David Guetta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guetta.

David Guetta

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

David Guetta en 2011.

Informations générales
Nom de naissance Pierre David Guetta[1]
Naissance 7 novembre 1967 (47 ans)
Paris, France
Activité principale Disc jockey, compositeur, producteur
Genre musical Dance, electro house
Années actives Depuis 1990
Labels EMI Music France, What A Music, Astralwerks[2], Ultra, Gumprod, FMIF, Jack Back
Parlophone, Warner (depuis 2013)
Site officiel davidguetta.com
Logo

David Guetta, né le 7 novembre 1967 à Paris, est un platiniste, remixeur, producteur de musique et homme d'affaires français. Il se popularise au début de sa carrière comme une figure des nuits parisiennes[3],[4], puis acquiert une reconnaissance internationale avec ses albums Pop Life en 2007-2008 et One Love en 2009. Dès lors, plusieurs de ses titres comme When Love Takes Over, Sexy Bitch, ou Gettin' Over You se classent en tête des ventes à travers le monde[5].

De grands noms de la scène urbaine collaborent sur la majorité de ces derniers singles mais il participe aussi à l'introduction de nouveaux talents[6]. Sur l'ensemble de sa carrière, il a vendu plus de 9 millions d'albums et plus de 30 millions de singles, soit 39 millions de disques. En 2011, il est élu meilleur DJ du monde par le classement TOP 100 du magazine DJ Mag. En 2013, le titre When Love Takes Over de David Guetta en collaboration avec Kelly Rowland, est élue meilleure collaboration pop-dance de tous les temps par le magazine Billboard[7].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un restaurateur juif marocain de Tétouan[8] et d'une mère catholique belge[9], il débute la musique à l'âge de 17 ans en tant que disc jockey dans des boîtes de nuit parisiennes. Il est parallèlement étudiant en droit à l'université de Paris X - Nanterre[10].

Débuts (1990–2002)[modifier | modifier le code]

Guetta se lance dans des mixsets au Broad, une boîte des Halles dans le centre de Paris. À l'époque, dans les discothèques, le DJ mixait caché du public : « Quand j'ai commencé à Paris, le DJ était un anonyme, un moins que rien. Un jour, je suis allé à Londres, et j'ai vu que là-bas, où la musique house cartonnait déjà, toutes les lumières étaient braquées sur lui. J'ai investi toutes mes économies dans des disques d'electro et, à mon retour, j'ai passé un marché avec les patrons de boîtes qui m'employaient : je renonce à mon cachet mais, en contrepartie, je fais ma propre programmation et ma propre promo », mentionne-t-il[11]. Il sympathise avec Kien (MC et dirigeant de SMSO Production) qui travaille également au Broad et repère son talent lors des premières soirées acid house. Le Broad devenant trop petit face au succès de ces soirées, Kien lance, la saison suivante[Quand ?], les soirées hebdomadaires Unity au Rex Club avec David Guetta aux commandes de huit DJ confirmés dont Didier Sinclair. Au début des années 1990, Kien et David Guetta prennent la direction artistique du nouveau club Folies Pigalle, un ancien cabaret de Pigalle. La presse commence à s'intéresser au buzz créé dans ce cabaret de Pigalle, haut-lieu de la prostitution, transformé en dancefloor. Le quartier Pigalle devient peu à peu clinquant et arty, consacré aux musiques parallèles et aux sonorités nouvelles. Ainsi, la Boule Noire, l'Élysée-Montmartre ou même le mythique Chat Noir d'Aristide Bruant deviennent autant de salles de concerts et de clubs à la mode, drainant une foule de plus en plus nombreuse. Deux ans après, Philippe Fatien fait appel à eux pour la direction artistique à l'occasion de l'ouverture du Queen sur les Champs-Élysées.

Sa première apparition à la télévision se déroule sur FR3 le 8 janvier 1991 dans l'émission de divertissement humoristique La Classe. Il mixe alors le titre Nation Rap avec Sidney[12]. David Guetta et Kien lancent ensuite des soirées Princess of the World au Central l'ancien Queen et des soirées house. David Guetta invite des DJ reconnus à venir mixer : Little Louie Vega, David Morales, DJ Pierre ou Roger Sanchez[13]. En 1992, il fait la rencontre de Robert Owens, une légende américaine de musique house lors de sa tournée en Europe ; tous les deux composent un petit titre à succès, Up and Away[14]. En 1994, son épouse Cathy Guetta, à l'époque serveuse aux Bains Douches, et Franck Maillot, serveur du Bal à Saint-Tropez, rejoignent l'équipe David et Kien pour les soirées du Bataclan en transformant tous les week-ends cette salle de concert en club branché à l'époque. David devient directeur du Pink Paradise avec sa femme, propriétaire du Sweet Bar à Paris ainsi que du restaurant Tanjia à Paris[15]. Le Bataclan sert de tremplin à David et Cathy Guetta pour reprendre le Palace. Il prend ensuite la direction artistique d'établissements comme Les Bains Douches. En 1996, il commence à organiser des soirées à Berlin.

L'année 2002 est un tournant dans sa carrière : il revend toutes les discothèques dont il est actionnaire pour se lancer comme producteur, les problèmes de toilettes et de convocations au commissariat pour des bagarres ne l'intéressant plus[16],[17] : « J'ai pété les plombs. Je n'avais pas choisi ce métier où l'on gère des problèmes de toilettes bouchées » ; « un jour, je me suis rendu compte que je ne m'amusais plus », reprend-il[11].

Just a Little More Love (2002–2003)[modifier | modifier le code]

David Guetta mixant à Mexico, lors du One Love Tour 2010.

En 2002, il sort son premier album Just a Little More Love[14], plus de 300 000 exemplaires s’écouleront à la suite[réf. nécessaire]. Le titre phare Love Don't Let Me Go sur lequel figure Chris Willis est certifié disque d'or avec 376 000 exemplaires vendus[18]. Profitant de ce succès il monte sa propre soirée F*** Me I'm Famous avec Cathy Guetta, et commence à parcourir l'Europe. En 2003, David Guetta et Joachim Garraud composent un titre intitulé Just for One Day (Heroes), un remix d'un titre de David Bowie. Le titre est diffusé dans les radios au Royaume-Uni alors que David Guetta n'a pas reçu l'autorisation de remixer le titre. David Bowie découvre rapidement le titre à la radio et contacte David Guetta pour une sortie en CD single.

Guetta Blaster (2004–2006)[modifier | modifier le code]

En 2004, David Guetta sort son deuxième album, Guetta Blaster, dans lequel figure le titre Money, la bande originale du film People ; il édite également avec Joachim Garraud l'album du film. Le 22 novembre 2004, il sort en single un deuxième titre de cet album : The World Is Mine qui atteint la 16e place du Top 50 en France[19],[20]. Il joue également pour la première fois à la Sensation White d'Amsterdam aux Pays-Bas, qui réunit plus de 45 000 personnes. Il fait une entrée remarquée dans le classement DJ Mag Top 100 à la 39e place en 2005[21].

En 2006, il fait paraître un mashup mixant le titre du groupe The Egg, Walking Away déjà remixé par le DJ allemand Tocadisco et l'a cappella de son propre titre Love Don't Let Me Go. C’est un second souffle pour le morceau de David, surpassant le succès du morceau original. En effet, le titre devient un tube durant tout l'été au Royaume-Uni permettant à son auteur d'accéder à une vraie notoriété internationale en tant qu'artiste de musique électronique et d'organiser des concerts un peu partout dans le monde. David Guetta est choisi par Madonna pour assurer la première partie de son Confessions Tour, le 27 août 2006 à Paris-Bercy.

Pop Life (2007–2008)[modifier | modifier le code]

La sortie de son troisième album Pop Life en 2007 est internationale. L'album se vend à 530 000 exemplaires dans le monde dont 300 000 en France[réf. nécessaire]. Pop Life se distingue de ses précédents albums car il fait pour la première fois usage de voix féminines, en plus de l'incontournable Chris Willis (la voix de Just a Little More Love et de la plupart de ses tubes précédents)[22]. Le premier extrait Love Is Gone est un hit en club et à la radio durant l'été 2007. Le succès de cette chanson aura un succès suffisamment grand pour lui permettre de se faire connaître en dehors de l'Europe, notamment par des artistes américains. « Ce qui est fou, c'est qu'ils ont commencé à jouer Love Is Gone dans les clubs hip-hop aux États-Unis », affirme David Guetta. « C'était complètement inattendu. Love Is Gone a été aussi joué à la radio de New York à Miami. » Love Is Gone est la chanson la plus rentable en 2008, d'après la société de gestion des droits d'auteurs Sacem devant Relax de Mika et Double Je de Christophe Willem. Cela s'explique en grande partie par le fait que Love Is Gone est un succès dans les discothèques du monde et génère donc énormément de droits d'auteur[23]. Le single se vend à 110 500 exemplaires en France, et est certifié single d'argent par le Syndicat national de l'édition phonographique[24].

Le deuxième titre de l'album Pop Life, Baby When the Light, en collaboration avec la chanteuse anglaise Cozi Costi, est certifié single d'or par le SNEP avec 150 000 exemplaires vendus fin 2009, soit deux années après sa sortie[25],[26]. En 2007, il est 10e dans le classement DJ Mag Top 100, puis 5e en 2008[réf. nécessaire].

One Love (2009–2010)[modifier | modifier le code]

David Guetta et Kelly Rowland, en concert au festival Orange Rockcorps de Londres, en 2009.

Fin 2008, Guetta enregistre son quatrième album, One Love. De nombreuses personnalités du R'n'B américain sont invitées, dont Akon, Kid Cudi, Estelle, Will.i.am, Ne-Yo, Samantha Jade. Lors de ce quatrième album, David Guetta cherche plus d'indépendance : il tend à se libérer des rumeurs qui circulent quant à l'authenticité de ses productions. Il se sépare alors progressivement de Joachim Garraud, son ancien partenaire musical avec qui il a travaillé durant neuf ans (2000-2009)[27]. Il collabore pour l'album avec d'autres DJ et producteurs, dont Fred Rister, Afrojack, Sandy Vee, Jean Claude Sindres. De nombreuses stars y ayant contribué, EMI décide d'en faire une priorité internationale et de le sortir simultanément dans le monde entier[28]. L'album sort ainsi dans plus de 65 pays[29]. Le jour de sa sortie, One Love se classe à la première place dans 17 pays simultanément[30]. L'album est certifié disque de diamant avec plus de 500 000 exemplaires vendus en France[31] et disque de diamant dans le monde avec plus de 1,5 million d'exemplaires vendus[32],[33] soit l'album français le plus vendu dans le monde en 2009[34].

David Guetta, au One Love Tour de Mexico, 2010.

Le premier titre est When Love Takes Over, une chanson qui est en collaboration avec l'ex-Destiny's Child, Kelly Rowland. Pour la première fois, David Guetta se trouve en tête des charts au Royaume-Uni. David Guetta reçoit alors avec Fred Rister, le coproducteur de cette chanson, les félicitations de l'organisme Sacem[35]. « David Guetta a connu un succès historique en 2009 sur les marchés américain et britannique », signale Sophie Mercier, du Bureau Export, l'organisme parapublic chargé d'appuyer les artistes français à l'étranger[36]. Trois mois plus tard, le single Sexy Bitch atteint aussi la première place au Royaume-Uni. Il est le premier artiste français, à réussir à placer deux singles à la première place des ventes au Royaume-Uni. Serge Gainsbourg, Charles Aznavour, Mr Oizo et Modjo qui ont également réussi à y être no 1 mais à ce jour une fois[37],[38].

Les titres Gettin' Over You et Club Can't Handle Me atteignent également la première place des ventes, soit un total de quatre titres no 1 au Royaume-Uni[39]. En 2010, David Guetta est le premier artiste français à faire la couverture du magazine américain Billboard consacré à la musique[40],[41] avec en titre : « comment une star française de musique Dance a changé le top 40. ». One Love a une répercussion sur le monde de la musique électronique, en effet il s'agit du premier album produit par un DJ qui a eu autant de succès sur le plan international. Steve Angello, l'un des membres du collectifs de DJ suédois la Swedish House Mafia, a rapporté pour le magazine DJ Mag que le succès de David Guetta a permis de gagner en crédibilité sur la scène internationale[42]. Ils ont ainsi pu collaborer avec le rappeur américain Pharrell Williams sur le titre One (Your Name). « J'ai toujours rêvé de réunir les musiques de ces deux mondes, le hip-hop et l'electro. Ce mélange de cultures va changer beaucoup de choses pour la scène électronique. Nous sommes à un vrai tournant », a estimé David[43]. « Cette tendance montre un intérêt croissant pour ce genre musical à travers le monde, explique le musicologue Geoff Roberts. Des artistes comme David rendent la dance music populaire. Et avec l’arrivée des beaux jours, ce phénomène va encore s’amplifier[44]! »

Nothing but the Beat (2011–2013)[modifier | modifier le code]

David Guetta sur scène à Sydney, Australie, en 2012.

Avant la sortie de son cinquième album, intitulé Nothing but the Beat, Guetta teste ses futurs titres en club et concert, comme Little Bad Girl en collaboration avec Taio Cruz et Ludacris. Le 2 mai 2011, le premier single Where Them Girls At est mis en vente sur la plateforme de téléchargement légal iTunes. Le clip sort le 28 juin 2011. Plusieurs artistes internationaux, comme Sia Furler, will.i.am, Avicii, Dev, Usher, Jessie J, Akon, Nicki Minaj, Rihanna ou Chris Brown entre autres, collaborent à l'album. Il s'agit du premier album studio du disc jockey sans la participation vocale de Chris Willis. Nothing but the Beat sort le 29 août 2011[45],[46],[47]. L'album a comme particularité d'être composé de deux disques, à l'exception des États-Unis. Le premier est constitué de coproductions avec des artistes internationaux tandis que le deuxième est un disque exclusivement instrumental. Ce dernier regroupe plusieurs inspirations. Si les fans s'attendaient à un retour aux sources de l'époque Joachim Garraud, il n'en est rien ; David Guetta s'oriente vers d'autres styles afin de montrer sa capacité à pouvoir faire des titres mainstream et underground. Il recense donc des titres plutôt du genre French Touch qui ne sont pas sans rappeler le groupe français Daft Punk, voire Justice. Des titres néerlandais comme dans ses derniers sets lives, un titre break que beaucoup[Qui ?] apparente au dubstep[réf. nécessaire], un titre progressif réalisé avec Avicii. Ce titre déclenche d'ailleurs, encore une fois, une polémique sur la participation de Guetta. Néanmoins, il semble que certaines montées soient typiques à ce que fait David Guetta à l'inverse d'Avicii. Enfin, on retrouve un titre plus dans l'acid house qui s'apparente au groupe Logic que David Guetta et Joachim Garraud avait monté ensemble. La critique de cet album est mitigée ; si globalement le premier disque est critiqué à l’exception du titre Titanium, le second disque divise : certains l'encensent et d'autres le qualifient d'un banal plagiat du groupe Daft Punk.

David Guetta sur scène à Odderøya, en 2013.

Une réédition de l'album, intitulée Nothing but the Beat 2.0, est disponible depuis le 7 septembre 2012. Elle contient notamment de nouveaux titres avec d'autres artistes en featuring comme Ne-Yo, Nicky Romero, ou encore Nervo. Le premier single de l'album est She Wolf (Falling to Pieces) en duo avec Sia Furler, puis Just One Last Time avec Taped Rai en novembre et ensuite Play Hard avec Akon et Ne-Yo Sorti en mars. Il se Classe 5e dans le Top 100 DJ Magazine en 2013. Le 26 septembre 2013, Guetta dévoile le vidéoclip de sa nouvelle chanson One Voice, en collaboration avec le chanteur indie Mikky Ekko. Le single sort le 4 novembre 2013, et fait partie de la campagne humanitaire de l'ONU, nommée The World Needs More [48]. Guetta coécrit et produit le morceau Fashion!, issu du quatrième album studio de Lady Gaga, Artpop. Il compose également et produit quelques titres pour le huitième album studio de Britney Spears, Britney Jean, sorti en décembre 2013.

Lovers on the Sun EP et Listen (depuis 2014)[modifier | modifier le code]

Le 20 janvier 2014, Guetta a publié son nouveau single Shot Me Down, en collaboration avec la chanteuse américaine Skylar Grey. Il s'agit d'une adaptation du morceau éponyme de Nancy Sinatra. Cette version a été coproduite par Giorgio Tuinfort. Le 25 février 2014, Guetta publie sur Beatport un remix du morceau Addicted To You d'Avicii. Le 27 février 2014, la maison de disque Cherrytree Records a laissé entendre par le biais d’un message sur Twitter que la chanteuse britannique Natalia Kills se trouvait dans un studio à Stockholm en Suède, en compagnie de Guetta et de Giorgio Tuinfort[49]. Le trio est plus tard rejoint par Afrojack, ensuite par Martin Kierszenbaum et enfin par Avicii[50]. Cette rencontre est organisée dans le but de concevoir une nouvelle chanson destinée à son sixième album studio. Le 17 mars 2014, il dévoile Bad, une collaboration avec Showtek et Vassy, par le biais de la maison de disque Jack Back Records. Le 15 avril 2014, il publie son remix de Ten Feet Tall, un single d'Afrojack. Le 14 juin 2014, il fait paraître un nouveau titre, Blast off, avec la participation de Kaz James[51], ainsi qu'une vidéo lyrique le même mois[52].

Le 30 juin 2014, Guetta publie un maxi de quatre titres, intitulé Lovers on the Sun, comprenant les morceaux Shot Me Down avec Skylar Grey, Bad avec Showtek, Blast off avec Kaz James, et enfin la chanson-titre avec Sam Martin, une piste inédite également premier extrait de son sixième album studio[53]. Puis est annoncé le 7 juillet 2014, un remix de Lovers on the Sun par Showtek, et à nouveau deux autres remixes, sortis le 27 juillet 2014, par Stadiumx (en) et Blasterjaxx[54]. Le 30 septembre 2014, il annonce sur Twitter que son 6e album sortira le 24 novembre de cette même année, intitulé Listen. Le 6 octobre, Guetta dévoile un nouveau single, Dangerous, dont la vidéo lyrique est mise en ligne le 7 octobre, ainsi qu'un nouvel album à paraître le 24 novembre[55]. D'un registre inédit chez Guetta (tempo lent), ce morceau est une nouvelle collaboration avec Sam Martin.

Activités parallèles[modifier | modifier le code]

En octobre 2009, David Guetta est choisi pour être l'ambassadeur en Europe du jeu DJ Hero, qui est la suite de Guitar Hero, en version platine[56],[57]. Depuis l'année 2009, David Guetta fait partie des ambassadeurs de la marque de casque audio Sennheiser. Pour Yvan Boileau, directeur de la communication de Sennheiser France, « c’est le DJ le plus en vogue en France comme sur le plan international. Il est très populaire auprès de notre cœur de cible, les 15-24 ans, mais aussi pour les 25-45 ans[58]. »

En 2010, David Guetta renouvelle sa collaboration avec Activision et fait partie des DJ jouables dans le jeu vidéo DJ Hero[59],[60]. En septembre 2011, David Guetta se tourne vers la marque de casque audio Beats by Dr. Dre et dévoile son Beats Mixr, qu'il pense lui-même, et conçoit pour les disc jockeys. Ce casque semble être un mix entre le Beats Solo et le Pro, l'originalité et l’innovation de celui-ci réside dans le fait qu'il est équipé d'une oreillette pivotante à 180°[61]. Il est parfois apparu dans des clips vidéo en tant que guest, comme notamment pendant le clip des Black Eyed Peas I Gotta Feeling, ou celui de la Swedish House Mafia : Leave the World Behind.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le 17 novembre 2005, lors des House Music Awards qui se déroulent à Londres, au Royaume-Uni, Guetta remporte les prix du « Meilleur évènement de la Winter Music conference » pour sa soirée F*** Me I'm Famous, du « DJ de l’année » et du « Meilleur live set » pour sa prestation au KissDaFunk.

Le 24 octobre 2007, il est élu « Meilleur DJ House » aux DJ Awards à Ibiza[33]. La même année, il est élu « Meilleur disc jockey au monde » au World Music Awards[62]. Au Burn FG DJ Awards 2007, David gagne le prix du « Meilleur disc jockey en solo », qui est une catégorie établie par le vote des auditeurs, avec le titre Love Is Gone [63]. En 2008, David Guetta est élu « Meilleur DJ House » au DJ Awards, la cérémonie au club Pacha de Ibiza, durant laquelle sont remis les trophées Green Kryptonite Award[64]. Le 14 décembre 2009, David Guetta et Fred Rister reçoivent le « Grand Prix Sacem à l'étranger ». Les deux artistes français ont été récompensé au Théâtre du Rond-Point à Paris pour avoir été les auteurs de plusieurs tubes mondiaux[65].

Le 23 janvier 2010, David Guetta gagne aux NRJ Music Awards le prix de « l'album international » pour One Love[66]. Le 30 janvier 2010 à Los Angeles, David Guetta reçoit aux Grammy Awards avec Fred Rister le prix « Meilleur Enregistrement Dance de l'année » avec le titre When Love Takes Over[67]. Le 4 février 2010, il est élu « Meilleur disc jockey au Monde » devant Tiësto classé deuxième, et Joachim Garraud troisième par FG DJ Radio. Le classement est établi grâce aux votes des internautes[68]. Le 19 mars 2010, David Guetta reçoit un disque d'or à Mexico, grâce au succès des ventes de One Love au Mexique[69]. Le 27 mars 2010, à la Winter Music Conference de Miami, avec cinq récompenses en une seule soirée David Guetta est le gagnant de la cérémonie des International Dance Music Awards. Il remporte le prix de « Meilleur album d'artiste », « Meilleur producteur », « Meilleur DJ européen », « Meilleure chanson pop dance », « Meilleure chanson techno / house progressive »[33]. En mai 2010, la plate-forme OnDemand de David Guetta se voit décerner le Adobe Site of the Day Award pour l'originalité du concept, le fait que ce site permette de laisser la main à l’internaute sur la conception d’un objet audio unique sur support CD. Le mardi 18 mai 2010, il reçoit le prix de « Meilleur DJ au monde », lors des World Music Awards. Durant cette cérémonie, il reçoit également un prix spécial récompensant l’ensemble de son travail en tant que producteur de musique [70],[71]. David Guetta est nommé au MTV Video Music Awards du 12 septembre 2010, dans la catégorie « Meilleur clip dance » avec Sexy Bitch[72]. David Guetta est récompensé au NRJ Music Awards, le 22 janvier 2011, dans la catégorie « Hit de l'année » avec Club Can't Handle Me. Il gagne aussi un NRJ Music Award d'Honneur, et un disque de platine pour son succès international[73].

Le 13 février 2011, David Guetta est, pour la seconde fois consécutive, récompensé aux Grammy Awards à Los Angeles pour le prix du meilleur remix de l'année avec Revolver de Madonna, réalisé en duo avec Afrojack[74]. Le 20 octobre 2011, lors de l'Amsterdam Dance Event, David Guetta a été élu le meilleur DJ du monde selon un sondage réalisé par le mensuel britannique DJ Mag. Le disc-jockey français passe devant le néerlandais Armin van Buuren qui occupait la première place depuis les quatre dernières années. Le 28 janvier 2012, lors des NRJ Music Awards 2012, il est nommé dans la catégorie NRJ Music Award du groupe/duo/troupe international(e) de l'année et dans la catégorie NRJ Music Award de l'artiste masculin francophone de l'année. Aux États-Unis, il est récompensé dans la catégorie « compositeur EDM » aux Teen Choice Awards en 2012 et 2013[75],[76].

Accueil[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

David Guetta est très critiqué dans le monde de la musique électronique : les puristes de cette musique lui reprochent son côté grand public, d'être trop commercial, de n'avoir aucun talent, de faire de la musique trop simple et des mélodies trop faciles ; accusation qu'il réfute fermement pour Le Monde : « Je fais de la house music vocale, remplie d'émotions. À l'opposé de cette techno minimale sans âme[77] ! » Énormément de personnes s'insurgent contre le fait qu'il ait, du fait de sa grande médiatisation, beaucoup plus de fans sur sa page Facebook que des artistes comme Daft Punk (à propos desquels il est accusé de plagiat pour certains de ses titres, tels que The Alphabeat). Mais son côté commercial est également mis en avant dans le journal 20 Minutes Online écrit que David a « acquis le statut de star hollywoodienne » et le qualifie d'« unique ambassadeur commercialement rentable de la scène dance française[78]. » La soirée se négocie à plus de 35 000 euros[79]. On[Qui ?] l'accuse aussi de ne pas être l'auteur de ses titres. En effet, la majorité de ses chansons n'ont pas été écrites et composées par lui-même, mais par d'autres disc jockeys et producteurs qui écrivent pour lui. Ce sujet l'exaspère : « Je n'ai jamais caché mes collaborations, je ne comprends pas que ça se retourne contre moi. Ça, c'est la France ! Je suis no 1 aux États-Unis, et c'est tout ce qu'on trouve à me dire ! », déplore-t-il[77].

Cependant toutes ces accusations commencent lorsque Guetta rencontre le succès avec la sortie du titre Love Don't Let Me Go en 2002[77], et la virulence des critiques est amplifiée lorsque la carrière de David Guetta est en plein essor en France et à l'étranger[80]. De plus, la situation de David Guetta n'est pas un cas unique ; dans le monde de la musique électronique, les productions sont très souvent le fruit de plusieurs collaborations entre disc jockeys, que ce soit au niveau des paroles ou de la composition des morceaux. Seulement, la notoriété de David Guetta n'est pas la même : « David Guetta n’est pas un musicien, au sens classique du terme », commente son ancien partenaire musical Joachim Garraud pour le JDD.fr[27]. Cependant, cette interview est condamnée et démentie par Joachim Garraud sur son forum officiel : « Je me suis fais piéger par ce co****** de journaliste. J'étais sur le concert de Jean-Michel Jarre, le journaliste était là aussi pour faire une interview de JMJ, pas pour m'interviewer. Bref, sous son air sympa, il pose des questions et ensuite ne garde que ce qu'il veut ! Je suis choqué par autant de fautes et de non-sens ! Il n'est même pas capable de retranscrire correctement nos échanges. Ensuite, on comprend bien qu'il en veut à Guetta et qu'il cherche n'importe quoi pour vendre du papier ! C'est ridicule et c'est de la tromperie, voilà pourquoi je me méfie de la presse écrite qui peut raconter n'importe quoi[réf. à confirmer][81]. »

Été 2010, il est accusé de plagiat après la sortie de son titre 50 Degrees sur son album F*** Me I'm Famous. En effet, la Swedish House Mafia vient de sortir son titre qui fait un carton planétaire One. La Swedish House Mafia sort une version vocale de One avec des paroles qui sont « Je veux connaître ton nom », « Vous venez de me tuer pouviez-vous au moins faire cela ?… » La Swedish House Mafia fait probablement allusion à ce plagiat dans son clip où l'on peut voir un personnage tatoué du logo FMIF qui va prendre le synthétiseur à la fin du clip. Cependant, il semble en fait que ce plagiat de David Guetta était une manière pour lui de tacler ses collègues de la Swedish House Mafia qui ne lui avait pas laissé mettre One sur sa compilation Fuck Me I'm Famous. En effet, il n'y a jamais eu de conflits entre la Swedish House Mafia et David Guetta, ces derniers ayant collaborés sur un certains nombres de titres de ce dernier et s'affichant volontiers au côtés de David Guetta lors de festivals communs. Les Guignols de l'info de Canal+, l'accusent notamment d'avoir piqué le début de I Gotta Feeling à un canard ou encore à un four micro-ondes. Il est désormais un personnage des Guignols qui apparaît régulièrement, et on critique surtout son manque de connaissance du solfège et de la musique en général.

Le clip de Sexy Bitch est censuré au Sri Lanka[82]. Dans la vidéo du clip, à 2:09, des filles en bikini dansent furtivement devant une statue de Bouddha. Or le Sri Lanka est un pays dont la grande majorité de la population est bouddhiste. Le clip de Sexy Bitch y est donc considéré comme une insulte à Bouddha. Le gouvernement du Sri Lanka refuse qu'Akon entre au Sri Lanka au motif que sa musique n'était « pas sensible à l'héritage culturel du pays. » Une manifestation a également eu lieu et le concert prévu est donc annulé[82]. La chanson Sexy Bitch est également critiquée par le public pour ses paroles trop vulgaires, comme en témoigne le fait qu'aux États-Unis le titre Sexy Bitch soit remplacé par Sexy Chick. De même, la reprise de Sexy Bitch par les Girlicious est renommée Sexy Ladies.

De manière récurrente, de nombreux titres ou remix sont attribués à David Guetta pour profiter de sa notoriété. Ces faux qui créent le buzz via les mots clés sont alors relayés par de nombreux sites internets people, vidéos en ligne ou radios musicales qui ne vérifient pas leurs sources et augmentent encore la confusion par effet domino. Ce phénomène, à l'inverse, permet à David Guetta ou ses partenaires commerciaux d'entretenir l'image d'un producteur incontournable avec lequel tous les artistes voudraient collaborer. Ceci notamment en jouant sur l’ambiguïté du terme « producteur » qui fait penser à un fabricant, un réalisateur alors qu'en réalité un producteur de musique est en français la personne ou l'entreprise qui finance un projet musical. Or, pour des raisons économiques, les DJs, le plus souvent, s'auto-produisent en se qualifiant de DJ producteur. Ainsi, il est difficile de déterminer si un DJ est simplement un disc jockey ou le réalisateur artistique / compositeur ou le producteur (financier) d'un titre ou d'un album.

Les multiples activités de DJ et surtout de collaboration / production d'autres artistes, ont permis à David Guetta et sa société Guetta Events d'engranger 3,38 millions d'euros pour l'année 2010[83]. Exemple de production faussement attribuée à David Guetta : Le titre de la chanteuse américaine Wynter Gordon est en réalité produit par Jupiter Ace comme indiqué sur le site officiel de la chanteuse[84]. Pourtant, de nombreux sites ou médias tels que la radio musicale Fun Radio, partenaire commercial de David Guetta, continuent en mars 2011 à attribuer oralement la production de ce titre à son DJ résident avec même des anecdotes : « David Guetta et Wynter Gordon se sont rencontrés à New York et ont réalisé la chanson en une nuit. »

Prestation[modifier | modifier le code]

Stéphanie Binet de Libération dénonce le côté « élitiste » des soirées Guetta, où « n’entrent que les gens branchés » et les blancs. La journaliste prétend qu'elle n'a pas pu rentrer au club Folie’s Pigalle à l'époque car elle était avec deux personnes de couleur : « Ils t’ont alpaguée dans la rue pour que tu les fasses entrer », prétendaient les videurs [10]. Finalement, elle résume les années où les Guetta étaient gérants de boîtes de nuit : « elle a réinventé dans les discothèques la lutte des classes. Le petit peuple dans la fosse, les VIP dans un carré, un petit enclos où si tu ne paies pas ta bouteille au prix fort, c’est comme si tu n’avais pas une Rolex à cinquante ans. La lose », écrit Stéphanie Binet en parlant de Cathy Guetta[10]. Selon elle, le même scénario semble se reproduire lors de la F*** Me I'm Famous de juin 2010 au Zénith de Paris : « la bière était vendue vingt euros pour le petit peuple et dix dans le carré VIP[10]. » Pourtant, en juillet 2011, David Guetta donne un concert devant plus de 50 000 personnes lors du Festival des Vieilles Charrues ainsi que lors des Francofolies de La Rochelle, réputés pour leur programmation éclectique et surtout populaire. La prestation séduit les festivaliers ainsi que le DJ lui-même : « Je me suis éclaté, et j'espère qu'ils se sont éclatés aussi », indique-t-il. Assurant que « ce moment-là il l'a attendu depuis des années », le DJ ajoute que « c'est un jour particulier » pour lui[85]. Ce concert de David Guetta dans un festival aussi populaire que les Vieilles Charrues ou les Francofolies tendrait à nuancer le discours selon lequel David Guetta ne mixerait que dans des clubs branchés et « élitistes ».

De plus, depuis l'album One Love, David Guetta s'oriente plus vers la musique hip-hop, pas seulement au niveau des ses productions mais également lors de ses prestations à Ibiza : F**** Me I'm Famous. Ceci déçoit certains de ses fans de longue date : « Will.I.Am est resté vraiment trop longtemps durant cette soirée. Les gens en avaient marre et certains commençaient même à partir. Nous sommes venus pour entendre le mix electro/house de David, pas le rap de Will.I.Am[86] ! »

Presse[modifier | modifier le code]

Depuis 2007, il était le héros involontaire d'une bande dessinée dans le magazine musical Tsugi. Lui et sa femme Cathy Guetta en symbole du clubbing bling-bling, dans un délire mégalomaniaque, drogués, ivres de leur image. Une idée du dessinateur satirique Luz. « Je ne regarde pas ces choses-là, ça me fait du mal… La caricature, c'est prendre un trait de caractère et l'accentuer. Eux partent d'un mensonge. », se désole David Guetta [77].

Vie privée[modifier | modifier le code]

David et Cathy Guetta, aux NRJ Music Awards 2012.

David et Cathy Guetta se marient en 1992 et sont les parents d'un garçon prénommé Tim Elvis, né le 9 février 2004, et d'une fille prénommée Angie, née le 23 septembre 2007. Le 20 août 2014, Cathy annonce leur divorce, dans le magazine Paris Match, après 22 ans de mariage[87].

Il est également le demi-frère de Bernard Guetta[88], journaliste français spécialiste de géopolitique internationale et prix Albert-Londres 1981, chroniqueur à France Inter, membre du conseil de surveillance de Libération et ancien journaliste au Nouvel Observateur et au quotidien Le Monde[89]. Bernard décrit David comme : « bosseur, exigeant, cadré et très réfléchi[90]. » Il est aussi le frère de Natalie Guetta, actrice qui travaille en Italie jouant dans la série Un sacré détective.

Lors des NRJ Music Awards 2010, David Guetta prend le micro et fait le point sur son année 2009, durant laquelle il a regretté ne pas avoir été plus souvent auprès de ses deux enfants[66].

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « ACE Title Search - Works written by: GUETTA PIERRE DAVID », sur ASCAP (consulté le 12 août 2011).
  2. (en) « Discographie de David Guetta sur le label américain Astralwerks », sur www.cduniverse.com (consulté le 12 août 2010).
  3. « Les bruits de la fête », sur nouvelobs.com,‎ 2002 (consulté le 11 janvier 2012).
  4. « Biographie de David Guetta », sur RamDam (consulté le 4 mars 2012).
  5. « DAVID GUETTA », sur nrj.fr (consulté le 11 janvier 2012).
  6. Biographie
  7. (en) « DThe Top 10 Dance Pop collaborations of all time », sur Billboard (consulté le 14 octobre 2014).
  8. Isabelle Mas, « Mon moteur, c'est la musique et le plaisir », L'Expansion,‎ 1er avril 2002 (lire en ligne).
  9. « David Guetta à Mawazine 2013 », La Nouvelle Tribune,‎ 25 janvier 2013 (lire en ligne)
  10. a, b, c et d Stéphanie Binet, « Famousse », Libération,‎ 14 août 2010 (lire en ligne).
  11. a et b « David Guetta : Il dévoile sa collaboration secrète avec Madonna ! », sur purepeople.com (consulté le 12 août 2010).
  12. « Sidney & David Guetta - Nation Rap sur Discogs », sur Discogs (consulté le 12 août 2010).
  13. « "DJ Mag" : David Guetta dans les 100 meilleurs DJs internationaux. », sur musiqueradio.com,‎ juillet 2007 (consulté le 14 août 2010).
  14. a et b (en) David Jeffries, « David Guetta Bio », sur Allmusic (consulté le 9 novembre 2014).
  15. « Cathy Guetta », sur closermag.fr,‎ 2008 (consulté le 14 août 2010).
  16. Mélanie Delattre et Thibaut Danancher, « David Guetta, la nuit lui appartient », sur lepoint.fr,‎ 7 janvier 2010 (consulté le 12 janvier 2012).
  17. « David Guetta, la recette fonctionne », sur la-clau.net (consulté le 12 août 2010).
  18. « Les Certifications depuis 1973 (choisir Guetta D. dans la liste et appuyer sur OK) », sur infodisc.fr (consulté le 12 août 2010).
  19. « David Guetta and Jd Davis - The World Is Mine », sur acharts.us (consulté le 9 juillet 2012).
  20. « David Guetta feat. JD Davis - The World is Mine (chanson) », sur lescharts.com (consulté le 14 novembre 2011).
  21. (en) « DJ Mag Top 100 - 2005 Results », sur residentadvisor.net (consulté le 12 août 2010).
  22. « Clip et Paroles de David Guetta - Baby When The Light », sur elgringooo.fr (consulté le 12 août 2010).
  23. « Love Is Gone lui a tant rapporté… », sur www.gala.fr (consulté le 12 août 2010).
  24. « Chiffres vente du titre Love Is Gone de David Guetta », sur Infodisc (consulté le 23 mars 2012).
  25. « Disques en France », sur disqueenfrance.com (consulté le 9 janvier 2012).
  26. « Les Disques d'Or 2009 » [PDF], sur proxy.siteo.com.s3.amazonaws.com (consulté le 12 août 2010).
  27. a et b Eric Mandel, « Joachim Garraud: "Jarre est un révolutionnaire" », sur lejdd.fr,‎ 17 mars 2010 (consulté le 14 août 2010).
  28. Myriam, « David Guetta », sur nightlife-mag.ch,‎ Juin 2009 (consulté le 13 août 2010).
  29. Thierry Cadet, « "One Love" sera le nouveau single de David Guetta », sur chartsinfrance.net,‎ 14 octobre 2009 (consulté le 14 août 2010).
  30. « David Guetta : en pourparlers avec Shakira et Dr Dre ! », sur nightlife-mag.ch,‎ 14 septembre 2009 (consulté le 13 août 2010).
  31. « Disque en France, les certifications », sur disqueenfrance.com,‎ 2010 (consulté le 12 janvier 2012).
  32. Cortney Harding à New York, « David Guetta: The Billboard Cover Story (article page 3) », sur nightlife-mag.ch,‎ 12 mars 2010 (consulté le 13 août 2010).
  33. a, b et c Frédéric Rieunier, « Elu meilleur DJ house, David Guetta est en transe », sur musicactu.com,‎ 30 novembre 2007 (consulté le 14 août 2010).
  34. Odile de Plas, « Amour, gloire et paillettes », sur lemonde.fr,‎ 15 janvier 2010 (consulté le 15 janvier 2010).
  35. « Binôme de David Guetta, le Malouin Fred Rister a « le bon feeling » », sur www.lavoixdunord.fr,‎ 15 octobre 2009 (consulté le 1er juillet 2010).
  36. Jean-François Arnaud, « Les fortunes de la musique », sur challenges.fr,‎ 21 janvier 2010 (consulté le 13 août 2010).
  37. « David Guetta : Premier Frenchy à faire succomber l'Angleterre, il… s'attaque aux States ! La belle Kelly l'aide bien… », sur purepeople.com,‎ 28 août 2009 (consulté le 13 août 2010).
  38. Charles Decant, « Charts UK : David Guetta ré-écrit l'histoire », sur ozap.com,‎ 25 août 2009 (consulté le 13 août 2010).
  39. « David Guetta de nouveau n°1 des charts britanniques », sur jeanmarcmorandini.com,‎ 17 août 2010 (consulté le 18 août 2010).
  40. Luc Lorfèvre, « David Guetta : "Je suis un mec heureux », sur moustique.be,‎ 23 août 2011 (consulté le 12 janvier 2012).
  41. (en) « David et Cathy Guetta au "Zénith" de Paris en 2010 », sur musiqueradio.com (consulté le 12 août 2010).
  42. (en) Jim Butler, « Top 100 DJs / 20. Steve Angello », sur djmag.com,‎ Novembre 2009 (consulté le 13 août 2010).
  43. « L'album "One love" de David Guetta: mélange d'électro-house et de Hip-Hop », sur lematin.ch (consulté le 20 mars 2012).
  44. « David Guetta revient dans les bacs avec ’One More Love’ », sur nightlife-mag.ch (consulté le 10 septembre 2010).
  45. « Nothing but the Beat : Amazon.fr: Musique », Amazon (consulté le 15 juillet 2011).
  46. « Nothing but the Beat : David Guetta: Amazon.fr: Musique », Amazon.fr (consulté le 15 juillet 2011).
  47. Vanessa Duroyer, « David Guetta : son prochain titre en l’honneur du public de Glasgow ! », sur Nina People (consulté le 14 octobre 2014).
  48. (en) Lewis Corner, « David Guetta, Mikky Ekko reveal 'One Voice' music video - watch », sur Digital Spy,‎ 26 septembre 2013 (consulté le 14 octobre 2014).
  49. (en) « There's @NataliaKills breaking up a super friendly argument between super producers @GiorgioTuinfort & @DavidGuetta », sur Twitter.com,‎ 27 février 2014 (consulté le 26 mai 2014).
  50. (en) « From Stockholm to Paris, after sessions w @Avicii @davidguetta @NataliaKills now off to another special one! », sur Twitter,‎ 27 février 2014 (consulté le 26 mai 2014).
  51. « Blast Off : David Guetta signera-t-il un nouveau tube avec Kaz James ? (màj) », sur Charts in France,‎ 17 juin 2014 (consulté le 9 novembre 2014).
  52. « David Guetta dévoile la vidéo lyrics de "Blast off" », sur Fun Radio,‎ 17 juin 2014 (consulté le 9 novembre 2014).
  53. (en) Bradley Stern, « David Guetta And Avicii Team Up For Lovers on the Sun (Feat. Sam Martin) : Listen », sur Idolator,‎ 30 juin 2014 (consulté le 9 novembre 2014).
  54. Paul Melhen, « David Guetta : Lovers on the Sun, le remix de Showtek ! », sur MCM (consulté le 9 novembre 2014).
  55. « David Guetta dévoile le surprenant Dangerous et annonce un nouvel album », sur ozap,‎ 6 octobre 2014 (consulté le 9 novembre 2014).
  56. JoKeR, « David Guetta, ambassadeur de DJ Hero en France », sur gamehope.com,‎ 2 octobre 2009 (consulté le 12 janvier 2012).
  57. « DJ Hero : David Guetta au lancement », sur jeuxpo.com (consulté le 12 août 2010).
  58. « David Guetta et Pierre Arditi, ambassadeurs de Sennheiser », sur e-marketing.fr (consulté le 12 août 2010).
  59. Laurely Birba, « Test DJ Hero 2 », sur Jeux Actu,‎ 21 octobre 2010 (consulté le 12 janvier 2012).
  60. « Test DJ Hero 2 », sur jeuxactu (consulté le 20 mars 2014).
  61. « Beats Mixr » (consulté le 14 octobre 2012).
  62. David Guetta élu: meilleur Dj
  63. « Burn FG DJ Awards », sur infosbar.com,‎ 17 octobre 2007 (consulté le 14 août 2010).
  64. B@boune, « Ibiza DJ Awards 2008 : Les Résultats », sur leroyaumedancefloor.fr,‎ Novembre 2008 (consulté le 18 août 2010).
  65. Équipe de la radio Contact FM, « Grand Prix du répertoire sacem* à l’étranger remporté par… », sur blog4contact.com,‎ 15 décembre 2009 (consulté le 14 août 2010).
  66. a et b Myriam, « David Guetta en pleine gloire », sur soonnight.com,‎ Juin 2009 (consulté le 14 août 2010).
  67. Mathieu Pagura à Lille, « Ils créent des tubes en live », sur metrofrance.com,‎ 10 février 2010 (consulté le 14 août 2010).
  68. Myriam, « David Guetta est élu meilleur DJ du monde », sur lexpress.fr,‎ 3 février 2010 (consulté le 14 août 2010).
  69. « David Guetta : Même au Mexique, il fait l'unanimité… Les soirées caliente, ça le connaît ! », sur purepeople.com,‎ 24 mars 2010 (consulté le 14 août 2010).
  70. Alexis Quilichini, « David Guetta, élu meilleur DJ au monde », sur chartsinfrance.net,‎ 23 mai 2010 (consulté le 14 août 2010).
  71. « World Music Awards 2010 : Lady Gaga rafle la mise avec cinq récompenses ! », sur people.premiere.fr,‎ 19 mai 2010 (consulté le 14 août 2010).
  72. « Nominés MTV Video Music Awards 2010 », sur top-news.fr,‎ 3 août 2010 (consulté le 14 août 2010).
  73. « Nominés MTV Video Music Awards 2010 », sur programme-tv.net,‎ 22 janvier 2011 (consulté le 22 janvier 2011).
  74. « Grammy Awards : David Guetta de nouveau consacré », sur leparisien.fr,‎ 14 février 2011 (consulté le 15 février 2011).
  75. Robbie Daw, « Teen Choice Awards 2012: The Music Winners », sur Idolator,‎ 23 juillet 2012 (consulté le 9 novembre 2014).
  76. (en) Chris E. Hayner, « Teen Choice Awards 2013: Full winners list », sur zap2it,‎ 11 août 2013 (consulté le 9 novembre 2014).
  77. a, b, c et d Odile de Plas, « Amour, gloire et paillettes », sur lemonde.fr,‎ 15 janvier 2010 (consulté le 15 janvier 2010).
  78. Julien Delafontaine, « Dansez, jeunes gens, Prince attendra », sur 20min.ch,‎ 13 janvier 2010 (consulté le 14 août 2010).
  79. Franck Boyo, « Dossier Showbiz 2010 », sur news.abidjan.net,‎ 10 février 2010 (consulté le 14 août 2010).
  80. Cortney Harding à New York, « David Guetta: The Billboard Cover Story (article page 1) », sur billboard.com,‎ 12 mars 2010 (consulté le 14 août 2010).
  81. Joachim Garraud, « Joachim dans le JDD », sur http://joachimgarraud.com,‎ 21 mars 2010 (consulté le 11 novembre 2011).
  82. a et b Dinidu de Alwis, « Akon interdit de chanter au Sri Lanka à cause d’un clip qui "insulte Bouddha" », sur observers.france24.com,‎ 26 mars 2010 (consulté le 21 août 2010).
  83. Lena Lutaud, « Le palmarès des chanteurs les mieux payés" », sur lefigaro.fr,‎ 2 mars 2011 (consulté le 12 mars 2011).
  84. (en) « Jason Derulo Premieres New Single Talk Dirty », sur Digital Spy,‎ 23 juillet 2013 (consulté le 14 octobre 2014).
  85. Source
  86. Cortney Harding à New York, « David Guetta: The Billboard Cover Story (article page 3) », sur billboard.com,‎ 12 mars 2010 (consulté le 14 août 2010).
  87. « Cathy Guetta, sa nouvelle vie sans David », sur Paris Match,‎ 19 août 2014 (consulté le 19 août 2014).
  88. « Bernard Guetta et son demi-frère David : Je ne connais pas sa musique », sur Pure People,‎ 31 décembre 2012 (consulté le 9 novembre 2014).
  89. Isabelle mas, « Mon moteur, c'est la musique et le plaisir », sur L'Expansion,‎ 1er avril 2002 (consulté le 9 novembre 2014).
  90. « David Guetta : Il dévoile sa collaboration secrète avec Madonna ! », sur purepeople.com (consulté le 12 août 2010).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :