Parti libéral (Royaume-Uni)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti libéral.

Le Parti libéral (Liberal Party) fut l'un des deux principaux partis politiques britanniques du début du XIXe siècle jusqu'aux années 1920, et un parti d'importance variable jusqu'en 1988, date à laquelle il fusionna avec le Social Democratic Party (en) (SDP) pour former le parti Liberal Democrats.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Parti libéral est né de la fusion du Whigs, l'un des deux grands groupes parlementaires des XVIIe siècle et XVIIIe siècle, et des radicaux disciples de Jeremy Bentham. Sur le plan économique, les radicaux doivent en grande partie leur doctrine à Ricardo, un disciple de Bentham. Au moment de leur fusion avec les Whig leurs principaux responsables étaient Richard Cobden et John Bright[1]. Ils avaient deux objectifs : mettre fin aux privilèges de l'aristocratie terrienne et assurer le développement de la classe moyenne et abolir les corn laws pour mettre en place le libre-échange. Les Whigs, quant à eux, représentaient l'aristocratie libérale, ouverte aux réformes politiques et favorable au libre-échange.

Ce parti fut surtout influent dans la seconde moitié du XIXe siècle, avec Palmerston et surtout William Gladstone qui fut premier ministre de 1868 à 1874 puis de 1880 à 1886 et enfin, de 1892 à 1894. Ce parti gouverna aussi l'Angleterre de 1906 à 1922 avec, Henry Campbell-Bannerman, Herbert Henry Asquith et David Lloyd George.

Au début du XXe siècle, les gouvernements libéraux entreprennent des réformes sociales (les premières assurances sociales). Cependant, l'électorat populaire se dirige vers le Parti travailliste, et la bourgeoisie et les milieux d'affaires vers le Parti conservateur. Le Parti libéral entame un long déclin et ne constitue plus que la troisième formation politique britannique. Il connaît une renaissance depuis les années 1980 en s'alliant avec des travaillistes dissidents pour constituer le nouveau parti des Démocrates libéraux.

Références[modifier | modifier le code]

  1. voir note de bas de page, p. 13 in J. M. Keynes, La pauvreté dans l'abondance, tel Gallimard, 2002