Institut supérieur de mécanique de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Institut supérieur de mécanique de Paris
Image illustrative de l'article Institut supérieur de mécanique de Paris
Informations
Fondation 1948
Type Grande école d'ingénieurs sous tutelle du ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche
Localisation
Ville Saint-Ouen
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Campus Saint-Ouen
Direction
Directeur Alain Rivière[1]
Chiffres clés
Personnel 52
Enseignants 52
Enseignants-chercheurs 42
Étudiants 600 en 2010[2]
Doctorants 54 en 2010[2]
Niveau Bac+5
Diplômés/an 190 en 2010[2]
Divers
Affiliation Institut Polytechnique Grand Paris, Polyméca, CGE, Université du grand ouest parisien
Site web www.supmeca.fr/

L'Institut Supérieur de Mécanique de Paris - Supméca (anciennement CESTI[3]) est une grande école d'ingénieurs publique, sous tutelle du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, qui forme des ingénieurs spécialistes des systèmes industriels, des systèmes de transport et des systèmes de production. Supméca recrute ses élèves-ingénieurs principalement après le cycle préparatoire (CPGE). Elle est membre du groupement d'écoles ENSI et fait partie du réseau Polyméca, ainsi que de l'Institut polytechnique Grand Paris[4] (ex Collegium Île-de-France).

École[modifier | modifier le code]

Supméca Paris : l'ancien bâtiment
Supméca Paris : le nouveau bâtiment
Supméca Toulon

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1948[5] est créé l’Institut Supérieur des Matériaux et de la Construction Mécanique (ISMCM), à l’initiative conjointe du Ministère de la Défense, du Ministère de l'Éducation nationale et de la Fédération des Industries Mécaniques et Transformatrices des Métaux. Destiné aux ingénieurs qui sortaient des grandes écoles de l’État et possédaient déjà une pratique industrielle, l’ISMCM était chargé du perfectionnement dans l’étude des matériaux et dans leur utilisation dans la construction mécanique.

En 1956, est créé le Centre d’Études Supérieures de Techniques Industrielles (CESTI), école d’ingénieurs, rattachée à l’ISMCM. Précurseur en son temps, l’école s’est créée sur les principes fondamentaux de la formation initiale et de la formation continue en mettant sur pied un système de formation alternant cours scientifiques de haut niveau et stages industriels en entreprise. Une antenne du CESTI sera crée en 1994 à Toulon, avec pour directeur la propre fille du directeur du CESTI de Paris.

En 2003, le CESTI devient l'Institut Supérieur de Mécanique de Paris, appelé Supméca. Il délivre le Diplôme National d'Ingénieur Supméca (dénommé, avant 2003, Diplôme National d'Ingénieur CESTI), reconnu par la Commission des titres d'ingénieur (CTI). Ce diplôme confère le grade de Master et le titre professionnel d'ingénieur diplômé. Depuis 2008, Supméca forme également des apprentis qui suivent le nouveau cursus menant au Diplôme National d'Ingénieur Supméca spécialité génie industriel (formation par apprentissage), également reconnu par la CTI.

En 2012, création du PRES (pôle de recherche et d’enseignement supérieur) Collegium Île-de-France dont Supméca, l’ENSEA et l’EISTI sont les membres fondateurs.

En 2014, l’antenne toulonnaise de Supméca est intégrée dans l’Université de Toulon.

L'école aujourd'hui[modifier | modifier le code]

L'école a participé à la fondation du Collegium Île-de-France[6] devenu par décret no 2014-1676[7] du 29 décembre 2014 l'Institut polytechnique Grand Paris. Dans la politique actuelle de regroupement des pôles de formation supérieure, cela constitue une force de 2400 élèves-ingénieurs, de 13500 anciens élèves, de 300 enseignants-chercheurs et de 4 campus (2 à Cergy, 1 à Saint-Ouen et 1 à Pau).

Évolution de l'école[modifier | modifier le code]

Supméca Toulon se déplace sur le campus de La Valette-du-Var et fusionne avec l'ISITV pour donner naissance à une nouvelle école : SeaTech.

Admission[modifier | modifier le code]

L'admission principale à l'ISMEP intervient au niveau bac+2, par la voie des Concours communs polytechniques[8].

La formation d'ingénieur Supméca combine une base scientifique avec une expérience industrielle. Sur trois ans de formation, 52 semaines sont consacrées aux stages. La formation comprend des enseignements scientifiques obligatoires et électifs, des enseignements en sciences économiques, sociales et humaines, ainsi que deux langues étrangères obligatoires dont l'anglais, en première et deuxième années, des enseignements de filière, en dernière année.

À partir de la rentrée 2014, le recrutement se fait uniquement pour le site parisien. En effet, l’antenne toulonnaise de Supméca est intégrée dans l’Université de Toulon et devient le nouvel institut Seatech. Les étudiants ayant intégrés Supméca Toulon jusqu’à septembre 2013 restent attachés à Supméca jusqu’à l’obtention de leur diplôme.

Cursus de formation[modifier | modifier le code]

Les étudiants peuvent choisir l'un des parcours suivants :

Différents parcours d'enseignements[modifier | modifier le code]

Parcours 1 : Simulation et procédés de fabrication

Contenu : aspects technologiques, physiques, numériques des procédés de fabrication, logique de choix des procédés de fabrication et des matériaux, intégration dans l’unité de production.

Débouchés : les ingénieurs issus de ce parcours occupent des postes en production, bureau des méthodes, conception et amélioration de process, recherche et développement…

Parcours 2 : Simulation en conception mécanique

Contenu : modèles de matériaux et de structures, dynamique des structures – vibroacoustique.

Débouchés : les ingénieurs issus de ce parcours ont vocation à occuper des postes de type recherche & développement ou études dans des entreprises appartenant aux secteurs comme l'automobile, l'aéronautique, le ferroviaire, l'espace, l'énergie…

Parcours 3: Modélisation en ingénierie mécanique

Contenu : modélisations numériques, méthodologie et optimisation du processus de conception.

Débouchés : les ingénieurs issus de ce parcours ont vocation à occuper des postes de type recherche & développement ou études.

Parcours 4 : Mécatronique, systèmes complexes

Contenu : ingénierie des systèmes mécatronique, informatique industrielle (systèmes temps réel, réseaux), électronique (commande, puissance, CEM), mécanique (dynamique, matériaux, structures).

Débouchés : les ingénieurs issus de ce parcours ont vocation à occuper des postes de type recherche & développement ou études pour des missions nécessitant des compétences en mécanique, technologies de l’information et commande des systèmes.

Parcours 5 : Systèmes de production et logistique

Contenu : à travers des études de cas, mises en situation, jeux d’entreprise, sont abordés les principaux concepts, méthodes, outils et techniques de la chaîne logistique : recherche opérationnelle, optimisation, planification, systèmes d’informations (ERP, PLM, APS), achats stratégiques, lean manufacturing et lean development, qualité, 6 Sigma, gestion de projets avancés.

Débouchés : les ingénieurs issus de ce parcours pourront prendre des responsabilités dans l’entreprise en respectant les principes de durabilité et en mettant leurs compétences au service de la performance, de la qualité et de la sécurité. Leur expertise s’exerce sur les installations, les produits, les relations et informations mises en jeu, l’organisation et l’environnement de l’entreprise.

Chacune de ces filières propose un cursus parallèle. La dernière année peut également s'effectuer dans un établissement partenaire ou non du réseau Polyméca (ISAE-ENSMA, ENSMM, ENSIAME, ENSTA Bretagne, ENSCI) ainsi qu'à l'étranger.

Au niveau international[modifier | modifier le code]

Les élèves qui le désirent peuvent effectuer leur dernière année dans l'une des universités partenaires. Quelques exemples :

Dans le cadre d'un cursus double diplômant[modifier | modifier le code]

Également en Inde, Australie, Chine…

Dans le cadre d'un cursus non diplômant (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

Réseau de l'université du Québec :

Aux Pays-Bas :

En Allemagne :

Autre cursus possibles :

Associations et clubs[modifier | modifier le code]

Plus de 30 clubs et associations animent la vie étudiante à Supméca.

Les activités extrascolaires sont fortement recommandées et encouragées par l'école Supméca

Galerie Supméca Paris[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Directeur général : Alain RIVIÈRE », Supméca (consulté le 30 septembre 2012)
  2. a, b et c « Supméca Saint-Ouen », L'étudiant (consulté le 30 septembre 2012)
  3. « Présentation », Supméca (consulté le 30 septembre 2012)
  4. « Site officiel Institut Polytechnique Grand Paris » (consulté le 13/03/2015)
  5. http="http://www.supmeca.fr/fr/supmeca/presentation
  6. [1]
  7. « statuts de l'Institut Polytechnique Grand Paris », sur http://ipgrandparis.fr (consulté le 13/03/2015)
  8. « Ecoles recrutant sur les Concours Communs Polytechniques », Service Concours Communs Polytechniques (consulté le 30 septembre 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]