas envoyé de canots de sauvetage. La marine de guerre britannique poursuivit la flotte russe et la bloqua dans le port de Vigo, en Espagne. La Russie fut obligée de permettre une enquête sur l’incident, afin que ses navires soient libérés. Mais l’enquête fut arrêtée après l’anéantissement de la flotte russe durant la bataille de Tsoushima. Entre-temps, le gouvernement russe avait versé un dédommagement de 65 000 ₤ pour calmer le gouvernement britannique.

Le mémorial des pêcheurs (Fisherman’s Memorial), inauguré à Hull en 1906, rappelle la mort des trois marins britanniques.

Littérature[modifier | modifier le code]

  • (en) Connaughton, R. M., The war of the rising sun and tumbling bear. A military history of the Russo-Japanese war 1904-5, London/New York 1988.
  • (en) Westwood, John N., Russia against Japan 1904-05. A new look at the Russo-Japanese war, Houndmills 1986.

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]