Maîtrise en administration des affaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une maîtrise en administration des affaires[1] (souvent abrégée en MBA, sigle de l'anglais master of business administration) est le diplôme international d'études supérieures du plus haut niveau dans le domaine de la conduite globale des affaires : stratégie, marketing, finances, ressources humaines et management.

À vocation non académique mais de conduite des affaires en entreprise, le MBA n'est pas un doctorat. Il s'adresse avant tout à des cadres expérimentés désirant se réorienter ou accélérer leur carrière.

Il est différent du diplôme français « master en administration des affaires ». Le terme n'étant pas déposé, il est utilisable par tous les établissements mais des accréditations existent pour permettre de mieux identifier la valeur de chacun.

Le MBA dispense traditionnellement une approche globale du management mais il existe également des MBA spécialisés.

Présentation[modifier | modifier le code]

Intitulé[modifier | modifier le code]

Le MBA a été créé aux États-Unis dans les écoles d'administration sous l'intitulé anglais de master's degree in business administration, devenu Master of business administration, en abrégé MBA. En raison de l'influence du système américain des business schools et de l'hégémonie mondiale du MBA par les grandes entreprises anglo-saxonnes, l'intitulé en langue anglaise du MBA est devenu presque universel dans des pays non anglophones.

En France, la volonté de franciser le MBA se heurte à la confusion existant entre les termes maîtrise, mastère, master, MBA spécialisé, etc. ; il est ainsi devenu difficile de traduire MBA en français sans provoquer des incompréhensions, surtout que le principe du diplôme recrutant uniquement des personnes ayant plusieurs années d'expérience professionnelle n'existe pas dans le système français.

Par contre, au Canada le terme Maîtrise en administration des affaires est couramment utilisé comme nom officiel du diplôme, en mentionnant qu'il est en fait un MBA[2].

Admissions[modifier | modifier le code]

Les admissions sont généralement en deux étapes. Tout d'abord, le candidat doit remplir un dossier basé sur un test de connaissances générales, parfois un test d'aptitude en anglais (Toeic, Toefl ou IELTS), sur l'expérience professionnelle, les relevés de notes et des lettres de références. Le test de connaissances générales le plus largement reconnu est le GMAT. Le Graduate Record Examination est aussi utilisé depuis 2009 par les universités américaines dans leur processus de recrutement MBA. Le TAGE-MAGE est quant à lui souvent préféré pour les programmes français.

À l'issue d'une sélection sur dossier, le candidat passe un entretien avec un membre du comité d'admission. C'est cet entretien qui détermine l'admission définitive.

Reconnaissance et accréditation[modifier | modifier le code]

La « qualité » d'un MBA s'évalue tout d'abord en fonction des accréditations auprès d'institutions internationales :

Les classements annuels établis par certains journaux ou magazines sont aussi un bon moyen de connaître la valeur d'un programme. Les classements les plus largement reconnus au niveau mondial sont ceux du Financial Times, de Business Week, et de US News.

D'autres classements sont intéressants à consulter comme celui de The Economist, de la Princeton Review, du Wall Street Journal et du magazine Forbes.

Méthode et étendue des programmes[modifier | modifier le code]

La méthode d'enseignement est « socratique » à base d'études de cas et reposant sur la forte participation des élèves qui font profiter de leur expérience pour lier la théorie et la pratique. Généralement, avant le cours, les élèves doivent lire un cas mettant en scène un manager qui doit prendre une décision ou proposer une solution à un problème. Ils doivent se mettre à la place de ce manager et développer leur solution. En cours, les élèves partagent leurs points de vue qu'ils nourrissent généralement de leur expérience professionnelle. Le professeur guide les prises de parole et amène les concepts en les liant avec le cas (cf. notes: exemple de cours à la Darden School of Business). Ainsi, l'enseignement est immédiatement mis en perspective avec la pratique des affaires.

Le MBA propose toute une panoplie de sujets, comme l'économie, l'organisation, le marketing, la comptabilité, la finance, le management stratégique, le business international, le management des technologies de l'information, les ressources humaines, et les stratégies politiques.

Dans le modèle traditionnel américain, les étudiants travaillent sur un large éventail de cours la première année, puis entament une spécialisation lors de la seconde. La spécialisation s'opère par le biais d'électifs qui sont généralement choisis « à la carte » par l'étudiant qui souhaite approfondir un domaine particulier (ex: le marché des options pour la finance ou les politiques de prix pour le marketing).

En Europe, est apparu un format d'enseignement plus concentré durant entre 9 et 16 mois. L'objectif essentiel étant de minimiser le temps passé par des cadres de haut niveau en dehors de l'entreprise. Dans ce cas, la formation est similaire au programme en 2 ans sans toutefois l'apport d'un stage entre la première et le deuxième année.

En seconde année, les MBA non spécialisés permettent à leur élèves de se concentrer sur certains domaines par le biais d'électifs ce qui permet de personnaliser son apprentissage en fonction de ses objectifs professionnels.

Évolution[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le MBA provient des États-Unis, plus précisément de l'Université Harvard, qui inventa ce diplôme en 1908[3]. Longtemps cantonné aux universités américaines, il s'est diffusé à partir des années 1950. Ainsi, il est apparu au Canada en 1951, puis au Pakistan en 1955, puis en Europe en 1957 à l'Institut européen d'administration des affaires (INSEAD) à Fontainebleau, en France.

Le MBA est maintenant adopté par des universités et écoles d'administration du monde entier.

En Europe, on peut citer l'université de Londres (London Business School), l'Université de Saint-Gall, puis l'IMD à Lausanne, de Manchester pour l'Angleterre. En France, de nombreux programmes de type MBA se sont créés au sein des Grandes écoles de commerce et des universités françaises depuis le début des années 1990. Mais ce type de formation est encore assez peu connu et se heurte aux programmes traditionnels de ces établissements.

Le MBA s'est aussi diffusé en Amérique latine, en Asie, en Inde et en Afrique. Parmi les plus renommés, il y a notamment le MBA de la Hong Kong University of Science and Technology[4], de la China Europe International Business School[5], de l'Indian School of Business[6].

À l'origine, aux États-Unis, le MBA était décerné après deux années d'études à temps plein, fondées sur la méthode des cas (issus de l'entreprise) et sur le travail des étudiants en groupe. Ultérieurement, et surtout en Europe, la durée des études a été réduite à une année, les études ont été organisées à temps partiel, ou pour cadres d'entreprises, puis à distance (formation en ligne).

Executive MBA[modifier | modifier le code]

L'Executive MBA (EMBA) a été au départ créé pour les seniors par l'Université de Chicago en 1943. Ces programmes, destinés à des cadres supérieurs et à des dirigeants, demandent une expérience significative en management et business. Les programmes d'Executive MBA s'adressent ainsi à des professionnels ayant un minimum de 8 ans d'expérience. En Europe, l'expérience moyenne des participants aux programmes les plus prestigieux (London Business School, IMD - Lausanne[7], HEC - Paris[8]) avoisine les 15 ans.

Les cours d'Executive MBA se déroulent en temps partagés sur une durée variant généralement entre 16 et 24 mois. Souvent organisés en partenariat avec d'autres institutions internationales les programmes proposent fréquemment des séminaires à l'étranger. Certaines institutions offrent même un double diplôme permettant notamment l'accès aux associations d'anciens des deux universités. En quelques années, le succès des formations Executives n'ont cessé de gagner du terrain sur le créneau de la formation professionnelle en management.

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, la plupart des universités américaines ont un programme de type MBA. Même s'il est parfois difficile de connaître la valeur de ce diplôme, cette généralisation est sans nul doute la marque de son succès auprès des étudiants et des entreprises qui les recrutent. Dans le contexte de la crise économique de 2008-2009, le MBA a a été critiqué (absence d'éthique dans son cursus, accent mis sur la rentabilité). Mais il faut noter que les entreprises qui employaient un grand nombre de MBA (et notamment les banques) n'ont pas connu de difficultés supérieures aux autres. Au contraire, il semble qu'elles aient connu moins de difficultés économiques que les entreprises ayant peu ou pas de MBA dans leur personnel[9].

Parmi les universités américaines les plus renommées et qui dispensent un MBA de haut niveau, il y a[10] :

Harvard Business School Columbia Business School Tuck School of Business Ross School of Business Berkeley Haas School of Business
UCLA Anderson School of Management MIT Sloan School of Management Darden School of Business Université Stanford Wharton School
Chicago Booth School of Business Duke Fuqua School of Business Université Yale Cornell Johnson School of Management Kellogg School of Management

Les programmes américains se caractérisent par une prépondérance des élèves originaires d'Amérique du Nord. Selon les écoles, environ 40 % à 25 % des étudiants ne sont pas américains. Il faut toutefois être prudent avec ces chiffres. En effet, beaucoup ont une double nationalité et/ou étudié dans une université américaine. La proportion des « vrais » étudiants étrangers dans ces programmes est plus faible. De plus, la moyenne d'âge est généralement de l'ordre de 27-28 ans avec une expérience professionnelle préalable de 5 années environ.

En Afrique[modifier | modifier le code]

Les programmes MBA sont également représentés dans l'offre de formation des pays africains. Qu'il s'agisse des MBA en initial et des programmes Executive, ils répondent à une demande croissante de formation en management de haut niveau dispensée localement. En effet, face aux difficultés rencontrées dans le cadre de l'obtention des visas pour l'Europe pour les candidats initiaux et aux risques liés aux engagements financiers et à une cessation, même temporaire, de l'activité professionnelle, beaucoup ont préféré miser sur un cursus local, souvent assuré par des intervenants renommés. En 2009, 16 MBA étaient identifiés sur le territoire Africain[11].

Au Sénégal :

Le CESAG ( Centre Africain d'Etudes Supérieures en Gestion[12]),(Sénégal),

Institut Africain de Management (Sénégal)

En Afrique centrale :

l'UPA (Université professionnelle d'Afrique) (RDC et Congo Brazzaville et Pointe-Noire) délivrant le Grade de Master (Diplôme National d'État français) en management de l'information stratégique grâce au partenariat avec Sciences Po Aix-en-Provence, deux entités (DGC et ESMK),

UFRA (Côte d'Ivoire).

OTC Burkina délivre le MBA accrédité par MBA Accreditation, Ouagadougou (Burkina Faso)

L'ISIG international(Burkina Faso) avec 19 diplômes reconnus par le cames, dont plusieurs masters.

En Tunisie, Algérie et au Maroc :

L'UMBB (Algérie)

L'ESAA, (Algérie)

L'INSIM, (Algérie)

L'INIESCOM en partenariat avec PGSM-ESG Paris (Algérie)

TBS (Tunisie),

AL Akhawayn University in Ifrane (Maroc),

L'ISCAE (Maroc),

L'EHTP (Maroc)

UIC (Maroc),

HEM (Maroc),

École nationale de commerce et de gestion (Maroc),

ESCA (Maroc)

L'université internationale de Casablanca (Maroc)

En Europe[modifier | modifier le code]

En Europe, les programmes de type MBA sont apparus durant les années 1960, généralement créés avec l'aide de business schools américaines. Ces programmes étaient très élitistes parce que peu connus et touchaient des personnes sensibilisées aux méthodes anglo-saxonnes. Puis la seconde vague de développement des MBA en Europe s'est produite à partir des années 1990. On a vu apparaître de nombreux programmes ayant l'appellation MBA. La caractéristique des MBA européens est leur durée qui est généralement de 1 an contrairement aux programmes américains qui sont sur 2 ans. De plus, ils tendent à attirer des étudiants plus âgés (autour de 30 ans en moyenne) que leurs homologues US. Cela s'explique surtout par le fait que l'entrée dans la vie active est plus tardive en Europe qu'aux USA.

Les meilleurs MBA européens sont, sur le plan de la qualité, comparables aux meilleurs programmes américains. En 2010, le journal Financial Times classe au premier rang mondial le MBA de la London Business School devant Wharton, l'Insead étant classé 5e devant l'Instituto de Empresa et Columbia. Selon le journal The Economist[13], les MBA européens les plus renommés en 2010 sont :

IESE Business School
IMD
HEC Paris
INSEAD
IAE de Paris
IE - Instituto de Empresa
London Business School
Manchester Business School
Imperial College Business School
Cambridge Business School

France[modifier | modifier le code]

La France a été pionnière en matière de MBA avec la création de l'INSEAD en 1957 et de l'Institut supérieur des affaires (programme MBA du Groupe HEC) en 1969, et dont les programmes sont parmi les meilleurs mondiaux[réf. nécessaire]. En parallèle, en 1956 Gaston Berger décide de créer un diplôme Français équivalent au MBA, généraliste en management, dans le but de former des cadres ingénieurs de formation au monde des affaires : le Certificat d'Aptitude à l'Administration des Entreprises (CAAE) à travers la création de l'Institut d'Administration des Entreprises de Paris (IAE Paris).L'IAE de Paris a été classé 6ème en France et 29ème En Europe dans le QS TOP 200 Business Schools 2014[14].

Mais le développement du MBA s'est heurté à plusieurs difficultés.Tout d'abord, le côté anglo-saxon, la méthode d'apprentissage, l'absence de définition précise du MBA ni d'instance réglementant son attribution rendent difficile l'insertion de ce diplôme dans l'enseignement supérieur français. De plus, il rentre en concurrence avec le système des grandes écoles recrutant sur concours après les classes préparatoires pour la formation des cadres supérieurs des entreprises. Enfin, le principe et l'intérêt du MBA provient de l'expérience professionnelle des étudiants qui ont généralement entre 4 et 10 ans d'expérience professionnelle à leur entrée dans la formation. Ce principe de retour sur les bancs de l'école pour avoir un accélérateur de carrière ou une formation tout au long de la vie active est encore assez peu répandu et pas forcément bien vu ni bien compris.

Cependant, au cours des années 1990, avec l'augmentation des échanges universitaires et l'implantation d'entreprises étrangères qui connaissaient le MBA, ce type de programme s'est à nouveau développé dans l'enseignement supérieur français. Dès 1987, l'École des Ponts ParisTech avait créé son MBA in International Business, invitant des professeurs issus d'universités internationales de premier plan[15].

Maintenant, de nombreux établissements[16] proposent des MBA. Certaines écoles françaises ont d'ailleurs des partenariats avec des universités américaines d'excellence dans le cadre de la délivrance d'un véritable MBA américain.

Cas particulier des écoles supérieures de commerce[modifier | modifier le code]

En France, les écoles de commerce, « Grandes écoles » de type École supérieure de commerce délivrent généralement un diplôme de type Master (généralement master en management). En effet, les étudiants sortant de classe préparatoire aux grandes écoles n'ont pas d'expérience professionnelle. L'École supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC) avait décidé de délivrer un MBA à ses étudiants entrés sur concours après classe préparatoire arguant du fait qu'ils passaient l'équivalent de deux ans en entreprise au cours de leur scolarité. Mais cette stratégie qui n'avait pas été suivie par les autres Grandes écoles s'est heurtée à un problème de reconnaissance internationale. En mai 2010, l'ESSEC a décidé de se conformer au standard en vigueur et de ré-intituler son programme « Grandes Écoles » de Master en Management.

Cependant, les Grandes écoles ont développé en parallèle de leurs masters d'autres programmes et notamment des MBA. Certains de ces MBA sont de general management comme leurs équivalents américains avec parfois un accent mis sur l'international. Dans ce groupe, il y a notamment les programmes de HEC, de l'EDHEC, de l'ICN Business School de Nancy, de Rouen Business School, de Reims Management School, de l'ESG Management School ou de l'ESC Grenoble.

D'autres écoles ont mis en place des MBA spécialisés. Depuis 2011, Confor-PME propose ainsi en Guadeloupe un Executive MBA avec 3 dominantes (Ressources Humaines, Gouvernance d'entreprise et Information financière) adossé au diplôme National d'Etat de Master en Management de l'information stratégique (grade) délivré par Sciences Po-Aix.

L'EM Normandie a logiquement crée un MBA Maritime, Transport et Logistique ainsi d'un Executive MBA en Management de projet, Bordeaux école de management a créé un Wine MBA misant sur la renommée de Bordeaux dans le monde du vin et visant à former les cadres des grandes entreprises mondiales du secteur viticole et des spiritueux. L'ESC Toulouse a développé deux MBA sectoriels : un dans le domaine de l'aéronautique et l'autre du conseil, l'ENAC sur l'aviation[17] et Euromed Management un MBA dans le domaine maritime (cf. MBA en France). On retrouve également l'École supérieure de gestion (ESG) qui dispose de 10 executive MBA dans plusieurs domaines variés.

Suisse[modifier | modifier le code]

En Suisse, le MBA est appelé Master en économie d'entreprise. Il est organisé notamment par les Hautes Écoles de Commerce (HEC) mais principalement par les Hautes Écoles de Gestion (HEG) faisant elles-mêmes partie des Hautes Écoles Spécialisées (HES). Les HES sont les écoles supérieures réunies directement en concurrence avec l'Université officielle. Au niveau européen, les HES sont des universités en vertu de leur collaboration aux accords de Bologne et leurs titres de fin de formation sont en conséquence des Bachelors ou des Masters.

En Suisse comme à l'étranger, le vrai Master in Business Administration ou le Master en économie d'entreprise est généralement précédé par le Bachelor du même nom, voire éventuellement un Bachelor en science économique de l'Université traditionnelle.

Programmes alternatifs[modifier | modifier le code]

« Les meilleurs MBA et les écoles de commerce n’ont pas le monopole de la connaissance du business »[18] constate Josh Kaufmann. Ainsi, il a rassemblé des livres qui regroupent le contenu du programme d'un MBA et qu'il a appelé Personal MBA. Un nouveau mode d'apprentissage basé sur la lecture de livres et l'échange avec les autres participants sur Internet, mais sans école et sans diplôme.

En France, "MyBusinessEducation" reprend cette initiative pour la communauté francophone, en proposant, notamment, la liste des livres avec leur traduction et en organisant des rencontres régulières des participants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ou « Maîtrise universitaire en administration des affaires ».
  2. Programme de Maîtrise en administration des affaires de l'université de Sherbrooke
  3. Kaplan, Andreas (2014) European management and European business schools: Insights from the history of business schools, European Management Journal, http://dx.doi.org/10.1016/j.emj.2014.03.006
  4. Site du MBA de la HKUST
  5. Site de la CEIBS
  6. Site de l'Indian School of Business
  7. Site web de l'executive MBA de l'IMD
  8. Site web de l'Executive MBA de HEC
  9. HarvardBusinessReview, January-February 2010, article R1001H « the best-performing CEOs in the world » p. 112: « we found that 32% of CEOs who had an MBA ranked, on average, 40 places better than the CEOs without an MBA » The Best-Performing CEOs in the World - Harvard Business Review
  10. la liste des universités citées n'est en aucun cas un classement de quelque sorte que ce soit
  11. http://webcatho.blogspot.com/2009/01/les-16-meilleurs-mba-dafrique.html
  12. www.cesag.sn
  13. [1] Journal The Economist: Classement 2010 des MBAs européens
  14. « TOP MBA »
  15. Kahn Annie, « Un MBA aux Ponts », Le Monde,‎ 27 septembre 1989
  16. Liste des programmes MBA français
  17. http://www.enac.fr/documents/formation/aviation_mba.pdf
  18. Personal MBA Manifesto par Josh Kaufmann

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]