Notre-Dame-d'Oé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Notre-Dame.
Notre-Dame-d'Oé
Notre-Dame-d'Oé
L'église.
Blason de Notre-Dame-d'Oé
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Vouvray
Intercommunalité Tours Métropole Val de Loire
Maire
Mandat
Jean-Luc Galliot
2014-2020
Code postal 37390
Code commune 37172
Démographie
Gentilé Oésiens
Population
municipale
4 045 hab. (2015 en augmentation de 1,18 % par rapport à 2010)
Densité 523 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 27′ 30″ nord, 0° 42′ 32″ est
Altitude Min. 85 m
Max. 109 m
Superficie 7,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Notre-Dame-d'Oé

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Notre-Dame-d'Oé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Notre-Dame-d'Oé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Notre-Dame-d'Oé
Liens
Site web ville-notre-dame-doe.fr

Notre-Dame-d'Oé est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur le plateau nord de l'agglomération tourangelle. Elle jouxte les communes de Tours, Mettray, Chanceaux-sur-Choisille et Parçay-Meslay. Son territoire d'openfield est traversé par le ruisseau de la Perrée, affluent de la Choisille.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Par le passé, Notre-Dame-d'Oé s'est appelée successivement Odacus (IXe siècle), Odatus (Charte de Charles le Chauve), Odoadus (938), Odiatum (119[Quand ?]), (1209), Oetus (1211), Parochia d'Oé (XIIIe siècle, cartulaire de l'archevêché de Tours)[1].

Avant la révolution de 1789, Notre Dame d'Oé était du ressort de l'élection de Tours et faisait partie de l'archidiaconé d'Outre-Loire et du doyenné de Vernou. En 1793 elle dépendait du district de Tours

Dès le IXe siècle la collégiale de Saint-Martin possédait le territoire d'. La viguerie de l'église appartenait à l’archevêché de Tours. En 1119, l'archevêque Gilbert donna ce droit à la collégiale de Saint-Martin qui l'attacha à une dignité appelée prévôté. En 1177, le collégiale de Saint-Martin fut confirmée dans la possession de l'église d'Oé : ecclésia S.Marioe de Odoado. Il existait dans cette localité une maladrerie qui fut réunie par lettres patentes du 11 juillet 1968 à l'Hôtel Dieu de Tours.

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de [2],[3].

En 2005, lors de la construction d’un lotissement industriel, les fouilles ont permis de découvrir un établissement rural gaulois et antique. La fondation du site est datée La Tène D1 par la construction d’une ferme enclose. Les dernières transformations gallo-romaines interviennent entre les années 120 et 230[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
1929 1965 Martial Rousseau    
1965 1970 Jean Rousseau    
1970 mars 1971 Andrée Chatain    
mars 1971 mars 1983 Roger Rullier    
mars 1983 mars 1989 Jean Cresienzo    
mars 1989 en cours Jean-Luc Galliot PS puis DVG Retraité
Vice-président de Tours Métropole Val de Loire[6]
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 13 décembre 2012, la commune est jumelée avec[7] :

La commune a entretenu des relations amicales avec le village de Chaussenac (Cantal) et la ville de Bury (Royaume-Uni).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2015, la commune comptait 4 045 habitants[Note 1], en augmentation de 1,18 % par rapport à 2010 (Indre-et-Loire : +2,45 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
337 353 361 404 450 465 453 501 487
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
429 477 481 504 501 481 481 491 468
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
430 452 404 404 382 417 398 516 546
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
542 568 1 149 2 155 2 557 3 359 3 489 3 511 3 532
2013 2015 - - - - - - -
3 929 4 045 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède deux établissements scolaires, l'école maternelle Henri-Dés et l'école primaire Françoise-Dolto.

Transport[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par la ligne de bus 56 de Fil bleu. Une ligne de train dessert également la ville sur l'axe Tours-Vendôme-Chartres-Paris. Notre Dame d'Oé est proche de l’aérogare de l'aéroport de Tours-Val de Loire. Elle bénéficie du service de location de vélo Velociti.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Manoir de La Chassetière : élégant manoir avec étage mansardé ; dans le parc subsiste un cadran solaire pédiculé de 1723. Construit au début du XVIIe siècle par Victor Brodeau, descendant de Jean Brodeau, marchand pelletier à Tours, qui possédait déjà la propriété en 1521. Mais l'architecture de l'édifice infirme cette opinion. La date de 1720, gravée au-dessus d'une porte de la façade ouest semble être celle de l'édification du bâtiment. Les Brodeau vendirent le domaine en 1656 à François Besnard, bourgeois à Tours. Au début du XVIIIe siècle une partie du fief appartenait à Joseph Aubry et une autre à Le Gras, inspecteur des fermes générales, dont les descendants furent seigneurs de la Chassetière jusqu'en 1782. Ce fut peut être René Le Gras qui construisit le château actuel. En 1782 celui-ci fut acquis par Philippe Vallée (dit du Hautmesnil), ingénieur en chef de la généralité de Tours (qui participa à la construction du Pont de Pierre sur la Loire à Tours).
  • Parc et demeure directoire de Mazières : fief relevant de la prévôté d'Oé. Une partie du mur d'enceinte date du XVIe siècle et a conservé deux échauguettes. La façade est couronnée d'un fronton triangulaire timbré aux armes de Beaumont et d'un deuxième blason non déterminé[12]. Le bâtiment date du XVIIIe siècle. 2 ailes construites au XIXe le prolongent au nord et au sud. La propriété a été occupé par les troupes allemandes lors de la Seconde Guerre mondiale. De très belles granges (impasse de le Ferme de Mazières) appartenaient à la propriété d'origine comme le square Anne-Frank devenu propriété de la ville et ouvert au public. Le parc et le château de Mazières ont été acquis par la ville en 2013. La Mairie y est installée depuis avril 2015.
  • L'Hopiteau : construction importante du XVIIIe siècle. Façade couronnée d'un fronton triangulaire et une aile en retour d'équerre. Escalier avec rampe en fer forgé. Charpente remarquable. Puits mitoyen. Deux petits pavillons, contemporains du château, accostent la grille d'entrée au parc. Restauré vers 1905, le bâtiment accueille une dizaine de logements privatifs.
  • Église : bâtiment communal et son presbytère situé en centre bourg. Possède une nef du XIe siècle. Remanié à diverses époques (1540-1720), restaurée intérieurement vers une galerie de vitraux du maître verrier tourangeau Loblin (XIXe siècle)
  • Lavoir
  • Ancienne gare SNCF
  • Manoir de La Noue : ancienne propriété de Jean Lefebvre (1883-1957), petit-fils de Jean-Baptiste Joseph Lefebvre (1819-1893), industriel, cofondateur du Peignage Prouvost-Lefebvre à Roubaix en 1851.
  • Fontaine Bernard Sellier, place de l'Église
  • Complexe culturel Oésia : construit en 2001. Architecte Pierre et Levenez. L'auditorium qui porte le nom de PIEM comporte 550 places assises - 1100 places en concert debout. Gradins mobiles de conception unique : plate-forme de 35 tonnes qui libère l'espace au sol en quelques minutes.
  • Zones d'activités économiques de l'Arche d'Oé et du Haut Chemin : 70 entreprises implantées dont les laboratoires Francereco-Chimex-Boiron-Laprovet-
Équipements 

Gymnase Marcel-Kobzik - Gymnase communautaire Sébastien-Barc - Stade Georges-Romien - Tennis de la Perrée-Aire couverte de tennis Isabelle Demongeot- Centre équestre (Les Haras d'Oé) - Squash de niveau national (Central Club)- Bowling 24 pistes (Skybowl)-

Centre de loisirs - Crèche -RAM « les Farfadets » - Centre de loisirs Les ptits'loups - Restaurant scolaire- Cap jeunes - Bibliothèque municipale - Atelier communal - Parc intercommunal de la Cousinerie - Grandes Brosses-Square Anne-Frank- Parc à daims de La Perrée

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le dessinateur Piem.²

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Notre-Dame-d'Oé

Les armes de Notre-Dame-d'Oé se blasonnent ainsi :

D'or à Notre Dame de carnation vêtue d'azur, couronnée d'étoiles d'argent, posée sur un tertre de sinople, le touchant de son long sceptre fleurdelysé pour en faire jaillir une source aussi d'argent, au chef burelé d'argent et de gueules de huit pièces chargé d'un bâton pastoral de sable brochant [13].

Ce blason est contesté par les historiens et héraldistes. La vierge ne devrait pas y figurer sous cette forme (symbole d'une rose) ; il n'est pas utilisé en l'état par la ville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Site de la mairie de Notre-Dame-d'Oé », (consulté le 17 novembre 2013)
  2. Site "Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui"
  3. Prochain recensement en 2013
  4. Inrap rapport d'activité 2006 page 63
  5. Les maires oésiens http://www.ville-notre-dame-doe.fr/content/view/68/233/
  6. http://www.agglo-tours.fr/index.php?idtf=75
  7. Jumelages de la commune sur l'atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures, consulté le 13 décembre 2012.
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. Ce deuxième blason n'est pas celui des Destiennot, lire: "Les histoires du château de Vassy-sous-Pisy: De la Bourgogne à la Touraine..." (histoire condensée d'Adèle-Joséphine-Léonilde Destiennot de Vassy) par Philippe HENRION (biographe des Destiennot), dans BSSY (Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l'Yonne), tome 144, année 2008-2009/4, pages 193-198
  13. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=4629

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]