Institut supérieur de mécanique de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Institut supérieur de mécanique de Paris
Image illustrative de l'article Institut supérieur de mécanique de Paris
Devise Créateur d'avenir
Informations
Fondation 1948
Type Grande école d'ingénieurs sous tutelle du ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche
Localisation
Ville Saint-Ouen
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Campus Saint-Ouen
Direction
Directeur Alain Rivière[1]
Chiffres clés
Personnel 52
Enseignants 52
Enseignants-chercheurs 42
Étudiants 600 en 2010[2]
Doctorants 54 en 2010[2]
Niveau Bac+5
Diplômés/an 190 en 2010[2]
Divers
Affiliation Collegium Île-de-France, Polyméca, CGE,
, Université du grand ouest parisien
Site web www.supmeca.fr/

L'Institut Supérieur de Mécanique de Paris - Supméca (anciennement CESTI[3]) est une grande école d'ingénieurs publique, sous tutelle du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, qui forme des ingénieurs spécialistes des systèmes industriels, des systèmes de transport et des systèmes de production. Supméca recrute ses élèves-ingénieurs principalement après le cycle préparatoire (CPGE). Elle est membre du groupement d'écoles ENSI et fait partie du réseau Polyméca, ainsi que du Collegium Île-de-France. Supméca est une école réputée en génie mécanique. Les élèves-ingénieurs sont surnommés « mécasupiens ».

École[modifier | modifier le code]

Supméca Paris : l'ancien bâtiment
Supméca Paris : le nouveau bâtiment
Supméca Toulon

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1948[4] est créé l’Institut Supérieur des Matériaux et de la Construction Mécanique (ISMCM), à l’initiative conjointe du Ministère de la Défense, du Ministère de l'Éducation nationale et de la Fédération des Industries Mécaniques et Transformatrices des Métaux. Destiné aux ingénieurs qui sortaient des grandes écoles de l’État et possédaient déjà une pratique industrielle, l’ISMCM était chargé du perfectionnement dans l’étude des matériaux et dans leur utilisation dans la construction mécanique.

En 1956, est créé le Centre d’Études Supérieures de Techniques Industrielles (CESTI), école d’ingénieurs, rattachée à l’ISMCM. Précurseur en son temps, l’école s’est créée sur les principes fondamentaux de la formation initiale et de la formation continue en mettant sur pied un système de formation original alternant cours scientifiques de haut niveau et stages industriels en entreprise. Une antenne du CESTI sera crée en 1994 à Toulon, avec curieusement pour directeur la propre fille du directeur du CESTI de Paris.

En 2003, le CESTI devient l'Institut Supérieur de Mécanique de Paris, appelé Supméca. Il délivre le Diplôme National d'Ingénieur Supméca (dénommé, avant 2003, Diplôme National d'Ingénieur CESTI), reconnu par la Commission des titres d'ingénieur (CTI). Ce diplôme confère le grade de Master et le titre professionnel d'ingénieur diplômé. Depuis 2008, Supméca forme également des apprentis qui suivent le nouveau cursus menant au Diplôme National d'Ingénieur Supméca spécialité génie industriel (formation par apprentissage), également reconnu par la CTI.

En 2012, création du PRES (pôle de recherche et d’enseignement supérieur) Collegium Île-de-France dont Supméca, l’ENSEA et l’EISTI sont les membres fondateurs.

En 2014, l’antenne toulonnaise de Supméca est intégrée dans l’Université de Toulon.

L'école aujourd'hui[modifier | modifier le code]

L'école a participé à la fondation du Collegium Île-de-France[5]. Dans la politique actuelle de regroupement des pôles de formation supérieure, cela constitue une force de 2400 élèves-ingénieurs, de 13500 anciens élèves, de 300 enseignants-chercheurs et de 4 campus (2 à Cergy, 1 à Saint-Ouen et 1 à Pau).

Évolution de l'école[modifier | modifier le code]

Supméca Toulon se déplace sur le campus de La Valette-du-Var et fusionne avec l'ISITV pour donner naissance à une nouvelle école : SeaTech.

Admission[modifier | modifier le code]

L'admission principale à l'ISMEP intervient au niveau bac+2, par la voie des Concours communs polytechniques[6].

La formation d'ingénieur Supméca combine une solide base scientifique avec une expérience industrielle. Sur trois ans de formation, 52 semaines sont consacrées aux stages. La formation comprend des enseignements scientifiques obligatoires et électifs, des enseignements en sciences économiques, sociales et humaines, ainsi que deux langues étrangères obligatoires dont l'anglais, en première et deuxième années, des enseignements de filière, en dernière année.

À partir de la rentrée 2014, le recrutement se fait uniquement pour le site parisien. En effet, l’antenne toulonnaise de Supméca est intégrée dans l’Université de Toulon et devient le nouvel institut Seatech. Les étudiants ayant intégrés Supméca Toulon jusqu’à septembre 2013 restent attachés à Supméca jusqu’à l’obtention de leur diplôme.

cursus de formation[modifier | modifier le code]

Les étudiants peuvent choisir l'un des parcours suivants :

les différents parcours d'enseignements[modifier | modifier le code]

Parcours 1 : Simulation et procédés de fabrication

Contenu : aspects technologiques, physiques, numériques des procédés de fabrication, logique de ­choix des procédés de fabrication et des matériaux, intégration dans l’unité de production.

Débouchés : les ingénieurs issus de ce parcours occupent des postes en production, bureau des méthodes, conception et amélioration de process, recherche et développement… car ils sont au carrefour de la conception, de la production et de l’organisation de la production.

Parcours 2 : Simulation en conception mécanique

Contenu : modèles de matériaux et de structures, dynamique des structures – vibroacoustique.

Débouchés : les ingénieurs issus de ce parcours ont vocation à occuper des postes de type recherche & développement ou études dans des entreprises appartenant aux secteurs les plus variés comme l'automobile, l'aéronautique, le ferroviaire, l'espace, l'énergie...

Parcours 3: Modélisation en ingénierie mécanique

Contenu : modélisations numériques, méthodologie et optimisation du processus de conception.

Débouchés : les ingénieurs issus de ce parcours ont vocation à occuper des postes de type recherche & développement ou études appréciés pour leur grande maîtrise des outils et méthodes d’ingénierie numérique.

Parcours 4 : Mécatronique, systèmes complexes

Contenu : ingénierie des systèmes mécatronique, informatique industrielle (systèmes temps réel, réseaux), électronique (commande, puissance, CEM), mécanique (dynamique, matériaux, structures).

Débouchés : les ingénieurs issus de ce parcours ont vocation à occuper des postes de type recherche & développement ou études pour des missions nécessitant des compétences en mécanique, technologies de l’information et commande des systèmes.

Parcours 5 : Systèmes de production et logistique

Contenu : à travers des études de cas, mises en situation, jeux d’entreprise, sont abordés les principaux concepts, méthodes, outils et techniques de la chaîne logistique : recherche opérationnelle,optimisation, planification,systèmes d’informations (ERP, PLM, APS), achats stratégiques, lean manufacturing et lean development, qualité, 6 Sigma, gestion de projets avancés.

Débouchés : les ingénieurs issus de ce parcours pourront prendre des responsabilités dans l’entreprise en respectant les principes de durabilité et en mettant leurs compétences au service de la performance, de la qualité et de la sécurité. Leur expertise s’exerce sur les installations, les produits, les relations et informations mises en jeu, l’organisation et l’environnement de l’entreprise.

Chacune de ces filières propose un cursus parallèle. La dernière année peut également s'effectuer dans un établissement partenaire ou non du réseau Polyméca (ISAE-ENSMA, ENSMM, ENSIAME, ENSIB, ENSTA Bretagne, ENSCI) ainsi qu'à l'étranger.

Au niveau international[modifier | modifier le code]

Les élèves qui le désirent peuvent effectuer leur dernière année dans l'une des universités partenaires parmi les plus prestigieuses. Quelques exemples :

Dans le cadre d'un cursus double diplômant[modifier | modifier le code]

Également en Inde, Australie, Chine...

Dans le cadre d'un cursus non diplômant (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

Réseau de l'université du Québec :

Aux Pays-Bas :

En Allemagne :

Autre cursus possibles :

Associations et clubs[modifier | modifier le code]

Plus de 30 clubs et associations animent la vie étudiante à Supméca.

Les activités extrascolaires, fortement recommandées et encouragées par l'école Supméca, vont aider à développer chez les étudiants le sens de la responsabilité, l’esprit d’équipe et des valeurs de partage et de solidarité, des atouts dans la vie professionnelle. Les sports

Les étudiants de Supméca ont accès, à proximité de l’école, à divers complexes sportifs. Supméca compte donc tout naturellement un grand nombre de clubs de sports animés par le Bureau des sports que : arts martiaux, aviron, badminton, basket, danse, escalade, football, rugby, handball, natation, tennis, tennis de table, voile, volley...

La plupart de ces activités intègrent des championnats et autres tournois (par exemple le TIE — Tournoi inter ENSI) tout au long de l’année. Tout est accessible, pour les sportif ou non.

Le 4L Trophy : Supméc’4L[modifier | modifier le code]

Envie de mettre les mains dans le cambouis ? Grâce à cette association les étudiants qui y participent préparent une 4L pour un raid humanitaire au Maroc. Le 4L Trophy, très répandu dans la sphère estudiantine, est l’occasion de prendre le mot mécanicien à la lettre et de préparer une Renault 4L à l’assaut du désert marocain.

Ce grand rassemblement permet de rentrer dans l'action humanitaire.

Les revues[modifier | modifier le code]

Le Perrok’ (dont la devise est "répéter, déformer, amplifier !") a pour objectif de les informer et de les divertir en abordant des sujets divers et variés sur le ton de l’humour.

Les arts[modifier | modifier le code]

Plusieurs clubs sont disponibles au sein de l'école avec toujours la possibilité d'en créer de nouveaux. Parmi les existants voici une liste non-exhaustive:

Le club photo rassemble des personnes amateurs ou initiées, désirant faire de la photographie, argentique ou numérique, en vue d’apprendre à utiliser un appareil reflex et profiter de la belle ville qu’est Paris.

Le Bureau Des Arts c’est l’aire de jeu des créatifs. Pour les artistes peintres, musiciens ou autre, l’équipe du Bureau des Arts organise des activités régulières et des évènements ponctuels.

Les foyers[modifier | modifier le code]

Le foyer des étudiants est l’espace de convivialité où se retrouvent les étudiants pendant les pauses.

L’association BaAar, anime le bar de l’école. Un club de billard et de baby foot permettent d’occuper les pauses et d’organiser des tournois entre amis.

Les jeux[modifier | modifier le code]

Le club loisirs regroupe les amateurs de réflexion, de stratégie et de bluff. Ils se rejoignent chaque semaine pour s’affronter à travers divers jeux comme le Poker, le jeu de go ou les échecs. Jeux vidéo et jeux de rôles font également parties des distractions ludiques.

Le développement durable[modifier | modifier le code]

Ecostudent à Supméca Paris a pour but de développer des projets dans le domaine du développement durable et de promouvoir ceux-ci au travers d’une communication tournée vers les étudiants. Projet actuel : un kit permettant de transformer les vélos "classiques" en vélo d’appartement. Ce kit permettra de transformer l’énergie du cycliste en énergie électrique.

La musique[modifier | modifier le code]

Avec Sensum Events apprend à mixer, à fabriquer une enceinte et à sonoriser une salle. L’association participe également à la Technoparade.

Le Club Zic existe également pour permettre aux passionnés ou non de musique de pouvoir jouer ensemble dans des groupes. De nombreux styles musicaux sont représentés et une salle de répétition ainsi que du matériel sont à disposition.

La robotique et l’aéronautique[modifier | modifier le code]

Les étudiants peuvent bénéficier d’un Club Robotique qui a actuellement en projet la réalisation d’un drone quadrirotor. L’association Supméc’Aéro regroupe quant à elle des passionnés d’aéronautique et de spatial. Les étudiants y conçoivent avec application des fusées, navettes ou autres ballons d’une fiabilité reconnue.

Soutien scolaire[modifier | modifier le code]

Chaque lundi et mercredi, en amphithéâtre, les bénévoles du soutien scolaire assurent une aide à l’étude aux élèves des lycées et collèges voisins qui le souhaitent, principalement en maths et physique, à travers l'association Soutien Scolaire Supméca.

Cuisine[modifier | modifier le code]

Le Bureau de la bonne bouffe est un club chargé de la cuisine dans l’organisation d’animations, de soirées, d’évènements destinés aux étudiants. Malgré son nom trivial, ce club au succès grandissant permet aux étudiants de découvrir de temps en temps des saveurs autres que celle de la sempiternelle assiette de pâtes au gruyère.

Les juniors entreprises[modifier | modifier le code]

Supméca Junior Études : Depuis 2009, les étudiants ont une association tournée vers le monde de l'entreprise. Pour ceux qui le souhaitent c’est l’occasion rêvée de travailler sur des projets concrets en partenariat avec des industriels. C’est aussi un bon moyen de s’investir dans la vie de l’école.

Les compétences de l'association couvrent différents domaines :

  • le bureau d’études
  • les méthodes
  • la production & la logistique
  • la programmation
  • la traduction

Supméca Junior Etudes organise annuellement la Journée Speed Project (JSP). Lors de cet évènement, plusieurs groupes d'étudiants travaillent sur des sujets de type ingénierie proposés par des industriels durant 8h.

Les animations[modifier | modifier le code]

L’année de l’étudiant Supméca est ponctuée par divers évènements récurrents, auxquels chacun décide de participer, soit pour les organiser, soit simplement pour les vivre. Il s’agit du Gala, du Week-End d’Intégration (WEI), de la Technoparade et du voyage au ski. Le Gala est la grande soirée de l’année ; elle prend généralement place dans un lieu emblématique des nuits parisiennes.

Le WEI propose aux étudiants de première année de se laisser guider par les autres élèves vers un lieu idéalement constitué pour y organiser des activités festives, dans le but de briser la glace entre les promotions.

Pour la Technoparade, les membres du club Technoparade transforment chaque année un char en discothèque ambulante aux couleurs de l’école. Et l’hiver venu, une escapade à la montagne vient oxygéner les têtes bien pleines de nos futurs ingénieurs. Au programme : sports de glisse pour tous les niveaux.

Galerie Supméca Paris[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Directeur général : Alain RIVIÈRE », Supméca (consulté le 30 septembre 2012)
  2. a, b et c « Supméca Saint-Ouen », L'étudiant (consulté le 30 septembre 2012)
  3. « Présentation », Supméca (consulté le 30 septembre 2012)
  4. http="http://www.supmeca.fr/fr/supmeca/presentation
  5. [1]
  6. « Ecoles recrutant sur les Concours Communs Polytechniques », Service Concours Communs Polytechniques (consulté le 30 septembre 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]