Florian Philippot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Philippot.
Florian Philippot
Florian Philippot au Parlement européenà Strasbourg le 2 juillet 2014.
Florian Philippot au Parlement européen
à Strasbourg le 2 juillet 2014.
Fonctions
Député européen
En fonction depuis le 1er juillet 2014
(1 mois et 19 jours)
Élection 25 mai 2014
Législature 8e
Vice-président du Front national
En fonction depuis le 12 juillet 2012
(2 ans, 1 mois et 8 jours)
En tandem avec Alain Jamet
Louis Aliot
Marie-Christine Arnautu
Jean-François Jalkh
Président Marine Le Pen
Biographie
Date de naissance 24 octobre 1981 (32 ans)
Lieu de naissance Croix (Nord)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique Front national
Diplômé de HEC Paris
ENA
Profession Haut fonctionnaire de l'Inspection générale de l'administration

Florian Philippot, né le 24 octobre 1981 à Croix (Nord)[1], est un homme politique, vice-président du Front national (FN), et un des principaux conseillers de Marine Le Pen, présidente de ce mouvement[2]. Il était par ailleurs haut fonctionnaire français de l'Inspection générale de l'administration.

Adhérent au FN depuis 2010, il est choisi comme directeur stratégique de la campagne présidentielle de Marine Le Pen en octobre 2011. Porte-parole permanent du Rassemblement bleu Marine (RBM) depuis la campagne législative de 2012, il est par la suite nommé vice-président chargé de la stratégie et de la communication du Front national. Il est élu député européen le 25 mai 2014, et a pris ses fonctions le 1er juillet 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Florian Philippot est le fils d’un directeur d'école primaire publique et d'une institutrice[3]. Sa grand-mère est d'origine polonaise[4]. Son frère, Damien Philippot, diplômé de Sciences Po et de l'ESCP, est actuellement directeur des études politiques de l'Institut français d'opinion publique (Ifop)[5].

Études et carrière de haut fonctionnaire[modifier | modifier le code]

Il passe son enfance à Bondues (Nord), dans la métropole de Lille, puis fait ses études à Marcq-en-Barœul, avant d'entrer à Paris au lycée Louis-le-Grand en classe préparatoire économique et commerciale.

Il entre à HEC en 2001. Pendant sa scolarité, il collabore aux 3 Suisses, entreprise dont le siège social se situe dans sa ville de naissance et pour le compte de laquelle il étudie les techniques de ventes du commerce événementiel. Il travaille ensuite à Bruxelles sur la stratégie de la grande distribution au siège du Groupe Louis Delhaize puis dans l'entreprise de sondages politiques TNS Sofres.[réf. nécessaire]

Florian Philippot est diplômé de cette école en 2005. Dans son mémoire de fin d'études, Le modèle fédéral belge et l'effet d'une éventuelle explosion de la Belgique sur l'avenir de l'Union européenne, il préfigure différentes prospectives pour l'avenir de la Belgique[6].

Il passe ensuite le concours de Sciences Po, mais échoue à l'oral[7].

Consécutivement, il prépare alors le concours de l’ENA à l'université Paris-Dauphine. Au grand oral, l'assesseur du président du jury est Éric Zemmour[8]. À cette épreuve d'admission, Florian Phillipot dit avoir obtenu une bonne note et entre dans la promotion Willy Brandt en 2007[1],[9].

Classé 34e sur 92, il n'est pas en mesure d'être incorporé dans les grands corps et est nommé à sa sortie haut fonctionnaire en disponibilité du ministère de l’Intérieur[10]. Il travaillait notamment au sein de l’Inspection générale de l'administration[3], où il avait pour ami et collègue Jean-Yves Le Gallou, ancien adjoint de Bruno Mégret au Mouvement national républicain (MNR)[11].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Premiers engagements[modifier | modifier le code]

Son premier souvenir politique est l'élection présidentielle de 1988.

Sous le gouvernement Balladur (1993-1995) il est « horrifié par les privatisations » parce que « c'est l'État qui perd quelque chose ». Concernant sa filiation politique, Florian Philippot déclare : « De Gaulle c’est pour moi la référence absolue »[3]. Par la suite, lors des élections européennes de 1999, il dit être « séduit » par la « liste souverainiste Pasqua-De Villiers », qui devance le RPR[3] sur une ligne d'ailleurs néo-gaulliste.

En 2002, élève à HEC, il préside le comité Grandes écoles d'une douzaine de personnes autour de Jean-Pierre Chevènement, alors candidat à l’élection présidentielle française[2], et dont le slogan est « HEC avec le CHE »[12]. Il est en désaccord avec les manifestations contre la présence au second tour de Jean-Marie Le Pen du FN : il juge « « l’ambiance pas très démocratique, ni républicaine »[3] ». Lors du référendum de 2005, il milite contre le traité établissant une Constitution européenne[13]. En avril 2005 il est au Zenith de Paris, en tant que militant, pour un meeting de Jean-Luc Mélenchon contre le Traité de Lisbonne[13].

Au Front national[modifier | modifier le code]

La politique sous pseudonyme[modifier | modifier le code]

Florian Philippot rencontre Marine Le Pen en 2009 par l’entremise du souverainiste Paul-Marie Coûteaux ; il se dit alors intéressé par son « discours social ». Il admet n’avoir avant jamais voté pour ce mouvement et reconnaît qu’il n’aurait pas pu travailler pour celui-ci lorsque Jean-Marie Le Pen le dirigeait, notamment en raison de son programme économique : « Le projet économique n'était pas aussi précis et performant que celui de Marine. Le rôle de l’État n’était pas exprimé de la même manière, mais il faut reconnaître qu’il a été le premier à dire que l’euro n'était pas viable. En cela, c’est un visionnaire. »[3]. Il adhère au Front national en 2010, comme simple militant.

En 2009, il entre en contact avec la rédaction du site de Marianne après le départ de Julien Landfried, un autre HEC resté proche de Jean-Pierre Chevènement et qui sera mandaté par le PS aux élections législatives suivantes. De mai 2009 à avril 2011[14], Florian Philippot est de manière anonyme blogueur associé au site Marianne2.fr[15], et y réalise notamment des interviews vidéos de responsables politiques tels que Paul-Marie Coûteaux et Nicolas Dupont-Aignan[réf. nécessaire].

Le 8 avril 2011, lors d'un entretien pour Le Parisien-Aujourd'hui en France, il se fait passer, sous le pseudonyme d' « Adrien »[7] pour un haut fonctionnaire du ministère des Finances qui « fait profiter Marine Le Pen de son réseau, des hauts fonctionnaires et des fiscalistes qui l'aident à développer sa culture économique » et qui « sort des rapports confidentiels de l'Inspection générale des finances »[16]. Trois jours plus tard, il présente, toujours sous pseudonyme, les grandes lignes du programme économique du FN lors d'un petit déjeuner de presse au siège national du FN, à Nanterre.

Florian Philippot à la présentation du programme présidentiel du FN, le 19 novembre 2011 à Paris.
Une ascension dans le sillage de Marine Le Pen[modifier | modifier le code]

Vers septembre 2011, Florian Philippot est envisagé comme futur directeur stratégique de la campagne présidentielle de Marine Le Pen[17], et nommé officiellement le 2 octobre suivant.

En mai 2012, il devient, avec Louis Aliot, porte-parole du Rassemblement bleu Marine (RBM)[18] nouvellement constitué, et en est depuis le porte-parole permanent.

Qualifié par la presse de « figure montante du Front national », proche de Marine Le Pen et du courant « réformiste » du FN, il fait partie, selon Le Point, de la « nouvelle génération de militants du Front national tout entier dévoués à cette dernière et décidés, comme elle, à prendre le pouvoir au plus vite. Au besoin en liquidant l’héritage du père, Jean-Marie Le Pen. ». Selon lui par ailleurs, toujours cité par Le Point : « La dédiabolisation du parti est achevée, nous constituons désormais une réelle alternative politique. »[10] Bien que l’ancien président du FN admette ne pas être « énarcophile » et que certains dirigeants du mouvement le trouvent « terne », ils font globalement la louange de son travail : une « pépite capable de pondre des notes sur tout », un « fin connaisseur des rouages de l’administration », « puissant intellectuellement »[3].

Vice-présidence du FN[modifier | modifier le code]

Le 12 juillet 2012, il est nommé vice-président du Front national, chargé de la stratégie et de la communication[19]. Il affirme alors la volonté du mouvement frontiste de se professionnaliser, et entame une tournée dans les fédérations à partir de septembre 2012[réf. nécessaire].

Le 9 novembre 2012, il se rend à Colombey-les-Deux-Églises avec Bertrand Dutheil de La Rochère (président de Patrie et Citoyenneté, parti allié du Front national) pour se recueillir et fleurir « à titre personnel » le tombeau de Charles de Gaulle, en se revendiquant des valeurs du gaullisme[20]. Cet évènement qui est une première pour un haut responsable du Front national irritera une partie de la vieille garde du mouvement. Le président d'honneur du parti, Jean-Marie Le Pen, juge cependant l'évènement comme un « acte de communication superflu »[21]. Il est souvent présenté comme l'« éminence grise » de Marine Le Pen, et son principal conseiller[22]. Après la commémoration de la Rafle du Vélodrome d'Hiver par le Premier ministre, qui y reconnaît l’implication de l’État français, Florian Philippot accuse le gouvernement d’«entretenir la haine de la France» et minimise la traque des Juifs en France pendant la Seconde Guerre mondiale[23].

En juin 2014, lors des grèves de la SNCF, il soutient les grévistes, réfutant l'argument que la libéralisation du rail soit synonyme de baisse des prix pour les usagers. Ces propos sont largement repris et commentés par les médias[24].

Implantation électorale en Moselle-est[modifier | modifier le code]

En juin 2012, Florian Philippot se présente aux législatives, « parachuté » selon ses propres termes à la place du candidat FN habituel Éric Vilain[25] dans la sixième circonscription de la Moselle. En dépit de cette candidature dissidente, il se qualifie pour le second tour avec 26,34 % des suffrages exprimés face au socialiste Laurent Kalinowski (37,45 %), tandis que le député UMP sortant Pierre Lang est éliminé dès le premier tour[26]. Battu au second tour, Florian Philippot récolte 46,30 % des suffrages exprimés.

Malgré ce bon score, son attitude supposée envers les militants et le recrutement contesté[27] au conseil régional de Lorraine d'Arnaud Menu, alias Arnaud Naudin, rédacteur en chef de Novopress, l’un des médias du Bloc identitaire, provoquent début 2013 la démission de son suppléant, d'un ancien candidat FN aux dernières élections cantonales, ainsi que de quatre conseillers régionaux FN[28].

Florian Philippot en mars 2014.

Par ailleurs, après avoir été pressenti pour mener une liste FN aux élections municipales de mars 2014 à Freyming-Merlebach, deuxième ville la plus peuplée de la sixième circonscription mosellane[29],[30], il choisit finalement de mener la liste forbachoise en tandem avec son ancien rival Éric Vilain[31],[32]. Après être arrivé en tête au premier tour, Philippot devient conseiller municipal après sa défaite dans un quadrangulaire au second tour[33].

Philippot prend d'autre part la tête de liste de son parti aux élections européennes de mai 2014 dans la circonscription Est qui comprend 5 régions, dont la Lorraine[34]. Sa liste arrive en tête et il est donc élu député européen[35].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Olivier Beaumont, « Florian Philippot, l’apprenti », sur http://www.leparisien.fr/, Le Parisien,‎ 28 octobre 2011
  2. a et b Nolwenn Le Bienvennec, « FN : Philippot, « l'homme qui sait tout », rejoint Marine Le Pen », sur http://www.rue89.com/
  3. a, b, c, d, e, f et g « Florian Philippot, l'énarque qui conseille Le Pen », sur http://www.lexpress.fr/,‎ 7 octobre 2011
  4. Joséphine Lebard, « Et soudain, chez Ardisson, le discours du FN sur l’immigration s’écroule », sur Rue 89,‎ 1 janvier 1970 (consulté le 7 décembre 2013)
  5. http://www.rfi.fr/emission/20130630-damien-philippot-politologue-directeur-etudes-politiques-ifop Damien Philippot, politologue], RFI, 30 juin 2013
  6. https://infothec.hec.fr/flora/servlet/LoginServlet
  7. a et b http://www.rue89.com/2011/10/05/fn-philippot-lhomme-qui-sait-tout-rejoint-marine-le-pen-224754
  8. http://prepaconcours.sciences-po.fr/francais/annales/pdf/103_rapport_2006.pdf
  9. Abel Mestre, « Florian Philippot, technocrate passé de Chevènement à Le Pen », Le Monde,‎ 11 janvier 2012 (lire en ligne).
  10. a et b Nicolas Bastuck, « Moselle - Florian Philippot (FN) réussit son parachutage », sur http://www.lepoint.fr/,‎ 11 juin 2012
  11. http://abonnes.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/01/11/le-techno-florian-philippot-de-chevenement-a-le-pen_1628230_1471069.html
  12. http://www.nordeclair.fr/Locales/Halluin/2012/01/25/le-fils-du-directeur-d-ecole-chouchou-du.shtml
  13. a et b Rencontre avec Florian Philippot, sur Nouvelobs.com
  14. http://www.enquete-debat.fr/archives/le-sous-marin-de-marine
  15. http://www.marianne.net/Et-s-il-fallait-se-liberer-de-l-euro_a192309.html
  16. http://www.leparisien.fr/politique/adrien-haut-fonctionnaire-a-bercy-et-conseiller-de-marine-le-pen-08-04-2011-1398899.php
  17. Marine Le Pen dévoile l'équipe de campagne dirigée par un jeune énarque, sur 20minutes.fr
  18. FN - Aliot et Philippot porte-paroles sur Lefigaro.fr
  19. F. Philippot devient vice-président du FN, Le Figaro, 12 juillet 2012.
  20. Christophe Forcari, « Le frontiste Florian Philippot célèbre le Général », in libération.fr, 9 novembre 2012.
  21. David Doucet, « Philippot, le gourou de Marine Le Pen », in lesinrocks.com, 17 mars 2013.
  22. R. S., « Front national - Divorce sur le mariage homo », in Le Figaro Magazine, semaine du 18 janvier 2013, page 18.
  23. « Les propos de Philippot sont «faux et déplacés» », liberation.fr,‎ 21 juillet 2014 (consulté le 7 août 2014)
  24. Françoise Fressoz, « Florian Philippot soutient les cheminots en grève », lemonde.fr (consulté le 18 juin 2014)
  25. Nicolas Bastuck, « Parachutage mouvementé pour le FN à Forbach », sur Le Point.fr (consulté le 31 mars 2014)
  26. « Candidats élections législatives 2012 en Moselle - 2ème tour », sur TOUT METZ (consulté le 31 mars 2014)
  27. « Le FN recrute le rédacteur en chef de Novopress », sur Droite(s) extrême(s) (consulté le 31 mars 2014)
  28. « Philippot, le parachuté chahuté du FN », sur nouvelobs.com (consulté le 31 mars 2014)
  29. Le FN recrute à Freyming-Merlebach sur Le Républicain Lorrain
  30. F. Philippot envisage Freyming-Merlebach
  31. A Forbach, le parachutage du FN dans le sens du vent sur Libération
  32. Municipales : Philippot (FN) pressenti pour être candidat à Forbach
  33. Matthieu Goar, « Forbach : le frontiste Florian Philippot rate son parachutage », sur Le Monde,‎ 30 mars 2014 (consulté le 31 mars 2014)
  34. Florian Philippot candidat aux Européennes dans l'Est à la place de Bruno Gollnisch.
  35. Liste des députés européens élus en France en 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]